Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Les Jeudis Découverte de Grospixels
Une rubrique de 2008 dont le concept consistait, chaque semaine, à proposer aux lecteurs trois jeux découverts par les habitués du forum lors de l'exploration de leurs romsets.

Première livraison avec trois titres arcade jamais convertis sur console ou micro-ordinateurs : Nitro Ball, Rompers et Black Heart.

Nitro Ball
(Data East, 1992)

Prenez Mercs, Out Zone ou n'importe quel autre pédestre de ce calibre, ajoutez-y une bonne dose de flipper et de Smash TV. Passez le tout au shaker et vous obtenez Nitro Ball, de Data East :

Pourquoi un tel mélange ? N'oublions pas que Data East était un important fabriquant de flipper, en plus de faire du jeu vidéo. Data East fait aussi partie de ces développeurs qui ont régulièrement tenté des expériences en arcade. Avec plus ou moins de succès. L'expérience Nitro Ball est elle une franche réussite : le jeu est intéressant, très bien réalisé et a vraiment la pêche. Même les musiques sont de qualité.

Le joueur participe à un de ces jeux futuristes consistant à tuer tout le monde et à rester en vie. Chaque niveau est une aire de combat à thème (terrain de football américain, ville fantôme...) On peut gagner des cadeaux débiles tout comme dans Smash TV. Les obstacles sont le plus souvent des éléments de tables de flipper, que l'on peut détruire ou percuter en se transformant en boule, exactement comme le ferait Samus, mais en grapillant le bonus adéquat.

Je n'ai pas fait énormément de parties pour l'instant mais au plan du scoring, ça m'a l'air assez riche. Il y a divers moyens de multiplier les cadeaux, chaque niveau impose une séquence au cours de laquelle il faut détruire des cibles en temps limité (avec une scène assez marrante si on réussit, notamment au premier niveau), on peut même allumer des "dalles", comme sur les tables de flipper, pour avoir des armes ou autres bonus.

Bref, pour l'instant une très bonne surprise de l'inconstant mais parfois audacieux Data East. Et encore un hypothétique candidat pour un futur High Score. Faites-vous votre idée, moi j'ai bien accroché. J'oubliais, c'est plutôt accessible pour de l'arcade.

Rompers
(Namco, 1989)

Ce soir c'est Namco qui est à l'honneur, avec le très sympathique et pourtant jamais évoqué Rompers, sorti en salle en 1989 :

Dans ce petit jeu d'action à tableaux comme il en sortait tant pendant la première moitié des années 80, vous devez récupérer des clés en esquivant de nombreuses créatures plus ou moins agressives. Le principe part de Pengo : vous utilisez le décor comme arme. Sauf qu'ici, il s'agit de faire tomber des murs (qui ressortent de terre indéfiniment) sur l'ennemi. Les possibilités de combos sont d'emblée multiples, par exemple si vous prenez le risque d'attendre que plusieurs monstres soient près d'un mur pour le faire basculer.

Le problème c'est que bien vite, on s'aperçoit que certains ennemis sont capables de vous faire le même coup. À cela s'ajoutent des mignons petits dragons du plus pur style Coryoon et dont les flammes font la longueur de l'aire de jeu. Dès lors, le gameplay se rapproche plus d'un Bomberman : il faut tout le temps veiller à se trouver dans un couloir "safe" et une seconde d'inattention peut être fatale. Typiquement le titre addictif et énervant. Ou plutôt addictif CAR énervant.

Ca devient vite difficile. Je n'ai pas encore été très loin mais par la suite on trouve des ennemis en forme de murs et même des murs "dominos" dont il faut prendre en compte le cheminement. Le concept semble donc bien exploité et le level design ingénieux. Tout ce que sait faire Namco quand ils savent s'en donner la peine. Je suis étonné de n'avoir vu ce jeu qu'une seule fois dans une salle il y a trèèèèèèès longtemps (même pas en France, en Belgique). Sa finition, ses bonnes idées, son style bon enfant, même la signature de Namco n'y changent rien : je n'ai jamais lu une ligne à son propos sur quelque forum que ce soit.

Il y est temps qu'il sorte de son e-anonymat.

Black Heart
(UPL, 1991)

Aujourd’hui quand un shoot commercial sort, le shooteux avide de nouveauté se jette dessus tant le genre se raréfie. Il y a 15 ans, il sortait tant de titres, et la compétition était telle que plusieurs d’entre eux sont passés inapperçus. Black Heart d’UPL, sorti en 91, fait partie de ces oubliés de l’âge d’or du shoot.

Les shoots d’UPL sont rarement conventionnels. Presque à chaque fois, ce petit développeur tentait de sortir des sentiers battus, ce qui aboutissait généralement à des titres dont on ne pouvait dire s’ils étaient des réussites ou des échecs tant ils laissaient le joueur perplexe. Black Heart est lui très consensuel. On peut à la limite faire un rapprochement avec Insector X pour le thème graphique.

C’est le bon hori de base, avec une arme secondaire à recharger (un puissant lance-flammes) et beaucoup d’obstacles. À première vue, la taille de votre sprite semble être un handicap, mais la vitesse du jeu et les patterns ont été déterminés en conséquence. En fait, il faut attendre le 3ème niveau pour que le jeu se complique.

Le rythme imposé est agréable. Ca ne va pas trop vite, c’est assez calme, ça ne cherche pas à prendre le joueur par surprise, mais il y a en même temps un minimum de pression pour maintenir l’attention du joueur. C’est presque le gameplay d’un bon shoot “pantoufle” de console 16-bits, sans les excès du style. Technique correcte. Je me demande si le processeur sonore ne vient pas de l’époque 8-bits : il y a des sons dans les musiques qui ont des accents de CPC, à moins que ce ne soit qu’une coïncidence. Si vous avez fait le tour de tous les bons shoots issus de cette époque bénie, voilà du rab.