Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Poisson d'avril 2005 - Inquisitaream
Pour le 1er avril 2005, nous nous étions fendus d'un canular qui avait demandé un travail certain. Cet article n'étant bien entendu pas référencé, vu que le jeu n'existe pas (enfin pas tout à fait...), le voici en guise de bonus.
Par Bernard (01 avril 2005)

Note : cet article est un canular que nous avons réalisé pour le 1er avril 2005. En réalité, le jeu Inquisitaream est un projet en basic sur Apple II dans lequel deux membres de l'équipe de Grospixels, Djib et Bernard, s'étaient lancés à l'époque de l'adolescence, et qui n'a jamais abouti... Sur le forum, ce poisson d'avril donna lieu à une discussion courte mais amusante, les lecteurs ayant choisi de jouer le jeu. Vous y trouverez également quelques explications sur la teneur du fake.
http://www.grospixels.com/phpBB/viewtopic.php?topic=9391&forum=1

Inquisitaream
Année : 1984
Editeur : FAS (French Alien Software)
Système : Apple IIe
Auteurs : Philippe D'jbib et Félix Oscar

Les années 80 ont été l'apanage des développeurs débrouillards et astucieux capable de programmer dans leur chambre des jeux novateurs et prenants. Les premiers jeux d'aventure associant graphismes et texte ont vu le jour grâce à ces pionniers auxquels Grospixels ne manque pas de rendre hommage. C'est sur Apple ][ qu'une grande partie de la production de cette époque trouva son support idéal avec un éditeur comme Froggy Software par exemple.

La maquette du coffret Deluxe

Inquisitaream est un jeu d'aventure exceptionnel qui n'a malheureusement pas dépassé le stade du prototype en raison de la faillite prématurée de son éditeur, sa distribution libre via les disquettes 5 ¼ ayant été en conséquence assez confidentielle. Il n'en reste pas moins qu'Inquisitaream est un petit bijou du genre. Réalisé par l'équipe de French Alien Software (pourtant basée à Londres) au milieu des années 80 sur Apple //c, il met en scène Pasfriollo, un jeune voleur, en prise avec les forces du Mal et les légions de la Sainte Inquisition dans l'univers complexe du Moyen-Age.

La Sainte-Inquisition en plein office

Inquisitaream s'inspire dans son principe de jeu, des romans dont vous êtes le héros de Steve Jackson tel que " Le sorcier de la montagne de feu ". Mais bien loin des clichés de l'heroic fantasy, Inquisitaream aborde la vraie Histoire mais sous son angle le plus obscur. Le gameplay est simple et accessible, le jeu se présentant comme une suite de tableaux fixes. Il vous permet à travers les décisions que vous prenez, après avoir pris en compte les éléments graphiques et textuels à l'écran, de progresser au sein d'un scénario ancré dans un univers glauque et documenté. Le coffret Deluxe comprenait notamment en fac-similé une réplique des grimoires des anciens Alchimistes.

Seul l'initié saura percer le secret des Cathares

Inquisitaream est tout d'abord un périple initiatique à travers le rôle de la religion et l'émergence des chapitres occultes, le tout sur base de catharisme... Une véritable ballade à travers les particularités de cette époque mystérieuse. Il vous faudra vous replonger dans vos souvenirs de latin et percer les secrets de l'alchimie pour prétendre à parvenir au bout de ce jeu.

Le style graphique, sous ses aspects simplistes, présente un aspect naïf qui contrebalance le caractère angoissant du déroulement du jeu. L'écran représentant la tombe du joueur, synonyme de game-over, fait toujours froid dans le dos...

On vous avait prévenu, il faut être rapide

Mais Inquisitaream apporte également son lot d'innovations : en plaçant le joueur dans des situations de stress intense au moment même où il doit prendre des décisions cruciales, le soft de French Alien Software est un vrai précurseur. A titre d'exemple, on pourra noter la séquence du bourreau où il vous faudra réagir en quelques secondes et choisir la bonne option pour tirer Pasfriollo d'un bien mauvais pas.

Saurez-vous sortir Pasfriollo de ce mauvais pas ?

Les développeurs

Philippe D'jbib et Félix Oscar

Né en 1958 à Tunis, Philippe D'jbib grandit à Paris et découvre les jeux vidéo à l'âge de 16 ans lors d'un voyage aux Etats-Unis. Revenu en France, il se lance dans l'électronique, et émigre à Londre en 1979. Là, il fait la connaissance de Félix Oscar (né en 1959), originaire du Havre, et tous deux assistent à l'avènement de Sinclair et de la micro-informatique familiale. Ils commencent à programmer ensemble sur ZX-80, puis découvrent l'Apple ][, et décident de devenir développeurs professionels. Passionnés d'histoire et de paranormal, ils font plusieurs voyages en pays Cathare, et décident de créer un jeu basé sur cet univers et ses légendes. Le développement d'Inquisitaream démarre en 1981, et s'achève début 1984. D'jbib et Oscar tentent de monter une société pour l'éditer, qu'ils baptisent French Alien Software. Manquant d'une base financière solide et n'ayant aucun autre projet de jeu susceptible d'être lancé, celle-ci fera rapidement faillite. Ensuite, on perd la trace des deux développeurs...

En 1999, bloqué dans le jeu Inquisitaream, un hacker connu sous le nom de Subal Lihp, qui se passionne pour le jeu, décide de fouiller le code source à la recherche d'un cheat permettant d'en voir la fin : il découvre qu'il faut pour cela taper sur le clavier, lors de la séquence d'introduction, le code suivant : "om sarva vighnan daraya daraya hum phat swaha". Etonné par ce code, il fait des recherches sur Internet et découvre qu'il s'agit en fait d'une incantation prononcée lors des cérémonies de la secte du Mandarom par le "Messie cosmoplanétaire". Philippe D'jbib et Félix Oscar auraient-ils eu affaire à la célèbre secte ? Le mystère reste entier... On ne sait pas non plus en quoi consiste la fameuse fin du jeu, puisque le hacker n'a jamais accepté d'en faire part à qui que ce soit... Et d'ailleurs il n'existe aucun témoignage de joueurs ayant pu terminer le jeu.

Bernard
(01 avril 2005)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(23 réactions)