Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Demon's World
Année : 1989
Système : Arcade
Développeur : Taito
Éditeur : Taito
Genre : Action / Plate-forme
Par François Fischer (19 juin 2006)

Petite recette de cuisine par le chef Toaplan : Prenez un Ghosts'n'Goblins bien frais, un peu de folklore asiatique et ajoutez une pointe de Ghostbusters. Mélangez le tout : ça y est, votre Demon's World/Horror Story est prêt à déguster !

Avant de parler du jeu lui-même, quelques mots sur Toaplan : fondé en 1984 sur les ruines de 2 compagnies en banqueroute (Orca et Clax), ce studio de développement a d'abord travaillé pour le compte de SNK et Data East, avant d'entrer au service de Taito qui lui doit plusieurs succès, dont Flying Shark, Twin Cobra et Rally Bike. En 1989, Toaplan décide de prendre quelques distances avec son employeur et créé dorénavant ses jeux sur son propre hardware. Malgré des titres réussis, comme Knuckle Bash, la série des Snow Bros ainsi que divers shoot'em up, la compagnie finit par faire faillite en 1994. La plupart de ses développeurs formeront alors CAVE, tandis que d'autres rejoindront 8ing/Raizing ou Takumi.

Et Demon's World dans cette histoire ? il marque la transition de Toaplan vers son indépendance : développé en 1989 sous l'égide de Taito, le nom de ce dernier disparaît totalement dans une nouvelle version de 1990, caractérisée par une refonte complète du premier niveau et une difficulté revue à la baisse.

Le premier niveau dans sa version originale avec un style plutôt asiatique.
Le même niveau dans sa version remaniée, plus aisément exportable...

Demon's World est un jeu d'action/plates-formes à 1 ou 2 joueurs : il n'a pas d'objectif clairement défini, mais on se doute bien qu'il va falloir débarrasser le monde d'un démon et de ses acolytes... Pour cela le héros, représenté sous la forme d'un ghostbuster SD, dispose d'une arme tirant divers projectiles (missiles, grenades, laser, boules de feu...) en fonction du choix effectué parmi les « power up » dérivant au gré des niveaux. Il peut également bondir sur ses adversaires pour les écraser et réaliser un double saut à la manière de Revenge of Shinobi (en appuyant deux fois sur le bouton « jump »), afin d'atteindre les plateformes les plus élevées. Côté défensif, l'accumulation de trois bonus « P », récoltés auprès des ennemis détruits, lui confère une combinaison de protection grise capable d'encaisser une blessure.

Choisissez le type de munitions le plus adéquat.
Le jeu comporte divers clins d'œil à SOS Fantômes.

Les graphismes de Demon's World dégagent une atmosphère à la fois morbide et comique, proche de Ghosts'n'Goblins et Ghouls'n'Ghosts dont on retrouve des niveaux-clefs comme le château, le bateau fantôme, le cimetière... Mais les designers de chez Toaplan ne se sont pas contentés d'un simple copier-coller puisque l'ambiance du jeu est enrichie par la présence de décors d'inspiration orientale (forteresse, village paysan...) et son remake se paie même le luxe d'adopter un aspect Far West (canyon, ville...). Pour ce qui est de la partie sonore, les musiques accompagnent efficacement l'action, sans être phénoménales, de même que les bruitages remplissant correctement leur office, sans plus.

En ce qui concerne les ennemis, ils prennent souvent une apparence originale et déconcertante, tirée des mythes et légendes nippons, comme les Rokurokubi, démons femelles au long coup étirable, ou les Yurei, esprits assoiffés de vengeance... Bien entendu, on retrouve également des monstres plus traditionnels, dans la lignée des titres de Capcom. Tous se caractérisent par des attaques redoutables : le joueur devra être constamment sur ses gardes afin d'anticiper les déplacements traîtres des nombreuses vagues d'adversaires tentant de le submerger.

Un bestiaire inspiré des histoires de fantômes d'Asie comme les « kaidan » japonais.

Le scrolling des niveaux est horizontal et son défilement automatique garantit une action non-stop, excluant toute monotonie grâce à un level design assez vicieux ainsi que quelques phases de jeu intermédiaires (voyages d'îles en îles à l'aide de ballons qu'il faut saisir au bon moment), jusqu'aux combats contre les Boss où la ruse a autant d'importance que les réflexes : le héros peut par exemple utiliser les projectiles qui lui sont envoyés comme autant de plateformes provisoires pour contre-attaquer...

Autant vous prévenir, il vaut mieux avoir des nerfs d'acier pour surmonter les embûches posées par les développeurs tout au long des 5 stages du titre, tellement Demon's World regorge de passages enrobés à la sauce « die and retry ». Cependant, à l'image de ses illustres modèles, la persévérance dans ce jeu finit toujours par payer et aucun piège ne saurait constituer une impasse définitive.

Utilisez le double saut pour vous mettre à l'abri
Le corps de certains boss peut servir de plate-forme

Il m'était impossible de réaliser un article sur Demon's World sans parler de son inoubliable mode 2 joueurs, propice à un déchaînement de fourberies (et de coups sur le voisin : j'en porte encore les stigmates), pour une raison toute simple : les sprites des héros ne peuvent pas occuper la même position à l'écran, ce qui se traduit par des séances de bousculades effrénées lorsqu'il est nécessaire de trouver un emplacement sûr dans le décor ou de suivre le défilement du scrolling ! D'un autre côté, ce jeu à 2 revêt aussi un aspect coopératif puisque chaque personnage peut être surmonté par son petit camarade, se trouvant ainsi en mesure d'arroser de ses tirs la partie supérieure du niveau...

L'union fait la force...
... à quelques exceptions près !

Sans faire de vagues dans les salles enfumées lors de sa sortie, Demon's World aura cependant connu son petit succès pour justifier d'une adaptation de très bonne facture sur PC Engine Super CD-Rom² en 1993, avec des graphismes et un gameplay identiques à la version arcade.

Les flyers des versions arcade et PC Engine. Cliquez sur l'image de gauche pour une version plus grande (merci au site Arcade Flyer Archive !)
François Fischer
(19 juin 2006)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(9 réactions)