les forums de Grospixels
 
Bienvenue sur le forum de Grospixels : [ S'Enregistrer ]
Déjà inscrit ? [ Connexion ]
 
retour sur le site
rechercher
Index du Forum » » Groblogs » » Groblog collectif : aidons la recherche, partageons nos découvertes retro
723 messages • page
1 ... 3031323334353637
Auteur Groblog collectif : aidons la recherche, partageons nos découvertes retro
Atari Frog
Atariste convaincu



Inscrit : May 03, 2002
Messages : 1910

Hors ligne
Posté le: 2009-03-04 01:21
Moi non plus je n'ai pas réagi mais inutile de dire que j'ai sauté comme un cabri en lisant le test de Sodom. J'ai pas mal joué à MULE dans un passé lointain et, comme tout bon Atarien qui se respecte le ferait aussi, je le classe sans hésiter dans le "top" des meilleurs titres de la plate-forme.

Pfff... Vous vous imaginez que, sur Atari 800, on pouvait jouer à quatre simultanément ? Oui, quatre joysticks en même temps... Et s'il y a un programme qui peut être considéré à la fois comme accessible, intelligent, éducatif et familial, c'est bien MULE.

Après toutes ces émotions, il y en tout cas une chose qui me rend tout chose : la réhabilitation des micros Atari au panthéon des machines qui ont véritablement compté dans le jeu vidéo est vraiment en très bonne voie.

--
Atari Frog
http://www.atarimania.com

  Voir le site web de Atari Frog
Sodom
Gros pixel



Inscrit : Jan 28, 2005
Messages : 1895

Hors ligne
Posté le: 2009-03-04 11:22
Citation :
Sodom, tu le fais tourner sous quel émulateur?



WinAtari800, en principe disponible sur planetemu : Atari Frog en donne un mode d'emploi complet sur son Groblog et je te rassure, c'est nettement plus simple à faire fonctionner qu'une vieille version de Bad Mojo

Thezis
Pixel visible depuis la Lune



Joue à Far Cry 3

Inscrit : Jul 19, 2002
Messages : 8910
De : Bruxelles

Hors ligne
Posté le: 2009-03-04 22:03
Citation :

Le 2009-03-04 11:22, Sodom a écrit:
je te rassure, c'est nettement plus simple à faire fonctionner qu'une vieille version de Bad Mojo


Héhé, je savais que tu m'avais lu
_________________

Dans la vie, il y a 3 catégorie des personnes : ceux qui savent compter et ceux qui ne savent pas compter. (Anonyme)

Image


  Voir le site web de Thezis
Sodom
Gros pixel



Inscrit : Jan 28, 2005
Messages : 1895

Hors ligne
Posté le: 2009-03-05 11:10
Réaction sur Road Runner, présenté en page 11 par Lyle :

Il y a des jeux que l’on regrette amèrement de ne pas avoir connu dans les salles d’arcade, là où on était le plus à même de les apprécier et surtout de pouvoir y jouer dans de bonnes conditions : Road Runner en fait partie. La présentation de Lyle n’est pas exagérée dans sa mise en valeur technique : c’est bien simple, on se croirait dans l’un de ces fameux cartoons, tellement graphismes, sonorités et animations sont fidèles au support d’origine. Un pur délice que je m’étais gardé sous le coude jusqu’à présent, en me répétant sans arrêt « Prends ton temps pour le savourer ».

Hélas, j’aurais dû lire plus attentivement le dernier paragraphe de la présentation, relatif à la maniabilité du titre, hors borne d’arcade. A la croix de direction, c’est totalement ingérable, même en apprenant par cœur tous les tracés pour récupérer les graines. Au joystick analogique, ça le fait un peu plus, mais le contrôle de Bip-Bip reste néanmoins laborieux.

L’autre déception concerne la difficulté élevée de Road Runner, seul véritable écart avec le cahier des charges du dessin animé : Bip-Bip, loin de se balader dans les décors, se fait constamment coller au train par cet enfoiré de Coyote comme ce n’est pas permis, et dès qu’il lance l’une de ses fameuses accélérations, c’est pour manquer plusieurs graines d’affilées ou s’emplâtrer le premier obstacle venu : dans les deux cas, cela fait une vie en moins.

Ne demeure alors qu’une réalisation somptueuse, celle d’un jeu qu’il convient d’admirer, tel le dessin animé dont il est tiré, à travers des screenshots ou des parties enregistrées. En quelque sorte, un phantasme vidéoludique qu’il vaut mieux ne pas mettre en pratique, sous peine d’être déçu.

Sodom
Gros pixel



Inscrit : Jan 28, 2005
Messages : 1895

Hors ligne
Posté le: 2009-03-05 11:16
Out Runners – Année : 1993 - Système : System 32 - Développeur : AM-2 – Editeur : Sega



Suite au semi-fiasco que constitue Turbo Out Run, le studio AM-2 reprend en main la licence et s’efforce de sauver ce qui peut l’être, avec plus ou moins de succès : lorsque Out Runners débarque dans les salles d’arcade, le titre laisse une impression mitigée aux fans les plus hardcores d’Out Run, Yu Suzuki lui-même ne le considèrant pas comme un épisode officiel dans la série. Pour autant, tout n’est pas à jeter dans cette suite.

Sur le simple plan technique, il y a une nette amélioration par rapport à Turbo Out Run : le passage à un hardware supérieur – le System 32, basé sur un processeur NEC V70 cadencé à 20MHz - s’accompagne de graphismes en haute résolution et surtout d’une animation exceptionnellement fluide pour un jeu de course 2D. Aujourd’hui encore, on reste admiratif devant une performance que des titres ultérieurs de Sega auront du mal à rééditer (qui a dit Rad Mobile ?)



Les joueurs assistent ensuite à un retour en force des fondamentaux : conduite fun de rigueur et possibilité de choisir la prochaine étape, à travers ce bon vieux système d’embranchements qui faisait tant défaut à T.O.R. Quant au nombre de stages disponibles, il atteint tranquillement la trentaine, avec des environnements toujours plus variés : c’est un véritable tour du monde qui attend le joueur puisque qu’il aura l’occasion de passer par la Chine (en contournant de préférence le Tibet), l’Australie, la France, l’Espagne (avec un hommage appuyé à Gaudi), les Chutes du Niagara… On passera sur l’exactitude de la représentation des lieux, pour se laisser griser par la vitesse, le rendu des reliefs et la foultitude d’effets graphiques à l’écran.



Les quelques bonnes idées de Turbo Out Run ont été recyclées : plutôt que de customiser son bolide à mi-parcours – et pour cause, il n’y a plus d’arrêts, ni de pause-pipi - le joueur fait son choix, en début de partie, parmi huit véhicules dotés de caractéristiques propres en matière de transmission, accélération, maniabilité, résistance aux chocs et adhérence. Chaque voiture correspond indirectement à un niveau de gameplay - débutant, joueur confirmé, expert es Out Run – et s’inspire vaguement d’un modèle existant : la traditionnelle Ferrari est toujours là, bien que légèrement « maquillée », faute de licence reconduite entre la marque au cheval cabré et Sega. Elle se voit accompagnée par toute une panoplie de similis Porsche, Lamborghini…



La plus grande innovation d’Out Runners réside dans le fait de pouvoir relier quatre bornes entre elles, pour des compétitions jusqu’à huit : afin de concilier le multijoueur avec l’arborescence des routes, le leader lors de chaque checkpoint décide pour les autres joueurs quelle est la prochaine voie à suivre. Ce système a connu son petit succès, malgré le coût et l’encombrement occasionné par sa mise en place dans les salles d’arcade ; toutefois, le multijoueur à la sauce Sega connaîtra son heure de gloire un peu plus tard avec la série des Daytona, un incontournable dans son genre.

Malgré tous ses bons points, Out Runners n’a jamais vraiment réussi à séduire la communauté des segamaniaques, lui préférant encore et toujours le bon vieux Out Run original. On pourrait en imputer la responsabilité au côté bordélique de certaines courses, mais en vérité il n’y a pas à chercher bien loin : ce qui fait défaut à Out Runners ce sont les sensations, décidément inimitables, du jeu de 1986 ; c’est bien simple, il suffit de prononcer « Out Run » pour qu’aussitôt le joueur lambda s’imagine une route bordée de palmiers, longeant une plage de sable fin, sur fond de ciel bleu et de grands nuages blancs, tandis que retentissent les premières mesures de « Splash Wave », « Magical Sound Shower » ou « Passing Breeze ». A un tel degré, cela relève du réflexe pavlovien !


Sebinjapan
Camarade grospixelien


Joue à Disgaea (PSP)

Inscrit : May 02, 2007
Messages : 7287
De : Thionville

Hors ligne
Posté le: 2009-03-05 12:59
Une bien belle présentation pour cette suite mal-aimée de Outrun.
Actuellement, quelle est la meilleure façon d'y jouer ? Mame l'émule totalement ? Qu'en est-il des controlles ? (au joypad, c'est jouable ? il faut y jouer à la souris ?)
Ce jeu a-t-il été adapté sur une autre machine ou est-il dispo dans une compile retro (je ne crois pas) ?

  Voir le site web de Sebinjapan
Vovo
Pixel monstrueux


Score au grosquiz
1027565 pts.

Joue à ---===AIRMECH===--- Herzog Zwei is not dead !

Inscrit : Apr 18, 2002
Messages : 3029
De : chez moi.

Hors ligne
Posté le: 2009-03-05 14:09
Sympathique review d' Outrunners, un titre qui m' avais marqué à l' époque en salle.
Un jeu fun, bien réalisé. Je trouvais d' ailleurs trés original d' avoir les occupants de la voiture éjecté lors d' un accident et de les voir ensuite cavalé pour rejoindre le véhicule.

Bref, pour moi ce jeu est un trés bon souvenir et je me rappel que je jetais toujours un oeil dans les salles que je croisais en espérent y voir la borne afin d' y glisser une petite pièce
_________________

Image


Shenron
Pixel visible depuis la Lune

Score au grosquiz
0028032 pts.

Joue à Monster Boy and tue Cursed Kingdom

Inscrit : Jan 17, 2008
Messages : 9485
De : Melun

Hors ligne
Posté le: 2009-03-05 17:45
Citation :
Actuellement, quelle est la meilleure façon d'y jouer ? Mame l'émule totalement ? Qu'en est-il des controlles ? (au joypad, c'est jouable ? il faut y jouer à la souris ?)

Mame l'émule parfaitement, les contrôles ne posent pas de problème, et il faut juste penser à désactiver le double écran qui est le mode par défaut. Un petit tour dans les options graphiques suffit pour cela.
_________________

Image
Ils sont tous méchants (sauf Sega, qui est juste con).


  Voir le site web de Shenron
nicko
Pixel visible depuis la Lune

Score au grosquiz
0004797 pts.

Joue à Samurai Shodown 2019

Inscrit : Jan 15, 2005
Messages : 7457

Hors ligne
Posté le: 2009-03-05 18:56
Moi j'aime bien laisser le double écran je trouve que ça fait plus "comme à l'époque" !

Lyle
Camarade grospixelien



Inscrit : Mar 12, 2002
Messages : 3718

Hors ligne
Posté le: 2009-03-07 18:57
Question : est-ce que ça vaut la peine d'essayer M.U.L.E si l'on est quasi-hermétique aux jeux de stratégie au sens large ? Je sais que c'est un classique de l'époque, mais la description fait penser à un lointain ancêtre des RTS modernes.

  Voir le site web de Lyle
Sodom
Gros pixel



Inscrit : Jan 28, 2005
Messages : 1895

Hors ligne
Posté le: 2009-03-10 12:24
Le terme OVNI employé au début de la présentation n'est pas un effet de style gratuit : MULE est véritablement un jeu à part, pas spécialement axé sur le RTS si cela peut de rassurer. De toute façon, il n'y a qu'un seul moyen de savoir si tu aimes ce jeu ou pas : y jouer. Incroyable, non ?

Sodom
Gros pixel



Inscrit : Jan 28, 2005
Messages : 1895

Hors ligne
Posté le: 2009-03-27 11:07
Malgré le manque d’attention accordée à APB, lors du défi initié par Lyle, je me lance pour passer une seconde couche. La présentation ne donnera sans doute pas lieu à davantage de réactions, mais aura au moins le mérite d’insister sur un jeu qui compte dans l’évolution vidéoludique…

A.P.B. aka All Points Bulletin - 1987 - Atari System 2 - Développeur & Editeur : Atari Games

All Points Bulletin, c’est l’histoire d’un GTA avant l’heure, mais sans le succès ni la renommée de GTA : une injustice de plus en ce bas monde. Heureusement que Grospixels est là pour remettre les pendules à l'heure, rendre ses lauriers à César et accumuler les vieux clichés !



Tout d’abord, une petite précision sur le titre du jeu : « All Points Bulletin » pourrait se traduire en français par « Alerte à tous les officiers », message d’avertissement diffusé à l’ensemble des voitures de police pour signaler un criminel en liberté. Vous occupez justement l’une de ces voitures, dans la peau de l’officier Bob, un flic ordinaire accomplissant un job ordinaire : surveillance de la circulation, arrestations arbitraires, dégustation de donuts, passages à tabac… Bob, soucieux de son avancement, aimerait se faire bien voir par son supérieur. Or, cela tombe bien, un nouveau système de quotas vient d’être mis en place : si l'officier parvient à l'appliquer efficacement en l'espace d'un mois et qu'il met en plus sous les verrous quelques dangereux criminels, il aura bien mérité sa promotion !

Chaque jour de service débute par un briefing, lors duquel le commissaire annonce en premier lieu les quotas d’arrestation à atteindre : conducteurs en état d’ivresse, fumeurs de cannabis, maniaques du klaxon, jeteurs de détritus par les portières, fous du volant ou simples auto-stoppeurs, voilà qui nous donne un panel varié de « cibles » potentielles. Puis, le briefing aborde les choses sérieuses avec le portrait des derniers criminels recherchés : Sid Sniper, Juan Fingers, Freddy Freak, Hans Oop et bien d’autres devront être expédiés en cellule par vos bons soins. Histoire de ne pas donner qu'une image répressive de la police, Bob aura de temps à autre pour mission d'aller secourir de malheureux automobilistes tombés en panne.



Sur la borne d'arcade, la voiture de police se conduit à l'aide d'un volant, accompagné d’une pédale d’accélération et de deux boutons, l’un pour faire feu, l’autre pour déclencher la sirène. Afin de procéder à une arrestation dans les règles de l'art, le joueur doit absolument faire fonctionner sa sirène, tout en s’arrangeant pour que le curseur situé à l’avant de son véhicule entre en contact avec sa cible : l'emplacement du curseur variant selon la vitesse adoptée, la manoeuvre est un brin compliqué à saisir au début, mais on s’y fait très vite (du moins lorsque l'on joue sur le support d'origine : l'émulation et APB ne sont malheureusement pas de bons amis...). Les criminels endurcis devront quant à eux être "secoués" un peu avant de se plier à l’autorité de l’officier de police. S’ensuit pour ces derniers une séance d’interrogatoire musclée, en temps limitée, se traduisant pour le joueur par des touches alternées frénétiquement, comme dans Track & Field.



Afin de remplir au mieux ses différents objectifs, l’officier Bob devra s'acheter une arme avec ses propres deniers et procéder à la customisation de son véhicule de fonction, ce qui implique de passer au garage pour faire améliorer l’accélérateur, la direction, les freins… Il lui faut aussi penser à faire régulièrement le plein de carburant et s’accorder un maximum de pauses donuts, ces précieux beignets faibles en calorie rallongeant de quelques secondes le temps accordé pour une journée de service. C’est en accomplissant ces multiples tâches, parallèlement aux arrestations, que l’on prend pleinement conscience du côté précurseur d’APB, avec une liberté de mouvement jamais vu pour un jeu de caisses et une tonne de passages secrets qui ne servent à rien pour la plupart, si ce n’est à émerveiller le joueur devant l’étendue de la surface de jeu. La représentation graphique en vue aérienne achève de faire le lien avec GTA, d'autant que tout comme dans ce dernier, il est possible d'écraser les piétons : seulement, puisque vous incarnez ici un représentant de la Loi, ce genre de plaisanterie risque de vous coûter fort cher. Et s'il préfigure l'avenir, APB plonge ses propres racines dans un ancien titre Atari, Cops'n Robbers, qui n'est autre qu'une variation de Gun Fight avec des policiers affrontant des bandits sur une autoroute, ce qui nous fait gentillement remonter jusqu'en 1976.



Terminer APB sans remettre une quantité substantielle de monnaie dans la machine relève de l’exploit, tant il devient difficile dès la huitième journée : la partie prend le plus souvent fin lorsque l’officier Bob a obtenu un trop grand nombre de blâmes. Et des blâmes, il en récolte chaque fois que son quota d’arrestations n’a pas été atteint dans le temps imparti, que le véhicule d’un honnête citoyen a été endommagé au cours d'une mission, ou que sa propre voiture de fonction a subi un peu de casse, à moins qu'elle ne soit tout bêtement tombée en panne d'essence : le pauvre Bob n’a plus alors qu’à se chercher un autre travail.

Sebinjapan
Camarade grospixelien


Joue à Disgaea (PSP)

Inscrit : May 02, 2007
Messages : 7287
De : Thionville

Hors ligne
Posté le: 2009-03-27 14:23
C'est vrai qu'on a là GTA (le 1er, en 2D) avant l'heure et adapté au marché de l'arcade. Un jeu important qui a quand même eu pas mal de succès à l'époque, suffisemment en tout cas pour être adapté sur une tripotée de supports (ordis 8 bits surtout).
Pour l'émulation de l'arcade, j'ai laissé tombé, ne parvenant pas à trouver une config de controlle satisfaisante sous Mame (la souris, je m'y fais pas et au pad c'est injouable). Alors j'y joue en version Lynx émulée sur ma PSP, une version qui rend pas trop mal et fait partie des meilleurs jeux du support (la Lynx, pas la PSP !).
Je cherche aussi désespérément la compile Midway Arcade Treasures vol 2 sur laquelle se trouve APB. Quelqu'un a cette compile sur PS2 ou Xbox ? APB est bien émulé ?

  Voir le site web de Sebinjapan
Lyle
Camarade grospixelien



Inscrit : Mar 12, 2002
Messages : 3718

Hors ligne
Posté le: 2009-03-29 19:08
Sympa d'avoir pensé à reparler d'APB. En fait, APB c'est comme 720° (du même dév, d'ailleurs) : un des jeux qui ont le plus nettement senti venir le principe du "bac à sable", même si le format arcade ajoute évidemment bien des contraintes, et ce bien 10-15 ans avant que ça devienne une mode et une structure dominante du medium. C'est assez exceptionnel pour être rappelé régulièrement. Il faut lui faire une place de choix dans l'histoire du jv, d'autant plus que le jeu va au bout de ses idées.

Avec recul, le seul truc qu'on peut lui reprocher (et qui m'a démotivé pour le high score), c'est son côté pingre : une même erreur fait passer la pénalité du simple au quintuple selon qu'on est au début ou loin dans le jeu. Vraiment écoeurant et injuste, car la progression de difficulté n'avait pas besoin de ça. On fustige souvent Capcom pour le peu de scrupules qu'ils ont eu à transformer leur production en pompe à fric (pour le joueur moyen, en tout cas) mais dans le genre, avec ses Gauntlet et son Xybots qui imposent au joueur une énergie-chrono, et ce APB, Atari Games n'a guère fait mieux...

  Voir le site web de Lyle
Thezis
Pixel visible depuis la Lune



Joue à Far Cry 3

Inscrit : Jul 19, 2002
Messages : 8910
De : Bruxelles

Hors ligne
Posté le: 2009-03-29 22:53
Cet APB m'a toujours tenté mais est-il si difficile à prendre en main sur émulation PC?
_________________

Dans la vie, il y a 3 catégorie des personnes : ceux qui savent compter et ceux qui ne savent pas compter. (Anonyme)

Image


  Voir le site web de Thezis
Lyle
Camarade grospixelien



Inscrit : Mar 12, 2002
Messages : 3718

Hors ligne
Posté le: 2009-03-30 13:28
Voir le thread high score. C'est Sodom qui a trouvé la meilleure solution je pense : configurer le volant de la voiture directement sur la souris. Pour les trois boutons, plusieurs possibilités qui dépendent surtout de choix persos. Il faut prendre en compte le mashing sur deux boutons lors de l'interrogatoire, donc garder ces deux boutons sur la même main. Après, une fois trouvé sa config, plus aucun problème d'ergonomie. Mais il est vrai que ces paramétrages obligatoires ont beaucoup dû contribuer à l'oubli d'APB.

  Voir le site web de Lyle
gilou9999
Pixel visible mais rikiki

Score au grosquiz
0000420 pts.

Inscrit : Apr 02, 2008
Messages : 62
De : NAMEK

Hors ligne
Posté le: 2009-04-01 22:33
Citation :

Le 2009-03-27 14:23, Sebinjapan a écrit:

Je cherche aussi désespérément la compile Midway Arcade Treasures vol 2 sur laquelle se trouve APB. Quelqu'un a cette compile sur PS2 ou Xbox ? APB est bien émulé ?


J ai le midway arcade treasure 2 sur ma box, et oui APB est PARFAITEMENT bien émulé de même que la jouabilité optimisée (gachette R pour la vitesse, stick pour orienter la voiture, trés trés bon.
De même que mortal kombat 2, et 3 arcade qui sont parfaitement émulés, une perle sur xbox cette compil

  Voir le site web de gilou9999
Lyle
Camarade grospixelien



Inscrit : Mar 12, 2002
Messages : 3718

Hors ligne
Posté le: 2009-04-04 23:04
Je ne l'attendais même plus celui-là. Et puis, en regardant de quoi sont capables les dernières versions de MAME32... Voici Buggy Boy de Tatsumi, sorti en 1986.



L’émulation assez récente d’un titre, assez important dans l’histoire de l’arcade, comme Buggy Boy nous rappelle que, malgré le sentiment général qu’en 2D MAME a plus ou moins fait l’essentiel du boulot, les mises à jour de l’émulateur continuent bel et bien. Bien sûr, pour la plupart des jours, Buggy Boy c’est d’abord un jeu micro. Vite disparue des salles, puis inaccessible dans sa version originale jusqu’à la 0.122 de MAME, Buggy Boy fut sauvé et « domestiqué » grâce à ses très bonnes conversions C64, Amiga ou CPC (bien que cette dernière soit sensiblement plus lente que les deux autres). Il est temps de revenir aux sources, au moins partiellement : seule la version à écran unique est jouable pour le moment. A sa sortie, Buggy Boy était l’un des premiers jeux de course, sinon le premier, à aligner trois écrans dans le but, déjà, d’offrir au joueur un champ de vision réaliste.



Le jeu n’a rien d’une simulation, pourtant. Buggy Boy est un concept unique, à 100 lieux des autres jeux de courses sortis avant et après lui, que ce soit en arcade, sur console ou micro. On peut à la limite penser que Tatsumi, obscur petit dèv dont on ne connaît que très peu de titres, s’est inspiré de Buggy Challenge de Taito, sorti deux ans avant. Mais les deux jeux sont quand même très différents. On est plus proche du jeu de rallye que du jeu de course. Passé le premier segment de parcours, il y a bien des concurrents mais on les double facilement et ils ne sont jamais dangereux. Les vrais dangers sont les très nombreux obstacles jonchant la route : rochers, barrières, pierres, ponts parfois très étroits…



On peut heureusement se faire la main sur le premier parcours sélectionnable, un circuit au tracé bien plus clément que les quatre courses suivantes. Il faut d’abord se faire au maniement, très arcade certes, mais avec une difficulté supplémentaire comparé aux versions micro : un coup de volant trop brusque fait déraper le buggy. Au début, on percute beaucoup de rochers en essayer de les éviter à la dernière seconde. Il faut prendre ses virages avec un minimum de souplesse. Cela prend quelques parties mais c’est ce qui rend, je trouve, la maniabilité de Buggy Boy si plaisante. Evidemment, vous vous souvenez forcément du reste : on évite beaucoup d’obstacles en se servant de troncs d’arbre comme tremplins, et en prenant appui sur des petites pierres, on peut rouler quelques secondes sur deux roues.



Avec ses tracés très variés, et sa jouabilité simple et efficace, Buggy Boy est déjà un jeu intéressant. On imagine sans mal le succès qu’il a pu avoir en salle, et le désir qu’a eu Elite de le porter sur micro. C’est qu’en matière de course arcade il y avait presque tout à faire en 1986, année d’Out Run et de Wec le Mans. Les graphismes propres et simplistes donnent une ambiance particulièrement attachante. Le scrolling, fluide, est certes moins rapide que celui des deux titres phares de Sega et de Konami, mais il n’y a jamais aucune impression de lenteur. Et ce parce que Buggy Boy ne mise absolument pas sur sa vitesse.



En fait, si Buggy Boy compte dans l’histoire de l’arcade, c’est qu’il s’agit peut-être du seul jeu de course « à score ». Pour scorer, il faut collecter des drapeaux selon un ordre de couleurs précis, passer sous des portes affichant un bonus plus ou moins élevé, taper dans des ballons… On peut aussi obtenir des points en complétant les séquences de couleurs dans un temps limité. Le simple de faire d’être sur deux roues ou de faire des bonds est récompensé au score. Il y a encore d’autres techniques. Une fois les parcours maîtrisé, on peut donc passer à la vitesse supérieure et chercher comment utiliser chaque drapeau, chaque porte se façon à optimiser son score. Principe unique dans le genre, et qui garantie un intérêt de jeu sur la longueur. Tout joueur ayant apprécié sa version micro à l’époque se doit de découvrir l’original aujourd’hui.

[note : pour cette version inutile d'utiliser une croix directionnel. Buggy Boy arcade est complètement injouable au digital. Trois solutions : le stick analogique, le volant ou la souris. J'ai opté pour la dernière solution, et je m'en sors pas trop mal.]

  Voir le site web de Lyle
RainMakeR
Chef de Rubrique Nécrologique
Score au grosquiz
1035015 pts.

Joue à Pokemon Shuffle, Mario Origami

Inscrit : Apr 01, 2003
Messages : 26169
De : Toulouse

Hors ligne
Posté le: 2009-04-04 23:51
Mais mais, l'image est enorme !!! Dire que je l'ai sur CPC et le buggy fait même pas 1/4 de la moitié d'une roue de la version originale
_________________

Image


nicko
Pixel visible depuis la Lune

Score au grosquiz
0004797 pts.

Joue à Samurai Shodown 2019

Inscrit : Jan 15, 2005
Messages : 7457

Hors ligne
Posté le: 2009-04-05 00:06
Et bien si tu aimes ce jeu tu va être content : la version 3 écran est émulé depuis la dernière version de MAME : la 130u1!!! :






C'est vrai qu'on l'aura attendue longtemps l'émulation de ce jeu ! L'émulation de la borne un écran était déjà une bonne nouvelle...

Par contre il va falloir attendre que les sites mettent la rom à disposition, car apparemment les progrès dans l'émulation de ce jeu viennent surtout de nouveau dump des roms ...

EDIT : j'ai récupérer la rom : envoyez moi un PM si vos êtes impatients ...


Index du Forum » » Groblogs » » Groblog collectif : aidons la recherche, partageons nos découvertes retro

723 messages • page
1 ... 3031323334353637




Forum phpBB modifié par www.grospixels.com (© 2011 Grospixels)