Mastodon
Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
Souvenirs de Grospixeliens
Ce dossier est le récapitulatif d'un concours lancé début 2005 sur le forum de Grospixels. Il s'agissait pour les participants de raconter leur vie de joueurs dans un essai d'environ 4 pages. Cher lecteur, ne manque surtout pas de lire ces textes qui sont tous passionnants, vivants et la plupart du temps plein d'humour.

Les souvenirs de... Corentin

MA VIE DE GAMER

Me voil donc devant l'abyme de ma vie de gamer. Tout retranscrire. Enfin, ce ne sera pas si dur que a. Car, non, je ne suis pas un rtrogamer. Le mot est lch. Eh oui, je suis jeune. Du plus haut de mes 19 ans, ayant pass mon enfance en Afrique loin de la technologie, aussi loin que je regarde, a nest jamais vraiment si loin. Mais jetons tout de mme un regard en arrire...

Je crois que mon premier contact avec le Jeu Vido fut un vieux Macintosh tout pourri que mon pre avait chour au bureau. Il lavait ramen en courant un jour de tempte de sable, pour quon puisse voir quoi cela ressemble, un ordinateur. Ctait un drle de bloc de plastique dun blanc apparemment jauni par les sicles, avec un cran dune vingtaine de centimtres de diagonale laidement encastr. videmment, ctait un cran noir et blanc. Je ne me souviens plus bien, mais ctait vraiment une machine poussive, avec quelque chose comme 4 MO de disque dur, et quelques jeux sur disquette. Je me souviens surtout de celui o il fallait lcher un gars sur une charrette pleine de foin qui allait de plus en plus vite, avec des bruitages bien lectroniques. Il y avait Canon Fodder, aussi. On en a pass des aprs-midi y jouer, tentant de dtruire le canon ennemi. Ctait trop bon. Ctait mes premiers jeux vidos, en Afrique. Puis jai fini - quand mme! - par rentrer en France pour des vacances dt. A la dcouverte dj enchanteresse de mon pays, sajoutait, vous vous en doutez, celle de la technologie et des jeux vidos. Cest ainsi que jai dcouvert le PC couleur de mon cousin, avec je ne sais plus quel jeu Star Wars. Jtais heureux. Alors, je vous laisse imaginer la tronche que jai fait devant linnarrable F-Zero sur la Super Nintendo de ce mme cousin... Scotch, que jtais ! Aux anges.

Me voyant conquis par tant de merveilles, mon pre fit des folies et macheta ma premire console : une Game Gear ! Quand je vous disais que tout a ntait pas si lointain... Cest donc avec ma Game Gear dans les mains que jai quelques uns de mes plus beaux souvenirs denfance. Je navais pas beaucoup de jeux - encore moins de notices bien videmment ! - alors je passais mon temps sur Sonic The Hedgehog premier du nom. Quest-ce que jai pu galrer dans les labyrinthes sous-marins ! Je ne captais pas grand-chose au concept de Fantasy Zone. Je me souviens aussi tre rest comme deux ronds de flancs devant Crystal Warrior, ne comprenant strictement rien ce qui fut donc mon premier RPG. Puis, jai eu Le Roi Lion et Aladdin de Disney. Ca, ctait vraiment grand ! Mais, en fait, je bavais surtout sur la Mega Drive et la Super Nintendo de mon copain Julien. Lui, il avait tout ce quil voulait... Jtais fou ! Ah, jouer Jurassic Park sur SNES et MD, ctait le pied, surtout que jtais fan de dinosaures (bon, daccord, fan de dinos et Jurassic Park, cest un plonasme, mais bon). La Mega Drive me faisait vraiment rver, avec ses graphismes de folie, notamment la digitalisation dans les jeux de baston. Je me souviens que ce truc me faisait vraiment halluciner, notamment avec Mortal Kombat. A tel point que jen avais conclu, aprs moult rflexion, que la console trichait (carrment !) avec des images de films et que, du coup, a ntait pas du vrai jeu vido. De l dire que jtais un tordu... Oui, oui, vous pouvez ! Toujours est-il que, jayant pas beaucoup dargent de poche, et pour me consoler, jai achet une NES toute rafistole, avec le flingue, R.O.B. le robot (compltement miro) et une trentaine de jeux ! Javais enfin une console de salon, et je nen tais pas peu fier. Que de temps pass sur Excite Bike, Mario Bros, Gauntlet et Zelda avec sa pile de sauvegarde rvolutionnaire (...pour moi en tous cas) ! Jai aussi eu le Master Gear Converter, accessoire permettant de jouer aux jeux Master System sur ma Game Gear. Quand jy repense, je me demande o mon pre avait bien pu aller chercher a. On tait quand mme Dakar ! Toujours est-il que jai pass un temps fou sur le mythique Chuck Rock et je me suis pourri les yeux pour lire les mots de passe de sauvegarde gnr par Wonder Boy 3, quasiment illisibles sur un cran de Game Gear ! Combien de fois avais-je mal lu et d tout recommencer ? Quelle galre... Alors, jai fouin et, tout fier, jai trouv une loupe pour mon cran... Ce qui neut bien videmment strictement aucun impact sur la rsolution, mais ce ne fut pas si simple comprendre ! Dailleurs, en y repensant, quelle saloperie cet cran ! Ah, a, oui, ctait joli et je pouvais me la pter avec mes graphismes couleurs par rapport mes potes qui jouaient sur Game Boy je ne men suis pas priv dailleurs, si je me souviens bien -, mais par contre, pour les piles, merci ! Un jeu de 6 piles neuves expdi en 2 heures ! Mais, malin, javais bricol un cble pour brancher ma portable sur la batterie rechargeable de ma voiture tlguide. Bidouille, bidouille...

Je suis rentr habiter en France en 1994. L, jai dcouvert, dans Mega Force, les premires photos de la Sega Saturn. Le choc. Le truc de malade. En lespace dun instant, je devins segamaniaque. Inconsciemment, javais choisi mon camp. Comme quoi, le pouvoir des images sur un jeune esprit... Bref, jtais pour Sega. Peut-tre pas pour de vraies raisons, mais ctait comme a. Ce nest quavec le temps, en fait, que jallais dcouvrir les vraies qualits du gant Sega. Toujours est-il que je bavais devant les photos de la bte. Elle tait si belle. Et Panzer Dragoon... De la 3D ! Il me la fallait ! En attendant la bte, je me payais une Super Nes pour mclater sur Super Mario et je retrouvais la digitalisation dans Mortal Kombat 3 et ses fatalities bien sanglantes. Puis, jeus vent dune certaine dnomme PlayStation de Sony. Sans le savoir, javais sous les yeux celle qui deviendrait ma pire ennemie, lobjet de toute ma haine de consoleux boutonneux. Cest pourtant vrai quelle avait de la gueule, mais jallais inventer toute sortes de bonnes ou mauvaises raisons de conspuer le monstre qui osait menacer ma belle. Eh oui, lpoque je fonctionnais vraiment laffect.

conomisant mes petits sous, je pus enfin me payer lobjet de mes convoitises. Cest ainsi quun colis de La Redoute me fut livr un matin dAot. Ctait en 1996. Javais casqu les 1490F. Quelle motion ce fut, de sortir la machine de son carton, puis la dcouverte de linterface avec son vaisseau spatial en 3D. Jen garde un souvenir indlbile, tout comme celui du CD de dmos fournis avec la Saturn, Bootlen Sampler. Je passais ainsi ma premire nuit saturnienne jouer Bug ! et Sega Rally, sans oublier de faire tourner la vido de Virtua Fighter 2 qui bouffait brutalement et trangement 197 units mmoire chaque fois quon la lanait... Le lendemain, jachetais Panzer Dragoon et Virtua Fighter chez Auchan. Dcidment, un trs grand moment. Je passais des nuits entires jouer. Tomb Raider et Command & Conquer ont d me bouffer un nombre dheures incalculables. Et combien de pizzas aurai-je oublies et laisses cramer dans le four ? Je ne saurai - ni noserai - le dire...

Pendant des annes, je dus subir le succs de la PlayStation, puis la menace de la Nintendo 64. Je me sentais vritablement agress et, au vu de ce qui ressemblait de plus en plus un plantage en rgle de ma Saturn chrie, jen eus le cur bris et, avec toute la bonne mais surtout toute la mauvaise foi du monde, jorganisais un procs en rgle de Sony. Et Nintendo, grand bonheur pass, tait dsormais aussi un ennemi ! Quest-ce quon peut tre con parfois... Avec toute la rage et la haine du dsespoir, les derniers jeux Saturn, excellents, se cristallisrent mes yeux comme les plus grands jeux de tous les temps. Pour certains, ce ntait pas trs loin dune certaine vrit. Je pense, par exemple, aux somptueux Burning Rangers, Shining Force 3 et autres Panzer Dragoon Saga. Mais, dj, un autre vnement attirait mon attention. Une certaine Katana.

La Katana, ctait un peu comme le Dbarquement alli, le messie qui allait nous sauver. Nous, ctait moi et Sega. Bon, daccord, jen rajoute un peu, dautant plus que, je peux lavouer maintenant, javais pass des nuits entires chez un pote sur Final Fantasy VII et Resident Evil. Tentation, quand tu nous tiens... Enfin. La Katana, donc, fut rvle un jour de ce doux Mai 98. Quel soulagement ce fut. Sega allait enfin pouvoir se venger et mettre Sony six pieds sous terre ! Bien sr, le temps montrera que javais tort, mais, surtout, jai mis ce temps profit pour mouvrir et me rconcilier avec Nintendo dabord, puis avec Sony. Le premier acte de la grande rconciliation eut donc lieu fin 1998, lorsque je dus me payer une Nintendo 64 pour attendre la Dreamcast. Et bien videmment, parmi dautres, GoldenEye, Banjo-Kazooe et Zelda Ocarina of Time passrent par l. Ah, mon dieu, Zelda. Quel choc. Splendeur graphique, magie des contrles et du gameplay, le tout sublim par les lectures des analyses de ce cher Bliss sur Overgame le meilleur chroniqueur que jai jamais lu ! A lpoque, jtais en Guyane et il faisait une chaleur crever. Je me revois encore en train de jouer toute la nuit Zelda 64, mort de chaleur et de fatigue, poussant ma Nintendo 64 au supplice. Je jurerais lavoir vu suer... Sans doute la faute aux taux dhumidit, largement satur... Et, de fin 98 fin 99, je prparais le terrain larrive de ma Dreamcast. Plusieurs fois, je fus deux doigts de craquer pour limport. Mais sachant la bte sensible la chaleur et craignant larnaque, je sus ronger mon frein, me disant que, aprs tout, mon plaisir nen serait que dautant plus grand !

Je dcouvrais aussi Internet, et avec une rencontre faite sur la Toile (coucou Zad !), je me mis bosser successivement pour plusieurs sites Internet de jeux vidos (tous 100% pur Dreamcast, videmment, quelle question !). E-Play, UFO 128, Dreams to Reality, ... Des millions de mails changs, je ne sais combien darticles taps, bourrs de liens morts et dimages toutes pourries ou carrment manquantes, des investigations sur le net... Que de bons souvenirs, les galres avec la connexion pourrie, le FTP, etc. Mais quel pied ! Et, pendant tout ce temps, je devins un fervent lecteur de Joypad. Leur amour de la Dreamcast ny tait bien videmment pas tranger, mais cest aussi, et surtout, la qualit et la solidit de lensemble que je retiendrai. Un vrai gchis que Joypad se soit perdu lors de sa dernire mtamorphose.

Puis vint enfin ma Dreamcast, en Octobre 99. Et, avec elle, des expriences de jeu uniques. Ct site Internet, Zad et moi, avec toute une quipe, on passait la vitesse suprieure avec Dreamcast-Passion. L encore, que du bonheur. Et je mclatais sur Power Stone, Sega Rally 2, Sonic Adventure (quelle claque !!!) et tant dautres. Et puis, il y avait le rve, que dis-je ! le fantasme Shenmue, qui devint une ralit pour moi un jour de Fvrier 2000, acquis en version Collector (690F, ouch !). Mais, putain, quelle claque !! Ce jeu est srement la base de mon plus profond respect pour le Jeu Vido en tant quArt. Evidemment, il fallut que la PlayStation 2 dboule et dtruise tous mes rves de voir Sega faire la nique Sony. Mais cest oubli. La suite des mes aventures rdactionnelles fut un peu moins heureuse, avec une contribution moins vidente sur BabelGame.nu, faux remplaant de Dreamcast-Passion...

Peu aprs la mort annonce de la Dreamcast, je me consolais avec la PlayStation 2. La voir ainsi, trnant dans ma chambre, aux cts de ma Dreamcast chrie, ce fut assurment une drle dimpression. Jaurai jurer voir la PS2 avec un petit sourire en coin, et ma Dreamcast en train de pleurer. Tous les Shenmue, Sega GT, Skies of Arcadia, Jet Set Radio, NBA 2K et autres Crazy Taxi -jen passe et des meilleurs !- nauront donc pas suffi. Enfin. Je dcouvrais Silent Hill 2 et, avec lui, je passais lune des plus importantes et bouleversantes nuits de ma vie de gamer. En fait, ce fut carrment le deuxime plus gros choc vidoludico-artistique de ma vie aprs Shenmue. Dun point de vue purement ludique, je laisse bien videmment Zelda 64 le titre de plus grand Jeu Vido de tous les temps. Jenchanais ensuite avec Metal Gear Solid 2, Jak & Daxter et autres Ico, profitant fond de la machine de Sony. Entour dune joyeuse quipe de rdacteurs, je me relanais dans la rdaction sur Internet, avec un module appel HighLights pour Ka2games.fr, une exprience intressante mais plutt ardue, qui devait se finir en un magasine papier distribu sur le Boulevard Voltaire Paris. Hlas, des difficults financires et techniques, ainsi quun manque de motivation vident de certains contributeurs fora ce cher Zad jeter lponge. Dommage.

Ensuite, jai craqu pour la Gamecube. Et pour la XBOX. Tout a fin 2002. A moi, Splinter Cell, Resident Evil Rebirth, Wind Waker et Halo ! Ceci est la partie la plus rcente de ma relation avec les jeux vidos, et, malgr quelques titres poustouflants, ce nest srement pas le meilleur passage vido ludique de ma vie. La faute mes tudes qui me bouffent beaucoup de temps, mon dsir dconomiser pour pouvoir voyager, et, aussi, une inexplicable baisse de motivation pour le jeu.

Voil o jen suis aujourdhui. Et, bien que ntant pas franchement rtrogamer, mais grand adorateur de lcriture, la suite des mes aventures de rdaction pour le Jeu Vido sur Internet se nomme donc GrosPixels.com. De E-Play Grospix, la boucle est ainsi boucle. Je prends un grand plaisir contribuer, mme trs modestement, cet immense site qui a bien voulu de moi. Merci tous. Et may the Sega Force be with you !

Corentin
(27 octobre 2005)