Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Swashbuckler
Année : 1982
Système : Apple II
Développeur : Datasoft
Éditeur : Datasoft
Genre : Jeu de Combat (VS fighting)
[voir détails]
Par Jean-Christian Verdez (11 février 2003)

Quand on parle de l'univers des pirates, plusieurs clichés viennent à l'esprit : le drapeau noir à tête de mort, de magnifiques bateaux appartenant à un capitaine borgne avec un crochet à la place de la main gauche (pour les gauchers, inversez). Le capitaine en question dirige d'une main de fer (c'est le cas de le dire) un équipage sans pitié qui fait régner la terreur sur les océans du monde entier et pillent les malheureux bateaux qui viendraient à croiser leur route, le butin étant ensuite généralement enterré sur une île, faute de banque. Mais l'univers des pirates, c'est aussi une fâcheuse tendance à combattre en duel à l'épée. C'est cet aspect que nous allons retenir aujourd'hui, pour vous parler de Swashbuckler.

Sorti en 1982 sur Apple II, voici donc un jeu purement typé arcade dans son principe puisqu'il peut se résumer à faire le plus gros score possible en battant à l'épée le plus grand nombre de pirates, jusqu'à l'inévitable game over. Votre personnage se situe au centre de l'écran, et vous êtes entouré de 2 adversaires. Pour vous en débarrasser un seul coup d'épée suffira mais les bougres ne se laisseront pas abattre si facilement. Les premiers adversaires seront rapides à expédier dans l'au-delà : peu rapides, peu agressifs, et un peu trop enclins à baisser leur garde, ils ne sont clairement là que pour vous mettre dans l'ambiance. Puis les choses vont très vite s'envenimer. La plus grande difficulté du jeu n'est pas tant d'éliminer son adversaire mais plutôt de le faire suffisamment rapidement. Car comme ces lâches vous attaquent par deux chacun de leur côté, vous aurez constamment un adversaire derrière vous (à moins de l'avoir déjà éliminé) et vous serez donc complètement à sa merci si jamais il parvient à s'approcher de vous suffisamment. Vous pourrez bien sur vous retourner et lui faire face, mais c'est alors le premier pirate qui se retrouve dans votre dos... Au fil de la partie, tout ce petit monde va devenir de plus en plus rapide, ne se laissant plus éliminer si facilement.

Même si on retrouve régulièrement les mêmes personnages durant la partie, il y a plusieurs types d'ennemis. Du gros lourdaud armé d'un gourdin au pirate " classique " (sabre et jambe de bois) en passant par des sortes de hallebardiers (ceux-ci sont d'ailleurs assez dangereux car leur longue arme leur octroie une allonge qui vous oblige à garder vos distances)... Petite difficulté supplémentaire, les animaux ! Régulièrement et en plus de vos semblables humains, des serpents, scorpions, araignées et rats vont se ruer vers vous. Seul moyen de les battre, pointer votre épée vers le bas (ce qui au passage vous rends vulnérable à un éventuel pirate situé devant vous). A noter que si un rat ou une araignée arrive à vous toucher, vous ne serez pas tué mais seulement blessé et vous ne pourrez plus porter de long coup d'épée (ce qui n'est qu'un maigre sursis puisque c'est le coup le plus utilisé. Le scorpion, en revanche, est mortel).

Gare aux animaux : Une fois mordu, vous ne pourrez plus étendre votre bras au maximum !

Au niveau des déplacements, tout se joue au clavier avec les combinaisons traditionnelles "ASD" et "JKL", sur un clavier Qwerty :

  • A et D pour aller à gauche ou à droite. Notez que si le personnage regarde par exemple à droite, le fait d'appuyer sur A ne fait pas regarder à gauche, mais simplement reculer. Cela permet de prendre ses distances d'un adversaire très agité sans pour autant lui tourner le dos.
  • S permet de se retourner (à droite ou à gauche, donc)
  • J Demi allonge pour garder l'adversaire à distance raisonnable.
  • K sert à se mettre en simple position de garde. Sans doute la touche la plus inutile dans la mesure où vous êtes complètement vulnérable, bien que cela suffise à tenir en respect les tous premiers combattants que vous rencontrerez.
  • L Grande allonge, généralement pour donner le coup de grâce. Attention toutefois à ne pas être trop près de l'ennemi à ce moment-là car vous risqueriez de vous empaler vous-même sur la lame de l'ennemi (que de poésie !).
  • I et M permettent de lever ou baisser votre épée, idéal pour éliminer les petits adversaires qui viendront ponctuellement vous ennuyer, comme les serpents et autres scorpions...

Nous voilà donc en présence d'un classique du combat à l'épée. Développé par Paul Stephenson, le programme de Swashbuckler sera d'ailleurs repris pour les phases de combats d'un autre jeu de Datamost, Aztec sorti peu de temps après, et lui aussi désigné par Stephenson.

Petit montage montrant la totalité des ennemis que vous rencontrerez au fil des niveaux, du gredin à la lourde massue au capitaine pirate en passant par le hallebardier... Apparemment d'après la publicité de l'époque (et contrairement à ce que je croyais quand j'étais p'tit), l'animal situé complètement à droite n'est pas un basset ou autre chien du même genre, mais un gros rat enragé... Pourtant le bruitage qui correspond à son apparition dans le jeu ressemble beaucoup à un aboiement, je trouve.

Pour les défauts : Dommage qu'il n'y ait pas de mode versus (encore qu'il aurait été limité dans la mesure où chaque coup est mortel). De plus, aussi loin que j'ai pu aller dans le jeu, il n'y a que 3 décors différents ce qui est tout de même un peu juste (la découverte de nouveaux décors et ennemis étant en soi une sorte de récompense à la tenacité du joueur). Par ailleurs la présence d'un adversaire samouraï sur le bateau des pirates, quoique assez drôle, n'est peut-être pas des plus justifiées. Enfin bon comme dirait l'autre ce n'est qu'un jeu. Et un très bon jeu à mon avis car l'essentiel est là pour donner envie de refaire une partie régulièrement, afin d'améliorer son précédent record. Une autre petite remarque : des duels à mort à l'épée, les corps ennemis qui restent affichés à l'écran, quand on y pense Swashbuckler était tout de même assez violent pour un jeu de 1982.

Pour l'anecdote, en fouillant un peu sur la toile j'ai appris l'existence d'une version française totalement inconnue... Rebaptisée Les Flibustiers, cette localisation de Swashbuckler est signée Sogiciel, à qui l'on doit aussi Crique Craque Croque, autre version francisée d'un jeu initialement nommé Crush, Crumble and Chomp!. En outre, s'il n'existe à ma connaissance aucun jeu qui pourrait s'apparenter à une suite, je ne saurais que trop vous conseiller, pour peu que vous appréciez l'univers de la piraterie, de jeter un oeil au classique Pirates!, jeu qui s'inspire du monde de la flibusterie de manière cette fois plus large...

Jean-Christian Verdez
(11 février 2003)
- Si le sujet vous a intéressé, nous vous suggérons les articles suivants -

International Karate +

Karate Champ

Pirates
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(9 réactions)