Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Lunar Jetman
Année : 1984
Système : BBC, Vic-20, ZX Spectrum
Développeur : Ultimate Play the Game
Éditeur : Ultimate Play the Game
Genre : Action
Par Jean-Christian Verdez (14 décembre 2002)

Nous sommes en Angleterre, début 1984. La société naissante Ultimate - Play the game produit des jeux simples orientés arcade et au succès mérité, quasiment tous sur le très populaire ZX Spectrum. Parmi eux on trouve Jetpac, un jeu sorti en Août 1983 et ayant remporté un joli succès. Très rapidement, Ultimate met en chantier une suite. Le jeu s'appelle Lunar Jetman et sort en février 1984. Là encore, le succès est au rendez-vous.

On retrouve notre ami Jetman en bien mauvaise situation. Alors qu'il assemble et conduit des fusées en kit (il n'y a pas de sot métier), voilà qu'il s'écrase dans un monde inconnu, étrange, et (tant qu'à faire) hostile. En effet, cette planète est habitée par une myriade d'aliens qui préparent justement un terrible plan d'attaque donc l'objectif n'est rien de moins que la destruction totale de notre bonne vieille Terre ! Les extra-terrestres ont réactivé leur ancien système d'attaque. Celui-ci consiste en une grande quantité d'énormes lances missiles. Le moment venu, tous les missiles seront lancés en une fois vers la Terre. Les lance-missiles sont aussi pourvus de leur propre système de défense, ce qui les rends très difficiles à approcher, et encore plus à détruire. C'est pourtant ce que Jetman va devoir faire. Et, dans l'impossibilité de prendre contact avec sa planète natale qui pendant se temps ne se doute de rien, il va bien évidemment lui falloir agir tout seul.

Pour cela, il n'a à disposition que sa Jeep Lunaire, et son fidèle Jetpac pour se mouvoir dans l'espace. C'est grace à sa Jeep qu'il fera le plus gros de ses déplacements car celle-ci lui permet de transporter tout ce qu'il pourra trouver au hasard de son exploration, et notamment des bombes qui vont permettre à Jetman de détruire les installations ennemies. Quand il est hors de sa Jeep, Jetman possède une autonomie limitée qui fait qu'il ne peut pas porter tout seul une bombe jusqu'à la base ennemie, faute de carburant. En revanche, lorsqu'il rejoint sa Jeep, sa jauge remonte au maximum. Une fois que la bombe est dans le véhicule, Jetman n'a plus qu'à rouler jusqu'à la base adversaire, sortir avec la bombe et la laisser tomber sur la base pour la détruire. Mais là encore des difficultés vont survenir (ce serait trop simple). Le sol est parsemé de cratères, créés par les extra terrestres, que la Jeep ne peut pas franchir. Ce sera à Jetman de les reboucher grace à certains items qui sont en fait des petits ponts. Bien entendu, les aliens ne vont pas se laisser faire et votre laser vous sera souvent d'un très grand secours... Par ailleurs la Jeep peut être munie d'un canon, qui pourra parfois servir à détruire des missiles (ou toute présence que le joueur jugera désagréable). A l'écran, il y a deux "radars" représentés chacun par des flèches gauche et droite. L'un vous indique la position de la Jeep lorsqu'elle est hors de l'écran par rapport à Jetman. L'autre indique, selon le même principe, l'emplacement de la base à annihiler.

Si le premier épisode (Jetpac) était purement arcade, je trouve que Lunar Jetman complexifie légèrement le concept. Toutefois, le jeu reste lui aussi très axé arcade, ce qui est à la fois agréable et dommage. En effet, on peut faire des parties courtes, rejouer un tas de fois au jeu, jamais trop longtemps, se fixer des objectifs (aller jusqu'à tel niveau en un temps record, perdre le moins de vie possible, etc.), bref le principe même de l'arcade. Par contre, le temps limité est quand même assez frustrant. Le but est de détruire un maximum de bases ennemies dans le temps qui est imparti, mais on aimerait bien parfois pouvoir prendre un peu plus son temps, ne pas se précipiter et réussir à détruire TOUTES les bases adverses (chose qui s'avère impossible en l'état, ce qui a d'ailleurs contribué à alimenter une légende sur un trailer de fin de jeu, dont je vais reparler un peu plus bas)

Lunar Jetman est un jeu très difficile. Le maniement n'est pas toujours évident car le nombre de touches à utiliser ne le rends pas très intuitif. Techniquement, nous sommes en présence d'un jeu très réussi. Les graphismes sont simples (spectrum oblige) mais n'en sont pas moins agréables, et l'ensemble du jeu est de plus très coloré. A l'inverse de Jetpac qui était dédié aux machines contenant 16ko de mémoire, Ultimate a cette fois mis le paquet puisqu'un Spectrum doté de 48ko sera necessaire pour faire tourner le jeu.

L'histoire du trailer fantôme : On raconte que dans Lunar Jetman se trouvait un trailer, que les joueurs auraient pu admirer à la fin du jeu. Seulement il s'agissait d'un jeu très difficile et les niveaux s'y enchaînent à n'en plus finir... Si bien que personne ne fut assez fort pour le découvrir. Beaucoup utilisèrent des codes afin d'avoir des vies et du temps infini, mais rien à faire. Le jeu fut cracké dans tous les sens à la recherche de cette hypothétique image dans le programme lui-même, et personne ne parvint à la mettre à jour. L'histoire devint une légende, la légende devint un mythe (NdL : Et le mythe devint un coffret mythe collector). Et s'il y a fort à parier que ce fameux trailer n'existe tout simplement pas, le mythe fut quand même entretenu notamment en 1986 lorsque le magasine Crash publia une photo envoyée par un lecteur qui affirmait qu'il s'agissait de l'image tant recherchée. Un canular sans doute...

Puisque l'on parle de Crash : Il s'agissait d'un magasine mensuel dédié au ZX spectrum qui est paru en Angleterre entre février 1984 et avril 1992, soit 98 numéros. Dès le numéro 1, Crash proposa une bande dessinée à suivre chaque mois, signée John Richardson et mettant en scène Jetman. Jetman y avait un ami ('The monster' sorte de dinosaure), et tout deux parcouraient l'univers non sans y semer un certain désordre le tout traité avec beaucoup d'humour : on y reconnait par exemple un célèbre capitaine et son fidèle ami aux oreilles pointues (j'ai nommé Spuck), tout deux officiant à bord du vaisseau "Rent-a-prize" (je ne me lasse pas de ce jeu de mot désopilant). Ce Comic qui avait au départ surtout pour but de promouvoir la sortie de Lunar Jetman rencontra un très joli succès auprès des lecteurs, et la diffusion continua durant toutes les années de publication du magasine.

Après Lunar Jetman, Ultimate se détourne de ce qui a été en quelque sorte son premier personnage. D'autres jeux voient le jour, la plupart sur Spectrum (pour beaucoup de joueurs cette machine est à jamais indissociable du nom Ultimate). Pourtant Jetman était destiné à revenir une nouvelle fois hanter les joueurs. L'aventure se déroulera bien plus tard, en 1990. Entre temps Ultimate va devenir Rare, la machine de prédilection du développeur ne sera autre que la NES, et le jeu en question s'appellera Solar Jetman. Malgré la longue attente des fans des deux premiers volets, ce jeu sera celui à avoir le moins bien marché, sans doute parce qu'il a beaucoup évolué par rapport à Lunar Jetman et que les fans ne s'y retrouveront plus.

Jean-Christian Verdez
(14 décembre 2002)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(2 réactions)