Forums de Grospixels
Bienvenue sur le forum de Grospixels : [ S'Enregistrer ]
Déjà inscrit ? [ Connexion ]
 
retour sur le site
rechercher
Index du Forum » » Jeux » » Donkey Kong Country
95 messages • page
12345
Auteur Donkey Kong Country
dante2002
Déterreur de topics


Score au grosquiz
0002009 pts.

Joue à Le GamePass sur la Serie X

Inscrit : Feb 10, 2003
Messages : 5363
De : METZ

Hors ligne
Posté le: 2007-04-30 15:28
Je comprend d'être déçu par un jeu dont on a entendu que des éloges durant 13 ans.

Maintenant, replaçons les choses dans leurs contextes :

en 1994, alors que tout le monde n'a d'yeux que pour la sortie au pays du soleil levant des 32 bits, nintendo surprend tout le monde en sortant un jeu qui fera dire à beaucoup de monde "ba en fait, une snes fait la même chose que les nouvelles consoles".
DKCountry était vraiment magnifique, et cela était d'autant plus accentué par le fait que les campagnes de pub dans la presse montraient des illustrations en CGI (donc on découvrira qu'elle ne sont pas dans le jeu ) beaucoup plus jolie que tout ce qui se faisait sur 32 bit.
Pour les gens que ça fait sourire aujourd'hui, rappelez vous qu'un jugement retrospectif est toujours aisé, et n'oubliez pas qu'en 1993 des journalistes de revue illustre (joypad ou player one) n'émettait aucun doute sur le fait que Sega allait sortir un casque de réalité virtuelle pour la megadrive, qui avec son antique 68000 aurait pourtant eu bien du mal à nous fournir un environnement 3d crédible.

DKCountry donc, magnifique, est il est vrai un jeu de plate forme assez classique, peut être même trop, mais terriblement maitrisé. Jamais une plate forme ne se dérobe sous vos pieds illogiquement, les ennemis ont des réactions certes scriptées mais cohérente, et le premier épisode a le GROS avantage d'avoir le bestiaire ennemi et les thèmes des niveaux les plus "classiques", et donc ceux dégageant le plus de charme.

La pixelisation est inhérente à la digitalisation des images, on rapelle que la SNES avait peu de ram et que donc les perso ont du être modélisées à très faible résolution.

Voilà, j'espère que je ne vous ai pas ennuyé avec mon laius
_________________

Image


  Voir le site web de dante2002
Rudolf-der-Erste
Pixel visible depuis la Lune


Score au grosquiz
0003990 pts.

Inscrit : Mar 05, 2006
Messages : 5185
De : Strasbourg

Hors ligne
Posté le: 2007-04-30 16:07
Niloc, essaie Donkey Kong Country 3 qui est le meilleur de la série, un cheveu devant le 2 qui est lui-même mieux que le 1 (qui est pourtant un très bon jeu).

Oh, il n'est quand même pas vide, ce jeu. Attends d'arriver au niveau enneigé avec les tempêtes de neige pour voir!
Pour les passages en chariot, j'estime qu'ils sont bien plus réussis dans Donkey Kong Country 2.
Allez, pour la peine, je m'autocite.

Citation :

Le 2007-02-04 01:57, Rudolf-der-Erste a écrit:
Pour revenir au sujet, j'ai refait une partie de Donkey Kong Country . Je viens de le reterminer en 1h58, à 55%. Bon, je révise mon jugement sur ce jeu. En fin de compte, il est très bien. Je comprends maintenant pourquoi ce jeu plaît: il est très fluide. En fait, c'est un jeu assez rapide qui ne dévoile son potentiel que si on "trace". Si on est trop lent, ça devient monotone. Mais si on court souvent, alors le jeu devient assez fun, et on prend un malin plaisir à tester nos réflexes en sautant d'ennemis en ennemis, de tonneaux en tonneaux, de plate-forme en plate-forme, et en évitant obstacles et ennemis. C'est également valable pour les niveaux aquatiques. Il y a quelques passages un peu lourds comme le dernier niveau aquatique (surtout à la fin où il y a un peu trop de poissons à éviter), mais dans l'ensemble on s'amuse bien. Il y a vraiment de chouettes passages, comme la caverne polaire avec ses cordages glissants, les "villages Ewock" (p'tit clin-d'oeil à Star Wars), les chariots, les endroits où il faut allumer la lumière, ou encore le niveau où il faut ramasser du fuel pour que le tapis roulant ne s'arrête pas en route. J'avais également oublié que certaines mélodies, comme celle de la jungle et des courses en chariot, ont été reprises dans Donkey Kong 64.


Alors, essaie d'y jouer franco pour bien profiter du level-design de chaque niveau: c'est là que le jeu dévoile tout son potentiel. Il y a un petit côté arcade là-dedans. Et essaie aussi de découvrir les passages secrets (certains sont très bien cachés).

  Voir le site web de Rudolf-der-Erste
yedo
Pixel imposant


Score au grosquiz
1033525 pts.

Inscrit : Mar 25, 2007
Messages : 606

Hors ligne
Posté le: 2007-04-30 18:19
A l'époque Donkey Kong Country m'avait scotché, comme beaucoup d'autres personnes, je pense. Les graphismes, l'ambiance, le fun, les personnages, les tonneaux, les passages secrets... Mais j'y ai rejoué récemment et j'ai été moins emballé, challenge trop linéaire, répétitif. Le fait de retoucher à ce jeu, dix ans après, m'a donné l'impression d'avoir finalement affaire à une démo technique, ce qui m'avait échappé à l'époque. Mais il faut dire qu'entretemps j'ai découvert Donkey Kong Country 3, le meilleur de la série, toujours aussi bon avec le temps, qui montre le fossé existant avec le premier en terme de profondeur de jeu.

Enfin, le premier conserve une ambiance excellente et fun, qui fait son charme. Et comme le dit Rudolf, en l'attaquant sous un angle arcade, le jeu arrive à se distinguer des deux opus suivants, pas forcément meilleur, mais avec une approche différente. Mais bon, là aussi, c'est quelque chose dont j'ai pris conscience que très récemment, à l'époque DKC était juste un fantastique jeu de plate forme à mes yeux...

  Voir le site web de yedo
Tetris master niv.1
Tout petit pixel



Inscrit : Sep 18, 2006
Messages : 40

Hors ligne
Posté le: 2007-05-23 18:50


Bon c'est stupide mais je réalise à l'instant qu'il n'y a aucune preuve sur l'image que le jeu est terminé..

La première partie annonce 33min sans les 2 derniers boss..
Ca fait un total de 37min environ..(warpzone comprise)

Ma grande satisfaction est que je tenais 1 minute d'avance sur le time-attack assisté officiel (26min), sur les 6-7 premier niveau..Mais ce con m'a completement rattrapé sur le reste du jeu, normal, un time attack assisté se fiche completement de la monté en difficulté du jeu..
Alors que moi avec ma petite manette entre les mains je devais considérablement ralentir à mesure que j'avancais..
J'aimerai sincèrement que l'un d'entre vous me défonce sur le time-attack de ce jeu..

[ Ce Message a été édité par: Tetris master niv.1 le 2007-05-23 18:51 ]

Niko844
Pixel digne de ce nom


Joue à SF4

Inscrit : Aug 21, 2006
Messages : 198
De : Dijon

Hors ligne
Posté le: 2007-06-01 17:44
Ahhh... Donkey Kong, et son niveau dans la barrière de corail. Moi perso j'adore !
_________________


Image
Image Code 3DS: 1349-8569-1433


  Voir le site web de Niko844
MTF
Modérateur groovy


Joue à faire l'imbécile.

Inscrit : Jan 28, 2005
Messages : 6674
De : Caen

Hors ligne
Posté le: 2010-11-14 16:19
En attendant Donkey Kong Country Returns qui devrait être l'un de mes cadeaux de noël et qui, à la vue des dernières vidéos, s'annonce bourré d'idées, de challenges, et de bananes, j'ai décidé de me replonger dans les trois premiers épisodes sur Snes...

-------------------------------------------

Il faut savoir que depuis la sortie du premier opus en 1994, j'ai été un fan inconditionnel de la saga. DKC a dû être du reste le premier jeu que j'ai pu terminer totalement (Super Mario World viendra peu de temps après), et j'en gardais un excellent souvenir. Je le connaissais encore par cœur : si bien que je ne faisais que le redécouvrir, me rappelant avec une précision merveilleuse l'emplacement des bananes, items et ennemis divers.

Malheureusement, force m'est de constater que DKC, premier du nom, fait partie de ces jeux qui, peut-être, ont mal vieilli. Je ne parle pas des graphismes ou des musiques : la "patte" RareWare est encore là et fait son effet, que ce soit dans les séquences d'intro ou de fin, ou dans l'animation globale des personnages et ennemis ; mais je parle bien de gameplay et, si l'on excepte le versant technique sur lequel il n'y a rien à dire ou à redire, force est de constater que DKC pourrait, je dis bien "pourrait" être l'une de ces arnaques du jeu vidéo comme il y en a de temps à autres.

C'est véritablement là une plaie béante pour moi que d'affirmer cela : mais je me serai presque ennuyé en rejouant au jeu. Le challenge est quasiment inexistant, si ce n'est quelques niveaux ("Ascenseurs excentriques", "Lumières lunatiques", "Plates-formes péril", entre autres) qui peuvent donner du fil à retordre ; les stages sont résolument "plats", et les "z'amis animaux" n'apparaissent que trop rarement pour venir diversifier un jeu qui, au-delà de cela, manque quelque peu d'idées.

Cela reste pourtant paradoxal, car la formule de Super Mario World ou, peu après, de Yoshi's Island reste la même, à savoir "une idée par niveau" ; mais je ne sais pas pourquoi, ici, la mayonnaise ne prend plus avec moi alors que j'étais extatique il y a de cela seize ans (comme le temps passe...). La faute, peut-être aussi, à deux kongs finalement aux caractéristiques assez proches, ou du moins pas assez marquées ? Je ne sais guère. Mais j'ai été finalement déçu de ce retour aux sources.

------------------------------

À l'inverse, Donkey Kong Country 2 a selon moi mieux résisté aux affres du temps. Plus profond, moins linéaire, plus beau, des musiques inénarrables ; il reste mon petit préféré. La difficulté qui m'avait fait tant pester à l'époque est encore présente ; et je me souviendrai toujours du moment où j'ai pu enfin vaincre le deuxième boss de fin, qui m'a donné bien du fil à retordre.

Les environnements sont variés, et au diable la cohérence ! Si l'on a envie de mettre un parc d'attractions sur une île, pourquoi pas ? L'ambiance qui se dégage du titre, et c'est une mouvance qui sera confirmée par le troisième opus, va vers davantage de mélancolie et de tristesse, de "nonchaloir" pour reprendre un terme consacré. C'est là un univers qui tend à s'effriter, où Cranky Kong resterait le dernier vestige, et cela se sent dans les thèmes et les mondes arpentés. Le galion craquant fait place à un volcan furieux ; mais après cette énergie primordiale, la détresse envahit le joueur : marécages sur ce qui fut autrement un port on pense jadis animé, parc d'attractions à l'abandon que les Zingers (les guêpes) envahissent progressivement, une forêt hantée habitée par les spectres des morts au combat (et ce n'est pas un hasard si le boss de cette zone est le fantôme du tout premier...). S'ensuit le fameux Castel de Kaptain K. Rool, et son dirigeable mécanique ; et le monde perdu, loin d'être, comme dans Super Mario World, synonyme de mystère stimulant et de bonus cachés, recèle les pires pièges. C'est une jungle primordiale, où la nature est devenue folle, autrefois berceau d'une civilisation qui se sera détruite elle-même. Les Kongs eux-mêmes, en tentant de retrouver Donkey, symbole d'un nouvel âge qui a surgi d'un ancien, ne tentent-ils pas d'enrayer une machine devenue folle ?

L'expérience est en tout cas relativement forte, présente. Et il suffit de comparer les musiques de sélection des mondes, entre la ballade du premier opus et l'oppression du second, il y a là un monde d'illusions qui s'est pulvérisé sous nos yeux.

-------------------------------------

Donkey Kong Country 3 avait souffert, à l'époque, de la comparaison avec ce deuxième opus. On le trouvait moins beau, moins riche, moins fort ; mais l'ayant refait, je lui trouve maintenant un je-ne-sais-quoi de volontaire. Comme je l'ai dit, la tendance à la mélancolie s'est ici accentuée ; et même les thèmes se voulant les plus joyeux possibles, ne serait-ce que celui du premier niveau, dégage quelque chose de menaçant. Il n'y a quasiment plus ici de nature, tout a été récupéré par l'architecture et la technologie des kremlings : les monts enneigés sont parcourus de chalets, les lacs traversés par des ponts, les arbres sciés, sans doute pour alimenter les usines voisines. Quelques rares forêts, et quelques rares cavernes viennent servir de refuge à qui serait allergique au monde moderne : mais la nature, devenue folle, a tôt fait de chasser les intrus. Où qu'ils soient, les kongs sont persona non grata : et ils ne peuvent que s'incliner devant la vapeur, ou mourir des griffes des hérissons.

C'est sans doute dans cet épisode que les idées se font les plus neuves et les plus enrichissantes : liane se consumant d'elle-même, sniper fou nous poursuivant sur tout un niveau, tonneau fusée permettant d'atteindre les hauteurs ; l'imagination de RareWare s'en est donnée à cœur joie. On pourra bien sûr reprocher des univers, finalement, peu nombreux, et des musiques peut-être de moindres qualités. Mais je m'aperçois à présent qu'il ne méritait pas sans doute l'avanie que je lui avais imposé jadis devant tous et toutes. Et je reviens ici sur mes erreurs. Certes en retrait par rapport au deuxième opus, mais devant le premier, sans aucun doute : il fallait que je lui rende justice.

------------------------------

Quand je vois Donkey Kong Country Returns, ces usines, ces navires, ces vapeurs ardentes, il me semble bien que l'esprit des épisodes 2 et 3 soit bel et bien là. C'est mieux que d'avoir fait de Donkey Kong une ode à la nature, à la plage, à la jungle comme je le craignais à la vue des premières images. Seul regret peut-être, la présence de cette barre de vie, qui va sans doute changer le gameplay vis-à-vis de ses ancêtres. Mais connaissant Retro Studios, je leur fais confiance : et attends avec impatience de retrouver mon excitation, comme lorsque j'avais mes huit ans, devant ces jeux qui repoussaient avec brio et intelligence les limites de la petite 16 bits de Nintendo, à une époque où la Playstation bouleversait le monde à renforts de polygones...

MTF
_________________


  Voir le site web de MTF
Rudolf-der-Erste
Pixel visible depuis la Lune


Score au grosquiz
0003990 pts.

Inscrit : Mar 05, 2006
Messages : 5185
De : Strasbourg

Hors ligne
Posté le: 2010-11-15 01:15
Les grands esprits se rencontrent, puisque j'ai moi-même refait les trois Donkey Kong Country ces derniers jours, et j'ai refini le 3 pas plus tard qu'avant-hier!
Lequel de nous deux a mentalement influencé l'autre par des ondes psychiques?

Il risque d'y avoir de la redite par rapport à ce que j'avais déjà dit sur ce topic vu que je fais un copier-coller de ce que j'ai dit sur un autre forum.

J'ai commencé par Donkey Kong Country 2, toujours aussi bon, aussi magnifique graphiquement, avec la meilleure bande-son de la série, et c'est aussi le plus dur des trois jeux. J'adore cet univers de piraterie (le bestiaire est génial), c'est dans l'ensemble plus "triste" et "sale" que l'univers du premier. Le jeu est quand même bien plus riche et abouti que le premier jeu, la seule contrepartie étant qu'on perd un peu la rapidité et le dynamisme arcade du premier. La complémentarité entre les deux singes constitue un gros plus par rapport au premier: juste dommage qu'on perde le duo singe lourd/singe léger du premier car on a maintenant deux singes légers (l'un est doué pour grimper sur les cordages, l'autre peut planer avec ses cheveux).
Les niveaux bonus sont plus motivants à chercher grâce à l'apport du monde perdu. Les niveaux sont plus variés dans leurs mécaniques que dans le premier, ils vont davantage dans tous les sens au lieu d'aller uniquement de gauche à droite contrairement au premier volet. L'utilisation des animaux est mieux exploitée que dans le premier jeu (j'adore l'araignée et le perroquet, je suis moins fan du serpent par contre). L'animation des singes est toujours marrante, il y a des détails qui tuent (genre, Dixie qui mange le miel sur lequel elle s'accroche dans les niveaux des ruches) ou bien les petites variations musicales de victoire et de game over selon le type de niveau où on se trouve (lave, aquatique, jungle, marais...). Il y a des niveaux bonus qui ne sont pas évidents à trouver quand même: je pense entre autres au niveau brumeux du "ravin ravi" qu'on parcourt presque tout le long avec l'araignée (j'avais mis un temps fou à trouver ces niveaux bonus, c'était vachement subtil). Il y a aussi un niveau à la fin (la forêt de ronces juste avant d'affronter K. Rool) qui demande obligatoirement de maîtriser le "saut en longueur" (faire une roulade au bord du vide et sauter avant de tomber sur les ronces) pour accéder au niveau bonus et réussir ce dernier (le mouvement n'est pas évident à sortir). Je n'ai pas trouvé tous les jetons DK comme toujours (manque de motivation, j'en ai 29 sur 40).
La difficulté est assez progressive (juste un petit déséquilibre au niveau des boss, le boss du monde 2 de lave étant plus dur que les autres boss du jeu je trouve). J'ai refait avec appréhension le fameux niveau "Facéties Animalières" avec son passage en perroquet qui en a fait trembler plus d'un (le vents qui change de sens dans la forêt de ronces), mais c'était moins dur que dans mon souvenir (faut juste anticiper le changement du vent et appuyer brièvement une fois à droite ou à gauche de la croix directionnelle selon le sens du vent pour ne pas être dévié).
Sinon, il y a quelques choix bizarres, comme le système monétaire (ce n'était pas indispensable franchement, ça oblige à refaire plusieurs fois le premier niveau tout simple pour accumuler l'argent et les vies), ou le fait d'avoir remplacé Candy Kong par une vieillarde insipide.

Bref, DKC 2, ça reste toujours du lourd (le deuxième meilleur volet de la série derrière le 3).


Après, j'ai refait le premier Donkey Kong Country. Bon, il est bien plus simpliste que le 2 dans son gameplay. Il n'y a pas la coopération du 2 entre les singes, c'est moins varié, c'est un peu moins abouti musicalement et graphiquement que le 2, l'univers et le bestiaire ont moins de charisme que l'univers de piraterie du 2 (question de goût, les deux univers sont assez différents, des gens préfèrent l'univers du premier), mais le jeu est tout de même plus dynamique et rapide que le 2.
Cette fois, je me suis un peu plus concentré sur la recherche des niveaux bonus. Comme toujours, je sèche à chaque fois pour tout trouver, ces niveaux bonus sont bien plus durs à trouver que dans le 2. Cela dit, j'ai battu mon record car je suis arrivé à finir le jeu à 91%, je n'étais jamais allé aussi loin (j'ai fini à 100% les mondes 1, 2 et 4). Mais pour les autres niveaux, je sèche complètement (par exemple dans le monde 3 j'ai trouvé 4 sorties dans le niveau de jungle et il semble manquer une sortie, dans le dernier niveau du monde 6 je n'arrive pas à accéder au premier tonneau bonus sous le point de départ, ce genre de chose). Les boss sont toujours aussi nuls par rapport au 2, hormis le boss final qui est génial pour sa musique.
Bref, même s'il est en-deça du 2, le jeu est toujours très agréable à jouer.


Enfin, j'ai enchaîné sur Donkey Kong Country 3 pour clore la trilogie: le meilleur de la série!

Le jeu repose principalement sur les acquis et nouveautés de DKC 2, sauf que cette fois on retrouve le binôme singe lourd/singe léger qui faisait défaut au 2. Dans les animaux, il n'y a plus le serpent (pas une grosse perte), et le rhinocéros Rambi est magnifiquement remplacé par une éléphante multi-usages. L'inspiration est plus présente que jamais, avec une idée nouvelle par niveau, c'est génial et grisant. Des situations excellentes, comme l'ascension de la forêt où on est poursuivi par une scie géante, la corde qui s'enflamme progressivement, le viseur qui nous poursuit tout le long dans l'usine (avec même un mini-jeu différent des autres où on dirige soi-même le viseur pour tuer les ennemis et ramasser la pièce), le niveau où l'éléphante qu'on dirige court tout le long à cause des souris au début du niveau... La difficulté est à mi-chemin entre DKC 1 (le plus facile) et DKC 2 (le plus dur), on renoue un peu avec la rapidité de DKC 1 par rapport au 2 (le jeu ne souffre plus d'une action un peu trop ralentie comme c'était le cas pour DKC 2 mais ça reste moins dynamique que le 1, on est entre les deux). On trouve à la fois des niveaux "de gauche à droite" où on va vite un peu comme dans DKC 1, et des niveaux allant dans tous les sens comme dans DKC 2.

Une des grosses nouveautés, c'est la présence d'une carte du monde bien plus interactive, où on est un peu plus libre de se déplacer pour trouver les secrets, avec un Funky Kong reconverti en mécano pour nous construire des véhicules nous menant toujours plus loin (on peut penser à Mumbo reconverti en mécano dans Banjo-Kazooie Nuts & Bolts). Un des grands atouts de cette carte du monde réside dans la présence des ours (dans leurs cabanes) adeptes du troc d'objets et qui nous donnent des indices pour débloquer des trucs sur la carte du monde (genre, se déplacer à tel endroit sur la carte en faisant telle trajectoire pour débloquer un truc, ou bien battre le record d'un ours dans un niveau). Bref, tout cela constitue un gros plus par rapport à DKC 1 et 2, ça rend l'univers bien plus vivant (on se rapproche d'un Banjo-Kazooie). De plus, le Monde Perdu (introduit dans DKC2) est mieux intégré dans le 3.

Encore une fois, qui dit nouveau DKC, dit nouvelle ambiance. Dans DKC 1, on avait une pure ambiance d'île tropicale. Dans DKC 2, on était sur une sorte d'île au trésor dans un récit de piraterie (avec un univers plus sale plus brumeux, plus triste). Dans DKC 3, c'est encore différent: on est cette fois dans une ambiance bucolique nordique (ça ne veut pas dire neigeux sachant qu'il y a justement peu de niveaux enneigés), avec des couleurs plus froides. Ca se ressent au niveau des musiques dont la plupart sont justement "pôlaires", comme le thème de la rivière ou celui des chûtes d'eau. Je me souviens que la première fois que j'avais joué au jeu ça m'avait déstabilisé, on est dans une ambiance bien plus calme et reposante (limite zen par moments) alors que dans DKC 2 on était dans une ambiance plus énergique (et triste), mais je m'y suis fait et finalement j'adore. Bon, je trouve toujours que la musique de la carte du monde est un peu tristounette (certains diront le contraire ).

Techniquement, encore une fois, ce jeu est une vraie baffe. Il y a des environnements somptueux, comme les falaises ou les grottes. On trouve des effets de zoom avec des objets/projectiles venant de l'arrière-plan au premier plan (un peu comme le boss final de Yoshi's Island), ce qui donne lieu pour un boss du jeu à une mémorable bataille de boules de neige et à l'ultime combat final qui exploite la complémentarité arrière-plan/premier plan. Musicalement, c'est toujours excellent (quoiqu'un un peu en-dessous de la bande-son de DKC 2), j'adore certains thèmes comme les niveaux aquatiques, l'usine, les niveaux bonus, les falaises, les cascades ou encore les rivières. Et puis voir Wrinkly Kong jouer à Super Mario 64 en entendant la musique du château de Peach, faut le faire (le jeu est sorti sur SNES en 1996, donc la même année que Super Mario 64 sur SNES)!

Enfin voilà, Donkey Kong Country 3, ça déchire, une sorte d'aboutissement de la série. Et puis Rare avait vraiment réussi à faire trois jeux différents avec les trois Donkey Kong Country (parlant aux joueurs de sensibilités différentes trouvant plus leur bonheur sur un opus que sur les deux autres).

(il fallait bien que je rejoue un peu et que je revienne un peu sur les forums pour ne pas pêter un câble dans ma vie de merde actuelle)
_________________

"Quand le sage montre la Lune, l'idiot regarde le doigt." Proverbe chinois


  Voir le site web de Rudolf-der-Erste
Lyle
Camarade grospixelien



Inscrit : Mar 12, 2002
Messages : 3722

Hors ligne
Posté le: 2014-01-22 16:17
Je me suis enfin décidé à creuser un peu un DKC, moi qui n'en avait jamais essayé un plus de quelques minutes, motivé par la perspective de faire un jour l'épisode Wii, que Seb m'a prêté. Motivé aussi par les très grands souvenirs des quelques Rare dans lesquels je me suis vraiment investi.

Après 2 petites heures passées sur le premier volet, je suis surpris par une chose : suis-je le seul à trouver que dès le deuxième monde (donc après le premier boss, très facile lui), ce jeu est quand même assez retord ?

Je m'attendais à une courbe de difficulté plutôt souple, très "Snes", pantouflarde au moins dans la première moitié du jeu. Ben j'ai pris une claque. Au moins 50-60 vies pour passer la seconde moitié du niveau en minecart. Du die & retry bien roots, comme on faisait plus tant que ça en 1994. Idem pour le niveau avec les tonneaux qui immobilisent temporairement les ennemis invulnérables. Ici, il y a quand même quelques sauts assez exigeants niveau timing.

Du coup, je m'étonne de ne lire aucun commentaire sur la difficulté du jeu. J'aurais à priori une explication : peut-être est-ce le cas typique du jeu qui semble accessible aux joueurs qui l'ont pratiqué à fond à l'époque, tellement absorbés et fascinés par l'expérience que la difficulté en devient indolore, voire invisible, mais qui plus tard apparaît bien plus ardu aux joueurs qui le découvrent sans volonté particulière (en tout cas au début) de s'investir dedans. Le degré de concentration sur un seul et même titre a vraiment une énorme influence sur la perception qu'on a de sa difficulté. Notez que j'ai vécu la situation inverse (un jeu qui me semble facile alors que d'autres joueurs le trouve compliqué, par exemple Landstalker).

Cela ne m'a pas empêché de beaucoup apprécier ce que j'ai vu jusqu'ici. Il y a dans la jouabilité et le level design quelque chose de tellement propre, carré et efficace. C'est de la plate-forme straight, arcade, ce qui est très positif pour moi. C'est aussi impeccablement rythmé que ce que Naughty Dog fera plus tard avec les Crash Bandicoot. En fait, la seule chose qui me paraît avoir vieilli, c'est l'esthétique de certains niveaux (alors que c'est, comme souvent, ce sur quoi on a vendu le jeu à l'époque). Il y a dans la démarche graphique des développeurs quelque chose qui préfigure le rejet plus ou moins conscient du pixel art, ce style graphique qui va pour quelques années apparaître comme trop associé à la 2D pour que l'on ait pas envie de passer à autre chose. Comme si l'arrivée imminente de la 3D comme standard de représentation devait absolument rendre honteux les codes de la 2D. En 1994-95, on voit d'autres titres comme ça. Je pense notamment à certains Taito sur F3.

Le game design de Rare me fait oublier mes réserves et je compte persévérer sur cet épisode, surtout si les deux suivants sont généralement considérés comme encore meilleurs (et je trouve le 2ème bien plus réussi graphiquement, pour ce que j'en ai vu). Que ce soit sur micro 8-bits, sur Nes, sur Snes ou sur N64 (pas encore terminé un seul de leur titre ultérieur), Rare a été un véritable artisan du medium. Une telle constance était rare à cette époque, chez les dévs occidentaux.

N'empêche que certains rament pour avancer dans ce DKC. Je tenais à le dire, même si je suis le seul

  Voir le site web de Lyle
Esteban
Gros pixel



Joue à Dead Cells, EA Sports WRC, Trackmania Turbo

Inscrit : Jan 28, 2003
Messages : 1981
De : la planète Mars(eille)

Hors ligne
Posté le: 2014-01-22 17:06
Pour la difficulté du premier Donkey Kong Country, tu es vraiment la première personne que j'entends se plaindre.

Pour l'avoir découvert à sa sortie, je n'ai commencé à galérer qu'à partir du premier niveau de la neige (une plaie celui-là !). Je n'ai pas du tout le souvenir d'avoir dû m'y reprendre autant pour le niveau du train de la mine (de nos jours, je suis un gros couard qui skippe tout le niveau avec le passage secret) et, pour ce qui est des "Feux rouges et verts", le jeu est tellement permissif au niveau des collisions que c'est assez bien passé, même à l'époque.

En fait, il y a quelques gros pics de difficulté dans le jeu : la neige, l'abeille géante. Peut-être qu'à l'époque, le jeu paraissait plus facile car il faisait appel à des habitudes et des réflexes quasi-pavloviens en matière de plate-forme : le découvrir aujourd'hui change peut-être radicalement l'approche.

Pour ce qui est du 2,tu risques d'avoir un sentiment de joie immense mêlée de douleur. Il est beaucoup plus dur voire même insupportable sur certains passages, notamment parce que les animaux ne sont plus là pour faire figuration : tu vas devoir apprendre à les aimer ces sales bêtes !

Mais à côté, quel pied !

Il faut absolument écouter le grocast à ce sujet. Comme le dit MTF, ya une sorte de mélancolie qui imprègne tout le jeu, et qui est parfaitement retranscrite par la direction artistique, des graphismes à la musique. C'est l'antithèse absolue de l'esprit blue sky, et ça risque normalement de te hanter pendant des années (surtout les musiques). C'est aussi l'inverse du premier opus qui ressemblait davantage à un jubilé Donkey Kong ("ouais ! on est de retour en plus beau")


Commence-le au plus vite, tu ne seras pas déçu.

Mario86
Pixel monstrueux

Score au grosquiz
0001260 pts.

Joue à Super Mario Kart

Inscrit : Feb 07, 2012
Messages : 2207
De : Gare de l'Est

Hors ligne
Posté le: 2014-01-22 21:16
Citation :
Le 2014-01-22 17:06, eSceNeKCAP a écrit :

Pour la difficulté du premier Donkey Kong Country, tu es vraiment la première personne que j'entends se plaindre.

Eh bien, je vais aller dans le sens de mes récents posts où je m'étonnais de voir des gens galérer sur SMB3 ou pire, sur SMW: là, je ne m'en étonne pas.

Récemment, avec un ami superplayer (Banana Master, pour ceux qui connaîtraient), on s'est fait un marathon DKC, enchaînant les trois épisodes d'affilée en co-op, avec pour objectif de les finir à 101, 102 et 103%. Et même si on a été très vite sur le premier (je crois qu'on l'a fait en 1 h 30 à peine), j'ai redécouvert certains passages qui m'ont confirmé ce que je pensais: c'est vraiment un jeu bien plus difficile que le très simple Mario World. Je trouve même que c'est le jour et la nuit... par contre, DKC3 est relativement facile, alors que DKC2 bénéficie de la meilleure progression dans la difficulté (les zones bonus étant exceptionnellement ardues, surtout le légendaire "Facéties Animalières").

J'apprécie aussi de voir une comparaison avec Crash Bandicoot, ayant toujours soutenu la théorie d'une grosse ressemblance entre la trilogie SNES de Rare et celle sur PS1 de Naughty Dog — qui se ressent jusqu'à la couleur dominante des jaquettes/boîtes de chaque opus

_________________

Citation :
Le 2011-06-09 14:26, petitevieille a écrit :
Ah non, si je fais venir Mario86 ici vous allez souffrir les enfants. Il est encore plus aigri que moi !


  Voir le site web de Mario86
Esteban
Gros pixel



Joue à Dead Cells, EA Sports WRC, Trackmania Turbo

Inscrit : Jan 28, 2003
Messages : 1981
De : la planète Mars(eille)

Hors ligne
Posté le: 2014-01-23 15:04
Une des principales sources de difficultés, à mon sens, c'est quand on perd Diddy et qu'on est obligé de se coltiner ce gros balourd de Donkey, surtout lorsqu'on aborde des phases rapides.

Pour le coup, le 2 est plus équilibré, avec une Dixie qui, si elle est molle, permet de rattraper les erreurs de saut avec sa chevelure.

François
Pixel monstrueux


Inscrit : Dec 25, 2007
Messages : 2301

Hors ligne
Posté le: 2014-01-24 11:43
Citation :
Le 2014-01-22 16:17, Lyle a écrit :

Je m'attendais à une courbe de difficulté plutôt souple, très "Snes", pantouflarde au moins dans la première moitié du jeu. Ben j'ai pris une claque. Au moins 50-60 vies pour passer la seconde moitié du niveau en minecart. Du die & retry bien roots, comme on faisait plus tant que ça en 1994. Idem pour le niveau avec les tonneaux qui immobilisent temporairement les ennemis invulnérables. Ici, il y a quand même quelques sauts assez exigeants niveau timing.


Avis partagé sur cette section du jeu et sur la difficulté d'ensemble, pas progressive pour un sou. DKC est d'ailleurs l'un des rares jeux de la Super Nintendo que je n'ai jamais relancé sous ému, signe qu'il ne m'a pas laissé un souvenir impérissable, passée la claque technique -- notamment la tempête de neige, un très très beau passage.

Allez, on dira quand même du bien du stage aquatique, enchanteur aussi bien par ses graphismes que sa musique

FF_Clad
Pixel monstrueux



Inscrit : May 31, 2002
Messages : 2598

Hors ligne
Posté le: 2014-01-25 05:29
Je suis le seul a ne pas aimer du tout les niveaux de mines dans DKC1 ?

Je trouve les niveaux de montagne russe dans la fete forraine de DKC2 vraiment tres fun et largement superieur. Mais les mines de DKC1, bof bof...

De maniere general, je trouve que DKC1 est long, chiant, et soporifique comme le cour de francais de Mme. Chelan le mercredi matin. DKC2 le surclasse en tout point.
_________________

Citation :
Le 2012-03-15 15:32, Warner a écrit :
SEGA fait bel et bien des jeux de merde.

Citation :
Le 2013-02-06 21:10, Shenron a écrit :
Sega assure niveau marketing.


Mario86
Pixel monstrueux

Score au grosquiz
0001260 pts.

Joue à Super Mario Kart

Inscrit : Feb 07, 2012
Messages : 2207
De : Gare de l'Est

Hors ligne
Posté le: 2014-01-25 14:28
Wow, alors ça c'est pas courant comme avis

Enfin les gens aiment souvent davantage DKC2 que son prédécesseur, tant il fait figure d'aboutissement ultime de ce dont Rare était capable, avant un DKC3 qui s'essouffle un peu, mais en général peu critiquent un manque de rythme et une longueur chez un DKC1 qui est pourtant plus court et sans "surprises" contrairement à son cadet.

Après, les niveaux dans les mines, ça sera culte pour certains, exaspérant pour d'autres. Question de goût, on peut pas vraiment en débattre. ^^
_________________

Citation :
Le 2011-06-09 14:26, petitevieille a écrit :
Ah non, si je fais venir Mario86 ici vous allez souffrir les enfants. Il est encore plus aigri que moi !


  Voir le site web de Mario86
FF_Clad
Pixel monstrueux



Inscrit : May 31, 2002
Messages : 2598

Hors ligne
Posté le: 2014-01-26 06:11
Je me suis enormement ennuye sur DKC1. J'ai ete assez loin, sans toutefois le finir, uniquement parce que j'avais adore le second episode.

DKC2, je l'ai quasi entierement fini a 102%. J'ai trouve toutes les pieces bonus, et quasi tous les jetons "Heros de jeu video" (il ne m'en manquait qu'un, celui du monde "embrouillamini joli", un monde tres relou a base de tonneaux et de ronces)
_________________

Citation :
Le 2012-03-15 15:32, Warner a écrit :
SEGA fait bel et bien des jeux de merde.

Citation :
Le 2013-02-06 21:10, Shenron a écrit :
Sega assure niveau marketing.


chatpopeye
Camarade grospixelien


Joue à Alan Wake 2

Inscrit : Jan 19, 2003
Messages : 6278
De : Poitiers

Hors ligne
Posté le: 2014-01-26 10:24
DK1 reste mon épisode préféré, d'abord parce qu'il fut mon 1er (nostalgie, tout ça...), parce que j'ai nettement préféré ses environnements, notamment la montagne, avec cette chute de neige progressive, ses musiques (le niveau aquatique... d'une beauté sans nom...), parce que dans ce Donkey Kong Country, au moins, on peut jouer avec Donkey Kong (!) et que c'est mon chouchou, et parce que je l'ai terminé, contrairement au 2ème que j'ai trouvé trop difficile pour moi.

Mario86
Pixel monstrueux

Score au grosquiz
0001260 pts.

Joue à Super Mario Kart

Inscrit : Feb 07, 2012
Messages : 2207
De : Gare de l'Est

Hors ligne
Posté le: 2014-01-26 12:57
Citation :
Le 2014-01-26 06:11, FF_Clad a écrit :

"embrouillamini joli", un monde tres relou a base de tonneaux et de ronces

Un des plus épiques (sans jeu de mots...) aussi, avec peut-être le meilleur thème musical de la trilogie
_________________

Citation :
Le 2011-06-09 14:26, petitevieille a écrit :
Ah non, si je fais venir Mario86 ici vous allez souffrir les enfants. Il est encore plus aigri que moi !


  Voir le site web de Mario86
Lyle
Camarade grospixelien



Inscrit : Mar 12, 2002
Messages : 3722

Hors ligne
Posté le: 2017-09-13 20:52
Un petite compte rendu sur le premier DKC, que j'ai recommencé puis terminé il n'y a pas très longtemps.

Dans l'ensemble, le bilan est très positif. Comme les Rayman, c'est une série que j'ai toujours eu envie d'aimer mais j'ai eu un peu de mal à rentrer dedans, de dépasser le stade de la partie d'essai, et ce sans vraiment pouvoir m'expliquer pourquoi. Maintenant que je suis arrivé au staff roll, je peux confirmer que c'est plutôt une série pour moi, et j'aurais pris un rejet définitif comme un échec personnel. Le seul bémol, c'est que jusqu'au bout j'aurai trouvé le jeu stressant au possible. A titre de comparaison, je n'ai pas été plus tendu en terminant Adventures of Link, réputé bien plus brutal.

Pourtant, tous les niveaux ne m'ont pas été problématiques. J'ai rarement vu un jeu à la fois doté à la fois d'une telle qualité de production ET d'une difficulté à ce point en dent de scie. Je franchissais certains niveaux en quelques essais, puis utilisais 20-30-40 vies sur le suivant. J'ai dû perdre 50 vies sur le premier stage en minecart, du moins lors de ma première sauvegarde, mais seulement 4 ou 5 sur le deuxième alors qu'il arrive beaucoup plus loin dans le jeu. Le plus dur, je crois que c'était le couple de stages montagne enneigée / caverne de glace. Le premier aurait peut-être pu me décourager si je n'avais pas trouvé, totalement par hasard, un tonneau qui permet de court-circuiter son infernale deuxième partie. Et dans la caverne, avec ses cordes qui attirent le joueur vers le haut telles des Barnacles dans Half-Life, j'ai bien souffert aussi. Atteindre le point de sauvegarde suivant fut un gros soulagement. Il y a eu aussi le stage avec les plates-formes qui se déplacent dès qu'on pose le pied dessus : le par coeur le plus brut, surtout dans la deuxième partie du stage.

Pire encore, je n'ai trouvé que peu de passages secrets, du moins si je me fie à mon pourcentage (à peine 50%). Certaines bananes ou vies me paraissaient inaccessibles (celles placées à la surface de gouffres, notamment), au point que je me demande si j'ai pas tout simplement fait le jeu en ignorant l'existence de certains mouvements. Déjà que j'ai mis quelque temps à savoir utiliser la roulade... J'aurais voulu atteindre les 100% mais j'ai l'impression que les passages secrets sont uniquement de petites sections peu intéressantes en soi, et surtout utile pour engranger beaucoup de vies et de bananes. Donc j'ai laissé tomber.

Je compte faire les suivants, mais quand je lis que le 2 est nettement plus dur que le premier, ça me fait pas mal peur. Je vais donc attendre un peu. Mais j'aimerais vraiment tous les faire, y compris l'épisode N64 (si on y retrouve ne serait-ce qu'un peu de Banjo Tooie, je pense que ça me plaira) et surtout Tropical Freeze, qu'une récente vidéo de Mark Brown m'a sacrément bien vendu.

Je garderai un bon souvenir de DKC. Je trouve le jeu toujours beau dans l'ensemble. Il faut dire que, comme je le disais à Sebinjapan, je suis un très bon client des esthétiques pre-render, qui étaient un peu à la mode à cette époque. J'ai bien aimé la physique du jeu, peut-être plus que dans la plupart des Mario 2D en fait, ainsi que l'ambiance des niveaux. Les dispositifs de plates-formes sont pas spécialement élaborés comparé à un Mario, mais ça m'a pas gêné pour autant. Ce DKC garde un game feel et un rythme de jeu d'arcade, c'est ça qui me l'a rendu d'emblée sympathique.

  Voir le site web de Lyle
Bigby
Pixel imposant



Inscrit : Sep 08, 2017
Messages : 555

Hors ligne
Posté le: 2017-09-13 22:04   [ Edité le: 2017-09-13 22:10 ]
Citation :
Je compte faire les suivants, mais quand je lis que le 2 est nettement plus dur que le premier, ça me fait pas mal peur. Je vais donc attendre un peu. Mais j'aimerais vraiment tous les faire, y compris l'épisode N64 (si on y retrouve ne serait-ce qu'un peu de Banjo Tooie, je pense que ça me plaira) et surtout Tropical Freeze, qu'une récente vidéo de Mark Brown m'a sacrément bien vendu.


En tout cas, fais absolument Tropical Freeze : c'est le meilleur Donkey Kong Country de la série (et je dirais même peut-être le meilleur jeu de plate-forme jamais créé). C'est une pure tuerie intégrale. Par contre, fais impérativement le Returns avant, d'abord parce que le jeu te semblerait bien fade si tu fais Tropical Freeze avant, et... pour une autre raison que je n'ai pas trop envie de spoiler mais qui rend certains passage de Tropical Freeze encore plus mémorables. Tu vas retrouver le plaisir du gameplay de la trilogie de Rare, mais en allant encore plus loin dans la maîtrise et avec un feeling encore plus Arcade. Et puis cette bande-son incroyable, ces graphismes magnifiques, c'est un truc de ouf.

inFiniteRunN3rd
Pixel de bonne taille



Inscrit : Sep 07, 2014
Messages : 332

Hors ligne
Posté le: 2017-09-13 22:43
Citation :
Le 2017-09-13 20:52, Lyle a écrit :

Pire encore, je n'ai trouvé que peu de passages secrets, du moins si je me fie à mon pourcentage (à peine 50%). Certaines bananes ou vies me paraissaient inaccessibles (celles placées à la surface de gouffres, notamment), au point que je me demande si j'ai pas tout simplement fait le jeu en ignorant l'existence de certains mouvements. Déjà que j'ai mis quelque temps à savoir utiliser la roulade... J'aurais voulu atteindre les 100% mais j'ai l'impression que les passages secrets sont uniquement de petites sections peu intéressantes en soi, et surtout utile pour engranger beaucoup de vies et de bananes. Donc j'ai laissé tomber.


Il y a peut-être une subtilité de la roulade que tu n'as pas intégrée. En commençant la roulade depuis un rebord, il est possible de sauter lors de la roulade en étant dans le vide.
Cela permet de sauter plus loin ou de récupérer certains items.


Index du Forum » » Jeux » » Donkey Kong Country

95 messages • page
12345




Forum www.grospixels.com (© 2011-2019 Grospixels)