Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Utiliser un Arcade Power Stick Sega avec un émulateur
Par Phil (27 août 2000)

Alors voilà, vous venez de vous apercevoir que vous êtes un vrai retrogamer, que vous n'arrivez plus à ouvrir la porte de votre bureau tellement il y a des antiquités informatiques qui traînent partout, et inversement les portes des placards ne ferment plus, encombrés qu'ils sont d'ustensiles et accessoires pour vieilles consoles. Ce n'est pas grave, cette maladie s'appelle la collectionnite et n'est pas dangereuse pour votre santé. Elle est juste un peu plus nuisible à votre entourage, mais avec un peu d'astuce, on parvient facilement à arrondir les angles. Par exemple, si votre femme vous demande si vous vous servez souvent du gros stick arcade Sega qui traîne à côté de votre bureau, vous pourrez désormais lui répondre que oui ! En effet, même si vous passez le plus clair de votre temps devant votre PC, voici une idée qui pourra justifier la présence de ce magnifique objet à côté de votre PC.
C'est vrai, ce n'est pas le tout de collectionner, il est tout de même dommage de ne jamais se servir de si belles pièces de collection, surtout lorsqu'elles sont aussi fonctionnelles et en parfait état de marche. Le montage que je vous propose donc aujourd'hui est assez simple et vous permettra d'utiliser cet imposant stick arcade à loisir sur votre émulateur favori, à savoir Mame. Je ne l'ai pas inventé, ni même conçu le pilote pour Windows XP à utiliser avec, mais je vais essayer de détailler, photos et schémas à l'appui, la marche à suivre pour obtenir un montage propre et fonctionnel.

Commençons par le matériel nécessaire. En fait, si on veut, on peut vraiment rogner sur le budget pour arriver à un truc proche du gratuit, mais je prends le parti de faire quelque chose de présentable et de durable. Ca va donc coûter quelques sous, mais rien d'insurmontable. Les prix indiqués sont ceux du magasin Conrad, qui est une vraie mine d'or pour tout bidouilleur. Il y a deux boutiques dans la périphérie de Lille, mais tout le catalogue est accessible sur commande ici.

Il nous faudra donc :

  • Un stick arcade Megadrive. Beaucoup plus évident à trouver qu'il n'y paraît, en particulier sur les brocantes. On part du principe qu'on en a déjà un puisqu'on cherche à justifier sa présence dans sa collection !
  • Un câble parallèle. En effet, le montage va se brancher sur le port parallèle du PC. Normalement, il devrait être inoccupé si le PC est récent car plus aucun périphérique ne l'utilise. Attention, au niveau du BIOS, ce dernier doit être configuré sur EPP ou ECP. Il est probable que cela ne fonctionne pas sur des machines plus anciennes mais je n'ai pas essayé. On peut trouver des câbles de ce type n'importe où ; et c'est justement l'intérêt de la chose. Seuls les vieux périphériques souvent HS utilisaient ce port. C'est le moment de recycler le câble ! Le côté qui nous intéresse est le bout avec le connecteur DB25 (25 broches) mâle (celui qui va sur le PC). Si le câble est entier, on va donc le couper. Si vous achetez un câble neuf, il y en a pour environ 5€.
  • Une prise DB9 mâle à souder : environ 0,50€. Si vous êtes perfectionniste (comme moi - qu'est-ce-qu'il ne faut pas lire, NdD), vous pouvez ajouter la visserie qui va avec : environ 1€.
  • 3 diodes de type 1N914 ou 1N4148, vendues par 10 pour 0,50€.
  • Un coffret pour stabiliser le montage : n'importe quelle boîte en plastique peut faire l'affaire, mais les coffrets TEKO sont très bon marché et faciles d'emploi. J'utiliserai ici un format 55x85x36 au redoutable prix de 2€ environ.

Au niveau de l'outillage, ce qui suit n'est pas indispensable mais facilite quand même le boulot. On va considérer que vous l'avez chez vous. Si ce n'est pas le cas, ce n'est pas grave, mais dîtes-vous bien que c'est toujours utile...

  • Une pince coupante (1€);
  • Des tournevis de précision (1€ dans les foires à l'euro des supermarchés);
  • Un testeur de continuité. N'importe quel testeur de courant peut faire l'affaire. Vous en avez sûrement un chez vous si vous réparez les petits soucis d'électricité à la maison; sinon, ça ne coûte pas plus de 10€.
  • Un outil du type Dremel. Ce dernier coûte en fait très cher mais on trouve des clones tout aussi efficaces dans les magasins de bricolages pour 20 à 25€. Pas indispensable, mais très utile.
  • Un fer à souder précis (j'ai un 15W avec panne pointue) et un peu d'étain (entre 5 et 10€ si vous n'en possédez pas);
  • De la gaine rétractile. C'est un tube plastique vendu en rouleau ou en tiges de 20cm et de section variable. On l'utilise pour isoler et protéger des connexions. On en coupe un petit bout, on la passe sur le fil, on soude, on glisse la gaine sur la soudure et on chauffe au briquet. La gaine se rétracte et ajoute de la robustesse au raccord tout en l'isolant. Cela dit, ce n'est pas indispensable, et on peut même la remplacer par le fabuleux chatterton;
  • Du temps (ben oui, c'est aussi de l'argent);
  • Un pilote, PPJoySetup, que vous trouverez ici. Je reviendrai en détail sur son utilisation.

Pour l'heure, il s'agit de faire la partie chiante de l'opération, à savoir quel fil correspond à quoi.
Commencez par couper proprement à la pince coupante le câble parallèle. Si vous voulez une grande longueur de fil à l'adaptateur, coupez plus près du connecteur femelle. On garde la partie avec la fiche mâle DB25.
Enlevez la gaine sur quelques centimètres pour dégager les 25 petits fils à l'intérieur. Le but va être d'identifier les fils qui sont câblés sur les pins qui nous intéressent... C'est là qu'on se sert du testeur.

On peut voir que tous les pins du connecteur DB9 vont être câblés. Comme on a coupé le câble parallèle, on va se servir des fils de celui-ci pour souder sur le DB9. Reste à identifier qui est qui et, surtout, dans quel sens ça fonctionne.

Tout d'abord, identifions le connecteur DB9.
Si on regarde la prise du Stick (femelle donc), on peut identifier les pins comme suit :

Ce connecteur femelle va donc venir s'enficher dans notre connecteur mâle, que l'on veut fixer sur notre boîtier :

Il est important de bien se repérer. En regardant bien ces photos il sera difficile de se tromper.

A présent le connecteur DB25.

Ce qui donne du côté du connecteur mâle qui est sur notre câble :

Rien de bien compliqué, mais on a vite fait de se tromper; c'est pour ça que j'insiste bien sur chaque connecteur.
Il nous reste donc à identifier dans notre faisceau de fils ceux qui sont raccordés aux pins 1 à 7, ainsi que les 14, 16, 17, 18 et 19.

C'est un peu fastidieux, mais avec le testeur, on en vient vite à bout. Les fils se dénudent avec les ongles sur 5mm et il vaut mieux noter sur une feuille les couleurs qui nous intéressent avec le pin correspondant.

Si vous avez de petites étiquettes, elles peuvent aussi faire merveille ici. Une fois que c'est fait, je préconise de recouper un peu les fils qui n'ont pas d'utilité dans le montage. Ca fait toujours moins de chance de se tromper quand on les voit non dénudés.

Il nous reste enfin à souder les fils sur les pins correspondants. Avant de procéder, inutile de se précipiter. Il faut imaginer le montage fini. On veut un boîtier sur lequel on vient brancher son Stick arcade Sega, boîtier qui est lui-même doté d'un câble et d'une prise DB25 mâle à brancher sur le PC. On peut donc penser qu'il serait judicieux de fixer le connecteur DB9 sur le boîtier tout de suite. C'est une idée, mais ce n'est pas la meilleure. En fait, nous allons percer un trou sur un côté de la boîte pour faire entrer le bout du câble dénudé, et un deuxième trou soigneusement découpé et usiné qui viendra accueillir le connecteur DB9. Pour ceci, je vais utiliser mon clone de Dremel, mais avec un peu d'adresse, on peut très bien y parvenir avec une chignole classique, une lime ronde et un peu d'huile de coude.
On vérifie avant toute chose que le connecteur mâle DB9 s'emboîte bien dans le trou qu'on a fait pour lui. Si on a le kit de visserie, on en profite pour faire les trous de fixation des vis qui le maintiendront bien en place.

Ensuite, on enlève le DB9 et on passe le câble dans ce trou. On prend un peu de mou, histoire d'être à l'aise. A ce moment là, on peut éventuellement passer un collier plastique ou un joint de plomberie qu'on rentre en force sur le câble, et qui viendra empêcher de forcer sur les soudures si on tire sur le câble. On peut aussi envisager de faire un nœud, mais vu la section, c'est pas évident.

On fait chauffer le fer à souder, on sort l'étain et la troisième main. Encore une fois, c'est un ustensile à la limite du superflu mais ça coûte environ 6 euros et ça permet de souder très précisément sans s'arracher les cheveux.

Je propose de commencer par le plus difficile ; en effet, les pins 1 à 7 du DB25 allant direct sur des pins isolés du DB9, ce n'est pas très compliqué. Commençons donc par cette histoire de diodes. On ne va pas y passer la semaine : on en prend trois, on vérifie bien les sens pour qu'elles aient toutes le même, on torsade sur les trois tiges l'extrémité qui doit aller sur le DB9, on en profite pour passer un bout de gaine et on soude ce côté (pour aide mémoire, la bague représentée sur les diodes représente la pointe sur les schémas.) On coupe ce qui dépasse et on se retrouve avec un joli composant de trois diodes en parallèle prêt à rejoindre notre montage.

A l'autre bout, on passe un bout de gaine sur chaque tige de diode et on soude les fils 14,16 et 17 respectivement sur les tiges des diodes. Quand c'est fait, on recouvre la soudure avec la gaine, on chauffe et hop, c'est isolé. Du côté des 3 tiges reliées, on peut essayer de souder direct sur le pin 5 du DB9 mais, pour une raison de clarté, je préconise de souder un fil sur le raccord, de l'isoler avec un bout de gaine et de venir ensuite souder le fil sur le DB9. De toute façon, ça laissera un peu de mou pour tout ranger dans le boîtier, et ça sera moins fouillis sur le DB9.

En ce qui concerne les pins 18 et 19 du DB25, on a également le choix de les amener ensemble sur le pin 8 du DB9 ou de faire comme précédemment une sorte de Y. Les fils étant petits et souples, l'une ou l'autre solution conviendra sans problème. Ne pas oublier d'isoler au maximum chaque soudure quand c'est possible avec de la gaine ou du chatterton. J'ai choisi ici de couper un des deux fils plus courts et de le souder sur l'autre à un endroit que j'ai légèrement dénudé. Ensuite, j'isole le tout avec de la gaine.
Enfin, il nous reste à venir souder les pins 1 à 7 du DB25 sur les pins correspondants du DB9 en procédant avec précaution et attention pour ne pas se tromper.

Encore une fois, l'emploi de la gaine thermo est un plus car si on n'est pas sûr de ses soudures, elles seront bien isolées quand même.

Une fois qu'on est assuré que les soudures tiennent et sont bien isolées, on passe à la phase de test. En effet, on ne va pas tout refermer si ça ne fonctionne pas. On peut d'abord tester les pins côté connecteur respectivement du DB9 et du DB25 à l'aide du multimètre histoire de contrôler qu'on a bien la continuité sur chaque pin relié. Une fois ceci vérifié, on passe au test.

Nous allons installer PPJoy. Il suffit de cliquer sur le fichier, et celui-ci va s'installer. On notera que ce pilote est très bien développé et documenté. Il peut également servir à brancher tout un tas de trucs et de machins sur le port parallèle (tout ce qu'on aime). On notera également qu'il fonctionne avec les versions les plus récentes des ports EPP (1.7 et 1.9) ou ECP. Cela dit, il sait également s'accommoder des ports plus anciens.
A l'installation, confirmer le message d'avertissement de Windows sur les pilotes non signés. Il y en a plusieurs. On a une nouvelle icône dans le panneau de configuration :

On peut donc ajouter un nouveau pad :

Windows va maintenant installer le pilote adéquat (en deux fois : un pour le pad, un pour le contrôleur HID), toujours avec les avertissements de sécurité à ignorer. Et voilà, c'est fini pour la partie logicielle ! Il ne reste plus qu'à vérifier, dans le gestionnaire des contrôleurs de jeu de Windows, que tout fonctionne bien. On va ainsi tester les 4 axes et les 3 boutons. Vous remarquerez également qu'avec ce montage, les diodes rouges au dessus des boutons s'allument lorsque l'autofire est sélectionné... Ca le fait.

Ca marche ! Quel bonheur ! Retrouver les sensations de ce gros stick sur mes émulateurs préférés ! A ce propos, je n'ai essayé qu'avec Mame, SNES9x et Gens. Cela fonctionne parfaitement pour les deux premiers, mais je n'ai pas réussi avec Gens... Sûrement un truc que j'ai oublié, il doit y avoir moyen de le faire marcher.
On va maintenant poser un collier plastique sur le câble, positionner les fils et la prise, la visser fermement grâce au kit de visserie fourni, fermer le couvercle, et admirer notre œuvre...

Avec ça, je vais enfin pouvoir faire des scores de tueur à Track&Field !!! Eh oui, même l'autofire est parfaitement géré, ainsi que sa molette de réglage. Que du bonheur, je vous dis !

Phil
(27 août 2000)