les forums de Grospixels
 
Bienvenue sur le forum de Grospixels : [ S'Enregistrer ]
Déjà inscrit ? [ Connexion ]
 
retour sur le site
rechercher
Index du Forum » » Discussions & Débats » » Le Bilan des années 2010
50 messages • page
123
Auteur Le Bilan des années 2010
Tama
Pixel monstrueux

Score au grosquiz
0001716 pts.

Joue à XIII, Pokémon Insurgence

Inscrit : Nov 01, 2007
Messages : 2744
De : Pomeys (69)

Hors ligne
Posté le: 2019-12-04 22:12
Citation :
Le 2019-12-02 22:07, Niloc-Nomis a écrit :

Pas encore vraiment réfléchi à un quelconque bilan, mais je me dois de féliciter Tama pour ses réguliers compte-rendus que je dévore à chaque fois qu'en croise un.
Bravo mec, ta constance et ta générosité t'honorent!


Merci beaucoup, ça me fait très plaisir Je sais d'expérience que même si je n'ai pas de retours, quelqu'un finira par tomber sur un CR dans six mois, un an ou même dix, et que ça lui donnera envie de lancer le jeu ne serait-ce que pour me donner tort. C'est ça qui me motive.
D'ailleurs, je suis en retard puisque j'ai terminé Rogue Legacy et Dark Devotion mais je n'ai encore rien écrit dessus - j'ai encore fait une rechute de Dark Souls !

Citation :
Le 2019-12-02 22:07, Laurent a écrit

Si tu as des questions n'hésite pas hein


Je suis encore en phase de découverte, je n'ai que deux albums que j'écoute en boucle (Slaves and Masters, ainsi que Purplexed qui est plus une compil), je découvre le reste sur Deezer
_________________

"Moi je sais marcher sur les doigts...mais c'est pas sur les miens !"

Blague grospixellienne, travail collaboratif.


Vakoran
Pixel imposant

Score au grosquiz
0004428 pts.

Joue à Mario Maker 2, Cadence of Hyrule (Switch)

Inscrit : Apr 23, 2008
Messages : 790
De : Pertuis

Hors ligne
Posté le: 2019-12-06 08:26
Citation :
Le 2019-12-04 22:12, Tama a écrit :

Citation :
Le 2019-12-02 22:07, Niloc-Nomis a écrit :

Pas encore vraiment réfléchi à un quelconque bilan, mais je me dois de féliciter Tama pour ses réguliers compte-rendus que je dévore à chaque fois qu'en croise un.
Bravo mec, ta constance et ta générosité t'honorent!


Merci beaucoup, ça me fait très plaisir


Bien que naturellement lurker, je plussoie Niloc. Tes compte-rendus sont excellents, Tama, même s'il faut parfois tempérer tes dires à l'aune de tes talents de joueur (comprendre : "Quand Tama dit que ce n'est pas très difficile, s'attendre quand même à une opposition furieuse" !). Mais blague à part, j'aime beaucoup lire tes retours de jeu, comme ceux de Simbabbad sur Steam. Ce sont pour moi des guides d'achat particulièrement fiables.

Je vous laisse : je ne me sens pas capable de retracer 10 ans de JV mais je félicite ceux qui y parviennent !
_________________

La liberté de penser, d'écrire, de dessiner, de caricaturer et de circuler, c'est comme la bonne santé : c'est lorsqu'on ne l'a plus qu'on se rend compte combien il était agréable et naturel d'en jouir.


  Voir le site web de Vakoran
J
Pixel monstrueux


Joue à Dino Crisis 2 (PlayStation), Streets of Rage 4 (PC)

Inscrit : Jan 20, 2004
Messages : 3306

Hors ligne
Posté le: 2019-12-06 13:18   [ Edité le: 2019-12-06 20:05 ]
Les jeux qui m'ont le plus marqué lors de la décennie 2010 datent de... 2003/2004

Alors que je l'avais acheté en 2016, je me suis en effet plongé début 2018 dans le premier épisode de la trilogie des Yu-Gi-Oh! Power of Chaos et depuis, je n'ai pas arrêté. Après avoir bouclé ce premier volet (Yugi the Destiny), j'ai en effet enchaîné sur le deuxième (Kaiba the Revenge), auquel j'ai réservé le même sort avant d'enchaîner sur le troisième (Joey the Passion). Là encore, j'ai enchaîné les duels en mode 1 joueur pour obtenir toutes les cartes disponibles (771 pour l'ensemble des trois volets) et peaufiner mes stratégies.
Et juste après avoir atteint cet objectif de fullset, je me suis lancé dans le multi-joueurs (une innovation de ce troisième épisode), qui a été pour moi une vraie révélation. Moi qui n'ai jamais vraiment eu la fibre du JV en multi, je prends un pied incroyable depuis bientôt un an !

Au final, ma passion pour cette trilogie m'aura notamment amené à créer un topic sur GP et à lancer une chaîne YouTube (dont je ne rappellerai pas l'adresse ici, j'en fais déjà suffisamment la promotion sur le topic dédié ).

  Voir le site web de J
Laurent
Commissaire politique


Joue à Super Mario 3d All Stars

Inscrit : Mar 06, 2002
Messages : 22312
De : Borgo, là ou l'ADSL n'évolue plus.

Hors ligne
Posté le: 2019-12-06 13:29
Citation :
Le 2019-12-02 23:10, RainMakeR a écrit :
Alan Wake: un très bon jeu d'aventure.

Deus Ex : Human Revolution. Je sais pas y'a un aspect blade runner, un espece de truc futuriste qui m'a vraiment accroché, et en plus le jeu est plutot bien fichu.

BioShock : Infinite parce que bioshock.


En te lisant je réalise que j'ai pas cité ces trois jeux alors que je les ai beaucoup aimés sur le coup.

- Alan Wake : trop bref, trop peu, trop "coup d'un soir". La fin est un foutage de gueule, comme tu l'as dit. Il fallait absolument une suite avec plus d'ambition dans le gameplay, et une volonté de faire progresser le récit. Mais le peu que fait Alan Wake, il le fait vraiment bien.

- Deus Ex HR : j'ai adoré, il m'a scotché avec son alternance FPS/TPS bien maîtrisée, ses phases d'infiltration qui égalent Splinter Cell et surtout ses deux mini open-worlds excellents. Il rate de peu le top, faudrait juste que j'ai un peu plus d'expérience de la série pour bien le situer.

- Bioshock Infinite : l'histoire est excellente et c'est un régal tout le long d'écouter ces dialogues de grande qualité (on se sent presque comme au théâtre), qui n'interfèrent jamais avec l'action. Mais le gameplay des combats n'est pas du tout au point. Les ennemis sont tellement frénétiques qu'on n'a jamais le temps de profiter du level-design, alors que tout était pensé pour qu'on expérimente. Sauf qu'on ne peut quasiment pas.

Il y en a un autre que j'ai pas cité, mais ça me pose pas de problème : Diablo 3. C'était fun et tout, le savoir faire est toujours là, mais esthétiquement c'est banal et générique à en pleurer... Il y a des jeux Gameloft qui doivent être aussi immersifs. Maintenant qu'on commence à avoir des vidéos du 4 (elles tabassent...), je suis persuadé qu'à terme le 3 deviendra le canard boîteux de la franchise.
_________________

Image


  Voir le site web de Laurent
RainMakeR
Chef de Rubrique Nécrologique
Score au grosquiz
1035015 pts.

Joue à Pokemon Shuffle, Sybéria 3

Inscrit : Apr 01, 2003
Messages : 27653
De : Toulouse

Hors ligne
Posté le: 2019-12-06 19:48
Citation :
Le 2019-12-06 13:29, Laurent a écrit :
Mais le gameplay des combats n'est pas du tout au point. Les ennemis sont tellement frénétiques qu'on n'a jamais le temps de profiter du level-design, alors que tout était pensé pour qu'on expérimente. Sauf qu'on ne peut quasiment pas.


Les combats j'ai trouvé qu'on restait dans la même logique que les autres, y'a pas enormément de nouveauté, par contre ils sont plus durs. Je me rapelle avoir régulièrement galéré contre les robot. Mais bon c'etait ptet en mode hardcore
Par contre pour le level design, tu peux en profiter quand t'as butté tout le monde

Après j'ai fait le jeu il y a longtemps mais il me semble que contrairement aux autres, y'a moins de chemins alternatifs, de choix, c'est un peu plus linéaire ....
_________________

Image


JC
Camarade grospixelien


Joue à Alpha Protocol

Inscrit : Apr 15, 2002
Messages : 8237
De : là où y'a du débit qui déboite

Hors ligne
Posté le: 2019-12-07 12:22
Depuis 2010, j'ai joué à un grand nombre de jeux, sans doute dans les 300, dont au moins les deux tiers à partir de 2015. Parmi ces jeux je dirais qu'environ la moitié est sortie en 2010 ou après, mais à une exception près, aucun n'a jamais été ultra récent au moment où j'y ai joué. Par exemple, à ce jour, je n'ai fait qu'un seul jeu de 2019, et c'était un portage (The 7th Guest 25th Anniversary, essentiellement acheté pour compléter un article de grospixels ).
La plupart de ces jeux étaient bons voire très bons, aussi en sortir 10 du lot me paraît un peu injuste pour les autres. Mais bon c'est le même dilemme chaque fois qu'on tente de dresser une liste réduite ou/et de rationaliser un intérêt/désintérêt pour une œuvre dont on ne sait pas toujours très bien pourquoi on l'a aimée ou pas... Et du coup je sais par quel jeu je vais commencer ^^

- Life is Strange. J'ai mis longtemps à comprendre pourquoi j'avais trouvé ce jeu aussi extraordinaire, pourquoi il m'a hanté de longues semaines après mon rush de 2 jours dessus, et pourquoi beaucoup de joueurs y sont au contraire restés insensibles, le jugeant de façon pragmatique, reprochant au jeux des clichés, incohérences et facilités de gameplay... Pour ma part j'y ai vu une œuvre brillante, où tout se justifie au regard de ce que le jeu cherche à transmettre (hormis peut-être la dispensable séquence du cauchemar, maladroite). Ca fait deux ans que j'essaye d'en écrire un article, mais j'ai encaissé ce jeu de manière vraiment très personnelle, viscérale, et difficile de partager ça sans tomber dans le panégyrique aveugle et embarrassant. Alors pour l'instant, disons simplement que Life is Strange est de très loin le meilleur jeu de sa catégorie.

- Borderlands 2. J'ai sur-kiffé ce jeu, même si 10 ans plus tard j'ai un petit pincement au cœur quand j'y repense, car c'est aussi plus ou moins le dernier jeu que j'ai pratiqué en multi. Et je rejoins complètement Laurent là-dessus, au point que je pourrais copier/coller son avis : Pour moi, le souvenir de Borderlands 2, ce sont surtout les sessions coop avec les grospixeliens. Et ça, aussi important que ce soit, c'est quelque chose qui n'a que très peu existé après 2010 (alors que c'était presque central entre 2005 et 2010). Mais bon, c'est la vie, et le responsable c'est avant tout Microsoft qui nous a tuer avec sa One boiteuse et sa politique éditoriale désespérante.

- SpaceChem et Infinyfactory. Ok, je triche, ça fait deux jeux. Mais ils sont très similaires dans leur approche et il est vraiment difficile de les départager. Puzzle games de catégorie poids lourd, ces jeux sont souvent décrits comme une sorte d'allégorie de la programmation. Et pour cause, non seulement on manipule des éléments "logiques", mais les solutions sont potentiellement infinies et vont donc naturellement inciter le joueur à optimiser le résultat en élaborant des alternatives aussi astucieuses que complexes.

- Eurotruck Simulator 2. Si je pouvais prévenir le moi de 2012 qu'il s'apprête à passer 330 heures sur une simulation de camion de livraison, il ricanerait cyniquement. Et pourtant... Ce jeu n'est pas hyper beau, la map n'a rien d'un monde ouvert à la The Crew, il n'y a aucun mode de jeu hormis aller de A à B pour livrer des trucs en respectant le code de la route sous peine d'amende, et de toute façon on ne dépasse quasiment jamais le 90km/h. Mais il y a quelque chose de fascinant dans ce jeu une fois la manette en main. Un côté chill qui fait qu'on y revient régulièrement et qu'on achète les DLC sans s'en rendre compte, histoire d'agrandir la map, de varier un peu les décors...

- No Man's Sky. Un jeu mal-aimé, et il faut bien avouer qu'il l'a un peu cherché ^^. Vendu comme un chef d'œuvre révolutionnaire, la déception des joueurs face à une version initiale bourrée de défauts a été semblable aux promesses : très exagérée. D'autant qu'au fil des mises-à-jour, No Man's Sky va se révéler plus que bon ! Pas ultra palpitant avec son scénario cryptique, mais envoutant dans les mondes qu'il propose d'explorer. Alors certes, quand on nous donne 18.446.744.073.709.551.615 étoiles à explorer, on pourra légitimement être déçus d'avoir vu la majorité des types d'environnement / missions / etc. après quelques dizaines de planètes (soit 0.000000000000001% du jeu ^^). Et là on se retourne et on constate qu'on a 260 heures de jeu derrière soi et qu'on ne les a pas vu passer. Au final, ce fut donc un excellent voyage !

- Terraria. Initialement décrit comme un Minecraft en 2D, le jeu se révèle bien plus que ça, notamment grâce à une logique de progression bien plus vidéoludique. J'ai passé un temps fou à explorer la map, collectionner et fabriquer des tas de trucs, construire de grandes structures plus ou moins originales/esthétiques pour le plaisir, surmonter les événements aléatoires, et affronter un à un des boss de plus en plus costauds. Quel jeu ! Sa suite spirituelle Starbound est réputée pour être encore meilleure, mais curieusement j'ai un petit peu moins accroché (même si j'y ai passé plein de temps aussi ^^). Ces deux jeux demeurent excellents quoi qu'il arrive.

- The Witcher 3. Impossible de ne pas le citer. Prenant de bout en bout, je l'ai retourné dans tous les sens, fait toutes les quêtes possibles et imaginables (sauf la collection complète des cartes de gwynt, because quelques mauvaises décisions durant l'intrigue).

- The Elder Scrolls V : Skyrim. Idem, impossible de ne pas l'ajouter à la liste, bien que rétrospectivement, je pense qu'à l'époque Oblivion m'avait fait beaucoup plus d'effet (et pour cause, si l'on excepte Fable, je crois que mon dernier RPG pré-Oblivion datait de 94, avec Ultima VIII : Pagan. Bref, Skyrim ne m'a de ce fait pas mis la même baffe qu'Oblivion, même si je ne peux paradoxalement pas m'empêcher de l'avoir quand même trouvé meilleur. Si je devais refaire un Elder Scrolls (hormis un hypothétique VI), ce serait Skyrim.

- Little Big Planet 2. Jeu de plates-formes fort sympathique (on sous-estime beaucoup trop les niveaux de ce jeu et leur importance en tant que didacticiel géant pour le mode création), LBP est pourvu d'un éditeur de niveau permettant beaucoup de choses. On peut ensuite partager le résultat avec les autres joueurs. Je ne sais pas jusqu'à quel point on peut le comparer aux plus récents Mario Maker 1 & 2, mais j'ai trouvé LBP fantastique et très stimulant en termes créatifs.

- Saints Row IV. Il fallait bien un GTA-like, or je n'ai toujours pas joué à GTA V (et le IV est antérieur à 2010). A la rigueur j'aurais pu citer l'excellent Red Dead Redemption, mais l'aspect délirant des Saints Row l'emporte. Surtout que cet épisode ajoute plus que jamais une dimension surréaliste telle qu'on pouvait la trouver dans deux autres jeux brillants de la précédente décennie : Crackdown et Infamous. En fait Saints Row IV est un jeu-somme à plus d'un titre.

Bonus : FRACT OSC. OK j'ai dû me faire violence pour que mon aveuglement ne le place pas dans le top 10 au détriment d'un des jeux suscités, car ça reste objectivement un "petit" jeu de niche qui aurait pu pousser son concept encore plus loin. FRACT OSC demeure néanmoins mon coup de cœur de la décennie ! Puzzle game assez facile aux énigmes entièrement tournées vers la musique, avec comme but caché d'initier le joueur à la composition de la musique électronique... Il y a même un petit tracker pour s'essayer à la composition !

----------

Pour finir, une dizaine de mentions honorables "parce qu'on ne peut pas tout citer mais quand même ces jeux étaient très bons et ce serait dommage de ne pas le dire" :
- Lumino City. Jeu d'aventure/puzzle ingénieux et à la direction artistique magnifique.
- Obduction. LE successeur de Myst & Riven, par l'équipe originelle. Et ça valait le coup d'attendre 20 ans !
- Assassin's Creed : Black Flag. J'ai passé trop de temps sur cette série pour ne pas en nommer un épisode, même si en jouant à AC:Unity plus tôt cette année, j'ai compris que je suis désormais passé à autre chose...
- Little Nightmares. J'ai adoré ! Et cette esthétique !
- Spec Ops : The Line. Un TPS intelligent et bien foutu.
- Darksiders. (sorti le 6 janvier 2010. C'était limite ). Je me le suis refait récemment vu que j'ai prévu de découvrir le II bientôt. Toujours aussi bon.
- Inside. Le jeu qui fait passer le pourtant très bon Limbo pour un sympathique brouillon.
- Forza Horizon. Superbe concept qui dépoussière la bonne mais rigide série des Forza.
- The Cat Lady. Surprenant petit bijou d'aventure indé, aux visuels particuliers. Fait partie d'une trilogie baptisée The Devil Came Through Here avec Downfall (2009, remaké en 2016) et Lorelai (2019, je n'y ai pas encore joué). Très sombre et abordant des thèmes franchement pas rigolards, ça ne plaira pas à tout le monde.

En y repensant plus tard, je vais surement m'en vouloir de ne pas avoir cité tel ou tel jeu, mais bon si je commence à énumérer tous les bons jeux auxquels j'ai joué ces 10 dernières années, on ne va jamais s'en sortir ^^...

  Voir le site web de JC
yedo
Pixel imposant


Score au grosquiz
1033525 pts.

Joue à Kingdom Come, Greedfall, Spyro 2, Torchlight II, Trine 4

Inscrit : Mar 25, 2007
Messages : 531

Hors ligne
Posté le: 2019-12-13 14:19   [ Edité le: 2019-12-13 14:22 ]
Je me retrouve dans ça :
Citation :
Le 2019-12-02 10:47, jyelka a écrit :
- l'entrée dans la vie adulte avec de facto moins de temps pour jouer malgré un pouvoir d'achat accru et donc une collection de jeux démultipliée

2010 correspond pile poil à l'année où j'ai commencé à travailler. Depuis j'ai accumulé beaucoup trop de jeux. J'ai notamment une ludothèque PS2 plutôt conséquente que je n'ai pas presque pas touchée.

Sinon j'ai tendance à fonctionner de la même manière que Laurent pour sélectionner les jeux de la décennie. Il y a un gros peloton de plus ou moins 70 titres que j'ai beaucoup aimés. Mais la sélection est plus drastique quand il faut retenir les jeux qui m'ont vraiment marqué pour une raison ou pour une autre. D'ailleurs, pour un top de la décennie j'aurais tendance à faire ressortir les jeux qui m'ont marqué plus que ceux que j'ai préférés, même si l'idéal est forcément de réunir les deux.
Donc, les jeux que j'ai trouvé les plus marquants de la décennie, en partant de la fin :


No Man's Sky (2016) - PS4

Image

Pour tout ce que ce jeu a représenté et représente encore.
Car No Man's Sky est symptomatique de ce qu'est devenue la communication dans le domaine des jeux vidéo : du rêve balancé à coups de trailers des années avant la commercialisation d'un titre. Et le dur retour à la réalité - et à l'anonymat aussi soudain - quand le jeu voit enfin le jour. On est aussi prompt à encenser un jeu sur du vent qu'à le descendre sur un fantasme non concrétisé. Je trouve que la réalité est souvent entre les deux. En tout cas No Man's Sky reste une expérience unique à mes yeux. C'est un jeu qui tente, qui rate aussi pas mal, mais qui propose et surtout fait voyager, car cette promesse reste tenue à mes yeux. J'ai encore dans la tête des atmosphères et des paysages incroyables. Pour moi, il y a là les germes du jeu idéal. Peut-être même que le suivi permanent du jeu et les mises à jour ont permis à No Man's Sky de devenir ce jeu idéal, mais j'avoue que je n'ai pas remis la main sur le jeu depuis un bout de temps.



SOMA (2015) - PS4

Image

Avec le recul je crois que j'ai détesté jouer à SOMA, mais avec le recul je crois que c'est le meilleur jeu narratif et surtout le plus intelligent que j'ai fait durant cette décennie. J'ai rarement joué à un jeu qui utilise aussi bien les spécificités du jeu vidéo pour raconter son histoire et faire ressentir à ce point au joueur tout ce qu'implique le thème qui est abordé ici, à savoir le transhumanisme. SOMA est une référence en la matière, et tous les fans de SF devraient s'essayer à ce jeu qui rend concrètes des idées développées ailleurs sur la conscience, l'identité, la réalité, mais qui n'avaient jamais été traduites en sensations. A ce titre, le final de SOMA continue à me hanter : je n'ai jamais ressenti à ce point la peur et la solitude. SOMA peut être laborieux à cause de phases d'exploration lentes et d'ennemis trop punitifs mais son génie narratif le hisse largement dans la catégorie des jeux qui m'ont le plus marqué ces dernières années.



The Witness (2016) - PS4

Image

Je classerais The Witness un peu dans la même catégorie que celle de SOMA. J'ai parfois (souvent) été dépassé en y jouant, tout n'a pas été une partie de plaisir, et j'ai du me résoudre à laisser tomber les pans les plus obscurs du jeu sous peine d'y laisser ma santé mentale. Mais The Witness est aussi un jeu sans équivalent, une nouvelle manière d'appréhender un univers de jeu vidéo, d'en définir les contours et les limites, de le rendre palpable, vivant, interconnecté. L'intelligence du jeu défie l'entendement, et s'il reste parfois trop hermétique, la récompense est à la hauteur de la confiance faite au joueur pour découvrir le monde qui l'entoure et en résoudre les mystères par lui-même. On se sent intelligent en jouant à The Witness même si on ne l'est pas tant que cela. La beauté tranquille (mais inquiétante) de l'île suffit sinon à compenser les lacunes intellectuelles du joueur, en proposant une promenade dans des paysages ensoleillés et reposants.



The Legend of Zelda : Breath of the Wild (2017) - Switch

Image

Je n'ai pas été autant emballé que la plupart par Breath of the Wild. J'ai beau retourner la question dans tous les sens, j'en reviens au même problème : il me manque une structure plus scénarisée et surtout la présence de véritables donjons. Je sais que c'est le propos de Breath of the Wild de venir casser la routine des Zelda classiques, mais je pense qu'il y avait un juste milieu à trouver. Les donjons auraient pu être mieux intégrés au monde, plus conséquents et plus fouillés. Là, ils ressemblent juste à des excroissances posés dans le monde pour faire comme si. Car l'univers et l'exploration sont fantastiques, là-dessus je suis plutôt d'accord, et Breath of the Wild réinvente la manière de parcourir un open world, en faisant du trajet le but ultime et non plus un moyen de passer le temps pour atteindre un objectif indiqué sur une carte. Cet aspect tient encore un peu de la magie pour moi, j'ai du mal à expliquer cette sensation, si ce n'est en pointant l'excellence du level design qui déploie des trésors de paysages dans tous les sens, ainsi que la facilité des déplacements grâce à l'escalade et à la possibilité de planer. Mais je m'imagine encore arpenter cet univers en tombant par hasard sur une grotte débouchant sur un donjon labyrinthique. Et non sur ces sanctuaires rachitiques. Pour la prochaine fois, peut-être.



Brothers : A Tale of Two Sons (2013) - PC

Image

En y réfléchissant, Brothers est le premier jeu indé qui me soit passé entre les mains, ce qui explique aussi peut-être le fait qu'il m'ait marqué. Ce format et surtout cette forme de narration c'était nouveau pour moi. Ce que j'aime tant dans ce jeu c'est la complémentarité entre le gameplay et la narration. On en revient à SOMA mais ici cette symbiose est plus sensorielle, moins intellectuelle. A partir d'une idée toute simple (diriger deux personnages avec les deux sticks de la manette) on ressent vraiment le lien qui unit les deux frères, et le jeu développe à merveille cette notion à travers un renouvellement de situations d'une finesse et d'une beauté émouvantes. Brothers trouve toujours le ton juste, n'en fait jamais trop, jusqu'à ce final mémorable, parmi les plus marquants que j'ai vécus, manette en main. L'aventure est courte mais inoubliable et m'a fait réaliser qu'il y avait encore tellement de choses à faire et à raconter avec le jeu vidéo.



Life Is Strange (2015) - X360

Image

Le format du jeu narratif s'est imposé au court des années 2010, je pense que mon top en est la preuve. Je le savais déjà - notamment à travers mon amour de jeunesse envers les JRPG - mais ça s'est confirmé durant cette décennie : la narration est un élément important pour moi dans un jeu vidéo. Je peux me satisfaire d'un bon système, mais j'aime aussi m'attacher à des personnages, suivre une histoire, faire face à des situations qui impliquent des choix moraux. Le domaine des "jeux-films interactifs" a atteint le point de saturation au fil du temps (adieu Telltale), mais je suis convaincu qu'il suffit d'une bonne histoire pour remettre une pièce dans la machine. C'est le cas de Life Is Strange qui par ses personnages et son histoire simple et délicate a réussi à capter le spleen adolescent avec une finesse et une puissance rares. Tous les clichés sont là mais avec suffisamment d'humanité et de sensibilité pour proposer un univers et des personnages crédibles et attachants. La relation entre Max et Chloé fait partie des meilleures choses écrites (et à vivre) de ces dernières années. Et mention spéciale au spin-off Before the Storm qui prolonge la magie (je n'ai pas fait le dernier épisode bonus qui est paraît-il déchirant).



Journey (2012) - PS3

Image

Encore une expérience courte mais unique, ce qui explique sa présence ici. Car rien ne ressemble à Journey : c'est une nouvelle forme de jeu vidéo qui explore les sensations du mouvement avant le reste. Journey est presque un laboratoire, une expérience sensorielle avant d'être un jeu - même si pour le coup ce sont surtout Flow et Flower, les précédents projets de Jenova Chen, qui ont fait office de laboratoire avant d'aboutir à Journey. Si certains passages de ce jeu restent gravés dans ma mémoire, ce n'est pas tant pour la qualité du level design ou du gameplay, que pour le feeling ressenti, symbiose rare entre les éléments visuels et musicaux, et les sensations presque physiques transmises par les mouvements du personnage via la manette. Comme une épiphanie, une extase qui culmine lors du dernier niveau sublime. Un jeu m'a rarement fait ressentir un bonheur aussi simple et réjouissant. Journey a influencé un tas de jeux indé qui n'ont malheureusement jamais réussi à retrouver cette magie fulgurante.



Borderlands 2 (2012) - X360

Image

Borderlands 2 a marqué ma décennie en devenant la meilleure expérience coopérative que j'ai pu avoir. Je ne sais pas si le temps et l'histoire se souviendront de Borderlands 2 comme d'un grand jeu mais je trouve que ce fut un moment important de ces dernières années, un évènement qui a marqué beaucoup de joueurs à en juger par les retours sur les forums. Le jeu a su plus qu'aucun autre créer un truc bien à lui, à la fois universel, fun et accessible mais avec une approche exigeante et obsessionnelle. C'est un peu l'ancêtre du game as a service avec son aspect coopératif, son loot à foison et ses éléments de RPG - mais sans l'aspect lourd du online et des sollicitations incessantes. Le modèle était brillant et parfaitement réussi. J'aimerais bien retrouver une expérience similaire, mais dans un autre registre ou un autre univers, sans le côté bordélique et excessif de Borderlands qui finit par essorer le joueur (jamais eu le courage de me plonger dans le Pre-Sequel).



The Walking Dead Saison 1 (2012) - X360

Image

On en revient aux jeux narratifs, avec naturellement la référence en la matière - celle qui a (re)lancé le genre (qui n'est rien d'autre qu'un point and click sans énigmes, on est d'accord). Comme tout le monde ou presque, le scénario de cette première saison m'a profondément marqué. Pour l'avoir refait récemment ça fonctionne toujours et certains passages étaient toujours bien ancrés dans ma mémoire et continuent à procurer des émotions dingues. Notamment le final. Mais le jeu est parcouru de décisions morales à prendre qui, si elles ne font plus trop illusion quant à leur impact sur le déroulement du scénario, nous mettent dans des situations intenables et forcément très implicantes. Même si The Walking Dead a lancé la mode des jeux "à la Telltale", j'ai rarement retrouvé une histoire aussi prenante. Il y a Life is Strange dans un autre registre, et peut-être The Wolf Among Us, mais c'est tout.



Prey (2017) - PS4

Image

Je me suis toujours demandé pourquoi aucun jeu récent n'a repris à son compte la formule du premier System Shock, synthèse parfaite de FPS, de metroidvania et de survival horror avec des idées de gameplay et de level design géniales. La sortie de Prey est venue en partie combler ce vide. Avec le recul, il y a peut-être deux ou trois trucs qui sont venus parasiter l'expérience et le souvenir que j'en garde (les ennemis sont bien pénibles - surtout au début). Mais pour le reste ce fut un grand moment d'exploration, de progression libre, de level design organique et de gameplay émergent qui laisse pas mal de marge au joueur pour aborder les différents environnements. Ça faisait longtemps que je n'avais pas exploré un univers aussi bien pensé, qui pousse à l'exploration sans trop guider le joueur, en le laissant comprendre par lui-même ce qui s'est passé dans cette station spatiale et surtout où sont passés tous les membres d'équipage (meilleure idée du jeu que de devoir localiser les différents PNJ, à égalité avec le recyclage qui permet de créer des points de compétence à volonté).



Bioshock Infinite (2013) - X360

Image

Je suis vraiment fan de la série Bioshock et ce dernier épisode ne déroge pas à la règle. Je sais que Bioshock Infinite a été critiqué pour ses combats. Oui, tout ce qui était vendu dans les trailers est difficile à exploiter, mais je n'ai jamais été vraiment frustré. L'ensemble reste suffisamment nerveux et spectaculaire pour me plaire. Après, j'avoue que ce qui me plaît par dessus tout dans Bioshock c'est la direction artistique et l'histoire, les personnages, qui réservent encore une fois dans Infinite des moments incroyables, que ce soit avec les décors somptueux de la cité dans les nuages ou avec Elizabeth et le Songbird. Rien que d'en parler j'ai envie de me refaire une partie. On n'en croise pas si souvent des jeux aussi beaux, intenses et émouvants. Mention plus que spéciale aux DLC Tombeau Sous-Marin (surtout le second épisode). D'ailleurs je me rappelle avoir trouvé ça génial, mais je me rends compte que j'ai oublié pourquoi. Encore un jeu à refaire.



Hollow Knight (2017) - Switch

Image

Je pense qu'on en a suffisamment parlé sur le forum : Hollow Knight fera date dans le genre du metroidvania. Même les joueurs moins enthousiastes lui reconnaissent de grandes qualités. C'est un des rares jeux que je trouve parfaits, sans réel défaut, et que je considère comme une oeuvre somme. Ce sera difficile de faire mieux que Hollow Knight dans le genre, surtout avec la manière dont l'univers du jeu se déploie au fur et à mesure, dévoilant une richesse toujours plus fascinante et insoupçonnée. Sans jamais s'étaler, juste par petites touches, avec subtilité, en donnant l'impression au joueur de pouvoir repousser sans cesse les limites du monde.



Portal 2 (2011) - X360

Image

J'ai l'impression que Portal 2 est un peu l'oublié de ces tops de la décennie (et pas seulement ici). Pourtant le jeu a été un évènement à sa sortie. Le temps est-il en train de faire son oeuvre ? Portal 2 serait-il si oubliable que cela ? Je ne sais pas. C'est vrai que mes souvenirs de l'histoire principale ne sont plus trop frais. Portal 2 fait partie des jeux avec lesquels j'ai découvert les consoles HD en 2012-2013, il se mélange à d'autres expériences nouvelles et incroyables (Mirror's Edge, Oblivion, Bioshock, Banjo Kazooie Nuts & Bolts...). C'est surtout la narration qui m'avait frappé, avec l'impression de découvrir les coulisses d'un monde post-apocalyptique déshumanisé. Et puis les "personnages", l'humanité dérangée des robots Glados et Wheatley. Mais aussi et surtout le fantastique mode coopératif qui est un jeu à part entière et qui fait partie avec Borderlands 2 des meilleures parties à deux que j'ai pu faire. La mécanique des portails y est utilisée à la perfection. Je n'avais pas encore fait le premier Portal, cette mécanique était donc toute fraîche et ça reste une des plus belles idées de gameplay des années 2010.



Tomb Raider (2013) - X360

Image

Cette décennie fut aussi la confirmation de l'avènement des cinematic-action games. Si la série incontournable du genre reste Uncharted, pour moi la référence ultime est le reboot de Tomb Raider sorti en 2013. Je le considère comme un des meilleurs jeux d'action jamais crées. Il a tout ce qui manque aux Uncharted : un gameplay plus souple, un gunplay furieux, une atmosphère noire et poisseuse et un rythme implacable qui réserve des passages mémorables. En terme de grand spectacle, je n'ai pas vu mieux. Les épisodes suivants dilueront trop le rythme et les phases d'action, et Uncharted n'a jamais su redynamiser son gameplay mou.



Le renouveau du jeu de plate-forme (en 2D surtout)

Image

J'ai vécu comme un véritable bonheur et un moment fort des années 2010 le retour de franchises phares du jeu de plate-forme 2D, même si la vague a calé un peu trop tôt à mon goût. Je parle surtout des retours de Rayman et de Donkey Kong. Il m'est impossible de trancher et de retenir un titre plus qu'un autre. J'aurais tendance à mentionner Rayman Origins en priorité car je l'ai fini plusieurs fois avec bonheur, un bonheur qui se partage très bien à deux, avec une direction artistique incroyable, rafraichissante, originale, et des musiques fantastiques. Mais je pense que Donkey Kong Country Returns est encore meilleur avec un gameplay et un level design plus inspiré, plus exigeant, mais non moins fun et rythmé. Et il y a bien sûr leurs suites : un Rayman Legends encore plus dingue qui s'éparpille mais qui contient son lot de passages mémorables, et Donkey Kong Country Tropical Freeze qui m'a moins marqué que son aîné mais qu'il faut impérativement que je refasse. Je pense aussi très fort à Super Mario 3D World, meilleur Mario de la décennie, même si on n'est plus vraiment dans la 2D.



The Elder Scrolls V : Skyrim (2011) - X360

Image

J'ai également découvert le vertige des Elder Scrolls avec Oblivion, mais je n'ai jamais réussi à me faire aux combats et au système de compétences dans cet épisode. Skyrim est beaucoup plus accessible de ce point de vue. Trop pour certains, mais je trouve l'équilibre parfait pour ma part. J'ai ainsi pu profiter de la richesse impensable du jeu concernant l'exploration et la narration, sans avoir l'impression de paser à côté des subtilités de gameplay. Et le voyage fut extraordinaire. Skyrim est le jeu immersif par exellence, un monde dans lequel on peut se perdre, que l'on explore avec le frisson de l'aventurier à nulle autre pareille. J'ai adoré jouer mon archer furtif et explorer les innombrables tombeaux en assénant des coups critiques à coup de flèches dans la tête. Le prochain Elder Scrolls va avoir du boulot pour surpasser Skyrim. C'est peut-être pour cela que ce nouvel épisode met autant de temps à sortir.



The Last of Us (2013) - PS3

Image

J'ai refait The Last of Us récemment et je trouve ce jeu toujours aussi fort, et unique dans sa manière de raconter son histoire et surtout dans la mise en scène de la relation entre Joël et Ellie. Je n'ai jamais vu des personnages aussi bien écrits dans un jeu vidéo, et aussi attachants, aussi humains. Je pense même que le jeu gagne à être joué en facile car l'histoire l'emporte largement sur le gameplay, et la difficulté impose juste du die & retry qui coupe la fluidité du récit et des passages les plus mémorables qui s'empilent par dizaine. The Last of Us est un blockbuster mais son récit à taille humaine - et surtout sans concession - touche droit au coeur, d'une manière presque intime. Je n'ai vu aucun autre AAA approcher cette justesse de ton.


La série Mass Effect - X360

Image

Petite pirouette car en vérité mon épisode préféré est peut-être le premier qui est sorti en 2007. Mais j'aime autant le 2 et le 3, et le tout forme une saga sans équivalent dans le jeu vidéo. Je me rappelle avoir ressenti une petite sensation de vertige dès le générique d'intro du premier Mass Effect : le vertige de tenir entre mes mains un space opera dont je suis le héros. La suite s'est largement révélée à la hauteur de mes attentes, et même au-delà. Mass Effect c'est un rêve de jeu vidéo qui vend de l'aventure à chaque minute. Je ne comprends pas trop les critiques reçues par les épisodes 2 et 3. La série s'est peut-être recentrée sur l'action mais elle n'en a pas oublié la richesse de sa narration, ses enjeux scénaristiques profonds, bref un ensemble d'éléments qui font de Mass Effect un des univers SF les plus riches tout médias confondus. J'irais même jusqu'à donner une mention spéciale à Mass Effect Andromeda, le mal aimé qui mérite de trôner aux côtés de ses aînés. En espérant un jour voir renaître la série de ses cendres.



Pour finir, difficile de ne pas mentionner d'autres jeux :
- Ori and the Blind Forest : Pas aussi définitif que Hollow Knight mais une référence également
- The Legend of Zelda : Skyward Sword : On oublie trop souvent cet épisode schizophrénique, mais c'est aussi pour moi une sorte de madeleine de proust, un jeu bourré de nostalgie.
- Splatoon : Sans doute le jeu le plus novateur sorti par Nintendo ces dernières années (à un Super Mario Maker près). L'occasion aussi de dire que j'ai découvert le jeu en réseau au court de cette décennie. Ce fut parfois frustrant, mais souvent très amusant et addictif.
- Dragon Age II : Encore un mal-aimé mais j'ai adoré ce jeu tout cassé, avec ses personnages incroyables et son histoire bizarrement racontée mais audacieuse.
- Until Dawn : Un jeu sorti de nulle part mais très immersif et incroyablement addictif sous ses airs de teen movie horrifique décérébré. Le mix entre survival horror et jeu cinématique narratif est parfait.
- Firewatch : J'ai failli le mettre dans le top car Firewatch fait partie des jeux indés qui m'ont vraiment marqué. Son histoire, ses paysages, sa narration, tout y est mémorable.
- What Remains of Edith Finch : Encore un indé qui tranche avec la production habituelle. Et enfin un walking simulator qui apporte des idées de gameplay et des situations très inventives et originales, à la fois émouvantes et macabres. Travail d'équilibriste parfait.
- Vampyr : Loin d'être parfait, même carrément imparfait, et pourtant j'ai adoré retrouver la patte narrative de Dontnod. Car ici ce sont surtout les histoires des différents PNJ qui sont intéressantes - avec une jolie gestion évolutive des différentes quêtes.
- Sunset Overdrive et Recore : Je fais un lot de deux pour ces exclusivités Xbox que tout le monde ou presque a oublié mais sur lesquelles j'ai passé quelques heures réjouissantes et même sans équivalent ailleurs. Le genre de jeux d'action / exploration décomplexés (surtout pour Sunset Overdrive) que l'on ne croise pas suffisamment.
- Doom : Modèle de remake, le plaisir de retrouver les sensations d'un FPS d'antan.
- Deus Ex : Human Revolution : J'aimerais en croiser plus souvent des jeux aussi riches en terme de gameplay et de narration. Les thématiques sont bien traitées, et le mélange infiltration/RPG/dialogues est idéal.


Et les meilleurs jeux des années 2010 auxquels je n'ai pas joué :
The Witcher 3
Persona 5
Red Dead Redemption II
Grand Theft Auto V
God of War
Dark Souls
et d'autres, la liste est trop longue.


Enfin mention très spéciale au fait que cette décennie a vu la sortie de Shenmue III.

  Voir le site web de yedo
RainMakeR
Chef de Rubrique Nécrologique
Score au grosquiz
1035015 pts.

Joue à Pokemon Shuffle, Sybéria 3

Inscrit : Apr 01, 2003
Messages : 27653
De : Toulouse

Hors ligne
Posté le: 2019-12-13 18:11
Citation :
Le 2019-12-13 14:19, yedo a écrit :
Prey (2017) - PS4


C'est le remake ? j eme tate toujours de prendre. La demo est sympa mais c'est trop proche de bioshock mais sans son genie
_________________

Image


Kaede
Pixel monstrueux


Inscrit : Mar 06, 2002
Messages : 4898

Hors ligne
Posté le: 2019-12-13 21:53
Prey (2006) n'a pas de remake.

RainMakeR
Chef de Rubrique Nécrologique
Score au grosquiz
1035015 pts.

Joue à Pokemon Shuffle, Sybéria 3

Inscrit : Apr 01, 2003
Messages : 27653
De : Toulouse

Hors ligne
Posté le: 2019-12-13 23:35
Bah y'a un prey sortie en 2017 sur xbox one. C'est pas le même que sur 360 si ?
_________________

Image


JC
Camarade grospixelien


Joue à Alpha Protocol

Inscrit : Apr 15, 2002
Messages : 8237
De : là où y'a du débit qui déboite

Hors ligne
Posté le: 2019-12-14 05:04
Je crois que c'est un reboot de la série. C'est un peu à la mode ces dernières années, de reprendre un titre simple et sans numéro ni sous-titre : Tomb Raider (2013), Need for Speed (2015), Hitman (2016), Ridge Racer (2011), Grid (2019), SimCity (2013)... Et sans doute plein d'autres.

Citation :
The Witness (2016) - PS4


The Witness ! Comment j'ai pu l'oublier, celui-ci. Excellent jeu de réflexion, très progressif, et avec des graphismes qui récompensent l'observation de façon aussi surprenante que satisfaisante !

Bon, sinon, je note que Soma et Bioshock Infinite reviennent régulièrement dans les discussions sur les jeux à faire (dans ce topic ou ailleurs). Du coup ils sont en train de gagner des places dans ma todo-list, surtout Bioshock Infinite alors que j'avais plus ou moins relégué cette série dans la catégorie "quand je n'aurais plus rien d'autre en stock"...

  Voir le site web de JC
Bigby
Pixel de bonne taille



Inscrit : Sep 08, 2017
Messages : 418

Hors ligne
Posté le: 2019-12-14 12:14
Voici les jeux qui me viennent à l'esprit.

Xenoblade X Chronicles :

J'aurais pu aussi bien citer le premier que le 2 qui font partie des meilleurs RPG de tous les temps, mais je dirais que c'est quand même le X qui se démarque le plus. Sans rire, je pense que c'est le meilleur monde ouvert qui ait jamais été créé dans un jeu vidéo (je le mets même un tout petit peu au-dessus de Zelda Breath of the Wild pour ça).

The Binding of Isaac :

Ce jeu, ainsi que sa version Rebirth, m'a obsédé. J'y ai passé des centaines et des centaines d'heures, c'est un truc de malade. Un monument, ce jeu. Le meilleur de Edmund Mc Millen, son chef-d'oeuvre immortel.

Donkey Kong Country Tropical Freeze :

L'un des meilleurs jeux de plate-forme jamais créés, que dire de plus ?

Zelda Breath of the Wild :

Bon, quand même, que ce serait un topi de la décennie sans ce jeu qui a bouleversé la série et la vision qu'on peut avoir de l'open world ?

Mass Effect 2 :

J'adore la série, mais c'est le 2 que je préfère. J'adore tous les personnages de cet épisode, je m'y suis attaché, la "mission suicide" autour de laquelle s'articule tout le jeu était dantesque. Génial.

Kid Icarus Uprising :

Un jeu monstrueux, le plus marquant auquel j'ai touché sur une console portable. Incroyable, ce jeu.

Portal 2 :

Le premier était un joli coup d'essai et le 2 en est sa confirmation. Génial d'un bout à l'autre, concept original et bien maîtrisé, un sacré univers.

Hollow Knight :

Le meilleur Metroidvania de tous les temps, rien de plus à dire, ce jeu est parfait.

Dark Souls :

Evidemment, le jeu qui a aussi beaucoup influencé le jeu vidéo. Un monument en soi.

Bravely Default :

Un petit bijou. La quintescence du RPG japonais traditionnel à la Final Fantasy SNES. Vivement le 2 !

RainMakeR
Chef de Rubrique Nécrologique
Score au grosquiz
1035015 pts.

Joue à Pokemon Shuffle, Sybéria 3

Inscrit : Apr 01, 2003
Messages : 27653
De : Toulouse

Hors ligne
Posté le: 2019-12-14 14:45
Citation :
Le 2019-12-14 05:04, JC a écrit :
surtout Bioshock Infinite alors que j'avais plus ou moins relégué cette série dans la catégorie "quand je n'aurais plus rien d'autre en stock"...


Rhaaaaa les bioshock c'est automatiquement sur le dessus d'une todo list. C'est même pas dans une todo, c'est direct dans ta console
_________________

Image


JC
Camarade grospixelien


Joue à Alpha Protocol

Inscrit : Apr 15, 2002
Messages : 8237
De : là où y'a du débit qui déboite

Hors ligne
Posté le: 2019-12-14 22:48
J'avais vraiment bien aimé le 1er épisode à l'époque. C'est le 2 qui m'a fâché avec la série, parce qu'il était injouable pour un daltonien (les séquences de piratage étaient infaisables)... A l'époque, ça faisait plusieurs jeux d'affilée que je devais abandonner à cause de ça. Et ça me rendait fou que les dev' s'en foutent toujours à ce point au fil des années, alors que c'est facile de coder une option colorblind. (Même moi, j'ai déjà créé des mods pour changer les couleurs de certains jeux PC. C'est dire !) Donc, brutalement, j'avais juste décidé de boycotter cette série épicétou !

Mais bon, 10 ans plus tard, on va dire qu'il y a prescription... Par contre, si je fais Bioshock Infinite et qu'il a le même problème que le 2, vous avez pas fini de m'entendre râler

  Voir le site web de JC
yedo
Pixel imposant


Score au grosquiz
1033525 pts.

Joue à Kingdom Come, Greedfall, Spyro 2, Torchlight II, Trine 4

Inscrit : Mar 25, 2007
Messages : 531

Hors ligne
Posté le: 2019-12-16 11:16
Citation :
Le 2019-12-13 18:11, RainMakeR a écrit :
C'est le remake ? j eme tate toujours de prendre. La demo est sympa mais c'est trop proche de bioshock mais sans son genie

Comme Kaede et JC l'ont dit, le Prey sorti en 2017 est un reboot plus qu'un remake car il n'a plus rien à voir avec le Prey sorti en 2006. Il se rapproche en effet davantage de Bioshock, mais la démarche est assez différente : l'accent est mis sur l'exploration et la liberté du joueur plus que sur l'action ou la narration. En fait, Prey est plus proche des System Shock que ne l'est Bioshock.


Citation :
Le 2019-12-14 22:48, JC a écrit :
Mais bon, 10 ans plus tard, on va dire qu'il y a prescription... Par contre, si je fais Bioshock Infinite et qu'il a le même problème que le 2, vous avez pas fini de m'entendre râler

Je ne me rappelais plus du coup je suis allé vérifier sur le net : il n'y a plus de système de piratage dans Infinite.

  Voir le site web de yedo
Pierre
Pixel monstrueux


Inscrit : Apr 01, 2002
Messages : 2851
De : Paris

Hors ligne
Posté le: 2019-12-16 21:28
Citation :
Kid Icarus Uprising :

Un jeu monstrueux, le plus marquant auquel j'ai touché sur une console portable. Incroyable, ce jeu.


Dans mes bras ! Je crois que c'est la première fois que je le vois cité dans un top de la décennie, et bon sang, c'est une hérésie. Je veux bien que le jeu soit inadapté à l'ergonomie de la 3DS (à l'évidence, il aurait dû sortir sur console de salon), mais c'est tout de même un chef-d'oeuvre absolu, un tourbillon d’idées, d’images et de sons, l'un des jeux les plus ambitieux jamais créés par Nintendo. Les 25 niveaux ne cessent de surprendre, les combats imprévisibles entre plusieurs camps évoquent Half-Life, la musique orchestrale est d’une qualité et d’une diversité exceptionnelles, le brillant système de score récompense l’agilité et la prise de risque… Je suis dingue de ce jeu et son absence des tops de la décennie n'est due qu'à son succès commercial très modéré, à mon avis.

Mon top :
1. The Witcher 3 : Wild Hunt (je ne lui ai pas consacré un article de 50 000 signes pour des prunes ^^)
2. The Legend of Zelda : Breath of the Wild
3. Journey
4. Kid Icarus Uprising
5. The Last of Us + Left Behind
6. Metal Gear Solid V : The Phantom Pain
7. The Walking Dead Season 1
8. Spec Ops : The Line
9. Dishonored
10. Destiny 1 & 2
_________________

POURQUOI FAITES-VOUS DES JEUX VIDÉO ? De Shigeru Miyamoto à Muriel Tramis, de Warren Spector à Anna Anthropy, 111 créateurs du monde entier répondent


  Voir le site web de Pierre
Koren
Pixel imposant


Inscrit : Jan 14, 2019
Messages : 666

Hors ligne
Posté le: 2019-12-16 22:27   [ Edité le: 2019-12-16 22:28 ]
Je vais partir à l'envers, tiens.
Petit pavé.

2019 : Dragon Quest XI S: Les Combattants de la Destinée -Definitive Edition- (Switch).
Ce jeu me fait l'effet d'une bombe à retardement. Plus j'y repense, plus j'ai de souvenirs mémorables. En rejouant aux premiers opus, j'ai constamment en tête les éléments repris dans les futurs opus et surtout les innombrables hommages à cette série vénérable. Un coup de cœur absolu. Un merci de plus à Satoru Iwata d'avoir obtenu la promesse de SquareEnix qu'ils porteraient le jeu sur Switch (véridique).


2018 : Celeste & The Messenger (Switch)
Bon, il a suffit d'y jouer chez un ami pour que mon propre commentaire un poil moqueur me revienne en pleine figure et que Madeline aille en diagonale lors d'un boost au lieu de tout droit. Voilà, je ravale mes propos et c'est bien fait pour ma poire (j'te jure ça m'est jamais arriv... ah bah si).

Cela n'empêche pas Celeste d'être un de mes jeux préférés de 2018, année qui a été extrêmement riche en jeu indépendants de qualité notamment sur Switch : Iconoclasts, Dandara, Moonlighter, Battle Chasers: Nightwar, Monster Boy, Horizon Chase Turbo ou encore Hollow Knight...

Mais 2018 c'était aussi la sortir de Smash Bros. Ultimate, en toute fin d'année, Ys VIII qui lui aussi m'a marqué. Bref, une année horriblement dure à départager pour ma part. Celeste et The Messenger remportent la palme, tous les deux.


2017 : The Legend of Zelda : Breath of the Wild (Switch)
Là aussi ça n'a pas été facile à départager car Super Mario Odyssey a été un réel plaisir de fond en comble, mais je suis revenu bien plus souvent sur BotW (quitte à le refaire trois fois) que sur SMO. Le jeu m'a cependant donné beaucoup de mal à apprécier l'exploration de Horizon: Zero Dawn sur PS4.


2016 : DooM (PC)
ENFIN ! Un FPS qui retourne aux vieilles conventions du genre avec des cartes ouvertes, des combats nerveux, un jeu centré sur le mouvement et la prise de risques, qui récompense l'exploration (un terme pourtant passible d'internement à vie à Azkaban depuis la Guerre des Level Designer à Couloirs). DooM a posé les pieds où il voulait et c'était souvent partout. Mais quel panard. Pis y'a même une référence à DooM 64. C'est forcément une merveille.

Image
Toi tu commences vraiment à m'baver sur les rouleaux.


2015 : Super Mario Maker (Wii U)
Année douloureuse, entre le décès de Satoru Iwata, StarFox Zero qui a été une grosse déception et MGS V sorti incomplet, c'était pas la joie. D'ailleurs même si c'est un JRPG qui m'a souvent donné envie de le jeter par la fenêtre, Xenoblade Chronicles X reste incroyable, que ce soit d'un point de vue technique ou même artistique (sauf les modèles des personnages, avis perso). La liberté d'exploration phénoménale et le plaisir qu'elle procure au fil du jeu (de part les possibilités de plus en plus enrichies du joueur avec les Skells) ont bien failli avoir raison du classement mais non, ça reste Super Mario Maker, premier du nom. Tellement bon que le deuxième opus a du mal à lui faire de l'ombre.

Sinon, The Witcher 3 est aussi un excellent choix mais je ne l'ai toujours pas terminé, un peu irrité par le fait qu'on nous fasse courir dans plusieurs endroits pour nous faire le coup de "Désolé Géralt, mais Ciri est dans un autre château, lol" m'a découragé. Ça sentait plutôt le prétexte de faire leveler le joueur pour qu'il soit prêt à aller à Skellig, sans quoi le joueur ne pourrait en aucun cas affronter le moindre rat de la zone, automatiquement a un niveau trop élevé pour lui. En dehors de ce détail, le reste du jeu est fantastique et éclate toute la concurrence niveau écriture et ambiance.


2014 : South Park: Le Baton de Vérité & Soldats Inconnus: Mémoires de la Grande Guerre (PC)
J'étais allergique à South Park, principalement parce que je ne supportais pas vraiment la VF et que ça ne me faisait de toute façon pas vraiment rire. Mais, faisant confiance au talent d'Obsidian, j'ai essayé le RPG basé sur la franchise. Et voilà, je me suis marré de la création de personnage jusqu'à la fin du jeu. Faudra que j'essaie la suite un de ces quatre.

Dans un autre registre, Soldats Inconnus m'a mis une sacrée gifle, petite surprise de chez Ubisoft utilisant le splendide moteur de Rayman Origins / Legends.


2013 : LEGO CITY: Undercover (Wii U).
La Wii U a débuté sa carrière avec probablement l'un des meilleurs open worlds tout public : celui basé sur l'univers LEGO, plus précisément la gamme LEGO CITY (d'ailleurs la série sur Netflix sont aussi basées sur le même univers et Chase McCain est toujours présent mais c'est pas top). LG:U fait un peu office d'ovni dans la myriade de jeux LEGO qui sont sortis dans les années 2010 : un véritable monde ouvert à la GTA, la violence en moins et un humour tout public en plus. En fait, l'humour peut toucher tout le monde ; autant certaines vannes sont très orientées jeune public, autant d'autres sont bien plus drôles pour les adultes, toujours en restant tout public.

Mais il n'y a pas que l'humour, le gameplay est aussi de la partie avec une liberté d'exploration assez folle, on n'a pas idée du nombre ahurissant de secrets à débloquer dans toute la ville (il faut aisément une bonne centaine d'heures de jeu pour compléter la carte à 100%). Les personnages ne sont pas en reste et semblent tous vivre dans l'univers d'un "Y'a-t-il un pilote" (ou même d'une pièce de Ionesco) tant l'absurde est monnaie courante dans leur monde. Ah et l'ultime mission se clôture sur un passage de toute beauté accompagné par une musique splendide. Un vrai régal, maintenant disponible sur PC, PS4, X1 et Switch.

Image
Meilleur jeu Wii U ever.


2012 : Mass Effect 3 & Mass Effect 3: Citadel (PC)
Oui, le jeu a une fin originale bâclée et légèrement réparée peu après, oui l'écriture de certaines missions est étrange et oui, je suis toujours dégoûté de ce qu'il s'est passé, mais c'est un fait : ME 3 a été la conclusion de cinq ans d'aventures passionnantes avec Shepard et ses potes. Et ça a aussi été le seul jeu de la trilogie à permettre à Shepard d'aller voir les hommes si ça lui chante ; un métis noir / latino gay en plus, plus que rare dans les RPG (inexistant ?), rôle plutôt cantonné aux androgynes moches qui ont des airs de psychopathes (coucou Dragon Age: Origin).

Je n'ai pas grand chose à raconter de plus sur ME 3 que ce qui a déjà été débattu en long en large en travers dans le topic FreeSpoils, mais ça reste mon jeu de l'année 2012. Je n'oublierai jamais cette série et encore moins son DLC Citadel, véritable hommage à l'aventure et à tous les personnages de la trilogie, aux mèmes de la communauté entièrement assumés, de l'absurde, de l'humour, des larmes, bref, tout ce qu'il fallait pour conclure la franchise.


2011 : The Elder Scrolls V: Skyrim (Frigo Amazon)
Ouh là là, c'est difficile. Saints Row: The Third, Uncharted 3, Portal 2, Arkham City... ah bah tiens, Skyrim, sorti sur tous les supports possibles (même les frigos connectés via Alexia). J'aime tous les jeux cités précédemment mais ça reste TES V qui revient le plus souvent dans mon backlog. Inondé de bugs à sa sortie comme tout bon jeu Bethesda, son soutient de la communauté n'en a pas moins été incroyable, et Sheogorade sait à quel point Beth' a essayé de lui faire du mal, à ses fans : Mods payants (ce qui a amené des escrocs à vendre des mods qu'ils n'ont jamais fait), Patchs qui rajoutent des bugs, instabilité crasse, le Steam Workshop puis le Bethesda Mods, et le Creation Shop, Beth' qui fourni trois sites officiels différents pour obtenir les mêmes mods au lieu de proposer une alliance avec NexusMods qui a vu sa fréquentation exploser à mesure que Bethesda démoulait dans l'assiette des gens.

Skyrim, c'est ce que vous voulez en faire. C'est le jeu qui a ouvert les portes du modding sur consoles (sauf sur Switch ; sauf si vous la hackez, il est possible d'y intégrer des mods de la version PC - et ouais). C'est aussi une aventure intrigante dans un monde en proie à la guerre civile, où aucun des camps ne se valent vraiment.

Même sans les mods (sur Switch donc), le jeu reste passionnant à vivre. Et puis si le jeu vous fatigue, pourquoi ne pas essayer d'explorer les multiples bugs et exploits du jeu ? Ils sont en fait aussi marrants à rechercher et à reproduire que de jouer normalement.


2010 : Red Dead Redemption & Mass Effect 2 (Xbox 360)
RDR est probablement ma meilleure expérience avec un jeu Rockstar, que ce soit au niveau de l'écriture, de l'ambiance ou des personnages. C'est peut-être ça qui m'a fait arrêter GTA V aussi vite (l'envie de passer le casting tout entier au broyeur tant la simulation de larbin con comme ses pieds m'a vite fatigué). Et quelle fin...

Mass Effect 2... ses DLCs à 5 € le personnage pour une histoire de 30 minutes, son "Réseau Cerberus" de la honte qui étaient un système anti-occasion à peine masqué, ses munitions de retour, son ultime DLC, l'exploration et le jeu de rôles sacrifiés sur l'autel de l'action... mais à côté de ça :

Sa mission suicide, ses personnages, sa bande son, l'écriture, l'ambiance, les choix du premier, la loyauté des personnages, l'amélioration du Normandy, Joker, EDA, Joker, EDA, EDA et aussi EDA, la mission du Shadow Broker qui prend en compte votre relation avec Liara de ME 1 et les choix de relations faits jusqu'à ce point dans ME 2, rha, tant de souvenirs, tant de frissons... la vache, c'était si bon.


Mentions plus qu'honorables :
- BioShock Infinite (PC)
- Kid Icarus Uprising (3DS)
- Hollow Knight (Switch)
- Donkey Kong Country: Tropical Freeze (Switch)
- Yooka-Laylee & The Impossible Lair (Switch)
- Super Smash Bros. Ultimate (Switch)
- Astro Bot: Rescue Mission (Playstation VR)
- Assassin's Creed III (PC)
_________________

Turrican Maniac (©️ nicko).


dante2002
Déterreur de topics


Score au grosquiz
0002009 pts.

Joue à Le GamePass sur la Serie X

Inscrit : Feb 10, 2003
Messages : 5249
De : METZ

Hors ligne
Posté le: 2020-04-20 07:51
Citation :
Le 2019-11-27 21:06, RainMakeR a écrit :

Tain après 2010 ? va falloir que je fouille sur GK ....

GodHand il est plus vieux que ca. Du coup je dirai Evil Within comme ca au pif


C'est bien Evil Within?

Il est à 5€ sur gog
_________________

Image


  Voir le site web de dante2002
RainMakeR
Chef de Rubrique Nécrologique
Score au grosquiz
1035015 pts.

Joue à Pokemon Shuffle, Sybéria 3

Inscrit : Apr 01, 2003
Messages : 27653
De : Toulouse

Hors ligne
Posté le: 2020-04-20 11:05
Citation :
Le 2020-04-20 07:51, dante2002 a écrit :
C'est bien Evil Within?
Il est à 5€ sur gog


Non il n'est pas bien, il est GENIAL. 5e c'est cadeau. Fonce
Si t'as aimé re4, tu aimeras forcément. Et si t'aimes pas re4 tu aimeras EW quand meme
_________________

Image


nicko
Pixel visible depuis la Lune

Score au grosquiz
0004797 pts.

Inscrit : Jan 15, 2005
Messages : 7542

Hors ligne
Posté le: 2020-04-27 22:14
Ils ont fait un evil within 2 ou je me trompe ?


Index du Forum » » Discussions & Débats » » Le Bilan des années 2010

50 messages • page
123




Forum phpBB modifié par www.grospixels.com (© 2011 Grospixels)