Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Snafu
Année : 1981
Système : Intellivision
Développeur : Mattel
Éditeur : Mattel
Genre : Arcade
Par François Houste (27 novembre 2001)

Si vous connaissez le jeu du serpent, Blockade ou Snake, sur d'autres plates-formes que l'Intellivision, alors Snafu ne vous est pas tout à fait étranger. Utilisant des graphismes simplistes (des carrés des couleur), Snafu vous propose simplement deux versions différentes de ce jeu et une vingtaine de variations sur ce thème.

La première version de Snafu est héritée d'un jeu de plateau américain appelé Blockade. Dans celui-ci chaque joueur doit construire un mur continu dans le but d'encercler les autres joueurs et de les empêcher de construire eux aussi leurs murs. Dans Snafu, chaque joueur commence en un point donné du terrain et étend son serpent. Seul choix : la direction dans laquelle celui-ci va se diriger. Mais attention, si la tête de votre serpent rencontre un obstacle, que ce soit son propre corps ou celui d'un autre joueur, la partie est perdue. Le vainqueur ? Celui qui reste seul sur le terrain de jeu bien sûr. Les différentes variantes du jeu permettent d'affronter jusqu'à trois adversaires.

La seconde version de Snafu est plus complexe et mérite pleinement le nom de jeu du serpent. On ne joue désormais qu'à deux. Chaque serpent est à l'origine constitué de dix carrés. À chaque fois que la tête de votre serpent rencontre le queue d'un autre serpent, celle-ci disparaît et le serpent adverse perd de sa longueur. Le premier serpent à avoir totalement disparu est perdant. Pour agrémenter un peu la partie, il est possible de se reconstituer lentement et restant suffisamment longtemps sans aucun contact. Comme pour la première variante, c'est avant tout l'anticipation des mouvements qui est de mise.

Pour aussi simpliste qu'il soit, le principe du jeu du serpent sera utilisé sur bon nombre de machines, aussi bien en jeu commercial (notamment avec Nibbler, le jeu d'arcade) que pour apprendre la programmation. On le voit d'ailleurs aujourd'hui sur les téléphones portables Nokia. Il trouvera bien sûr ses lettres de noblesse dans la célèbre course de moto du film Tron de Disney, duquel seront adapté bon nombre de jeux.

François Houste
(27 novembre 2001)