Forums de Grospixels
Bienvenue sur le forum de Grospixels : [ S'Enregistrer ]
Déjà inscrit ? [ Connexion ]
 
retour sur le site
rechercher
Index du Forum » » Hors-sujet » » BD, comics et mangas passés au bulle doseur!
1314 messages • page
123456 ... 66
Auteur BD, comics et mangas passés au bulle doseur!
WRC_Xelloss
Pixel digne de ce nom


Score au grosquiz
0001400 pts.

Inscrit : Dec 16, 2005
Messages : 171
De : Beuvrages (à côté de Valenciennes)

Hors ligne
Posté le: 2006-05-17 17:07
Macherot...je connais juste de nom, car quand on connait un peu l'univers du journal de Spirou (dans mon cas par Gaston Lagaffe), on a l'occasion de lire ce nom. Je sais même à quoi il ressemble! Par contre, je ne connais pas du tout son oeuvre.


Je vais vous parler d'une BD que j'ai découverte il y a peu lorsqu'on me l'a offerte. Il s'agit de "Le chant d'Excalibur" scénarisée par Arleston et dessinée par Hübsch.

Comme son nom l'indique, l'histoire a rapport à Arthur, les chevaliers de la table ronde, tout ça... Quoique...
En fait, l'histoire se déroule 600 ans après ces faits, vers l'an mille. Merlin avait été fait prisonnier dans un rocher par la fée Morgane et le voilà réveillé. Il est aussitôt en contact avec Viviane, la Dame du Lac. Celle ci lui apprend que les choses ne vont plus. Car depuis le temps de la table ronde, une petite religion a fait son bout de chemin. Les gens croient de plus en plus au christianisme. En contrepartie, ils ne croient plus en la magie, les elfes, lutins etc... ce qui a pour conséquence de faire disparaitre tout ce petit monde. Merlin a donc pour mission de régler un peu tout ce bazar!! Pour ce faire, il va trouver les descendants de Galahad dont l'un d'eux portera Excalibur.

Autant le dire tout de suite, il s'agit d'une série humoristique. Et franchement c'est hilarant. Bon d'accord, retrouver un Merlin ivrogne, crasseux et porté sur la chose n'a rien de très subtil ni de très original. Mais les dialogues valent leur pesant de cacahouètes. Je n'en suis qu'au premier volume (sur quatre) mais je me suis vraiment amusé.
Quant au dessin, il est tout à fait dans le ton de la série, entre le réaliste et le style comique franco-belge classique.
Et encore une fois, les dialogues sont vraiment géniaux. Bref, à découvrir!


Rudolf-der-Erste
Pixel visible depuis la Lune


Score au grosquiz
0003990 pts.

Inscrit : Mar 05, 2006
Messages : 5185
De : Strasbourg

Hors ligne
Posté le: 2006-05-17 17:58
Citation :
Macherot...je connais juste de nom, car quand on connait un peu l'univers du journal de Spirou (dans mon cas par Gaston Lagaffe), on a l'occasion de lire ce nom. Je sais même à quoi il ressemble! Par contre, je ne connais pas du tout son oeuvre.


Macherot, c'est le bien.

Puisque tu me parle d'Excalibur et de la table ronde, je vais parler d'une autre BD tournant autour du même thème: Arthur. Cette fois, c'est une BD beaucoup plus sérieuse. Chaque album est centré sur un personnage caractéristique. Le premier tome nous raconte d'abord la jeunesse de Merlin (qui s'appelle Myrddin dans cette BD). Le deuxième nous parle de la jeunesse d'Arthur et de son arrivée au pouvoir. Ensuite, les suivants parlent d'autres chevaliers moins connus, et c'est très intéressant. Ce qui est bien dans cette série, c'est que le côté celte de l'univers est très prononcé. Ainsi, les personnages (qu'on connaît sous d'autres noms) ont des noms à forte consonnance celte, donc il se peut qu'on ne les reconnaisse pas tout de suite. Ainsi, je n'ai pas tout de suite compris que Morgwen était en fait Morgane. Heureusement, à la fin, il y a un index qui nous donne la correspondance entre les noms celtes et les noms qu'on connaît habituellement.

Après avoir parcouru d'autres BD parlant de ce thème, je peux vous dire que cette série est ce qui s'est fait de mieux. C'est très bien dessiné, très bien raconté. Certaines planches sont impressionnantes. L'année dernière, au festival de BD de Chambéry, le dessinateur m'a fait une superbe dédicace en peu de temps, donc il est vraiment talentueux. Les auteurs poussent même le vice jusqu'à introduire des récits sous forme de vitraux, donc le dessin adopte un style plus médiéval à ce moment-là. Il y a peu de temps, le tome huit est sorti, et ça commence à sentir la fin. D'ailleurs l'auteur m'avait dit pendant le festival de Chambéry que ça allait bientôt se terminer.

Vraiment c'est une série que je vous recommande chaudement.







  Voir le site web de Rudolf-der-Erste
Rudolf-der-Erste
Pixel visible depuis la Lune


Score au grosquiz
0003990 pts.

Inscrit : Mar 05, 2006
Messages : 5185
De : Strasbourg

Hors ligne
Posté le: 2006-05-21 23:36
Je veux revenir une nouvelle fois sur Klezmer de Joann Sfar. Je vous ai déjà dit ce que ça racontait, mais c'est vraiment un de mes coups de coeur de cette année. Je vais vous montrer certaines planches tirées de cette BD:






Ces quelques planches que j'ai trouvées ne sont qu'un avant-goût de Klezmer car il y a encore plus beau. Pour trouver mieux et se rendre compte de la qualité graphique, il faut ouvrir cette BD qu'on trouve facilement à la Fnac par exemple. Si je reparle de cette BD, c'est parce que le tome 2 est sorti. C'est encore plus beau qu'avant. Cet auteur adore l'aquarelle. Mais contrairement à d'autres auteurs de BD qui se prennent un peu trop pour des peintres, ça reste une BD tout à fait agréable à lire et à regarder. Cet album est une oeuvre d'art. Il n'a pas l'air de se passer grand chose dans cet album, mais les héros s'amusent à conter des histoires, parfois fantaisistes, mais surtout très poétiques. Par moments, j'avais l'impression de lire un conte des Mille et Une Nuits. C'est absolument magnifique. Je ne m'en suis pas encore remis. Klezmer va sûrement marquer l'histoire de la bande dessinée comme peu d'auteurs l'ont fait. Il faut absolument que vous lisiez ça, ou au moins que vous ouvriez l'album pour subir une claque monumentale. Cet auteur est vraiment grand. Il lui arrive parfois de faire des BD moyennes (comme la Vallée des Merveilles où le dessin est très moyen et l'histoire inintéressante à mon goût), mais là je pense que c'est la meilleure chose qu'il ait faite.




http://www.canalbd.net/images/vitrine/image6.html

Vous savez ce qui vous reste à faire.

  Voir le site web de Rudolf-der-Erste
gregoire01
Pixel visible depuis la Lune



Inscrit : Oct 23, 2005
Messages : 6175

Hors ligne
Posté le: 2006-06-09 19:24
"J'AI LU" C'EST DES SALIGAUD !!

J'espére que personne n'a commencer de magas chez "J'ai lu"

Car sachez que "J'ai Lu" arrête TOUTE sa partie manga, exit donc la possibilité de voir paraître la partie 5 de Jojo, ou même la suite de n'importe quelle série en cours

Vous pouvez dire au revoir a toute ces série.

Bremen
Capitain Tsubasa
Capitain Tsubasa - World youth
Capitaine Tsubasa world youth spécial
City Hunter
Eagle
Eternite peut-être (l’)
Fly
Jojo’s bizarre adventure
Keeper coach
Ken, le survivant
Kimagure Orange Road
Loup du stade (le)
Moi Taro Misaki
Patariro, le voyage en occident
Racaille blues
Shin Chan
Sous un rayon de lune
Tekken chinmi

Ben reste plus qu'une autre maison d'édition rachéte les droits (comme pour City Hunter).

Même si c'était pas les meilleur niveau qualicatif (attention je parle de l'adaptation, du format ou de la qualité du papier, pas des séries) il faut admettre que 'est un coup de batard.

Yoshiki
Gros pixel

Score au grosquiz
0000228 pts.

Joue à Unchardted Drake's Fortune, Uncharted 2 Among Thieves

Inscrit : Sep 10, 2005
Messages : 1828
De : Ile-de-France

Hors ligne
Posté le: 2006-06-09 21:05
Beaucoup n'était plus réédité comme les Ken, les City Hunter, les Fly, et Tekken Chimni n'a jamais été fini je rois.

Sinon c'ets vrai que c'est moche surtout qu'ils ont été un acteur majeur du boom des mangas (qui se rappelle des prix défiants toute concurrence à 25 frs le volume!)

  Voir le site web de Yoshiki
RainMakeR
Chef de Rubrique Nécrologique
Score au grosquiz
1035015 pts.

Joue à Exoprimal, Ghostwire Tokyo

Inscrit : Apr 01, 2003
Messages : 32979
De : Toulouse

Hors ligne
Posté le: 2006-06-09 22:32
nan les chnmi ont ete arrete au milieu

Sinon en bonne surprise niveau humour je vous conseil heaven eleven une parodie de foute hilarante et du meme hauteur et encore plus delirant keishisho 24 une parodie de manga de flic
_________________

Image


Rudolf-der-Erste
Pixel visible depuis la Lune


Score au grosquiz
0003990 pts.

Inscrit : Mar 05, 2006
Messages : 5185
De : Strasbourg

Hors ligne
Posté le: 2006-06-17 13:04
Bon, allez je vais rendre un petit hommage à Roba puisqu'il est mort il y a quelques jours. Tout le monde sait qu'il est l'auteur de Boule et Bill. Moi honnêtement je trouve que ce n'est pas ce qu'il a fait de mieux, même si ça reste tout à fait sympathique. Ce que j'aimais vraiment chez lui, c'était La Ribambelle. Les six enfants composant ce groupe sont:
-Phyl, le chef du groupe;
-Grenadine, la seule fille du groupe;
-Atchi et Atcha, deux japonais très polis et experts en arts martiaux;
-Dizzy, le noir trompettiste passionné de Jazz;
-et Archibald, un riche écossais érudit.

De temps en temps, les gamins sont accompagnés par James, le majordome d'Archibald, un homme très smart, très décontracté et dévoué à Archibald. Les gamins jouent très souvent dans un terrain vague qui ne leur appartient pas au début. Pour éviter que les intrus viennent les déranger, ils ont mis des pièges partout. Archibald sait quels pièges il a installés, mais il ne sait plus où il les a installés, donc il se fait toujours avoir.
Une bande rivale (composée de trois personnes) essaie d'imposer sa loi dans le quartier: les Caïmans. On les reconnaît facilement grâce à leurs blousons noirs Mais les Caïmans sont vraiment bêtes et méchants (surtout bêtes d'ailleurs). Quand ils essaient de creuser un tunnel sous le terrain, la Ribambelle leur fait croire qu'ils ont vu un cuirassé, un paysage africain et un paysage arctique. A mourir de rire. Cette bande est menée par Tatane, un petit teigneux. Les deux autres qui lui obéissent sont Alphonse et ... Rodolphe! Oui, je sais que ce troisième larron a le même prénom que moi: je sens que certains doivent bien rigoler dans le fond de la salle.
Les Caïmans essaient de chasser la ribambelle de leur terrain, mais ils n'y arrivent pas à cause des pièges et surtout à cause des deux japonais qui leur en font voir de toutes les couleurs avec leurs arts martiaux (mais les deux Japonais restent très polis et respectueux envers leurs adversaires ).
Dans le premier album ils sont confrontés à un certain Grofilou, un homme d'affaire peu scrupuleux. Cet homme est craint de tout le monde car il possède toute la ville, sauf ... le fameux terrain vague! Comme ce terrain n'appartient pas à la Ribambelle, rien ne l'empêche de l'acheter. Mais les gamins sont quand même allés voir le notaire afin d'acheter ce terrain. Ce notaire leur a laissé un délai d'un mois afin de réunir la somme (un peu trop grande pour eux). Grofilou, furieux, leur déclare la guerre et essaie de leur jouer des mauvais tours. Il s'allie même avec les Caïmans. A la fin, ils ont quand même réuni l'argent (je ne vous dirai pas comment), donc ce terrain leur appartient: Grofilou a perdu.
Plus tard ils devront même faire un voyage en Ecosse, le pays natal d'Archibald. En effet, son clan, les Mac Dingelling, se sont fait voler leur relique, symbole de leur victoire contre les Mac Klangbang il y a plusieurs siècles. C'est ce même clan qui leur a volé cette relique. Sur place la Ribambelle va se rendre compte que les deux clans n'ont aucune raison de continuer cette guerre car d'après eux il y a prescription. Cet album est hilarant. J'adore le slogan des Mac Dingelling: "My kingdom forrrrr a bottle". A mourir de rire.
Enfin, la Ribambelle, après avoir gagné un concours de machines volantes, voyagera même jusqu'aux Galopingos, une île tropicale lointaine. Ce sixième album sera le dernier. Au fait, les six albums ont été réédités récemment en deux intégrales, donc vous pouvez essayer de les chercher.
Voilà. J'aimais beaucoup cette BD: je trouve que c'est ce que Roba a fait de mieux. Dommage qu'il ait abandonné cette série (il faut dire que Boule et Bill marchait trop bien). Telle est la rançon du succès.
Adieu Roba!







Tiens, ça me fait penser que j'ai oublié de rendre hommage à Deliège, l'auteur de Bobo et des Krostons, mort il n'y a pas si longtemps que ça. Il faudrait que je le fasse un jour (sauf si quelqu'un veut le faire à ma place). C'est triste.

  Voir le site web de Rudolf-der-Erste
Manuel
Pixel monstrueux


Inscrit : Jan 02, 2003
Messages : 3907
De : Grenoble

Hors ligne
Posté le: 2006-06-17 23:28
Je me souviens surtout de Boule&Bill parce que j'ai appris à lire avec la fameuse méthode utilisant cette BD.
Ce qui en a fait ma première collection complète

  Voir le site web de Manuel
Rudolf-der-Erste
Pixel visible depuis la Lune


Score au grosquiz
0003990 pts.

Inscrit : Mar 05, 2006
Messages : 5185
De : Strasbourg

Hors ligne
Posté le: 2006-09-30 17:18
"Au secours, docteur, je suis gravement malade au point d'aimer le dernier Spirou: Spirou à Tokyo!
-Non?
-Si!
-Nooon?!?
-Si!
-Rhooo!
-Ai-je encore un espoir de guérison?
-Mon ami, je pense qu'il n'y a plus aucun espoir. Il ne vous reste plus que l'euthanasie.
-Sob! Mais comment vais-je annoncer ça à ma famille?!? Bou hou houuu!!!"

Blague à part, j'ai beaucoup hésité à remonter ce topic vu qu'en parcourant le net, je n'arrête pas de tomber sur des jugements lapidaires, à tel point que je me demande si je n'ai pas des goûts de chiotte! Tant pis, je prends le risque: j'espère que vous ne m'en voudrez pas.

Alors, comme vous devez l'imaginer, ce quarante-neuvième tome de Spirou (le troisième du tandem Morvan-Munuera) se déroule au Japon, plus particulièrement à Tokyo. J'ai lu cet album par l'intermédiaire de la revue Spirou avant de me le procurer une fois sorti, exactement comme pour les deux albums précédants. Le premier tome, Paris-sous-Seine, n'était pas trop mal, mais pas assez abouti. Quant au deuxième, je ne l'ai pas trop aimé. Enfin, le début était vachement bien, mais durant la seconde moitié l'histoire part totalement en couille car ils mélangent tout, parlant aussi bien des paysans sud-américains expropriés (en plus cet intermède était plutôt mal amené car tombant comme un cheveu sur la soupe) que de l'élixir de vie et d'une civilisation ancienne, en passant par une résurrection d'une armée de morts. Bref c'était beaucoup trop confus voire indigeste. Dommage car la première moitié était vraiment bien. En plus les planches étaient assez inégales, tantôt sublimes (la poursuite en bateau!!!), tantôt limite moches (la fusillade au milieu de l'album par exemple).

Pour tout vous dire, j'ai attendu cet album avec crainte, en partie parce que le précédant m'avait un peu refroidi, mais aussi parce que j'avais peur qu'ils ne partent dans leur délire manga (sachant qu'en plus ils ont fait un Spirou version manga récemment). Heureusement, mes craintes se sont évaporées au fur et à mesure que je lisais l'histoire dans la revue. Bon, c'est toujours aussi démentiel et rythmé, mais je trouve que l'histoire et la narration sont beaucoup mieux maîtrisées que dans l'album précédant. Le début est tout de même déroutant car il met en scène nos deux héros en kimono dans un Japon médiéval. En fait, en tant que journaliste ils ont été invités dans un part à thème reconstituant l'ère Edo. Mais très vite l'action va commencer avec l'arrivée des yakusa pourchassant une petite fille capable de flotter au-dessus du sol et de soulever des objets grâce à ses pouvoirs de télékynésie. Elle essaie de délivrer son frère (possédant le même pouvoir qu'elle mais peut-être en moins puissant) grâce à des complices déguisés en ninja. S'ensuit alors une bataille entre "ninjas" et yakusas déguisés en samouraïs. Par dessus tout, la fille crée une sorte de guerrier géant constitué de différents débris soulevés et soudés entre eux par les pouvoirs de la fille. Spirou et Fantasio entrent alors en scène. En fait, ils ne sont pas là par hasard car ils sont chargés de sauver les deux enfants enlevés à Itoh Kata par les yakusas, mais la fille est parvenue à se libérer de leur emprise. D'ailleurs on ne revoit pas seulement Itoh Kata mais aussi les magiciens qu'on voyait dans l'Ankou: Fournier est à l'honneur dans cet album, et ça fait plaisir. Je m'arrête là pour l'histoire.

Cette histoire se passe intégralement à Tokyo, donc forcément on "visite" la ville sous-différents angles. Parfois quelques clichés surviennent comme le quartier de Shibuya, mais globalement la ville est très bien vue à mes yeux (on ne voit pas des salles à arcade à outrance par exemple). Les auteurs se sont efforcés à rester connectés de la réalités, nous montrant par exemple des SDF victimes de l'éclatement de la bulle économique. L'album nous fait également quelques références à la culture japonaise comme le chien Hachi qui a attendu jusqu'au bout le retour de son maître avant de mourir. D'ailleurs la fin est assez triste car le chien (une sculpture animée par la petite) doit à nouveau attendre le retour de son maître: on ne le reverra sans doute pas dans le prochain album. Le dessin est admirable et la mise en scène dantesque. Le rythme et les péripéties s'inspirent certes des mangas, mais les auteurs parviennent à s'y détacher, donc Spirou reste bel et bien une BD franco-belge mais en plus "moderne". Il y a encore quelques défauts de rythme et de graphisme, mais globalement c'est bien maîtrisé, enfin je trouve. Il y a quelques passages rigolos comme le moment où Spirou trouve un costume de groom à sa taille dans les placards d'un hôtel japonais (bonjour le décalage ). Vers la fin il y a un passage somptueux, surnaturel et poétique où la fille, à partir de cailloux, reconstitue intégralement le décor glauque de sa ville natale: Hong-Kong. On se rend compte qu'elle et son frère jumeau sont passés par des moments difficiles car, victimes de leurs pouvoirs de télékynésie qu'ils ne maîtrisent pas très bien vu leur jeune âge, les parents ont dû s'en débarasser en les confiant à Itoh Kata, avant d'être enlevés plus tard par les yakusas. C'est très impressionnant. Vous verrez également que le final est spectaculaire.

Bref je trouve que c'est un très bon album qui renoue enfin avec la qualité générale de la série. Il y a encore quelques maladresses, mais je trouve que l'univers de Morvan et Munuera commence véritablement à prendre forme. Leur prochain album sera apparemment une sorte de huis-clos dans le château de Champignac: on y reverra notamment Zorglub et sans doute d'autres figures connues. J'espère qu'après ça ils pourront continuer car il serait bête de s'arrêter en si bon chemin.

Dommage que j'arrive pas à trouver des images des albums 49 et 49Z. Enfin, j'en ai vu, mais je ne trouve aucun lien en .jpg (ou autre), donc je ne peux pas en mettre sur ce topic. Il n'y a rien sur Google, ce qui est vachement étonnant.

En passant, vous devez aussi savoir que plusieurs tandems feront chacun un album en mage avec la série. Je n'ai pas encore lu le Spirou de Yoann et Vehlmann, Les Géants Pétrifiés, mais ça ne devrait pas tarder:



J'attend encore le Spirou de Yann et Tarrin, et surtout le Spirou de Le Gall, non seulement parce que j'adore Théodore Poussin du même auteur, mais aussi parce que c'est la suite de QRN sur Bretzellburg (un album majeur dessiné comme un dieu par Franquin et scénarisé par feu le génialissime Greg): ça promet!



Alors, ai-je vraiment des goûts de chiotte?

  Voir le site web de Rudolf-der-Erste
Cerebus
Gros pixel



Inscrit : Nov 07, 2003
Messages : 1408

Hors ligne
Posté le: 2006-09-30 18:20
Citation :

Alors, ai-je vraiment des goûts de chiotte?




Bah quand on aime un tel chef d'oeuvre, on ne peut pas être entièrement mauvais !

J'ai pas testé les derniers Spirou... Au moins, la couv de Spirou à Tokyo me paraît intéressante, il y a une vraie stylistaion graphique... Mais je suis pas sûr que ça me plaise si je me laisse tenter... J'ai l'impression que Dupuis sait pas trop quoi faire de cette série... L'après Franquin (en même temps bon, remplacer Franquin c'est hyper facile...) était plutôt mauvais jusqu'à Tome & Janry, que j'aime pas plus que ça mais qui au moins faisaient leur petit truc, avec des albums sympas. A la fin j'ai pas bien compris, leur dernier était très intéressant même si c'était plutôt une expérience ratée... Envoyer les héros vers plus de "réalisme", ça pouvait être intéressant... Mais pas de suite !

En fait je me demande bien si Spirou ne devrait pas s'arrêter là. Je sais bien que c'est pas Franquin qui a crée le perso, mais ça me paraît terriblement dur de passer après lui... A la rigueur, il y a des hommages intéressants comme:

http://www.coinbd.com/images/couvertures/lapinot_t9.jpg

(même si à vrai dire je suis pas fan de ce lapinot)

Et surtout:


  Voir le site web de Cerebus
Rudolf-der-Erste
Pixel visible depuis la Lune


Score au grosquiz
0003990 pts.

Inscrit : Mar 05, 2006
Messages : 5185
De : Strasbourg

Hors ligne
Posté le: 2006-09-30 21:50
Citation :
Bah quand on aime un tel chef d'oeuvre, on ne peut pas être entièrement mauvais !




En ce qui concerne Fournier, il a eu la "malchance" de succéder directement à Franquin. Il est vrai que ses premiers albums comme Le Faiseur d'Or et Du Glucose pour Noémie (longuet) n'étaient pas terribles. Ca s'est arrangé ensuite avec L'Abbaye Truquée qui était assez drôle, mais ce n'était pas encore tout à fait ça. Enfin, ça a commencé à être bien avec Tora Torapa. Le Gri-gri du Niokolo Koba est vraiment génial. Du Cidre pour les étoiles est complètement démentiel. Il met en scène des extraterrestres venus sur Terre pour faire un stage de mycologie auprès de Champignac (mort de rire ), mais qui hélas ont découvert le cidre et en sont tombés amoureux, à tel point qu'ils en volent aux paysans. C'est un album hilarant. L'Ankou est vraiment bien également, introduisant un aspect fantastique. Par contre, j'aime moins Kodo le Tyran et Des Haricots Partout (il faudrait peut-être que je les relise). Par contre, on peut dire que Fournier a été victime d'un coup de pute quand, alors que son prochain intitulé était bien avancé, s'est vu retirer le personnage au profit de Tome et Janry.
De toutes façons, Fournier est quelqu'un qui n'a jamais eu de bol. Quand il a succédé à Franquin, il a essuyé de nombreuses critiques. Sa meilleure série, Bizu (une merveille de poésie et de tendresse), n'a jamais rencontré le succès mérité. Il est revenu un peu au premier plan avec Les Crannibales, mais maintenant cette série est terminée. Pourtant Fournier est vraiment quelqu'un de très sympa. Je me suis dédicacé quelques albums par lui durant certains festivals de BD, et c'était un plaisir de discuter avec lui: il aime vraiment le contact. Je suis très sensible à l'univers poétique de Fournier, en particulier Bizu. D'ailleurs sa touche se ressent dans Spirou, en partie par l'intermédiaire de la délicieuse Ororea pour qui les héros éprouvent un sentiment nouveau. Dommage que cet auteur pas très bien connu en fin de compte n'aie pas rencontré de réel succès car il le méritait vraiment (maintenant il est plus ou moins à la retraite et on ne le voit plus trop dans les festivals). Il faut dire qu'il a mis du temps à trouver ses marques avec Spirou.











Sinon, au début je n'aimais pas trop les Spirou de Tome et Janry. Eh bien, j'avais tort: ils étaient vraiment pour la plupart. Dans les très bons, on peut citer Virus, La Frousse aux Trousses/La Vallée des Bannis, Spirou à New York (pas à Moscou qui n'est pas terrible), l'Horloger de la Comète, Vito la Déveine, Qui arrêtera Cyanure?, Le Rayon Noir (une excellente surprise celui-là). Luna Fatale, par contre, ce n'était pas très bon. Quant à La Machine qui Rêve, c'est une excellente BD dans l'absolu, mais elle a bien failli tuer Spirou. Ils n'auraient jamais dû utiliser Spirou là-dedans mais un autre personnage. C'est une histoire un peu dans la même veine que Berceuse Assassine du même auteur, un des chefs-d'oeuvre de la BD (c'est là qu'on se rend compte que Tome peut être un scénariste de génie), un polar très sombre et sublime (dessiné par Ralph):









Tome et Janry ont également créé, à mon goût, l'album le plus mauvais de toute la série (encore plus que les Spirou de Nic et Cauvin), j'ai nommé Le Reveil du Z qui est une sombre merde d'un goût esthétique très douteux. Comment Dupuis a-t-il pu laisser passer ça? Et dire qu'il succède à L'horloger de la Comète qui est vraiment génial! Bon, on va peut-être me dire que j'ai aucun goût.

Citation :
En fait je me demande bien si Spirou ne devrait pas s'arrêter là. Je sais bien que c'est pas Franquin qui a crée le perso, mais ça me paraît terriblement dur de passer après lui...


Le créateur de Spirou a été en 1938 le Français Rob-Vel (Robert Velter de son vrai nom). Il a ensuite été repris par Jigé (qui a créé Fantasio), avant de passer la main à Franquin en plein milieu d'une planche de Spirou et la Maison Préfabriquée (la planche 5 je crois). La suite, tu la connais je pense.

Sinon, je connais ces planches de Chaland. Dommage que ce type très talentueux nous ait quitté si tôt (victime d'un poids lourd sur l'autoroute) en 1990...

  Voir le site web de Rudolf-der-Erste
Rudolf-der-Erste
Pixel visible depuis la Lune


Score au grosquiz
0003990 pts.

Inscrit : Mar 05, 2006
Messages : 5185
De : Strasbourg

Hors ligne
Posté le: 2007-02-12 01:44
Bon, depuis le temps que j'entends parler de 20th Century Boys, et malgré ma petite déception Monster, j'ai décidé de me lancer dans l'aventure. En picorant un peu à la Fnac et à Virgin, j'ai fini par lire les six premiers tomes. Je dois dire que je suis agréablement surpris. Ca commence tout doucement, on nous balance d'entrée un grand nombre de personnages difficilement assimilable, mais ensuite ça démarre pour de bon. L'histoire devient rapidement passionnante dès l'apparition de cette fameuse secte (dirigée par le mystérieux Ami) qui prend de plus en plus d'ampleur, d'influence et de pouvoir. Et le héros se rend de plus en plus compte que les terribles événements récemment produits reprennent directement ce qu'il a pu écrire quand il était gosse, avec sa bande. Le thème de la conspiration est encore plus prononcée que dans Monster. On voit bien l'évolution des personnages puisque les années ont tendance à défiler, le récit nous autorisant toutes sortes de découpages. On se dit parfois "ah oui, c'est le fils de machin qu'on voyait au début de l'histoire", ou encore "oh, comme il a changé". J'ai également été épaté par la brusque transition apocalyptique à couper le souffle!
Après, comme toujours, je regrette de devoir subir ce fichu sens de lecture oriental. Oui, on finit par s'y habituer, mais ça reste très inconfortable à mes yeux. Et je ne parle même pas de la taille ridicule des mangas: c'est trop petit. Il aurait fallu que ce soit un tout petit peu plus grand: un format livre/roman, ce serait l'idéal (un peu comme ce qui se fait chez Picquier). Ainsi, quand l'auteur dessine des scènes plus spectaculaires ou contemplatives s'étalant sur deux pages, c'est complètement gâché par cette petite taille: j'ai l'impression que le dessin est aplati. C'est frustrant!
Il m'a donc fallu fournir davantage d'efforts que si je lisais une BD. Heureusement, l'histoire est suffisamment captivante pour que je persiste. Je suis bien content de ne pas retrouver (pour l'instant) les défauts de narration qui m'avaient gênés dans Monster, à savoir des digressions inutiles (comme l'histoire du médecin de campagne) et un récit qui s'étire (l'interminable passage se passant à Munich). Pour le moment, l'histoire se renouvelle très bien: il se passe toujours quelque chose. J'ai hâte de lire la suite!


Par ailleurs, j'ai enfin lu Quartier Lointain de Taniguchi tout à l'heure. Il n'y a pas longtemps, je m'étais procuré l'intégrale réunissant les deux volumes parus précédemment. Je peux vous dire que ça fait du bien de le lire dans un format un peu plus grand que le reste de la production, tout en gardant le sens de lecture occidental: c'est beaucoup plus confortable et immersif.

C'est marrant car ça ne ressemble pas du tout à du manga, mais plus à de la BD. Même le dessin s'apparente à de la "ligne claire". C'est une histoire profondément littéraire.

Ah, je peux vous dire que c'est absolument remarquable. C'est l'histoire d'un homme d'affaire de quarante-huit ans qui, parce qu'il a trop bu la veille, se trompe de train et retourne par hasard dans sa ville natale (mais est-ce vraiment un "hasard"?). Une ville qui a complètement changé depuis la fois où il l'a quittée, bien des années auparavant. Ses pas le mènent ensuite au cimetière, plus précisément vers la tombe où repose sa mère. Après s'être recueilli, il s'évanouit, et il se réveille... dans la peau d'un enfant de quatorze ans. Il est redevenu l'enfant qu'il était! Et non seulement il a rajeuni, mais toute la ville a changé, reprenant l'apparence qu'elle avait quand il avait quatorze ans. Il retrouve peu à peu toutes les personnes qu'il avait connues à cette époque, à commencer par sa propre famille! En regardant la télé "chez lui", il assiste à la construction du futur Shinkansen, signe qu'il a voyagé dans le temps, fait confirmé par la date du journal. En allant se coucher, il pensait qu'il allait enfin sortir du rêve, mais en se réveillant, il se rend compte qu'il ne rêve pas.

Le plus étonnant dans l'affaire, c'est qu'il est redevenu enfant, tout en conservant ses facultés d'homme de quarante-huit ans. Il va donc réapprendre sa vie de quatorze ans, tout en tirant profit de ses connaissances acquises au cours de sa vie. Il ne faut donc pas s'étonner s'il arrive à suivre sans problème les cours! Il se sent capable de spéculer sur l'avenir. Encore tout euphorique, il se sent libéré de son ancien poids d'homme de quarante-huit ans, et peut enfin jouir de sa jeunesse comme il ne l'avait jamais fait auparavant. Peu à peu, le passé change, il assiste à des scènes auxquelles il n'avait jamais assistées, et il fait plus ample connaissance avec la plus belle fille du collège. Mais il se souvient d'un fait important: c'est cette année que son père allait quitter sa famille pour ne plus jamais donner de ses nouvelles. Se rendant compte que son passé change autour de lui, il se dit qu'il a le pouvoir de l'empêcher de partir au jour J (fin août).

Il apprend donc peu à peu à connaître sa propre famille, famille assistant à l'entrée précoce du héros à l'âge adulte. Il finit par apprendre des choses sur sa propre famille, notamment sur le mystère entourant ses parents. Il essaie ensuite de tirer profit de ses nouvelles connaissances en tentant de savoir ce qui a pu pousser son père à quitter une famille aussi heureuse. Et parallèlement à son "enquête", le héros se souvient de temps en temps que lui aussi s'est éloigné de sa propre famille (sa femme et ses deux filles) à partir du moment où il a pris le mauvais train, sentiment renforcé par ses nombreuses escapades avec la plus belle fille du collège.

Cette oeuvre remarquable mélange donc plusieurs thèmes, à commencer par le voyage dans le temps, l'enfance et la famille. Peut-on revivre son enfance? Peut-on modifier le cours du temps et ses événements majeurs (comme la fuite du père et toutes ses conséquences directes)? Enfin, Quartier Lointain est l'histoire d'un père qui a tendance à oublier sa propre famille, au point de s'en éloigner peu à peu. Cette histoire m'a tellement passionné que je me suis farci les quelques quatre cents pages en à peine quelques heures. J'ai été véritablement transporté dans une autre dimension, et après avoir lu la très belle conclusion (pleine de subtilité) il y a près d'une demi-heure, j'en suis ressorti hébêté.

Rarement une BD ne m'a fait autant d'effets, au point de devenir l'une de mes préférées. C'est beau, poétique, contemplatif, captivant, tout ce qu'on veut! Franchement, c'est pas d'la merde: certains mecs de l'Association devraient en prendre de la graine!

Bon, je vais me coucher maintenant (je lirai The Watchmen une autre fois ).

  Voir le site web de Rudolf-der-Erste
ludotym
Pixel digne de ce nom


Score au grosquiz
0017205 pts.

Inscrit : Dec 29, 2005
Messages : 189

Hors ligne
Posté le: 2007-02-12 11:56
Moi aussi j'ai lu "Quartier lointain" il y a quelques mois, livre prêté par des amis dingues de tout ce qui vient du Japon. J'ai été sidéré par la justesse de ton et la profondeur de l'histoire. Le meilleur équivalent chez nous serait ce qu'on appelle des "graphic novels", car vous comprenez bien n'est-ce pas, ce que l'appelation "BD" peut avoir de péjoratif auprès du plus grand nombre (vraiment n'importe quoi). Je sais, pour l'avoir déjà expérimenté, que le média "bande dessinée", quand il est maitrisé à la perfection, peut vous emmener très loin, bien plus loin que le roman classique.
Mes meilleures lectures restent toujours dans ce domaine les histoires scénarisées par Alan Moore ("Les Watchmen", "V pour vendetta", et le pavé monumental "From Hell"), Akira d'Otomo... Quartier lointain est pour moi du même niveau, soit une lecture extrêmement recommendable. J'ai lu un recueil d'histoires courtes du même auteur, empreintes de cette sensibilité à fleur de peau si caractéristique.
On trouve de tout en bande dessinée, mais certains auteurs et artistes ont réellement su ériger ce média en art. Je ne suis pas prêt d'en avoir fait le tour (et toutes ces lectures en retard, j'en ai le vertige !)

Rudolf-der-Erste
Pixel visible depuis la Lune


Score au grosquiz
0003990 pts.

Inscrit : Mar 05, 2006
Messages : 5185
De : Strasbourg

Hors ligne
Posté le: 2007-03-07 21:47
Allez, on va reparler un peu de BD pour célébrer une parution historique: la réédition des "Tif et Tondu" en intégrale!



Cette intégrale est absolument géniale, encore mieux que les intégrales Yoko Tsuno et Spirou qui sont pourtant excellentes! Depuis des années qu'elle était annoncée, j'y croyais plus. C'est une intégrale non pas chronologique, mais thématique. La première est consacrée à l'organisation "La Main Blanche", avec l'apparition du célèbre Monsieur Choc! C'est très beau, avec des couleurs à l'ancienne et du papier mat. Les couvertures d'époque ont été bien entendu reconstituées, et il y a un bon dossier introductif, relatant un peu l'histoire de la série et des personnages, avec des extraits de planches et de couvertures d'époque. Franchement, cette longue attente en valait la chandelle.





Apparemment, ils devraient sortir deux volumes par an, ce qui risque donc de prendre sept-huit ans pour compléter cette intégrale. Tous ceux qui aiment un tant soi peu la BD se doivent de se la procurer car c'est un véritable monument de la bande dessinée, avec des personnages absolument immortels. C'est aussi un très bel hommage au regretté Will, un dessinateur absolument talentueux (vivement qu'ils rééditent Isabelle, une des meilleurs séries de BD de tous les temps, malheureusement hors de prix pour l'instant). Vivement qu'ils publient les meilleurs épisodes, c'est-à-dire les histoires scénarisées par Tilleux (dont j'attends toujours désespérément la suite de la réédition de Félix chez Nifle, décidément cette série est "maudite" puisqu'elle n'a jamais été complète après toutes ces tentatives infructueuses ).

Allez, une dernière image d'un des méchants les plus charismatiques de la BD: Monsieur Choc! Tadaaam!




Sinon, le Spirou de cette semaine est le meilleur depuis longtemps (avec une petite touche rétro pas désagréable). On a Zorglub en couverture puisque c'est cette semaine que débute la prépublication du Spirou de Legall. Ouaiiiis! Enfin! Depuis le temps que je l'attendais. Un Spirou à la sauce Théodore Poussin (avec une aventure se passant en partie au XIXème siècle), ça ne peut être que bon! Et en plus il est question de voyage dans le temps, un de mes thèmes de prédilection! Les premières planches sont très très belles, ça promet (et ça commence fort)!



Ils parlent aussi de Tif et Tondu, signe qu'ils ont l'air de renouer un peu avec le passé, le patrimoine et l'âme de Spirou. Et il y a aussi le deuxième épisode de deux séries prometteuses:

-Messire Guillaume, une histoire se passant au Moyen-Age, mettant en scène un jeune garçon parti à la recherche de sa soeur elle-même partie à la recherche de leur père disparu (présumé mort). La fin du premier tome était, pour ceux qui l'ont lu, d'un suspence insoutenable (c'était remarquable de ce côté-là). Là il est embarqué dans un monde plus magique, avec des espèces de créatures humanoïdes sans tête avec un visage sur le corps, prétexte à relater diverses légendes de cette époque. Il y rencontre aussi le prêtre Jean. C'est assez étrange. Je pense notamment aux graines donnant naissance à une fleur au visage de femme qui vieillit jusquà tomber en poussière, lui donnant à peine de révéler ce qu'elle sait sur l'endroit où se trouve le père de Guillaume;



-Seuls, une histoire mettant en scène une bande de gosse vivant dans une ville où tous les habitants ont un jour disparu subitement, sans laisser de trace: il ne reste que des animaux (de zoo pour la plupart, donc féroces pour certains). Aucune explication n'est fournie, et les enfants n'ont pas d'autre choix que de survivre. Avec Gazzotti (Soda) au dessin et Vehlmann (Green Manor) au scénario.



A mon avis, pour le prochain numéro de la revue, il faudra s'attendre à un hommage à Delporte (célèbre pour ses calembours, ses contrepèteries et ses scénarios, un des créateurs d'Isabelle au passage), disparu hier.

  Voir le site web de Rudolf-der-Erste
Sodom
Gros pixel



Inscrit : Jan 28, 2005
Messages : 1895

Hors ligne
Posté le: 2007-03-09 16:52


"Quand un pays commence à tuer ses super-héros, c'est bien que quelque chose ne tourne pas rond. D'accord ce n'est que de la bande dessinée, mais bon, Captain America, le personnage créé en mars 1941 par Joe Simon et Jack Kirby pour lutter contre le fascisme et le nazisme, est mort mercredi 7 mars, tombé sous les balles d'un sniper. Il avait 66 ans.

Captain America était le symbole d'une Amérique qui se bat, habillé dans le drapeau américain, pour la défense du droit, des libertés et de la démocratie contre Hitler et son"super méchant" Red Skull. Dans l'Amérique de George W. Bush et de Jack Bauer, il semblait ne plus trouver sa place. Récemment, visitant Guantanamo, dégoûté par ce qu'il a vu, il s'est demandé s'il ne devait pas s'emparer du général commandant la base américaine et le balancer dans l'océan. Dans les derniers épisodes de ses aventures, il se battait contre des forces, qui au sein du gouvernement, violent les libertés individuelles.

Captain America, c'était Steve Rogers, un jeune Américain maigrelet, pas vraiment bon pour le service mais désirant participer à la guerre contre les nazis. Pour se faire incorporer, il se fait injecter le "sérum du super-soldat" et devient le combattant dont son pays a besoin. Après la guerre, les ventes de Captain America chutent, la série est stoppée en 1949. Il réapparaît dans la série Avengers, en 1964, après avoir été retrouvé congelé dans un bloc de glace où il était coincé depuis la fin de la guerre. Depuis sa création, environ 210 millions d'exemplaire des aventures de Captain America ont été vendus par Marvel."
Source : Le Monde

Etant gosse, j'aimais bien ce personnage avec son bouclier et ses grandes idées pleines de générosité et de patriotisme ; un peu plus tard, je me suis rendu compte de tout ce qu'il incarnait comme matériel de propagande et depuis ce jour il me fait royalement dégueuler : bon débarras !
Enfin, si j'ai bien compris, c'est une vrai-fausse mort marketing en vue de préparer le terrain pour la future adaptation cinématographique des aventures de ce "héros"...

RainMakeR
Chef de Rubrique Nécrologique
Score au grosquiz
1035015 pts.

Joue à Exoprimal, Ghostwire Tokyo

Inscrit : Apr 01, 2003
Messages : 32979
De : Toulouse

Hors ligne
Posté le: 2007-03-09 20:25
tain un super heros qui meurt d'une balle. Ca me laisse perplexe.

Au fait superman il est vivant finalement ?
_________________

Image


Yoshiki
Gros pixel

Score au grosquiz
0000228 pts.

Joue à Unchardted Drake's Fortune, Uncharted 2 Among Thieves

Inscrit : Sep 10, 2005
Messages : 1828
De : Ile-de-France

Hors ligne
Posté le: 2007-03-09 20:31
Oui, Superman est revenu à la vie depuis bien longtemps.

Captain America, c'est quand même tout un symbole, et j'ai bien peur que certain confonde le personnage de Cap America et de US Agent qui est lui un véritable pantin du gouvernement US. Cap est quand même un personnage qui a un certain ideal de la liberté et de la démocratie (disant que c'est l'étendard des valeurs de l'Amérique lors de sa création), et qu'il ne représente en rien la propagande des USA de ces derniers années.

  Voir le site web de Yoshiki
Sodom
Gros pixel



Inscrit : Jan 28, 2005
Messages : 1895

Hors ligne
Posté le: 2007-03-09 23:07
Citation :

Captain America, c'est quand même tout un symbole, et j'ai bien peur que certain confonde le personnage de Cap America et de US Agent qui est lui un véritable pantin du gouvernement US.


Pas moi en tous cas, puisque je connais bien les deux personnages de Marvel : US Agent était nettement plus intéressant que son homologue "tout propre tout net" en raison de sa psychologie instable.
A côté de cela, je me rappelle bien des magazines Strange Origines consacrés à ce cher Cap America et le terme "matériel de propagande" n'est en rien exagéré : autant ça pouvait passer pour la lutte contre Hitler ou les temps durs de la Guerre froide, autant il y a une accumulation de poncifs dans les années 80 digne de ce merveilleux chef-d'oeuvre qu'est "L'Aube Rouge". Et le vilain "coco" de service, Red Skull, aura servi un peu trop longtemps de défouloir


Yoshiki
Gros pixel

Score au grosquiz
0000228 pts.

Joue à Unchardted Drake's Fortune, Uncharted 2 Among Thieves

Inscrit : Sep 10, 2005
Messages : 1828
De : Ile-de-France

Hors ligne
Posté le: 2007-03-09 23:29
Citation :

Le 2007-03-09 23:07, Sodom a écrit:
Citation :

Captain America, c'est quand même tout un symbole, et j'ai bien peur que certain confonde le personnage de Cap America et de US Agent qui est lui un véritable pantin du gouvernement US.


Pas moi en tous cas, puisque je connais bien les deux personnages de Marvel : US Agent était nettement plus intéressant que son homologue "tout propre tout net" en raison de sa psychologie instable.
A côté de cela, je me rappelle bien des magazines Strange Origines consacrés à ce cher Cap America et le terme "matériel de propagande" n'est en rien exagéré : autant ça pouvait passer pour la lutte contre Hitler ou les temps durs de la Guerre froide, autant il y a une accumulation de poncifs dans les années 80 digne de ce merveilleux chef-d'oeuvre qu'est "L'Aube Rouge". Et le vilain "coco" de service, Red Skull, aura servi un peu trop longtemps de défouloir



Je dois avouer que je ne connais pas à fond le personnage de Cap América, mais de ce que j'en ai lu à travers mes Strange, c'est qu'il était juste un héros exemplaire qui se battait pour la justice, et qu'il ne roulait pas pour le gouvernement comme l'organisation SHIELD par exemple. Mais son coté obsolète a souvent été mis en avant il me semble, notamment avec l'arrivée de nouveaux héros comme les New Warriors (qui comme par hasard sont à l'origine des problèmes dans Civil Wars).

  Voir le site web de Yoshiki
Yoshiki
Gros pixel

Score au grosquiz
0000228 pts.

Joue à Unchardted Drake's Fortune, Uncharted 2 Among Thieves

Inscrit : Sep 10, 2005
Messages : 1828
De : Ile-de-France

Hors ligne
Posté le: 2007-03-22 18:36
Bon, j'en avais déjà un peu parler sur ce topic, mais j'ai décidé d'écrire un article complet sur cette BD tout simplement géniale.




Kal El, est le dernier survivant de la planète Krypton. Il est connu dans le monde sous le nom de Superman, le plus grand défenseur de la Terre et de son peuple. Il vit également parmi les gens de ce monde sous l'identité secrète de Clark Kent, journaliste du Daily Planet. Tout le monde connaît cette histoire, elle est la pierre fondatrice du comics de super-héros, et un mythe de la culture populaire américaine. Superman est sans doute le personnage de BD le plus connu dans le monde entier. Oui mais voilà, un couple de fermiers au nom de Kent qui vit dans le Kansas, dans une petite ville nommée Picketville ont un jour un petit garçon. Ils l'appelleront Clark. Et c'est ainsi qu'un garçon qui n'avait rien demandé aura le fardeau de porter le nom de Clark Kent, l'alter ego du plus célèbre des super-héros de BD. Il subira ainsi dans son enfance toutes les blagues et les moqueries les plus imaginables sur son nom et même s'il ne l'avouera jamais à ses parents, il n'aime pas son nom car on voyait le personnage de fiction derrière et non le vrai Clark Kent. Jusqu'au jour ou il se réveille en pleine nuit avec les vrais pouvoirs de Superman...


Je n'irais pas par quatre chemins, cette mini-série en 4 numéros est tout simplement sublimement sublime. L'histoire a la particularité de le placer dans un contexte réaliste, c'est-à-dire la notre, où le personnage de Clark Kent/Superman est un personnage de BD. Quel petit garçon qui a lu les aventures de Superman en BD ou vu les films de Superman ne s'est pas imaginé un jour sous la peau de ce super-héros? Et bien Identité Secrète raconte tout simplement la vie d'un tel garçon qui se révèlerait avoir les mêmes pouvoirs que Superman. Sauf que ce garçon ne vit pas dans un monde dans lequel un milliardaire mégalomaniaque ou des tyrans extraterrestres menaceraient l'humanité. Non, il vit tout simplement dans un monde tout à fait rationnel comme le notre. Et c'est ça qui fait la force de cette histoire car on est constamment sous la peau du personnage, on vit littéralement ses états d'âmes et ses interrogations: "d'où viennent ses pouvoirs?", "pourquoi moi?", "dois-je me révéler au monde?", "comment puis-je partager mon secret?", "comment aider les gens avec de tels pouvoirs?"...Et c'est tout simplement fascinant! Car pendant la lecture, tout ce qu'on se dit, c'est "et si ça m'arrivait à moi?". Et on se rend compte qu'on est très loin des clichés habituels des comics, que le personnage de Clark Kent réagit de la même manière que nous, le lecteur. C'est donc à travers ce personnage de Clark Kent qu'on assiste à une véritable mise en abimes de notre vie, car le petit garçon grandit, devient un adolescent puis un adulte qui revêt un déguisement de Superman pour aider son prochain. Il rencontre la femme de sa vie, choisit de cacher son existence aux yeux du monde entier, a des enfants, et qui inévitablement vieilli. La vie de ce Clark Kent se déroule sous nos yeux, et on est surpris d'avoir la gorge nouée tout au long des pages, on ressent la nostalgie du temps qui passe, le jeune Clark adolescent du début de l'histoire laisse place à l'adulte qui s'intègre à la société, qui devient un père de famille, avec des responsabilités encore plus grande. Puis vient ses petit-enfants, et on arrive à un Clark Kent vieillissant, à la barbe blanche, survolant la Terre avec une doudoune réchauffante parce que sa force et sa résistance diminue avec le temps. Jamais un personnage doté d'une telle dimension mythologique n'aura été aussi proche de nous, et on vit complètement la vie de ce jeune homme pas comme les autres.


Identité Secrète est une oeuvre un peu à part du monde des comics, et c'est là sa force. N'importe quelle personne lambda peut l'aborder sans appréhension. Parce que tout le monde sait que Clark Kent est Superman, un super-héros ayant la possibilité de voler, d'être plus rapide qu'une balle et d'être aussi résistant que l'acier. Et ça suffit amplement. Et tout le monde, je dis bien tout le monde, peut apprécier cette histoire à sa juste valeur, car elle ne raconte pas les aventures d'un personnage imaginaire, mais tout simplement de la vie de quelqu'un comme tout le monde, qui rencontre les mêmes problèmes que chacun rencontrera forcément dans sa vie à un moment ou à un autre. D'autant plus que le style de la BD est à la fois très épuré et très condensé, et qu'il ne rebutera aucunement les néophytes qui n'ont pas l'habitude de lire des comics. Identité Secrète a été édité en France en 2 tomes, la première partie chez Semic France et la seconde chez Panini France à cause de la perte des droits de copyrights, on peut les trouver facilement dans les Fnac ou les Virgin Megastore au prix assez raisonnable de 11€ par tome, ainsi que dans les boutiques spécialisés. Donc si vous l'avez pas encore devinez, vous DEVEZ ABSOLUMENT lire cette BD, c'est tout simplement une oeuvre universelle et indispensable.



Identité Secrète, scénarisé par Kurt Busiek et illustré par Stuart Immonen.

L'article en question sur mon blog
_________________


Image


  Voir le site web de Yoshiki

Index du Forum » » Hors-sujet » » BD, comics et mangas passés au bulle doseur!

1314 messages • page
123456 ... 66




Forum www.grospixels.com (© 2011-2019 Grospixels)