Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Beetle Adventure Racing
Année : 1999
Système : N64
Développeur : Paradigm
Éditeur : Electronic Arts
Genre : Jeu de Course
Par Erhynn Megid (16 juin 2014)

Adventure-ture-ture... Racing!

Beetle Adventure Racing, ou comment Crash Bandicoot a abandonné sa Team de Kart et s'est mis à conduire les New Beetle de Volkswagen. Quel rapport avec cet animal et son clone (réussi) de Mario Kart ? Les caisses. Ces satanées caisses que l'on explose partout. Car vous allez en avoir besoin de ces caisses en bois, oh oui ! Et pour les trouver toutes, il va falloir explorer la dizaine de raccourcis de chaque circuit. Sans parler des caisses Bonus qui débloquent du contenu pour le mode multi. Mais de quoi je parle ?

De Beetle Adventure Racing (BAR), pardi ! Sorti en 1999 sur N64, BAR est l'un des seuls jeux de course d'EA (avec Hot Weels) disponible sur la console au gros N en 3D de Nintendo. Alors que Sony vous narguait avec les Need for Speed et Gran Turismo, vous, possesseurs de la Nintendo 64, vous deviez vous coltiner les horribles conversions Arcade de Midway, comme les Cruisn'USA, Cruisn'World, Off Road Challenge et même Cruisn'Exotica, sans parler de l'affreux portage de California Speed et des San Francisco Rush 1 et 2 (heureusement le 2049 remontera violemment le niveau). Bien sûr il y avait Kemco avec le sympathique mais limité Top Gear Rally, et l'étrange Top Gear Overdrive avec ses graphismes vides mais magnifiques avec le Ram Pack, disposant d'une grande fluidité et d'un affichage optimal, sans parler de ses chansons entraînantes.


Rev Limit (ci-dessus) nous a fait les yeux doux à l'époque. On l'attend encore (enfin plus vraiment maintenant). Ce jeu n'a d'ailleurs jamais existé sur N64 !
GT World Driver, qui deviendra World Driver Championship : le premier jeu à montrer que même sans le Ram Pack, on peut être magnifique (les captures ne lui rendent pas honneur). Un jeu au pilotage très particulier mais au feeling excellent. Hélas, il est toujours impossible à émuler de nos jours.
Les Top Gear Rally 1 et 2, ainsi qu'OverDrive (un jeu que j'aime beaucoup même s'il est bardé de défauts), tous difficiles à émuler correctement. Pour OverDrive, la New Beetle est aussi disponible.

En attendant l'éventuel World Driver Championship, considéré comme le Gran Turismo de la N64 qui allait montrer de quel antialiasing elle se chauffe, c'était la dèche. En un mot comme en cent, la N64 était très mal lotie concernant les jeux de caisses de qualité, qu'ils soient réalistes ou non (il reste toujours Mario Kart 64 ou Diddy Kong Racing sinon).

Mlle Adventure, voulez-vous prendre M. Racing pour époux ?

BAR se classe directement dans la catégorie des jeux de courses Arcade. Et pour se démarquer des autres, il introduit donc un concept plutôt original : n'ayant à votre disposition que des New Beetle aux performances diverses, vous devez parcourir six circuits gigantesques pour arriver premier. Sauf que ! Dans ces circuits, plusieurs dizaines de caisses ont été positionnées par des sadiques au bord de la route, dans les passages secrets et même dans des endroits incongrus, nécessitant de perdre de précieuses secondes et donc risquer de perdre la première place.
Ces caisses sont de trois types et toutes ne sont disponibles qu'une seule fois pour les trois tours : une caisse détruite le reste jusqu'à la fin de la course.

  • Nitro : permet de booster temporairement sa vitesse dès que l'on traverse la boîte. Très utile car le CPU ne peut pas s'en servir.
  • Les Points : de trois genres : 2, 5 et 10 pts, ces points permettent de gagner un  Continue, utile pour recommencer une course dans un Grand Prix (car le moindre échec et c'est le Game Over !), mais aussi de débloquer une map pour le mode multi-joueurs. Pour cela, il faut obtenir « 100 pts » dans une course solo, et donc exploser toutes les caisses de points d'un niveau, sans exception.
  • Bonus : il existe trois caisses bonus par niveau et leur emplacement est de plus en plus fourbe. Tantôt vous devrez littéralement faire demi-tour pour vous rendre dans un parking, tantôt vous devrez faire un super saut pour atterrir sur le bord d'une falaise enneigée... et bien sûr, il vous faudra finir en tête du classement pour que tout soit pris en compte !
Ce satané GPS est encore en panne : regarde chérie, il y a un passage à droite. Et voilà, un T-Rex maintenant ! Ces gens ne rangent jamais leurs jouets... c'est ça de dépenser sans compter ?!

Là où le tout devient encore plus sadique, c'est qu'en dehors des caisses Nitro, les deux autres ne sont disponibles qu'en mode Aventure. Et ce mode n'est jouable qu'en solo. Pour pimenter les choses et aussi proposer un peu d'originalité et de surprises, chaque circuit dispose d'un point de départ et d'une arrivée. Ainsi, le point de départ n'est traversé qu'au premier tour et rejoint le circuit sur lequel on effectuera ses trois tours, sauf que la route sera déviée au dernier tour sur un autre parcours ! Vous vous en doutez sûrement : il y a généralement des caisses à points dans les parcours de départ et d'arrivée. Manquez-les et vous êtes bon pour recommencer. Heureusement, récolter toutes les caisses n'est au final qu'optionnel mais permet de débloquer des bonus pour le multi-joueurs et des Cheat Codes (qui ne donnent pas spécialement d'avantages).

Les autres modes de jeux sont plus classiques : Course unique jouable à deux, l'éternel Contre la montre (qui permet de localiser les passages secrets et autres sauts), puis le fameux « Beetle Bang », le mode multi-joueurs jouable à quatre sur lequel j'ai passé de longs moments de délire à faire tout et n'importe quoi, sur les maps supplémentaires débloquées à la sueur de mon front (et de celui du frangin) en mode Aventure. Un peu à la façon de Mario Kart, on y trouve par exemple un mode où il s'agit d'exploser l'autre joueur à l'aide d'armes un peu farfelues et assez limitées.

Nice wheels!

La réalisation du jeu est très bonne. Sur une version européenne (et donc en 50 Hz), le jeu reste relativement fluide en toute circonstance, et ce malgré une distance d'affichage plus que respectable pour une Nintendo 64 : il n'y a ni brouillard ni clipping (un luxe sur cette console) ! À deux joueurs en mode Course Unique en revanche, le framerate a tendance à subir la crise financière mais ça reste acceptable. Il faut dire que les circuits sont énormes avec une foule de détails.


Chérie, tu peux me dire si dans le guide touristique ils parlent de ce pont démoli par l'armée et les hélicoptères ainsi que cette route au bord de la lave ?

Les circuits sont très variés malgré leur nombre : une ville et ses alentours au bord de l'eau (avec un château fort en ruines dans un passage secret), une ville autour d'un volcan et près d'un parc avec des dinosaures (!). Après, vous ferez un tour à la montagne sous la neige, vous visiterez aussi une métropole avec ses autoroutes, son métro, bref un circuit doté d'un grand nombre de passages secrets, un désert avec pyramide à explorer ou encore un décor de film d'horreur.

Comme précisé plus haut, les circuits sont très longs (comptez entre 2 et 3 minutes pour faire un tour sur certains circuits) et il y a plus d'une dizaine de raccourcis sur chaque piste, de quoi varier le trajet, d'autant plus que ces raccourcis ont souvent un petit quelque chose qui les rend agréable (en plus d'y trouver une caisse de nitro, des points, etc.).

Est-ce toujours aussi cool de conduire une New Beetle ?

Comme précisé plus haut, tout n'est pas parfait au royaume de BAR et l'un des défauts majeurs pointe le bout de son nez : la musique. Elle est extrêmement mauvaise, pour la simple et bonne raison qu'elle boucle toutes les dix ou quinze secondes. Alors oui elle est un peu rigolote et adaptée aux circuits mais... on a vite fait d'en avoir marre, les circuits étant énormes.

Ensuite, venons-en au point le plus important : le gameplay. Si l'on met de côté la course aux caisses un poil sadique, on se retrouve devant un jeu de course sympathique, toutefois plombé par plusieurs défauts gênants, notamment une IA pas très brillante ni motivante. La découverte des raccourcis et l'exploration renforcent cependant la motivation, pour peu que ce soit votre came.

Voilà chérie, tu es contente ? J'ai traversé le mur de glace et maintenant, il y a des cristaux géants partout et je jurerais avoir vu une soucoupe volante...

L'autre point qui peut toutefois vous énerver dans BAR, ce sont les collisions : si vous percutez trop vite un mur ou un élément de décor indestructible, votre voiture... explose (comme dans Top Gear Overdrive), puis vous êtes renvoyé manu militari sur la piste principale de la course, tant pis si vous étiez en train d'explorer un raccourci ou sur la piste d'une caisse Bonus, ce qui a de quoi faire rager plus d'un joueur. Amusant au début, vite agaçant quand on explore.

De nos jours...

Même si graphiquement le jeu n'a pas trop souffert de l'épreuve du temps, il reste difficile à émuler correctement sur certains émulateurs : de nombreux bugs d'affichage et sonores persistent. Y jouer sur une vraie console reste donc une valeur sûre pour s'assurer un bon fonctionnement (un jour sur la Console Virtuelle ?). BAR reste une expérience unique qui ne sera, à ma connaissance, jamais renouvelée. L'occasion de découvrir cet étrange concept osé de Paradigm, soutenu par Electronic Arts (eh oui !).

Erhynn Megid
(16 juin 2014)
Sources, remerciements, liens supplémentaires :
Captures d'écran :
- spong.com (Rev Limit, Top Gear Rally 1, 2, OverDrive, World Driver Championship).
- firsthour.net (Beetle Adventure Racing).
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(17 réactions)