Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
Altered Beast
Année : 1988
Système : Arcade
Développeur : Sega
Éditeur : Sega
Genre : Action
Par Bernard (04 avril 2002)
Les flyers, celui de gauche est tiré de la version console mais la source est la même que celle de la version arcade.
Cliquez sur l'un d'eux pour une version plus grande (merci au site Arcade Flyer Archive !)

Dans le domaine des jeux d'arcade, un petit nombre de jeux sont légendaires (R-Type, Raiden, Double Dragon...), d'autres restent dans nos mémoires pour le simple plaisir qu'ils nous ont donné. Altered Beast fait partie de ceux-ci. Une intrigue simple, un scrolling horizontal, une bonne quantité d'adversaires et un archi-vilain que l'on retrouve à chaque fin de tableau, mais qui nous élude jusqu'à la confrontation finale...

Intrigue

Au commencement... vous êtes mort ! Si, si, six pieds sous terre et contemplant les pissenlits par la racine... Heureusement pour vous, Zeus (le maître de l'Olympe), rien moins que cela, a un léger problème et souhaite vous confier une mission délicate : sauver sa fille des griffes d'un méchant magicien...

Un peu manichéen, certes, comme synopsis... mais bon cela campe l'histoire. Vous pouvez d'ailleurs admirer pendant la séquence d'introduction le kidnapping de la fille et sa transformation en oiseau.

Donc vous voilà ressuscité, et lancé dans cette quête avec comme seuls atouts votre intelligence, votre agilité et surtout la capacité très intéressante de pouvoir vous métamorphoser en avalant des petites pilules magiques... Petit hic : il vous faudra défaire en combat singulier des monstres particuliers, qui en mourant vous lègueront ces petites pilules ("Power Up").

Au début du jeu, le héros est relativement chétif...
... mais ça ne dure pas trop longtemps !

Garou

Chaque fois que vous en ingurgitez une, vous évoluez (de plus en plus de muscles, à la manière de Hulk mais sans la couleur verte) vers une nouvelle incarnation (respectivement un loup-garou, un dragon-garou, un ours-garou et enfin un tigre-garou. Les transitions entre les différentes phases de vos incarnations sont sympathiques (surtout le moment ou vous passez au stade "garou", même si seule la première transformation est réellement détaillée).

Mais malheureusement pour vous, à la fin de chaque niveau, le "boss" une fois vaincu vient vous soutirer vos pouvoirs... Et vous repartez à zéro !

Le garou dispose de pouvoirs spécifiques...
... qui ne sont pas de trop devant le boss !

Les cinq niveaux se passent dans différents mondes, où vous rencontrerez une panoplies de créatures diverses et plus ou moins baroques.

Les mondes suivants, et les transformations du héros, ainsi que du boss à la fin de chaque niveau.

Une fois votre mission terminée, vous récupérez l'oiseau, qui redevient une charmante jeune fille, et Zeus lui-même préside à votre union.

Pour finir...

Les programmeurs de Sega ont à priori de l'humour à revendre, car si vous réussissez à terminer les 5 niveaux, vous verrez s'afficher une série d'écrans décrivant votre périple, et même le "making-of"...

Bernard
(04 avril 2002)