Mastodon
Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
Spider ~ Rite of the Shrouded Moon
Année : 2015
Système : iOS, Mac OS X, Linux, Windows, Playstation 4, PS Vita
Développeur : Tiger Style LLC
Éditeur : Tiger Style LLC
Genre : Aventure / Réflexion
Par Jean-Christian Verdez (17 juin 2024)

De manière générale, lorsqu'on découvre un jeu, on a déjà des attentes, des à priori, des craintes et des espoirs. Avec les années, on parvient même à acquérir une certaine expérience dans ce domaine. On cerne le Jeu Vidéo de mieux en mieux, et à chaque nouveauté on devine très vite à peu près à quoi s'attendre, en particulier pour les grosses productions bien calibrées et souvent sans surprise. Et puis, de temps en temps, on se lance dans un petit jeu qui semble sympathique, et sans s'en rendre compte on se retrouve embarqué dans une aventure qui va au-delà de ce qu'on avait envisagé. C'est le cas avec Spider ~ Rite of the Shrouded Moon ("Le Rituel de la Lune Voilée"), dont on peut dire qu'il cache bien son jeu. Littéralement.

Pour ma part, tout a commencé sur le forum (venez nombreux !), dans ce topic dédié aux différents jeux vidéo mettant en scène des araignées. À cette occasion, Kollembole y évoquait Spider ~ Rite of the Shrouded Moon (qu'on appellera désormais "Spider", pour plus de commodités), concept simple mais intriguant d'une petite araignée capturant des insectes, le tout avec un système jour/nuit et météo fondé sur la vraie vie... Il n'en fallait pas plus pour que, après un passage sur Steam, je me retrouve en possession de ce que j'imaginais alors être un plaisant petit jeu indé avec un gameplay plutôt original, très lointainement inspiré du classique Qix.

Un jeu avec une araignée dedans

Dans Spider, on incarne une araignée qui doit, dans chaque niveau, tisser des toiles pour capturer et manger différents insectes. Lorsque suffisamment d'insectes ont été mangés, la sortie du niveau devient accessible et l'on peut revenir sur la carte principale pour choisir un autre niveau. Il y a une 30aine de niveaux en tout, et tout se déroule autour/dans une grande demeure insolite, apparemment vide de locataires quoique toujours en bon état. Petit jeu tout simple en apparence, il cache en fait beaucoup de mystères...

Déjà, au fil des parties et de la progression, la manière d'aborder Spider en termes vidéo-ludiques va évoluer :

Dans un premier temps, on peut le voir comme un simple jeu d'aventure. On y visite différents lieux à travers des niveaux généralement assez courts (comptez 5-10mn pour terminer chacun d'entre eux une première fois). On tisse des toiles en sautant d'un élément du décor à un autre, et on capture les insectes présents. Tisser des toiles se fait très simplement : il suffit de maintenir le bouton B puis d'orienter le stick gauche afin de déterminer un angle et une distance (représentés par une courbe fléchée). En relâchant le bouton, l'araignée saute en respectant la courbe désirée, tout en tissant un fil de soie. Si elle atteint un élément de décor situé à une distance raisonnable, le fil de soie est placé. En créant ensuite d'autres fils à proximité, on peut former une toile. L'araignée peut aussi sauter sans tisser de toile. La manip' est identique, si ce n'est qu'il faut appuyer sur X et non plus sur B... Pour qu'une toile se forme, elle doit avoir au minimum 3 côtés. En outre, chaque angle doit être inférieur à 180°. Autrement dit, votre construction doit ressembler à l'idée qu'on se fait généralement d'une toile d'araignée, pas question de faire un truc de 50 côtés qui part dans tous les sens. Ceci dit, vous pouvez faire des toiles très grandes. Certaines achievements du jeu incitent d'ailleurs à créer des toiles de 7 voire 8 côtés. L'un d'eux, difficile mais ô combien gratifiant en cas de réussite, requière même de capturer 10 insectes dans une seule toile de 10 côtés !

Votre réserve de soie est limitée, il faudra donc faire attention en tissant des toiles. Si votre réserve tombe à zéro, vous mourrez de faim, entraînant le Game Over et le droit de recommencer le niveau en cours. Manger des insectes permet de faire remonter le stock de soie, avec un maximum de 20 fils.

Une fois la sortie déverrouillée, on peut s'y précipiter et passer à la suite. Mais maintenant que l'on est à l'aise avec le gameplay, pourquoi ne pas rester encore un peu et capturer d'autres insectes afin d'améliorer son score ? C'est là que Spider révèle une logique héritée de l'arcade, avec un système de scoring simple mais efficace. Déjà, il y a toute une variété d'insectes, aux comportements différents. Certains sont plus difficiles à attraper que d'autres, et valent donc plus de points. Par exemple, ils changent de direction si une toile se trouve déjà sur leur chemin, et il faudra les capturer en construisant un piège autour d'eux au bon moment. Les plus gros insectes seront capables de s'extirper de votre toile, et ne pourront être attrapés qu'avec une toile dite "solide". Pour qu'une toile soit considérée comme solide, elle doit avoir une assez grande superficie (le nombre de côtés importe peu, mais généralement les toiles solides ont au minimum 4 ou 5 côtés). D'autres insectes, comme les frelons, se montrent agressifs et vous attaquent à vue. Attention car si vous êtes percuté par un adversaire belliqueux, vous perdez un peu de votre réserve de soie.

Il y a plusieurs façons d'optimiser le score. Déjà, il existe deux systèmes de combo. Le premier est pour les insectes rampants, genre fourmis (les petites bêtes qui font crrrr crrr crrrrr). Ici, point de toile, il faut leur sauter dessus directement. Là encore, il existe des fourmis agressives, et d'autres qui fuient très rapidement... Un combo s'active si vous enchainez les repas en moins de dix secondes, multipliant les points de chaque insecte jusqu'à 5 fois.

Le second type de combo, le plus intéressant, va de nouveau altérer la façon dont on pouvait voir Spider jusque-là, avec une dimension plus axée puzzle-game : pour les insectes du genre papillons et autres moustiques (les petites bêtes qui font bzzzz bzzz bzzzzz), il vous faudra construire des toiles et là aussi enchainer les repas pour activer un combo jusque x5. Mais cette fois, tant que vous restez sur vos toiles, vous ne perdez pas le combo. Il n'y a donc plus de problème de temps. En d'autres termes, vous pouvez très bien capturer des insectes et ne pas les manger tout de suite. Continuez à construire des toiles, puis dévorez tout le monde à la chaine pour optimiser votre score. Vous pouvez construire des toiles ou/et sauter d'une toile à une autre sans perdre votre combo, du moment que vous ne touchez pas le sol ou autre élément du décor. Puisque la soie est limitée, il faudra parfois trouver le bon compromis entre placer ses toiles correctement en utilisant le moins de soie possible, et manger les insectes dans l'ordre idéal pour marquer un max de points. Tout cela demande de bien réfléchir sa stratégie, chaque niveau devient un puzzle. Les meilleurs joueurs se verront récompensés par l'obtention d'un grade plus élevé en fin de niveau (il y en a 3, Initié, Érudit, et Chevalier. Ce dernier exigera le score le plus élevé, et ce ne sera pas toujours facile !).

Le tableau de tous les insectes permet d'obtenir des informations précieuses, comme le nombre de points pour le score, ou leur attitude générale.
Petit instant égocentrique : à l'heure de l'écriture de cet article, mon record du monde sur le niveau "le puits" tient toujours, et je suis encore 14ème au classement général du jeu. Voili voilà.

Le jeu a aussi toute une dimension réflexion, puisque pour déverrouiller certains lieux, il faudra résoudre des énigmes, en activant des mécanismes, en récoltant des indices qui indiquent certaines choses à faire, et surtout, à quel moment les faire ! Car Spider a une particularité que j'ai déjà brièvement évoquée dans l'introduction de cet article : les niveaux sont modifiés en fonction du temps qu'il fait dans la vraie vie, de l'heure qu'il est, et même des phases de la lune. Alors malheureusement, le temps IRL n'est plus pris en compte depuis la fermeture des serveurs aux alentours de 2017-2018. Donc désormais il fait toujours beau ingame. Ceci dit rassurez-vous, vous pouvez forcer la pluie temporairement grâce à une option météo (ça ne fonctionne qu'une heure ou deux, une seule fois par phase de lune. Donc la pluie reste assez rare, mais c'est suffisant pour que les énigmes du jeu soient solubles sans frustration). Concernant l'heure, elle est fondée sur celle de votre ordinateur. Il fait jour à partir de 7h00 du matin, et nuit à partir de 19h00. Les phases de la lune sont, elles-aussi, liées à la date de votre machine. L'idée de devoir attendre le soir, le matin, la pluie, ou la bonne phase de lune, est intéressante et donne une touche de réalisme inattendue. Cela peut parfois sembler un peu long, même si pour ma part je me suis prêté au jeu avec plaisir, à surveiller les phases de la lune en fonction de ce que je voulais tenter ingame pour progresser. Ceci dit, les plus impatients pourront changer l'heure et la date de leur machine...

Résultat, outre les énigmes à résoudre à certains moments bien précis, vous pouvez aussi scorer chaque niveau dans 4 conditions différentes : jour clair, jour pluvieux, nuit claire, nuit pluvieuse. Selon chaque cas de figure, les insectes présents seront différents, de même que le score théorique maximal. En outre, certaines proies très rares n'apparaissent qu'à la faveur d'une lune précise, comme le Papillon Lunaire qui, sans surprise, adore la pleine lune ! Bref, de petit jeu d'arcade, on se retrouve maintenant dans un jeu de réflexion avec certaines énigmes qui ne dépareilleraient pas dans un Myst-like !

Mais ce n'est pas tout...

Le culte du secret

En effet, le jeu serait fondé (j'emploie le conditionnel car j'ai quand même des doutes malgré les affirmations des développeurs) sur une société secrète ayant réellement existé au XVIIIème siècle, baptisée "The Knights of the Buried Chambers". Cette surcouche est facultative et jamais explicite dans le jeu. Dans les faits, vous n'êtes qu'une petite araignée qui fait sa vie. Mais en tant que joueur, impossible de ne pas se poser des questions sur cette immense maison, dont certains éléments du décor, certaines photos, certaines pièces, sont très intrigantes... Et au final, si vous voulez déverrouiller tous les achievements secrets, c'est un tout autre jeu qui démarre !

Des objets étranges, une omniprésence de triangles, plusieurs preuves indirectes que le propriétaire des lieux a passé sa vie à tenter de résoudre un mystère occulte... Mais que s'est-il donc passé au Domaine Blackbird ?

Dans un premier temps, il va falloir être curieux, car rien ni personne ne va vous dire quoi faire. Une recherche internet ne donne pratiquement rien, personne ne connait ces Chevaliers, éclipsés par les Francs-Maçons et autres Illuminati... Puis vous trouverez peut-être, en insistant, un article en anglais daté de 2005, "Secret Codes and Empty Graves: The Legacy of the Knights of the Buried Chambers". En résumé, l'Ordre aspirait par-dessus tout au secret. L'identité des membres les plus hauts gradés restait mystérieuse même les uns pour les autres, les novices étaient espionnés pour vérifier leur dévouement à l'Ordre, les échanges se faisaient par messages codés... Il existerait des tunnels secrets cachant de véritables fortunes en or et en diamant. Mais surtout, l'Ordre aurait apparemment découvert le secret de l'immortalité. Puis, tous les membres de l'Ordre auraient brutalement disparu au début du XIXème siècle, laissant leur temple vide et à l'abandon... L'article met aussi en avant un terme bien étrange, récurrent dans les écrits de l'Ordre : "Gazophylacium Subterraneum". Cette fois, Internet vous mènera jusqu'à un site exigeant une phrase clef pour s'ouvrir. À ce stade, le jeu reprend le pas sur la réalité, sous forme d'un ARG.

Mauvaise nouvelle, le site n'est plus disponible aujourd'hui, tuant dans l’œuf toute possibilité d'investigation, rendant la suite de ce jeu alternatif insoluble. Voici toutefois quelques captures d'écran de ce que vous pouviez y trouver en résolvant les énigmes tortueuses qui s'y trouvaient :

Des énigmes à résoudre pour accéder à de nouveaux indices... Déjà, le droit d'entrer sur le site s'obtient en complétant une phrase. Des mots qui seront évidents pour un véritable initié (Humility, Secrecy, Auric...). Au terme de nombreuses énigmes très difficiles, vous trouverez des copies de documents, prétendument réels, qui vous donneront des instructions (codées) pour savoir quoi faire dans Spider afin de déverrouiller les derniers secrets/achievements cachés ! Et encore, même les images des achievements recèlent un mystère !

Cette ultime quête, déjà très difficile, est donc malheureusement devenue impossible car elle est liée à un site qui n'est plus en ligne aujourd'hui. Et comme si ça ne suffisait pas, il s'est ensuite passé une chose bien étrange, que je n'avais jamais vue pour quelque autre jeu avant ça : quand il est question de jeux ou/et d'achievements, on trouve toujours des gens pour nous aider. Dès les premiers magazines de jeux vidéo, on trouvait des astuces et des guides. (Certains se sont même entièrement axés là-dessus, comme le bien-nommé PC Soluce). Avant internet, on avait aussi le minitel, voire des numéros de téléphone chez différents constructeurs et éditeurs. Et comment ne pas citer l'ETAJV. Et avec internet, les sites, les forums, les vidéos, les guides officiels, il est devenu virtuellement impossible de ne pas trouver de l'aide quand on est coincé dans un jeu...

... À l'exception de Spider : pendant un temps il a existé des topics très longs et très complets, notamment chez Toucharcade.com, alimentés par des fous furieux progressant pas à pas, cherchant à résoudre tous les mystères du jeu. L'un d'eux s'est même déplacé jusque dans le Vermont, lieu d'origine des Knights of the Buried Chambers, pour y trouver d'éventuels indices supplémentaires... Et puis soudain, tout ce petit monde s'est mis à éditer ses messages, à supprimer toutes les informations. Même sur PlaystationTrophies.org, des gens qui avaient dénoncé cette situation en y voyant une forme d'élitisme, ont ensuite fait exactement la même chose ! Résultat, aujourd'hui, il n'y a plus de solution complète pour Spider sur le net, tout au plus des bribes d'informations à peine suffisantes pour obtenir tous les achievements sans pour autant comprendre le pourquoi du comment...

Moi-même, désireux un temps d'écrire un guide pour palier la situation, je me retrouve coincé car avec le site qui n'existe plus, il y a plusieurs indices que je suis désormais incapable d'expliquer. Par exemple, il y a un succès secret qui consiste à reproduire une musique en interagissant avec un orgue situé dans un niveau précis. J'ai été capable de retrouver le nom du morceau, puis un extrait musical sur youtube, puis j'ai décrypté la mélodie pour la "convertir" en notes utilisables ingame, et appliqué le tout pour obtenir ma récompense au prix de beaucoup d'essais infructueux. En revanche, pour que tout cela soit possible, il fallait avant tout trouver le nom du compositeur, en l'occurrence le Comte de Saint Germain. (Un aventurier mystérieux du XVIIIème siècle qui a réellement existé, et dont les rumeurs le prétendaient alchimiste, et accessoirement immortel. Allez dont voir sa fiche wikipédia). Eh bien j'ignore complètement comment le joueur est censé trouver ce nom en premier lieu, l'ayant moi-même déniché sur un guide très incomplet. Sans doute y avait-il une énigme dédiée sur le site ?

Alors pourquoi une telle attitude ? Y a-t-il, sur le site ou dans le jeu, quelque chose qui pousse les joueurs à un tel revirement ? Ou bien cette histoire d'Ordre de Chevaliers oubliés et de culte obscur leur a-t-elle simplement monté à la tête ? On ne le saura sans doute jamais, le secret passant apparemment avant tout le reste...

Conclusion ? chuuuuut...

Spider ~ Rite of the Shrouded Moon est un excellent jeu, addictif et bien fichu. Il est cependant regrettable que ses aspects les plus originaux soient aussi désormais les plus inaccessibles ou/et non-fonctionnels. La gestion de la météo IRL était une gimmick marquante, mais l'abandon de cette idée moins de trois ans après la sortie du jeu, montre surtout le caractère éphémère des jeux vidéo aux yeux de certains développeurs (point de vue auquel, en tant que rétrogamer, je ne pourrai jamais adhérer). Même remarque pour le site de "réalité augmentée", lui aussi cassé après trois ans... Et ne parlons pas de l'attitude étonnamment protectrice des joueurs en termes de partage d'informations... Au final, le culte du secret se retourne contre le jeu. Une œuvre très originale et avec des idées remarquables, se transforme désormais en simple bon jeu parmi tant d'autres. A l'image de cet ordre des Knights of the Buried Chambers, en quête d'immortalité mais que la paranoïa a paradoxalement précipités dans les abysses de l'oubli, vous souviendrez-vous de Spider d'ici quelques années ?

Bon c'est pas tout ça, mais il va falloir passer le balai, maintenant...
Jean-Christian Verdez
(17 juin 2024)