Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Fire Pro Wrestling - La série
Année : 1989
Système : Arcade, Game Boy, Megadrive, PC Engine, Playstation, Saturn, SNES, Wonderswan
Développeur : Human
Éditeur : Human
Genre : Jeu de Combat (VS fighting) / Sport

Avant de passer aux épisodes 32-bits de la série, une nouvelle pause avec deux nouveaux épisodes hors-série :

Blazing Tornado
(Arcade - 1994)

Réalisé par l'équipe de Fire Pro Wrestling, rejointe par quelques graphistes supplémentaires pour l'occasion, Blazing Tornado est un spinoff de la série dédié à l'arcade. Et pour marquer le coup, Human a mis le paquet sur le plan technique : sprites énormes, graphismes colorés, design des personnages très soigné (mis en valeur sur les illustrations entre les matches), voix digitalisées, et zooms à gogo. Techniquement, le titre est supérieur à Muscle Bomber de Capcom et à Fire Suplex (3 Count Bout) de SNK, deux références du genre sorties peu avant.

Le casting du jeu ainsi qu'une illustration d'avant-match montrant bien le soin avec lequel les graphismes ont été produits.

Huit personnages totalement originaux sont présents (plus un boss non jouable) qu'on peut incarner pour des matches en solo ou en équipe avec possibilité de jouer à 4 simultanément. Le casting évoque autant des héros de beat'em up que des catcheurs avec Daijuro Zama le kick-boxeur japonais, Baron Firebird le catcheur masqué spécialiste de lucha-libre (étonnement français dans ce jeu), Hayate l'assassin cubain, ou encore Ho Yin-Long le vieux maitre de kung-fu chinois. La plupart ont une classe certaine, mais se feraient presque voler la vedette par le présentateur et l'arbitre ! En effet le premier, vêtu d'un costume impeccable, use de grands gestes pour désigner chaque combattant, tandis que le second bénéficie d'une animation étonnante : il se jette à genoux comme un félin pour compter un catcheur au sol, en levant à chaque fois sa main bien haut tandis qu'on voit ses doigts dancer avant que sa main ne s'abatte sur le ring. À lui seul, il apporte un dynamisme fou au jeu.

Rien que pour admirer les animations du présentateur et de l'arbitre, il faut essayer ce jeu !

Le gameplay et la palette de coups sont en partie repris des Fire Pro, avec cependant deux niveaux de puissance pour les coups/prises au lieu de trois. On a toujours la possiblité d'effectuer de nombreuses prises au sol, en courant ou en montant sur les cordes. Mais une différence fondamentale est présente. En s'approchant, deux adversaires se saisissent automatiquement, comme d'habitude, mais ce n'est pas celui ayant le meilleur timing qui va porter la prise, c'est celui qui matraquera le bouton le plus rapidement. On perd en subtilité mais on gagne en fun et on se défoule ? Oui, à condition d'être un mutant à la Takahashi Meijin (l'homme qui appuie 16 fois sur un bouton en 1 seconde) ! Car Blazing Tornado est horriblement difficile, même si la borne est réglée dans un niveau de difficulté assez bas, il sera très difficile d'appuyer suffisament vite pour porter sa prise au CPU (d'autant plus difficile que la prise désirée est puissante). Voilà qui gâche le plaisir qu'on pourrait prendre à pratiquer ce jeu. Dommage car il dispose d'autres caractéristiques amusantes comme la possibilité de trouver des armes lorsqu'on se bat à l'extérieur du ring ou de placer des coups spéciaux ultra-spectaculaires (les manipulations sont cependant complexes et la moitié du temps le système ne les valide pas).

De nombreux coups sont présents dans ce titre finalement assez « fun » à plusieurs joueurs humains mais particulièrement frustrant face au CPU.

Techniquement, comme je l'ai dit en introduction, le jeu impressionne. J'ignore sur quel hardware il tourne exactement mais les similitudes avec certains des meilleurs jeux de la Neo Geo sont assez nombreuses, surtout pour l'utilisation des zooms façon Art of Fighting ! En tout cas, c'est de la très belle 2D qui a longtemps fait espérer aux fans de Fire Pro la réalisation d'un épisode « normal » de la série avec une réalisation du même tonneau. Les fans attendent encore...
La partie sonore n'est pas en reste mais on regrettera que les musiques ne soient pas plus inspirées.

Zoom arrière à gauche pour une « plancha » vers l'extérieur du ring, et zoom avant à droite pour une « powerbomb ».

Le jeu connaitra une adaptation sur Sega Saturn deux ans plus tard, avec malheureusement une réalisation un peu en baisse, des présentations partiellement coupées et l'absence de mode 4 joueurs. En contrepartie, il est possible de jouer avec le boss (avec un code) et quelques modes de jeu supplémentaires sont présents.
Dernière chose appréciable dans cette conversion : les coups spéciaux sortent un peu plus facilement, comme quoi il y a vraiment un problème avec l'arcade de ce côté-là.

Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(54 réactions)