Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Vingt ans de Grospixels - JPB
Vieux taulier du site, parti puis revenu, JPB aime construire des ordinateurs et le film Tron...

1) Qui étais-tu il y a vingt ans ?

Holala, c'est loin... OK, fin août 2000 donc. J'étais déjà moi ;) et j'allais avoir 30 ans même pas 2 mois plus tard. J'habitais à Vandœuvre, dans la banlieue de Nancy : je venais tout juste de prendre mon premier appartement en location, je ne vous raconte pas comme j'étais fier ! Mais je restais en contact avec mes parents, qui habitaient à moins de 5 kilomètres, vu qu'on s'entendait très bien tous les trois (et puis ma mère était bonne cuisinière, si vous aviez mangé son poulet du dimanche midi, vous ne l'auriez jamais oublié). Je n'avais pas encore rencontré celle qui partage ma vie, mais j'étais bien copain avec un de ses frangins, et c'est peu de temps après qu'on s'est rencontrés elle et moi, quand elle est venue sur Nancy.
Professionnellement, j'avais tout juste fini mon contrat avec l'AFPA de Remiremont, où j'avais été prof pendant un an ; je bossais alors pour une SSII à Nancy - Brabois, j'intervenais dans ma Clio blanche pour régler les problèmes informatiques dans une quinzaine de centres EDF de la région Est (mais l'expérience tournera court quelques mois plus tard, pour des raisons indépendantes de ma volonté). J'avais déjà un PC, ce n'était pas le premier d'ailleurs : je me tenais au courant des nouveautés, matérielles et logicielles, mais surtout je bidouillais et j'adorais « mettre les mains dans le cambouis ». Je jouais beaucoup, en plus du PC, ma Coleco et mon Amiga étaient sous la nouvelle télé 16/9, avec le magnétoscope pour regarder plein de films (mon Papa enregistrait les films à la télé, il en gardait la plupart, alors j'avais de quoi me fournir). Et je venais de m'acheter une 306 DTurbo d'occase rouge pompier, qui me servait pour mes déplacements personnels, et pour aller de temps en temps revoir mes copains à Clermont-Ferrand tels que Soreal ou Epsilon EOD - qui seraient par la suite parmi les premiers à fréquenter Grospixels.

JPB (ici interprété par Henry Cavill) monte un PC [image d'archives, coll. pers.]

2) Quel était ton jeu préféré alors ?

Je n'en ai plus aucune idée ! Je jouais à pratiquement tous les styles de jeux sur PC, je ne délaissais pas l'Amiga, forcément j'avais du choix. Attendez, je regarde ce qui était à l'affiche dans le Joystick de ce mois-là, ça me donnera des repères... (se retourne et farfouille...) Alors, Joystick n°117... Ah oui, il y a la soluce de Thief 2, j'ai beaucoup aimé ce jeu, comme son prédécesseur. En remontant un peu le temps... (refarfouille...) Oui, des titres comme Soul Reaver ou Ultima IX m'ont vraiment bien botté à cette époque (mon Papa et moi, on comparait nos parties respectives à Ultima IX). Mais à mon avis, je venais surtout de me prendre une sacrée claque avec Outcast, exceptionnel, parce que Deux Ex, Diablo 2 et Grand Prix 3 n'étaient pas encore sortis (ou tout juste). Je me souviens aussi que j'avais déjà découvert MAME, c'était démentiel de retrouver chez moi les jeux d'arcade que j'avais connus, en commençant par Space Panic, 20 ans plus tôt. 20 ans ? Dire qu'aujourd'hui ça fait pratiquement 40 ans que j'avais osé franchir la porte de ce café, Le Jean Bart, pour y jouer...

3) Si tu devais choisir deux moments marquants de l'histoire du jeu vidéo entre 2000 et aujourd'hui, quels seraient-ils ?

En dehors du jeu vidéo à proprement parler, ce que je trouve marquant c'est la démocratisation de l'informatique et d'Internet. Au début des années 2000, je faisais des formations pour des entreprises, j'apprenais aux gens à découvrir Windows et la bureautique, nombreux étaient ceux qui ne savaient pas manipuler une souris ! La poussée d'Internet avait déjà commencé mais l'ADSL pointait à peine le bout de son nez ; j'avais pris une connexion chez Wanadoo, avec le nouveau modem SpeedTouch USB qui ressemblait à une raie manta bleu-vert, et je trouvais ça génial et super rapide en comparaison d'AOL et de sa connexion 56K 24H/24 - où on vous déconnectait au bout d'un moment pour laisser la place aux autres... Regardez 20 ans plus tard, pratiquement tout le monde a un PC, une connexion Internet, et de tous côtés on essaie d'améliorer encore la vitesse d'Internet, avec l'émergence de la fibre notamment... Incroyable non ?
Revenons au jeu vidéo. Il y a eu tellement de jeux marquants, sur tellement de supports, que je n'arrive pas à faire un choix... Regardez ce qu'ont apporté au jeu vidéo des monuments comme Half-Life, World of Warcraft ou The Legend of Zelda: Breath of the Wild, pour n'en citer que quelques-uns... À titre personnel, je dirais que l'un des moments les plus marquants fut lorsque j'ai fini The Witcher 3. Après avoir découvert et fini le premier jeu, comme j'ai adoré l'univers et les personnages, j'ai acheté les deux premiers romans et je les ai dévorés. Puis j'ai fini le deuxième volet, lu tous les autres tomes de la saga, et enfin terminé The Witcher 3 et ses deux extensions. Pendant si longtemps, l'univers de Geralt est entré dans ma vie, et au tout dernier moment de l'extension « Blood and Wine », quand Geralt regarde le joueur de cette manière si particulière... ça m'a retourné les tripes.

4) Ça veut dire quoi, « retrogaming » pour toi aujourd'hui ?

C'est quelque chose que j'espère en extension : ça évolue évidemment avec le temps. Aujourd'hui, en 2020, je considère que le retrogaming c'est tout ce qui a trait aux jeux vidéo de machines qui ne sont plus commercialisées, en laissant tout de même un peu de temps. Je trouve par exemple que la PS1, c'est du rétrogaming ; la PS2 ça commence à le devenir, la PS3 non : on verra ça dans 5 ans. Les bornes d'arcade style Jeutel ou les anciens flippers sans panneau électronique, si on arrive à en dénicher en bon état et qu'on peut y jouer, c'est du retrogaming...
Mais surtout je constate avec un peu de tristesse un phénomène pourtant bien naturel : le retrogaming commence avec l'expérience personnelle de chacun. C'est normal, ça commence en général par la nostalgie d'un jeu ou d'une machine qu'on a eue dans le passé. Cependant, j'ai récemment assisté à des petites démonstrations de retrogaming autour de Nancy : personne ne présente de consoles antérieures à la NES et à la Master System. Forcément, il s'agit de trentenaires qui ont connu ces consoles pendant leur enfance, et qui veulent faire partager leurs souvenirs aux gens. La différence entre eux et moi, c'est que j'ai connu la VCS, l'Intellivision, la Coleco, les petites consoles style Pong... toutes ces machines qui ont eu une heure de gloire non négligeable et des jeux parfois fantastiques, mais AVANT. Ce que je regrette, et que je trouve même faux et injuste, c'est que quand j'essaie de parler de ce temps-là avec eux, on me répond : « Ah oui mais ça, ça n'intéressera personne de nos jours, c'est trop vieux ». eh oui, ce sont de trop gros pixels pour certains... Le retrogaming c'est TOUTE l'histoire du jeu vidéo, il y a des dates butoir mais il ne doit pas y avoir d'oubli ou de rejet.

5) Quel jeu as-tu découvert grâce à Grospixels ?

Plein ! Notamment sur les consoles japonaises à partir de l'ère NES/SMS que je n'ai jamais eues entre les mains, vu que je suis passé de la Coleco à l'Atari 520ST, et de l'Amiga au PC. J'ai pu combler pas mal de lacunes en lisant les articles de Grospixels. Depuis je me suis rattrapé, j'en ai même acheté certains comme Shadow of the Colossus ou Ico sur ma PS3. Depuis j'ai aussi acheté une PS4, une Switch... et j'ai toujours 2 PC, un Amiga 1200, une Coleco, une VCS Atari. Tout fonctionne encore mais la Coleco commence à donner des signes de faiblesse, c'est bien dommage.
Mais si je devais dire UN jeu que je n'aurais jamais connu sans Grospixels, ce serait Dark Souls. Je l'ai acheté sur PC suite à la lecture du dossier de Laurent. Malgré ça, j'ai été terrrorisé pendant des jours, tellement je ne comprenais pas comment l'apprivoiser ; je me faisais tellement découper que je n'osais pas sortir du sanctuaire de Lige-Feu ! C'est grâce au guide vidéo d'ExServ que j'ai pu enfin comprendre les bases et que j'ai pu me lancer. Ce fut une expérience inoubliable, et depuis j'ai fini tous les From Software, sauf Sekiro, on verra pour Noël.

Je souhaiterais aussi remercier Grospixels pour quelque chose que je n'aurais jamais pu découvrir sans en faire partie. En février 2010, accompagné de Lyle et Sebinjapan, j'ai fait la connaissance de Pierre TEL. Ce grand Monsieur, fondateur des jeux d'arcade JEUTEL, est quelqu'un d'incroyable. Le rencontrer, discuter avec lui et évoquer ses souvenirs a été un des moments les plus impressionnants de ma vie, tellement ses jeux ont marqué mon enfance à Clermont-Ferrand. J'espère d'ailleurs qu'il va bien.

6) Quel article as-tu toujours voulu écrire ?

Tous ceux que j'ai écrits, en fait : on ne m'a jamais imposé de nom ou de délai. En grande partie, il s'agit d'articles sur des jeux que j'ai connus dans le temps, avec un contexte bien particulier. Le tout premier, ce fut The Sentinel : je trouvais ce jeu tellement génial, mais personne ne pigeait ce qu'il fallait faire... Alors je me suis dit que j'allais expliquer ça, j'ai proposé l'article en 2001 et hop ! je suis entré dans l'équipe. J'ai toujours eu la même motivation pour chaque article que j'ai écrit : présenter à un moment précis un jeu, le replacer dans son contexte, et permettre aux lecteurs de l'apprécier (ou pas). Mais un que j'avais vraiment envie de raconter, c'est Dungeon Master qui a été pour moi une révolution. J'ai essayé de proposer quelque chose de vraiment complet, j'espère que j'ai réussi. :)
Je suis également content d'avoir écrit une partie du dossier sur le film Tron, j'adore cet univers... Pouvoir compléter la partie de Laurent sur le film proprement dit, et parler des jeux liés à ce film, m'a énormément plu.

7) Pourquoi venir sur Grospixels en 2020 ?

Comment ne pas venir ? Grospixels fait partie de ma vie depuis presque 20 ans maintenant. Il ne se passe pas un jour sans que j'aille jeter un œil, même si finalement je poste très peu désormais. Je continue à écrire des articles de temps en temps, quand j'ai une idée qui démarre sec, et j'espère que j'arriverai à continuer encore longtemps. Le souci, c'est que la plupart des jeux que j'ai connus dans le temps sont maintenant traités sur le site ; des fois j'ai envie d'écrire sur un vieux jeu que j'ai connu par procuration, alors je me renseigne mais ce n'est pas la même chose que si j'avais été devant et acteur. Autant il faut être objectif pour parler d'un jeu, autant j'attache une grande importance au ressenti et au contexte, qui ne doivent pas être négligés, pour qu'on se rende bien compte de tous les aspects.

Source : Ricardo Juchem

8) Quel est l'avenir du retrogaming pour toi ?

Sur le net, depuis des années maintenant, on parle partout des jeux récents ou anciens, il n'y a que l'embarras du choix pour trouver des infos. Plein de gens ont créé leur site ou leur chaîne en la qualifiant de « retrogaming », c'est bien ! Mais comme je le disais plus haut, j'espère que le retrogaming des premières machines ne finira pas par être mis au rebut par les nouveaux youtubeurs ou sites qui traiteront de « leur » retrogaming, celui qu'ils ont connu dans leur enfance, sans chercher à remonter davantage le temps. J'ai un peu peur que le retrogaming devienne un phénomène « glissant » dans le temps, explorant les anciens jeux sur une période d'une vingtaine d'années maximum précédant la naissance du retrogamer.

« C'est un jouet pour bébé ! » (Source : Retour vers le futur II)

9) Plutôt « Grospixels » ou « GrosPolygones » ?

Les deux ! À mon sens l'un ne va pas sans l'autre. Je prends autant de plaisir à m'amuser à Dark Souls, qu'à refaire une partie de Space Invaders, simplement c'est quand l'envie me prend. Depuis le confinement, je joue régulièrement à Animal Crossing avec toute ma famille ; côté solo, je suis en plein dans le Doom de 2016. Je suis en train de préparer un article sur un petit jeu d'arcade, alors j'y ai pas mal rejoué via MAME. Je reconnais toutefois que j'ai plus hâte de tester le nouveau Flight Simulator de Microsoft, que de rejouer à Flight Simulator II sur Amiga (j'ai toujours adoré les simulateurs de vol), mais comme ma machine perso est encore sous Seven ça ne va pas être possible avant un petit moment !
Mais pour résumer mon état d'esprit, quel que soit le jeu, vieux ou récent, avec gros pixels ou résolution photo-réaliste, quand j'ai envie de jouer à ce jeu, j'y joue, c'est tout, et je m'éclate.

10) Le mot de la fin ?

Après avoir découvert Grospixels début 2001, j'ai aussitôt accroché. Et voilà, 19 ans et une bonne centaine d'articles plus tard, je suis toujours là. C'est agréable de faire partie de cette communauté qui, contre vents et marées, est toujours là aussi. Je suis content d'avoir pu apporter quelque chose au site, et aux gens qui l'ont lu. J'espère qu'on va continuer encore comme ça pendant un bon moment, y'a pas de raison que ça s'arrête ! :)

Source : nightwoldezines