Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Fire Pro Wrestling - La série
Année : 1989
Système : Arcade, Game Boy, Megadrive, PC Engine, Playstation, Saturn, SNES, Wonderswan
Développeur : Human
Éditeur : Human
Genre : Jeu de Combat (VS fighting) / Sport

Super Fire Pro Wrestling 2
(Super Famicom - 1992)

Sorti un mois après l'excellent troisième épisode Nec, ce jeu en est-il un simple copié-collé ? Non... malheureusement serait-on tenté de dire ! Car en plus d'avoir l'honneur de disposer de la jaquette la plus moche de toute la série (montrant un ring avec le logo de la fédération fictive HWA, Human Wrestling Association, et rien d'autre), ce second Fire Pro sur Super Famicom fait l'impasse sur l'excellent mode de création/édition de catcheur disponible sur PC Engine. Les utilisateurs Nintendo se consoleront cependant avec quelques nouvelles options par rapport à la première adaptation sur leur machine, comme la prise en compte du multitap qui permet enfin de disputer des matches avec 4 joueurs humains (il s'agit du « Super Multitap » de Hudson Soft, commercialisé la même année pour Super Bomberman). On retrouve pour le reste ce qu'on a l'habitude de voir dans la série.

Un bon point : on peut enfin jouer à 4 joueurs humains sur la 16-bits de Nintendo. Un mauvais point : les positions de combat « poing levé » toujours un peu ridiules.
Nouvelle animation pour la powerbomb de Tenryu.

En effet, à part cette option multijoueurs, pas grand chose de neuf, il faut l'avouer ! À peine quelques coups par ci et par là, de nouvelles prises en double (le double coup de boule par exemple), et quelques nouvelles animations comme la possibilité de rester accroupi après une mise au sol pour éviter de se prendre un coup télégraphié en se relevant.

La réalisation est équivalente à celle du premier Super Fire Pro Wrestling. Ni meilleure ni pire. On apprécie les nouvelles animations de certains coups, parfois bien réussies (la powerbomb de Tenryu par exemple, ou le « short-range-lariat » de Vader) mais c'est graphiquement la même chose, et les personnages sont toujours par défaut en garde avec un poing levé, ce qui fait un peu ridicule. Mais la partie sonore a indéniablement été améliorée : les musiques, nombreuses (plus d'une vingtaine) sonnent bien et la foule réagit mieux qu'avant. Elle donne ainsi plus de voix lorsqu'un catcheur utilise une de ses prises de finition ou lors d'un compte de 3.

Bam Bam Bigelow s'envole depuis la 3ème corde.
Descente du coude du Great Muta sur Abdullah the Butcher.

Mais dans l'ensemble, ça reste léger pour une suite.

Le casting reprend les catcheurs qu'on a maintenant l'habitude de voir apparaitre dans la série. Les illustrations sont encore une fois inédites et dans un style encore une fois assez « libre », rappelant le 3ème épisode Nec. On note hélas la disparition de Giant Baba mais également l'arrivée remarquée de l'imposant Abdullah the Butcher (imposant dans la réalité, car dans le jeu tous les sprites ont la même taille, hélas).
Étrangement, si peu de poids légers sont sélectionnables, ce sont deux « Junior » qui font office de « boss » (non jouables malheureusement), en lieu et place des habituels Rikidozan et Lou Thesz. Il s'agit de Tiger Mask et du Dynamite Kid. Le 3ème personnage bonus non jouable est Keiji Mutoh (l'alter-égo du Great Muta).

Un style pas toujours fidèle mais joli pour les illustrations (ici Misawa, Kawada, Fujiwara et Funaki).
Dick Vrij le combattant de MMA et ses vicieux coups de genou.

Un petit mot sur la présence dans ce jeu de Dick Vrij. Pour la première fois dans la série, nous avons un sportif qui n'est pas un catcheur du tout, mais un combattant de MMA à part entière. Ceci montre à la fois l'intérêt que portent les développeurs de la série Fire Pro à cette discipline, mais préfigure également l'inclusion d'un vrai mode MMA qui se fera progressivement dans les futurs épisodes.

Les 25 catcheurs jouables quant à eux sont :

Liste des catcheurs présents :

Ceux déjà présents dans un précédent épisode :

  • Victory Musashi (Antonio Inoki / New Japan Pro Wrestling).
  • Fighter Yamato (Tatsumi Fujinami / New Japan Pro Wrestling).
  • Hurricane Rikimaru (Riki Choshu / New Japan Pro Wrestling).
  • Hatamoto Shinya (Shinya Hashimoto / New Japan Pro Wrestling).
  • Tommy Bomber (Jumbo Tsuruta / All Japan Pro Wrestling).
  • Hogara Tashin (Akira Taue / All Japan Pro Wrestling).
  • Hikawa Mitsuhide (Mitsuharu Misawa / All Japan Pro Wrestling).
  • Toshie Kazama (Toshiaki Kawada / All Japan Pro Wrestling).
  • Teddy Gory (Terry Gordy / All Japan Pro Wrestling).
  • Steel James (Steve Williams / All Japan Pro Wrestling).
  • Saeba Akira (Akira Maeda / New Japan Pro Wrestling & RINGS).
  • Kajiwara Joe (Yoshiaki Fujiwara / UWF & PWGF).
  • Higaki Makoto (Masakatsu Funaki / UWF & PWGF).
  • Star Bison (Stan Hansen / All Japan Pro Wrestling).
  • Thunder Ryu (Genichiro Tenryu / Super World of Sports).
  • Axe Mogan (Hulk Hogan / World Wrestling Federation).
  • Super Kaiser (Jushin Thunder Lyger / New Japan Pro Wrestling).
  • Blade Musha (The Great Muta / New Japan Pro Wrestling).
  • Masahiro Kono (Masahiro Chono / New Japan Pro Wrestling).
  • Mad Tiger (Tiger Jeet Singh / Freelance).
  • Hitman Saber (Big Van Vader / New Japan Pro Wrestling & World Championship Wrestling).
  • Takeshi Niouden (Atsushi Onita / FMW).

Les Nouveaux :

  • Rick Gray (Dick Vrij / RINGS).
  • Abdul the Danger (Abdullah the Butcher / Freelance).
  • Smasher G. Gigas (Bam Bam Bigelow / NJPW).
Dick Vrij est un pratiquant de sport de combathollandais qui a combattu pendant toutes les années 90 au sein de la fédération RINGS fondée par Akira Maeda. Si RINGS produisait d'abord des combats arrangés, ce sont de vrais affrontements à l'issue non pré-déterminée qui sont devenus la norme suite au succès de fédérations de MMA comme Pancrase et PRIDE. Dans ces deux types de combat, Dick Vrij s'est particulièrement illustré.
Abdullah the Butcher est un énorme catcheur fou et sanguinaire qu'on dit originaire du Soudan. En activité depuis la fin des années 50 (il catche toujours en 2011, à 70 ans !), il a catché partout dans le monde mais a connu ses plus grands succès au Japon face à des légendes comme Giant Baba et Terry Funk. Usant de prises de judo et de karaté, il est surtout connu pour frapper ses adversaires avec divers objets, particulièrement une fourchette qu'il enfonce dans les blessures des autres catcheurs, au cours de matches qui terminent (et parfois commencent !) en véritables bains de sang !
Bam Bam Bigelow : une boule sur le ring qui rebondit dans les cordes comme dans un flipper ! Lourd et corpulent mais néanmoins agile et capable de monter sur la troisième corde, Bam Bam a connu beaucoup de succès à la fois dans les fédérations majeures américaines (« main event » de Wrestlemania 11), et au Japon, particulièrement à la NJPW en équipe avec Vader. Célèbre pour les flammes tatouées sur son crâne rasé, ses prises de prédilection sont le diving headbutt, le moonsault et une variante du reverse piledriver.

Toujours non-jouables, les « boss » du jeu sont :

  • EN BUDOH (Keiji Mutoh).
  • DYNAMIC KID (Dynamite Kid).
  • MASK DE PANTHER (Tiger Mask).
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(54 réactions)