Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Spare Change
Année : 1983
Système : Apple II, Atari 8-bits, C64
Développeur : Broderbund
Éditeur : Broderbund
Genre : Arcade
Par Jean-Christian Verdez (12 juillet 2003)

Sorti sur Apple II en 1983, Spare Change propose un challenge initial d'apparence fort simple, mais qui nous allons le voir demande de contrôler pas mal de paramètres : Vous êtes le gérant d'une salle de jeux. A l'écran il y a plusieurs machines et parmi elles deux carrés verts. Le but est de diriger votre personnage de façon à ce qu'il récupère et mette des jetons à l'abris (les jetons seront convertis en sacs d'argent à la fin du niveau) en les déposant à l'intérieur des 2 carrés verts (il suffit de passer au-dessus, le personnage laisse tomber les jetons automatiquement). Une fois cet emplacement suffisamment rempli de jetons, la porte située au centre de l'écran s'ouvre, vous donnant accès au niveau suivant...

Bien. Là où tout va se compliquer, c'est tout d'abord dans la manière d'obtenir les précieux jetons. Dans le niveau il y a un certains nombre d'appareils contenant des jetons (ce sont les machines où est inscrit le mot token). Chaque machine en contient 2 au maximum. Pour vous emparer d'un jeton, il suffit simplement d'aller sous la machine et de vous servir -en appuyant sur haut- puis de porter le jeton jusqu'au carré vert, et ainsi de suite. Mais il va fatalement arriver un moment où toutes les machines à tokens seront vides, et c'est là que le terme "change" du titre prend tout son sens : en haut à droite de l'écran se trouve une caisse enregistreuse. Lorsqu'une ou plusieurs machines à tokens seront vides, il faudra aller à la caisse, prendre de l'argent, et remplir les machines de façon à ce que deux nouveaux tokens apparaissent. De la même manière, lorsque la caisse sera vide, il faudra alors aller au coffre-fort situé en haut à gauche pour y récupérer un sac d'argent et remplir à nouveau la caisse. Le jeu est donc une course perpétuelle durant laquelle vous allez changer des sacs d'argent en pièces, des pièces en jetons, et cumuler les jetons pour ouvrir la porte de sortie et gagner beaucoup plus de sacs d'argent.

Et tout ceci serait encore trop simple s'il n'y avait personne pour vous embêter. 2 petits individus espiègles, les Zerks, vont constamment chercher à voler les jetons de façon à remplir leur cochon-tirelire. Les Zerks sont en réalité des personnages issus d'un jeu d'arcade et qui ont réussi à sortir de leur borne ! Et ils courent partout, piquent des jetons dans les machines, se font éventuellement des passes avec, puis les lancent dans leur tirelire. S'ils arrivent à remplir leur précieuse banque avec 5 jetons, alors la partie est perdue pour vous. Heureusement, vous allez avoir plusieurs moyens de vous défendre. Pour commencer, les Zerks ne sont au début pas très malin, et il vous suffit de les rattraper pour leur reprendre le jeton qu'ils ont volé (à condition que vous ayez les mains vides à ce moment-là). D'autre part dans chaque niveau il y aura une ou plusieurs machines différentes que vous pourrez activer, moyennant un jeton, afin de détourner leur attention. Le niveau 1 par exemple est pourvu d'un juke-box. Activez-le et les Zerks viendront alors danser (danser le zerk ?), vous laissant quelques secondes de répit. On trouvera par la suite deux téléphones pour que les Zerks aillent tailler le bout de gras, une machine à pop-corn pour rassasier ces petits goinfres, etc. On notera aussi la maladresse des Zerks. En effet, il leur arrive parfois de se cogner l'un contre l'autre en courant, perdant ainsi les éventuels jetons qu'ils venaient de prendre. Parfois même, lorsqu'ils envoient un jeton dans la tirelire, il leur arrive tout bêtement de mal viser ! Ces coups de chances providentiels pour vous, ne seront pas de trop pour compenser la difficulté qui vous attend.

Les deux Zerks dansent, profitez-en !

Il y a de plus différentes subtilités à prendre en compte. Par exemple, si vous utilisez trop fréquemment la même machine à tokens pour récupérer les jetons (au hasard, celle située juste au dessus des deux carrés verts, pour gagner du temps), cette dernière finira par tomber en panne et deviendra alors inutilisable jusqu'à la fin du niveau. De même, en utilisant trop souvent une même machine pour détourner l'attention des deux voleurs, l'effet durera moins longtemps. Mais surtout, ce n'est pas parce que vous avez mis des jetons dans les carrés verts qu'ils sont en sécurité, car les Zerks peuvent aussi se servir ici !

Autre chose. pour ouvrir la porte centrale, il suffit de remplir un seul carré vert, mais vous n'êtes pas obligé de l'emprunter tout de suite et pouvez très bien continuer à remplir le second carré. C'est même tout-à-fait conseillé puisque vous ne passerez au niveau suivant qu'en remplissant le second carré. Je m'explique : la porte s'ouvre après que vous ayez rempli le carré inférieur, et chaque jeton supplémentaire que vous mettrez dans le carré supérieur se transformera lorsque vous franchirez la porte en un sac d'argent qui s'affichera ensuite à côté de votre score. Vous ne passerez au niveau suivant uniquement lorsque vous aurez gagné 9 sacs. Tant que vous n'aurez pas ces 9 sacs, la porte vous ramènera toujours au même niveau. Vous pouvez donc adopter 2 stratégies. Soit vous essayez de remplir du premier coup les deux carrés, soit vous vous contentez d'un ou deux jetons supplémentaire avant de franchir la porte et ainsi gagner les sacs en plusieurs fois. L'inconvénient est que vous devrez à chaque fois remplir à nouveau le carré du bas, et l'avantage est que si les Zerks sont sur le point de remplir leur tirelire (5 jetons), alors en passant la porte vous faites retomber leur score à zéro. Il faudra donc jongler habilement entre les deux possibilités, et mettre le plus de jetons d'un coup dans les carrés tout en surveillant la tirelire des Zerks.

Pour vous récompenser de votre victoire entre chaque niveau vous pourrez profitez du Zerk Show, une petite animation mettant en scène votre personnage et les Zerks, histoire de vous laisser souffler avant le niveau suivant. Ces petits gags sont très rafraîchissants, et rien que pour ces (trop) courtes scènes cinématiques (disons plutôt interludes) c'est un régal d'arriver enfin à terminer un niveau que l'on n'avait jusque là pas encore passé.

Broderbund, déjà auteur entre autres des mythiques Lode Runner et Choplifter, nous propose cette fois encore un jeu diaboliquement prenant, à la fois simple et nécessitant un peu de stratégie. Le jeu est en quelque sorte une douce comédie sur les jeux d'arcade, tout en appartenant lui-même au genre arcade ! Et le challenge du jeu sera, comme de mise en arcade, de voir un maximum de "Zerk show" différents tout en réalisant le meilleur score. Spare Change a été fidèlement adapté sur d'autres plates-formes, comme le Commodore 64 dont la conversion est signée Steven Ohmert, et l'Atari 800XL. Mais malgré une bonne réputation, il n'a semble-t-il pas su enthousiasmer la foule autant que les deux jeux cités plus haut, ce qui fait qu'il restera sans suite et rejoindra le monde des bons jeux oubliés.

respectivement les versions Atari 800XL et Commodore 64

Si Spare Change n'a pas réussi à traverser les ages comme d'autres de ses frères de pixels dont les versions se sont enchaînées et améliorées au fil des années, il n'en reste pas moins un jeu excellent et (retrospectivement) toujours très apprécié des joueurs. Voilà donc un titre aux graphismes simples mais clairs, aux parties courtes mais intenses et dont l'intérêt ludique n'a pas pris une ride, le rendant presque intemporel.

Jean-Christian Verdez
(12 juillet 2003)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(5 réactions)