Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Fire & Forget 2
Année : 1990
Système : Amiga, Amstrad CPC, Atari ST, C64, Master System, PC (DOS)
Développeur : Titus Software
Éditeur : Titus Software
Genre : Jeu de Course / Shooter

On prend les mêmes et on recommence ! Titus, dans sa quête de justice, nous gratifie de la suite d'un titre à succès sorti deux ans plus tôt : Fire & Forget II, The Death Convoy.

Un écran d'intro qui pose l'ambiance.
Titus se la joue arcade, avec des crédits à insérer.

Dans un futur incertain post-apocalyptique, le monde est en proie à des groupes terroristes qui menacent le peu de civilisation encore existante en cherchant à détruire les cités survivantes à coups d'explosions nucléaires. Les boules, n'est-ce pas ? C'est là où vous intervenez : tel Mad Max, faites front aux despérados de la route et neutralisez les convois de la mort avant qu'ils n'atteignent leur but !

Gaffe à la moto !
Et les trucs, là, ils volent...

On est donc reparti pour un tour dans les courses frénétiques où la mort survient à chaque virage. Mais à la différence du premier épisode qui se déroulait dans un présent, certes alternatif, mais en conformité avec la technologie actuelle, Fire & Forget II se passe dans un futur lointain, on l'espère, inspiré de la trilogie cinématographique qui a révélé Mel Gibson. En cinq niveaux, il faudra donc rattraper le convoi mortel afin de le détruire ; mais des hordes d'ennemis, tous aussi surprenants les uns que les autres, vont tenter de s'y opposer. Au menu, bipèdes mécaniques, side-cars agressifs, tourelles tripodes et autres objets volants non identifiés défilent à toute vitesse sur la route séparant le joueur du camion cible.

Spéciale dédicace pour ceux qui préfèrent le mode aérien : ces vagues n'ennemies ne sont dangereuses que si on est en l'air.

Tout comme dans le premier épisode, le héros pilote un bolide armé pour la circonstance. Mais celui-ci a subi d'importantes modifications : non seulement le canon n'est plus apparent (c'est pour l'esthétique, très réussie par ailleurs), mais le véhicule est désormais capable de se mouvoir dans les airs ! Certes, l'option est soumise à une jauge d'énergie, mais elle est déclenchable à n'importe quel moment, du moment que vous disposez de l'énergie nécessaire. D'autre part, le système fondé sur le carburant est de retour, mais cette fois-ci, le nombre de vies est compté, tout comme les crédits, qui se comptent sur seulement trois doigts.

Et un convoi à exterminer, un !
Le boss du jeu réagit à la fin de chaque niveau.

Et c'est bien là tout le problème : la difficulté est ici bien trop harassante. La vitesse de jeu est subliminique, voire démesurée, et les ennemis présentent une forte agressivité. Sans compter que leur placement sur la route provoque souvent une collision fatale... Il faudra donc swinguer entre l'option de vol, et les roquettes récupérables en cours de route. Donc, si vous ne craignez pas les jeux qui mettent la barre très haut, Fire & Forget II est fait pour vous.

Si vous détruisez les éléments de chaque vague, un bonus est accordé.
Là, c'est quand ça finit mal...

Car la réalisation est excellente : graphismes rehaussés, vitesse de jeu très bien représentée, avec entre autres des effets de scrollings sur les nuages, et un défilement de la route et des bas-côtés rapide que l'on retrouvera dans Crazy Cars III. La musique n'est pas en reste, avec des thèmes excellents que l'on garde en tête longtemps... très longtemps, croyez-moi. Seuls les bruitages sont en déça, mais qu'importe. Un autre reproche concerne le mode deux joueurs, qui a tout simplement disparu ; dommage, c'était une excellente idée.

L'écran de Game Over est sublime, tout comme celui des high scores.

Tout comme le premier épisode, Fire & Forget II a été décliné sur les mêmes supports : Amiga, ST, Pécé, CPC, C64, et... Master System. Cette dernière version, plutôt surprenante, se révèle d'excellente facture. Amateurs de shoot'em up originaux et difficiles, régalez-vous, ce jeu est fait pour vous !

Tonton Ben
(18 décembre 2004)
Page 2 sur 2
>>>