Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Conker's Bad Fur Day
Année : 2001
Système : N64 ...
Développeur : Rare
Éditeur : THQ
Genre : Plate-forme / Action
Par Djib (11 novembre 2002)

Rare, ex-Ultimate tout le monde connait, c'est l'un des studios de développement les plus prestigieux de la planète, gros fournisseur de hits pour Nintendo sur Super NES et plus encore sur Nintendo 64, le créateur de Donkey Kong Country, Killer Instinct, Golden Eye, Banjo-Kazooie, Perfect Dark.... Et désormais, depuis son rachat par Microsoft pour entre 300 et 400 millions d'euros (estimation des analystes), le studio anglais est une filiale du géant américain. Le divorce d'avec Nintendo (la possibilité de racheter la totalité de Rare avait été refusée par la firme japonaise) s'explique en partie par l'évolution sensible de la production et des ambitions de Rare. Depuis la sortie de Perfect Dark, on pouvait en effet sentir que la politique du studio n'était plus exactement la même que celle de Nintendo. Mais c'est surtout avec Conker's Bad Fur Day que les Anglais vont définitivement rompre avec l'esprit Big N. Ce jeu est une sorte de manifeste et une véritable révolution culturelle sur le marché des jeux vidéo.
C'est en 1997 que Conker, gentil écureuil tout plein (qui ressemble furieusement à Mr. Nutz) fait sa première apparition dans Diddy Kong Racing aux côtés des stars du développeur anglais comme Donkey Kong, Banjo et autres. Puis en 1999 il revient sur Gameboy Color dans un épisode intitulé Conker's Pocket Tales.

Conker dans Diddy Kong Racing (1997) et Conker's Pocket Tales...

Cette fois il est le héros de cette cartouche destinée au jeune public. Conker doit retrouver des cadeaux d'anniversaire avec sa copine Berri. Les graphismes sont mignons et le jeu est correct, sans rivaliser toutefois avec les références de la portable de Nintendo. En tous cas, Conker est en train de s'imposer comme un des héros de l'éditeur anglais. Rare capitalise ainsi le travail de game-design réalisé en interne sur ce sympathique écureuil depuis quelques années. En effet, pendant le développement de Banjo-Kazooie, un autre jeu de plates-formes est en gestation, intitulé Twelve Tales: Conker's Quest. Ces deux jeux sont présentés à l'E3 en 1997 mais alors que Banjo se fait remarquer, Conker lui passe plutôt inaperçu... Des graphismes colorés, un écureuil tout mignon et sa petite amie qui partent à la recherche de cent bibelots qu'on leur a dérobés et répandus dans 4 mondes... Les previews de l'époque évoquent un jeu très enfantin, à l'univers Walt Disney très « mignon », peut-être même trop (certains parlent du plus « cute » des « cutegame »).

La première version N64 de Conker, Twelve Tales, présenté à l'E3.

Le temps passe, et régulièrement Rare repousse la sortie de Twelve Tales. La raison est commerciale avant tout. Quel intérêt le studio peut-il avoir à concurrencer ses propres productions en mettant sur le marché deux jeux de plates-formes similaires ? On croit alors que Conker va être purement et simplement abandonné, mais en réalité une transformation incroyable est en cours...

En Janvier 2000, le site officiel de Rare annonce que Twelve Tales change de nom et s'intitule désormais Conker's Bad Fur Day. Une applet java lance une séquence audio très explicite : quelque chose de grave s'est passé pendant le développement, apprend-on dans un message ponctué d'insultes, de grossièretés et d'expressions plutôt imagées... Une vidéo de présentation est disponible quelques mois plus tard, en mai 2000, et présente le nouveau Conker : univers glauque, violence, grossièreté dans un monde cartoon résolument mature. Conker est désormais un écureuil alcoolique, grossier et vénal. Quand à son amie Berri, elle ressemble à une playmate. Le jeu sera classé (M) aux États-Unis, autrement dit interdit aux moins de 17 ans.

Le nouveau Conker et sa copine Berri.

Ces révélations font l'effet d'une bombe auprès de la presse spécialisée, qui se passionne soudainement pour le nouveau projet de Rare. Les compte-rendus mettent alors l'eau à la bouche des joueurs adultes qui rêvent de voir enfin les jeux vidéo se parer d'un humour mature et provocateur. Les journalistes sont incrédules et ont parfois du mal à comprendre ce soudain revirement, d'autant plus que Nintendo est l'un des éditeurs ayant la politique la plus stricte en matière de contenu. Comment est-il possible qu'un tel jeu apparaisse sur Nintendo 64 ? Et jusqu'où les développeurs vont-ils aller ? À quel moment Nintendo va-t-il censurer le jeu ? Le projet va-t-il aller jusqu'au bout de sa logique outrancière ? Des rumeurs de censure, puis d'abandon pur et simple sont relayées sur le Net au cours de l'année 2000.

Finalement, le jeu est annoncé pour le 2 mars 2001 aux USA. Nintendo US va alors assurer une promo spectaculaire pour le lancement : des publicités plutôt trash (Conker le nez dans le décolleté d'une jeune femme, Conker vomissant dans les toilettes, Conker se faisant offrir un préservatif...) fleurissent dans les magazines adultes tel Playboy.

Publicités américaines.

Une soirée à Las Vegas sera organisée pour la presse, un site web hilarant et très vulgaire (interdit au moins de 17 ans) est mis en ligne (avec vérification de l'âge sur la page d'accueil) mais n'est malheureusement plus disponible et renvoie désormais vers la page de Nintendo (qui n'a pourtant aucun Conker's Bad Fur Day dans sa base de données). Ce site, dans un style très « fifties » proposait différentes rubriques évocatrices comme « apprenez vous-même la sculpture érotique sur glace », « la vie sexuelle de nos amis à fourrures » ou encore « Hardcore Footage » (les captures d'écrans), ainsi que plusieurs vidéos délicatement appelées « Poo Problems » ou « Phallic Fun et Bullets & Blood ».

Extrait du site officiel de Conker (désormais off-line).

Une tournée des universités est également mise en place en partenariat avec le magazine Playboy, avec divers concours et la présence de la playmate du mois. Les compte-rendus et autres photos grivoises sont publiés sur le site web. Évidemment, des réactions de parents choqués, ainsi que des menaces de poursuites judiciaires surviennent. Certains magazines refusent de passer les publicités et des chaînes entières de magasins refusent de distribuer Conker. Pourtant, Nintendo US a pris toute les précautions possibles pour clairement indiquer le classement mature du jeu...

Aux USA, l'accueil du jeu par les critiques et les joueurs est unanime. Conker est acclamé comme un vrai chef-d'oeuvre, le meilleur jeu de la Nintendo 64. C'est ce qui revient le plus souvent dans les critiques. Le seul point négatif concerne le niveau de grossièreté du jeu que certains trouvent « too much », mais qui pour d'autres est l'une des qualités du titre.
Même si lors de sa sortie Conker devient le numéro 1 des ventes sur la N64, il n'en reste pas moins que les volumes sont très décevants. Nintendo décide alors de ne pas commercialiser Conker's bad Fur Day au Japon et en Europe (sauf en Grande-Bretagne où la localisation n'est pas difficile). L'éditeur explique dans un communiqué que le potentiel de vente n'est pas assez important. Furieux, les possesseurs de N64, alléchés par les articles élogieux de la presse, prennent les choses en main et de nombreuses pétitions fleurissent sur le web. Le site MaXoE64 recueillera ainsi des milliers de signatures. Heureusement, c'est finalement un autre éditeur qui arrive au secours des fans français et européens : THQ décide en effet de prendre à son compte la distribution de Conker's Bad Fur Day (il semble qu'au Japon le jeu n'ait pas été distribué du tout). Malheureusement il y a un prix à payer : la cartouche de 512 Mb (64 Mo), disposant d'une « battery backup » sera uniquement en anglais et vendue au prix prohibitif de 590 FF (90 €). Mais quand on aime, on ne compte pas. En France le lancement de Conker ne donnera pas lieu à la même promo, mais la presse spécialisée recevra une pub sacrément culottée :

« Vous avez envie de me tester en profondeur ? Alors couvrez-vous bien, j'arrive !!! »

Toute cette promo est à l'image du jeu : politiquement incorrecte. L'humour de Conker, que certains ont voulu rapprocher de Tex Avery (par analogie entre Nintendo et Walt Disney) est plutôt proche de celui de Mike Myers ou de Michel Muller. Outre un goût pour la parodie, il se complaît dans les gags crades, bêtes et méchants, voire gores (le sang coule à flot de manière outrancière). Le sexe est également présent à travers des gags plutôt bon enfant mais c'est vraiment le côté « trash » qui est le plus manifeste.
Le ton est donné dès l'allumage de la console : on y voit Conker armé d'une tronçonneuse qui s'applique à découper sauvagement le logo de la N64... Et ce n'est qu'un début... Sans dévoiler les gags du jeu (qui ont besoin d'être découverts en jouant et non pas en lisant un article), sachez que Conker n'hésitera pas à vomir, pêter, roter, p... sur ses ennemis, utiliser des briques pour castrer un robot, se bourrer la g... à la bière, affronter un gros tas de m... à coup de rouleaux de papier toilette... Bien évidemment si tout cela passe aussi bien c'est parce que cet humour potache est entrecoupé de moments moins vulgaires et de plus il est parfaitement intégré dans les différentes phases de gameplay.

Le jeu se présente sous la forme de différents chapitres, comparables à des sketches ou à une BD humoristique (ainsi que les développeurs l'ont souhaité, et grâce aussi aux bulles dans lesquelles les personnages s'expriment). Chaque chapitre est entrecoupé de scènes cinématiques et se termine par une chute. La motivation de voir ces épilogues humoristiques devient rapidement l'un des moteurs du jeu. Les références au cinéma sont très nombreuses et toujours très bien exploitées. L'intro évoque Orange Mécanique, puis les clins d'oeil vont à des blockbusters du cinéma hollywoodien : Matrix, Terminator 2, Il faut sauver le soldat Ryan, Les Dents de la Mer, Jurassic Park, Dracula, La nuit des morts-vivants, Massacre à la Tronçonneuse, et même Eyes Wide Shut. Les références sont alors clairement adultes et flattent la culture pop du joueur.

Reprenant les bases du jeux de plates-formes et particulièrement de Banjo-Kazooie, Conker's Bad Fur Day dispose d'un gameplay d'une richesse inouïe pour un jeu de ce genre. Bien évidemment les poncifs du genre sont détournés : Conker n'agit que dans son propre intérêt et par appât du gain, il recherche des liasses de billets, n'hésite pas à se montrer grossier et violent avec son prochain... Bref, ça change de la morale des jeux de plates-formes habituelle.
L'histoire commence par la fin avec un Conker couronné, assis sur un trône. Il se met à raconter comment il en est arrivé là. Tout commence au cours d'une soirée bien arrosée au pub du coin... Conker boit trop et s'égare dans un monde étrange en voulant rentrer chez lui. Dans le même temps, le roi Panthère soumet à son éminence grise, un savant au fort accent allemand, un problème qui le tracasse. La petite table près de son trône tombe tout le temps, dès qu'il y pose son verre de lait (il manque un pied à ladite table). Après une intense réflexion, le savant parvient à la conclusion que seul un écureuil pourra remplacer le pied manquant et faire tenir la table droite. Ces séquences, et les autres qui ponctuent l'histoire, sont hilarantes et parfaitement mises en scène. De plus grâce à une technique de compression novatrice, tous les dialogues sont parlés dans la langue de Shakespeare avec des voix extraordinaires (dont une bonne partie est doublée par Chris Seavor, producteur du jeu)... On ne se lasse pas de regarder certaines séquences...

Le joueur, en prenant le contrôle de Conker, va devoir rentrer chez lui et échapper au triste destin de pied de table qu'on veut lui imposer, il devra également sauver sa copine Berri, qui a été enlevée pour devenir danseuse en cage dans une boite de nuit. La prise en main est excellente, avec le pad analogique de la N64 qui fait encore une fois merveille. Conker a peu d'action à sa disposition par défaut, mais rapidement on fait connaissance avec les « zones de contexte ». Sur certains emplacement, Conker peut réaliser une action appropriée à la situation : chevaucher un taureau, sortir un shotgun, avaler une aspirine, hypnotiser un dinosaure, se saouler à la bière puis uriner sur ses ennemis... Cette excellente idée permet de proposer un gameplay très varié (avec des phases de shoot, de vol, de course...) et surtout de l'adapter continuellement à l'humour du jeu.
Des énigmes plus ou moins évidentes ponctuent les différents niveaux contribuant ainsi à faire de Conker un titre qui transcende le simple jeu de plates-formes... Tout le talent et la créativité de Rare sont concentrés dans Conker's Bad Fur Day. Ne retenir que l'aspect trash du jeu, c'est passer à coté d'un monument du jeu vidéo.

Les graphismes contribuent également à faire de Conker une totale réussite. Pas de clipping, des couleurs qui flashent, des personnages cartoons à l'animation et au design très réussis et des séquences narratives somptueuses. Le graphisme des différents protagonistes est parfait. Conker dispose ainsi d'animations absolument tordantes : lorsqu'il s'ennuie et qu'il se met à lire Playboy, à jouer à la Gameboy ou encore à interpeller le joueur (« vous êtes mort ou quoi ? J'aimerais bien rentrer chez moi ! »), ses expressions sont fabuleuses. Une foule de petits détails contribuent également à cette richesse graphique : les gouttes de sang, les éclaboussures de vomi, les billets de banque que l'on sème après avoir récupéré une liasse, etc.

La partie son est également exceptionnelle : outre les dialogues parlés, ce sont des musiques variées et drôles qui impressionnent le joueur (jazz, techno, opéra, thème de grand film...). C'est tout simplement la meilleure bande son de toute les cartouches N64, et on la doit à Robin Beanland, qui a travaillé sur la plupart des grands titres de Rare.
La durée du jeu est très raisonnable et surtout on y revient avec beaucoup de plaisir comme pour relire une bonne BD qui nous avait fait bien marrer.

Enfin, Conker dispose d'un mode multijoueurs ! Composé de plusieurs mini-jeux issus de l'aventure, il permet de s'affronter (de un à quatre joueurs) dans cet univers si fun. On trouve ainsi des courses de surf sur lave, des invasions de tanks, des infiltration dans les bases ennemies, des hold-up à la banque et un véritable FPS, totalement hilarant où tous les clichés de Quake et Unreal sont exploités...

Conker's Bad Fur Day est un jeu hors normes et ce à tous les niveaux. Un bijou réservé aux joueurs avertis (et non allergique à l'humour trash). Suite au passage de Rare chez Microsoft, et en raison de l'aspect culte de Conker, une nouvelle version sur Xbox, support parfaitement adapté au public potentiel du jeu, devrait sortir en Juin 2005 après de nombreux reports (devenus hélas une habitude chez Rare) : elle comprendra la partie solo de la version N64, reproduite à l'identique (ou presque) avec des graphismes fabuleux dignes la puissance de la machine, ainsi qu'un mode multijoueurs en ligne (jouable via le service Xbox-live), qui transforme le jeu en shooter à la troisième personne et lui adjoint un système de classe de personnage inspiré des FPS tactiques comme Counter Strike. En attendant, il est important de ne pas passer à côté de ce chef-d'œuvre...

Note sur l'émulation : le jeu passe très bien avec Project64, mais pour vraiment l'apprécier il est nécessaire de se procurer un pad avec stick analogique sous peine de perdre toute la maniabilité du jeu (Conker doit très souvent suivre des trajectoires circulaires ou se déplacer avec prudence).

Djib
(11 novembre 2002)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(75 réactions)