les forums de Grospixels
 
Bienvenue sur le forum de Grospixels : [ S'Enregistrer ]
Déjà inscrit ? [ Connexion ]
 
retour sur le site
rechercher
Index du Forum » » Hors-sujet » » Super héros au cinéma
1014 messages • page
1234 ... 51
Auteur Super héros au cinéma
Amindada
Pixel monstrueux


Score au grosquiz
1035760 pts.

Inscrit : Feb 02, 2006
Messages : 2388

Hors ligne
Posté le: 2010-01-19 21:10
Vu l'ardeur et la fréquence des débats et avis sur les films d'hommes (et de femmes) en collants.

Je me permet de créer ce topic qui soulagera celui consacré au cinéma fantastique.
Surtout quand je vois le projet de yoshiki (tu va te contenter des films américains?).

Sinon le "fantome du bengale" est il un super héros?

Yoshiki
Gros pixel

Score au grosquiz
0000228 pts.

Joue à Unchardted Drake's Fortune, Uncharted 2 Among Thieves

Inscrit : Sep 10, 2005
Messages : 1828
De : Ile-de-France

Hors ligne
Posté le: 2010-01-19 22:31
Bel initiative Amindada!

C'est vrai que l'adaptation de comic-book est pratiquement un genre à part entière, c'est pas plus mal un topic consacré.

Je remets donc mon post du topic précédent:

  Voir le site web de Yoshiki
Yoshiki
Gros pixel

Score au grosquiz
0000228 pts.

Joue à Unchardted Drake's Fortune, Uncharted 2 Among Thieves

Inscrit : Sep 10, 2005
Messages : 1828
De : Ile-de-France

Hors ligne
Posté le: 2010-01-23 01:53
Je continue la série avec les Batman.

- Batman de Tim Burton
Dans l'histoire du cinéma, il est au moins aussi important que le Superman de Donner. Les puristes de la BD le trouveront très infidèle à la BD d'origine, mais finalement, on s'en fout, on a un vrai film de Burton, avec un travail incroyable sur l'esthétique du film, Gotham City porte vraiment son nom de ville gothique, les rues mal famés sont crades et poisseuses, le travail sur la lumière et les ombres est magnifique et donne un aspect film noir très appréciable. En fait, le film est peut-être infidèle sur le fond, mais il est extrêmement fidèle sur la forme. Bien sur, l'attrait principal du film est le Joker campé par Nicholson, et franchement, je ne saurais départager lequels des Joker est le meilleur entre Nicholson et Ledger. Ici, le Joker est bien plus blagueur, bouffon et cabotin, mais il n'en ai pas moins diabolique. Malgré ses imperfections, le film est traversé par des fulgurances qui donne une force incroyable aux scènes (je parle notamment du plan du Batwing sur la pleine lune ou le passage de la Batmobile qui se rend dans la Batcave), et il est également porté par l'une des meilleurs partitions de Danny Elfman (elle est la meilleure à mes yeux), le duo Burton/Elfman va également définir avec ce film la matrice de la série animé Batman. Inutile de dire que ce Batman est un must-seen si on ne l'a jamais vu (honnêtement, la première que je l'ai vu dans ma jeunesse, j'ai été obsédé pendant pas mal de temps par l'esthétique du film).

- Batman Returns, toujours par Tim Burton.
Considéré comme le chef d'oeuvre ultime de Burton et des adaptations de Batman, il n'y a pas grand chose à dire puisqu'il justifie tous les superlatifs. Son seul défaut, c'est qu'il arrive après le premier Batman, donc il n'y a pas de surprise, le casting est encore plus classieux, Michelle Pfeiffer en Catwoman, et Danny DeVito en Pingouin, avec le Batman de Keaton, à eux trois, ils forment un trio de freaks génial. On sent que Burton s'est un peu plus affirmé dans la réalisation de blockbuster, la direction artistique est plus poussée, les personnages secondaires sont plus profonds que dans le premier film (je pense notamment à Max Shreck et à la bande du Pinguin) et niveau fulgurance, on est pas en reste avec le survol de Gotham par Batman et sa cape, ou la mort du Pingouin parmi ses congénères. Tout comme le premier Batman, la fidèlité par rapport au comics n'est pas vraiment le point fort selon les puristes, mais finalement, ce n'est pas le plus important, le film est plus qu'excellent à lui tout seul. Bien entendu celui-là est également un must-seen pour sa culture cinématographique.

- Batman Forever de Joel Shumacher.
Là ça se gâte, on change complètement de ton, on passe du gothique au kitsch, la ville sombre de Gotham se transforme en une ville aux couleurs psychédéliques et à l'architecture douteuse. En fait, le film ne propose plus rien de rationnel, on a l'impression de se retrouver dans la ville comme Sin City, l'univers est décalé à souhait, et la rupture de ton avec les anciens épisodes risque d'en choquer plus d'un. Evidemment, le film tend plus vers le nanar, Tommy Lee Jones incarnant un ersatz de Joker avec son Double-Face, et Jim Carrey joue un Enigma dans son registre le plus détestable, celui avec des grimaces à foison sans personnalité et dramaturgie derrière. Je n'ai pas parlé de Val Kilmer et de Chris'O Donnell, normal, ils sont insignifiants. Shumacher a complètement tué la franchise Batman avec ce film qui a peu le cul entre 2 chaises entre le nanar et le navet.
Je vous le conseille si vous voulez vous marrer un coup.

- Batman and Robin toujours de Joel Shumacher.
On se dit que ça va être difficile de faire pire, mais on se trompe allégrement, c'est encore bien pire et ridicule, tellement pire, que le film semble verser dans le nanar totalement assumé. Entre les punchlines incroyables de conneries (chapeau à Mr Freeze, Schwarzy a garder sa carte de visite des bons mots), et les situations ridicules (la bat-carte de crédit, Robin qui fait sa crise d'adolescence, la nièce de Alfred qui découvre la Batcave par magie avec un costume de Batgirl sur mesure pour elle...), le film est consternant de part et d'autre. Batman Forever avait tué la franchise, Batman & Robin l'a définitivement enterré six pied sous terre. J'ai envie de dire que c'est un must-seen tellement le film est débile.

Pour résumer, la franchise Batman a subi la même trajectoire que les Superman, après 2 épisodes de très très haut niveau, la suite sombre dans le kitsch et le ridicule. Néanmoins chez Superman, grâce à Christopher Reeve qui est un peu le gardien du temple du personnage, on réussit à garder une certaine continuité sur le personnage, malgré la faiblesse des films, le personnage reste fidèle à ses origines, alors que chez Batman, Val Kilmer et Clooney sont complètement fades et transparents.

_________________


Image


  Voir le site web de Yoshiki
Amindada
Pixel monstrueux


Score au grosquiz
1035760 pts.

Inscrit : Feb 02, 2006
Messages : 2388

Hors ligne
Posté le: 2010-01-23 19:50
Je trouve le premier "batman" esthétiquement beaucoup plus à mon goût que sa suite. Le premier c'est très classique,sobre et élégant,le second avec ses nombreuses teintes bleu/vert rappelle un style plus "publicitaire" (chocolat de noel dirait un méchant)

Bien sur dans ces deux films,l'influence de Andy Warhol. est énorme mais pour le grandiose (le premier) et le moins bon (le second) .A mon humble avis,bien sur.

Je trouve tes analyses très intéressante en tout cas.



gregoire01
Pixel visible depuis la Lune



Inscrit : Oct 23, 2005
Messages : 5933

Hors ligne
Posté le: 2010-01-26 10:57
J'aime beaucoup tes critique Yoshiki, hate de voir les prochaine.

Quelques info plus où moins utile

- Pourquoi s'être passé de Tim Burton pour le 3° Batman ? Et ben parce que si le film a bien marché au cinéma, les jouet se sont mal vendu, car le film été trop sombre. Mc Do et Cie ont donc fait savoir a la Warner qu'ils ne voulaient pas que celà se reproduise, du coup au revoir Burton.

- Pour ceux qui se demande quel était le méchant que Burton avait prévu pour le 3° Batman, c'était l'épouvantail. J'aurais vraiment voulu voir ce que ça aurait donné.

- Pourquoi les Batman de Schumacher sont t'il aussi décalé ? Outre le fait qu'il fallait un film plus grand public, le réal voulait apparemment suivre la style de la série d'Adam West, d'ailleur le personnage du Sphinx du film est proche de celui de la série.

- Les tétons sur les armures, c'est une idée de Joel, sans soute pour satisfaire son homosexualité ^^



Sinon concernant Christopher Reeve. Il n'est pas que Superman, il est aussi Clark Kent. Honnétement, la célébre vanne sur les lunettes ne marche pas sur ce film, car il n'y a pas que les lunette qui change par rapport a Superman, il y a la gestuel les cheveux gominé, le coté maladroit, tout ces truc qui font qu'au final, il est normal que Loïs ne tilt pas direct le lien entre Clark et Superman.
_________________

Image


Amindada
Pixel monstrueux


Score au grosquiz
1035760 pts.

Inscrit : Feb 02, 2006
Messages : 2388

Hors ligne
Posté le: 2010-01-26 20:14
Moi j'aime bien la série d'Adam West,le problème c'est que les films de Schumacher,ont un humour lourdingue très loin du style pince sans rire et deuxième degrés de la série des années 60.

Pour ce qui concerne les méchants de batman,a part "manbat" je crois que tout à été fait (le reste c'est du menu fretin)

Yoshiki
Gros pixel

Score au grosquiz
0000228 pts.

Joue à Unchardted Drake's Fortune, Uncharted 2 Among Thieves

Inscrit : Sep 10, 2005
Messages : 1828
De : Ile-de-France

Hors ligne
Posté le: 2010-01-26 23:00
Citation :
Le 2010-01-26 10:57, gregoire01 a écrit :

Sinon concernant Christopher Reeve. Il n'est pas que Superman, il est aussi Clark Kent. Honnétement, la célébre vanne sur les lunettes ne marche pas sur ce film, car il n'y a pas que les lunette qui change par rapport a Superman, il y a la gestuel les cheveux gominé, le coté maladroit, tout ces truc qui font qu'au final, il est normal que Loïs ne tilt pas direct le lien entre Clark et Superman.



Oui, tu as parfaitement raison de souligner la qualité de jeu de Christopher Reeve, il y a plus particulièrement cette séquence dans le premier Superman où après avoir fait une ballade nocturne dans le ciel de Metropolis avec Lois en tant que Superman, Clark Kent revient chercher Lois dans son appartement, et quand elle va se préparer dans la salle de bain, on le voit enlever ses lunettes, se redresser le dos bien droit, durcir son regard et on ne voit plus du tout Clark Kent mais Superman, tout ça en 2 secondes, sans aucun effet spécial! Il a vraiment réussi à retranscrir toute la noblesse et les différentes facettes du personnage.

J'aimerais également revenir sur Clark Kent. Son caractère gauche et maladroit est volontaire, dans le premier film de Donner, Clark Kent est un déguisement, Superman joue ce rôle pour passer inaperçu, même s'il essaie parfois de passer outre dans ses relations avec Lois Lane, sa vraie personnalité est Superman. D'ailleurs dans le 3eme film, on voit clairement la personnalité de Superman qui essaie de s'affirmer chez Clark Kent quand il revient à Smallville. Quand on saisit cette nuance, on apprécie nettement plus les subtilités du jeu de Reeve.

En tout cas, merci pour les retours, mais je vous encourage également à participer pour enrichir la discussion, les films de Super-Héros (quand ils sont bien faits ) sont un sujet extrêmement intéressant, ils représentent une véritable emphase de la psyché humaine, car au-delà du costume et des pouvoirs, il y a des hommes et des femmes qui cherchent un sens à leur vie et le bonheur comme n'importe quelle personne lambda.


_________________


Image


  Voir le site web de Yoshiki
Yoshiki
Gros pixel

Score au grosquiz
0000228 pts.

Joue à Unchardted Drake's Fortune, Uncharted 2 Among Thieves

Inscrit : Sep 10, 2005
Messages : 1828
De : Ile-de-France

Hors ligne
Posté le: 2010-01-26 23:54
Après les Batman de Burton et Schumacher, je passe cette fois-ci aux X-Men.

- X Men de Bryan Singer
Je dois avouer que j'ai boycotté ce film pendant pas mal de temps, parce que X-Men me semblait inadaptable tout particulièrement le personnage de Wolverine. Hé ben je dois dire que je me suis assez bien planté, et j'avoue même avoir cru au chef d'oeuvre ultime dès les premieres scènes. Bryan Singer a réussi à tutoyer la profondeur du comics avec ses 2 premères scènes (l'introduction à Auschwitz et la scène de baston dans le bar tiennent presque du génial), ces premières minutes sont l'essence même des X-Men. Malheureusement le reste du film n'arrive pas à maintenir cette qualité, malgré quelques moment, le film souffre d'un manque d'ampleur, il y a assez peu d'action et de scène de combats collectifs. Ce n'est pas encore les X Men, c'est juste une équipe en devenir qui apprennent à se faire confiance. Singer réussit quand même à maintenir l'attention du spectacteur grâce la justesse de la confrontation verbiale entre le Professeur Xavier et Magneto et à la relation entre Logan et Rogue (à noter au passage un très joli thème de Michael Kamen concernant cette relation), et la révélation du film est bien entendu Hugh Jackman qui semble être né pour jouer Wolverine, il arrive parfaitement à retranscrire l'animalité et la ruse de Logan, son rôle est essentiel dans l'esthétique du film qui reste assez commune et sans âme si on retire Wolverine.

X 2 - United, toujours du même Singer
On repart dans les mêmes bases que le premier film, après une scène d'introduction dantesque, le film n'arrive pas à maintenir ce niveau là et a tendance à s'attarder en longueur. Faute à un vilain assez peu charismatique, et à des choix vraiment casse-gueules (le Phoenix est vraiment l'une des arcs vraiment inappropriés pour un film live). Malgré tout, le film se laisse suivre avec plaisir, notamment avec la scène du manoir qui donne encore une fois la part belle à Wolverine. J'ai aussi un gros coup de coeur pour le Diablo (Nightcrawler en VO) de Alan Cumming, tout comme Wolverine, il est l'un des X-Men les plus réussi que ce soit au niveau de la personnalité que de l'esthétique et de l'utilisation de ses pouvoirs. Il y a également plein de petits clins d'oeil et scénettes (apparition de Colossus, Jubilee et Kitty Pride) qui sont vraiment là pour le fan service mais qui n'apporte pas grand chose. En fait, le gros problème, à mon avis, c'est qu'on a l'impression que ce n'est pas encore les X-Men, ils sont encore une équipe en apprentissage, ils ne sont pas encore unis, ce n'est qu'à la toute fin du film, lorsque qu'ils sont dans le bureau ovale qu'on voit vraiment l'équipe des X-Men sur grand écran. C'est vraiment dommage, parce qu'il y a pas mal de qualité dans ce film.

X-Men The Last Stand, de Brett Ratner.
Brett Ratner prend les rennes cette fois, Singer ayant laissé en plan la pré-production de ce 3eme X-men pour s'atteler à un rêve d'enfance, réaliser un film sur Superman. Le CV de Ratner n'inspirant pas vraiment confiance, j'étais entré dans la salle sans aucune attente, et à ma grandre surprise, j'ai bien aimé! Alors, oui, le scénario est bourré de trous et d'incohérences, il y a des arcs completement torchés (le rôle de Cyclope tient plus du caméo que de véritable second rôle, certains diront tant mieux, tellement son personnage était inutile dans les premiers films), et les tentatives d'humour tombent souvent à plat. Mais le film possède peu de temps mort, les scènes d'action s'enchaînent comme un bon vieux actionner des années 80, les séquences où le Phoenix montre l'étendu de ses pouvoirs sont vraiment réussi je trouve, il faut dire que la musique de John Powell arrive à atteindre des sommets de furie épique lors de ces scènes, et la bataille finale montre enfin les X-Men qui combattent en équipe en combinant leur capacité. Et je dois avouer que j'ai même eu un frisson quand Wolverine ordonne aux X-Men de tenir le front pour protéger les soldats humains de l'assaut des mutants rénégats de Magneto . Paradoxalement, c'est cet épisode dont le scénario part en roue libre, qui est finalement celui que je revois avec plaisir sans craindre de m'ennuyer car il n'est vraiment pas chiche en action, et dont la représentation du potentiel des mutants est le mieux mis en valeur. Alors bien sur, ce film doit beaucoup à Singer, et aux épisodes précédents, qui ont su développer le background nécessaire mais il réussit là où les autres avaient échouer, c'est-à-dire montrer les X-Men en action sur un grand écran!

_________________


Image


  Voir le site web de Yoshiki
Rudolf-der-Erste
Pixel visible depuis la Lune


Score au grosquiz
0003990 pts.

Inscrit : Mar 05, 2006
Messages : 5185
De : Strasbourg

Hors ligne
Posté le: 2010-01-27 00:04
Bon, je vais essayer de résumer un peu tout ce que j'ai vu en films de superhéros (ça ne va pas forcément être très développé), sachant que j'adore le genre également (en films ou en comics).

Ca me gêne un peu par contre de casser certains films qui sont très appréciés par ici vu que j'en ai reparlé il n'y a pas longtemps, ce n'est jamais trop agréable pour ceux qui ont vraiment adoré les films concernés.


- Les Spiderman de Sam Raimi. Le premier film constitue une entrée en matière assez sympathique, même si ça reste largement perfectible au niveau des personnages et de l'histoire. On passe tout de même un moment sympa à regarder le fim. Spiderman 2 m'a beaucoup déçu en revanche. J'ai trouvé le fim trop pesant, trop misérabiliste et moraslite, dénué d'humour (alors que c'est un atout du comic), avec des scènes ridicules comme celle du train (surtout le dénouement lourdement appuyé au point que le résultat est niais). Reste tout de même le personnage d'Octopus qui est très réussi. Quant à Spiderman 3, c'est pour moi le meilleur film de la trilogie. Le film est très dense, il parvient à trouver un bon équilibre entre action, tragique, comique et scènes de la vie de tous les jours, et il comportait des personnages nettement plus fouillés que dans les deux premiers films.

- Batman. Honnêtement, je considère que c'est un film correct, mais vraiment sans plus. Esthétiquement, le film est réussi, mais pour moi c'est la seule vraie qualité du film. L'histoire était assez inintéressante, les personnages pas vraiment fouillés (la fille incarnée par la fade Kim Basinger, elle ne vaut franchement pas Michelle Pfeiffer jouant Catwoman dans Batman 2), ça manquait vraiment de personnalité. Même Nicholson ne m'a pas trop vaincu (je trouve qu'il cabotine trop) alors que j'aime beaucoup cet acteur à la base. Burton ne pouvait pas encore trop faire ce qu'il voulait, il obéissait à la production.

- Batman le Défi. Pas grand chose de plus à dire par rapport à ce qu'a dit Yoshiki. J'ai adoré les personnages, l'ambiance générale, la bande-son. Michelle est géniale dans le rôle de Catwonan, de même que de Vito pour le Pingouin. Je ne peux pas trop juger de l'infidélité au comic vu que je n'en ai jamais lu (tout ce que je connais de Batman, c'est le fameux dessin animé qui passait sur la 3), mais je m'en moque pas mal vu que j'ai complètement adoré le film.

- Batman Forever. Je ne vais pas pouvoir en dire grand chose, j'ai tout oublié de ce film très mauvais que j'ai vu il y a plus de dix ans. C'était ridicule, l'histoire sans intérêt de même que les personnages, on basculait dans le kitsch. Un film à oublier. Je n'ai pas vu le 4.

- Batman Begins. Un redémarrage de la série, par Christopher Nolan (qui avait fait l'excellent Insomnia). Le film met trop de temps à démarrer je trouve, mais je l'ai trouvé intéressant dans sa démarche plus réaliste, et le Gotham City m'avait bien plu.

- Batman The Dark Knight. Un bon film, un Christopher Nolan qui maîtrise nettement mieux son sujet, d'excellents personnages comme Harvey Dent et le Jocker. Je regrette que la ville soit devenue trop réaliste (ça ressemble plus à New york qu'à Gotham City globalement). Le problème, c'est que j'ai un peu oublié le film depuis que je l'ai vu au cinéma, il faudrait que je le revoie pour m'en faire un avis plus précis.

- Daredevil. Une sacrée daube ce film. Pourtant le tout début était pas mal, mais alors après ça se gâte! Déjà, quand je vois Daredevil tuer froidement quelqu'un (certes un criminel), ouch! Pas du tout l'image que je me fais du héros dans le comics. Et puis la rencontre ridicule entre Daredevil et Elektra, avec les chorégraphies. Bref, j'ai craqué au bout d'une demi-heure tellement c'était médiocre.

- X-Men 3. Je l'ai vu il n'y a pas si longtemps à la télé et j'ai été assez déçu. A cause des personnages en fait: Tornade est devenue fade et sans force, Wolverine ressemble à un enfant de coeur, Phénix est décevante, Magneto est ridicule ainsi que le fléau (bon, c'était déjà le cas dans le comic). Et puis il y avait une absence totale d'humour alors qu'il y en avait dans le comic (bon, plutôt dans les anciens X-Men, moins dans les nouveaux X-Men qui étaient plus sérieux). D'après le consensus général, le film est raté alors que les deux premiers X-Men sont très appréciés. Faudra que je regarde les deux premiers X-Men alors.

- Superman 1. Je n'ai pas aimé ce film (que j'avais vu il y a plus de dix ans aussi quand j'avais 12-13 ans). C'est kitsch, c'est mal joué (le début par exemple est assez risible avec les parents qui expédient leur enfant dans l'espace), la mise en scène et les personnages sont ridicules. On a l'impression que tout est fait en carton-pâte dans ce film. C'est un film tout à fait oubliable selon moi, mais j'ai quand même été très surpris de voir qu'il a acquis un statut de film culte. Je serais éventuellement curieux de le voir après tout ce temps, mais je reste un peu sceptique.

- Superman Returns. Pareil, c'est un film très dispensable à mon goût. Je l'ai vu il y a presque deux ans, et j'en ai retenu une impression de grand vide intersidéral, pour un film qui durait plus de deux heures. J'avais l'impression qu'il ne se passait RIEN, pas d'histoire, pas de personnage. Tout le scénario est étiré jusqu'à l'ennui et aurait pu faire office de court-métrage. Superman est toujours pour moi un personnage ridicule et assez inintéressant. Je n'ai jamais aimé ce côté ridicule de Superman que personne ne reconnaît sous les traits de Clark Kent (premier ou second degré, je n'en sais rien). Le problème donc, c'est que je ne crois pas au personnage et à l'univers de la série, donc c'est rapé pour l'immersion. Il y a aussi ce second degré maladroitement intégré, comme si le réalisateur lui-même voyait bien que le film est assez vain et qu'il essaie de masquer tant bien que mal le côté ridicule de la série des Superman. Bref, je n'ai pas aimé, mais il faut dire que je n'aime pas les Superman à la base (contrairement aux Batman qui sont bien plus fascinants je trouve).

- Iron Man. Lui je l'ai vu récemment et ça a été une surprise de taille alors que je n'attendais rien de ce film. Pourtant, j'étais dans l'inconnu total. Malgré le fait que je connais bien l'univers Marvel, je ne connais presque pas Iron Man, je n'en ai quasiment jamais lu. Je ne connais absolument pas le réalisateur, ni un seul acteur dans le casting. Surprise totale en ce qui me concerne, c'était excellent d'un bout à l'autre. Bon, il faut savoir que ce n'est pas vraiment un film de super héros, c'est plutôt un film de SF. Le héros Iron man, il n'apparaît en fait qu'au bout d'une heure de film (après un premier prototype avant) et il n'entre réellement en scène qu'au bout d'une heure et quart de film (qui dure 2 heures) mais l'action ne devient jamais omniprésente ou complètement bourrine (à part un petit peu pour le classique combat final, mais il y a eu largement pire et ce n'est pas trop long). Ils ont réussi à trouver un bon équilibre entre l'humain et la technologie. Le héros Tony Stark est un inventeur de génie, redoutable en affaires, séducteur, fabriquant des armes. C'est un vrai dominant, ne manquant pas d'humour et de réparti, qui va peu à peu changer et remettre en question son mêtier après son expérience en Afghanistan où il a été pris en otage par des gens qui se servaient de ses propres armes pour semer le chaos. Ce personnage est diablement réussi, assez attachant. Son rapport avec la technologie est fascinant, il y a des moments où on est vraiment dans Minority Report, c'est assez drôle quand il parle à ses robots (comme le bras mécanique qui n'arrête pas de le suivre pour lui balancer du gaz carbonique en cas d'incendie, ou l'ordinateur qui se fiche de sa figure). Le scénario global est très bien mené. Même les dialogues sont savoureux, les personnages campés sont excellents avec des acteurs jouant à merveille leur rôle (et pourtant je ne connais aucun d'entre eux!). Bref, j'ai vraiment adoré ce film, j'ai tendance à penser que c'est le meilleur film estampillé Marvel que j'ai vu.


- Les Indestructibles (ce n'est pas du Marvel ou du DC mais on s'en fout, c'est du superhéros! ). Là, c'est un chef-d'oeuvre, un de mes Pixar préférés. Ca reprend beaucoup aux 4 Fantastiques et à l'univers Marvel en général. J'ai trouvé le point de départ assez original avec les superhéros mis en retraite parce qu'ils faisaient trop de dégâts (je suppose que ça a été peut-être fait dans des comics avant). J'ai adoré tout ce look rétro-futuriste (ambiance années 60 avec éléments high-tech comme on le voyait à l'époque) très élégant, Brad Bird adore ce genre d'ambiance rétro. Il y a un bon équilibre entre l'humain et l'action. Les thèmes familiaux sont bien abordés, c'est rythmé d'un bout à l'autre, on ne s'ennuie pas, c'est drôle tout en ayant des passages sérieux, c'est épique quand il le faut. Il y a des idées incroyables comme la couturière excentrique qui fabrique les costumes pour tous les superhéros. Non vraiment, c'est un régal d'un bout à l'autre ce film.


Voilà, ouf! Bon, il y a des avis que je n'ai pas trop développés pour certains films, mais je voulais faire un résumé de tout ce que j'ai vu en superhéros (je pense n'avoir rien oublié).
_________________

"Quand le sage montre la Lune, l'idiot regarde le doigt." Proverbe chinois


  Voir le site web de Rudolf-der-Erste
MTF
Modérateur groovy


Joue à faire l'imbécile.

Inscrit : Jan 28, 2005
Messages : 6087
De : Caen

Hors ligne
Posté le: 2010-01-27 10:34
Citation :
Le 2010-01-26 23:00, Yoshiki a écrit :

J'aimerais également revenir sur Clark Kent. Son caractère gauche et maladroit est volontaire, dans le premier film de Donner, Clark Kent est un déguisement, Superman joue ce rôle pour passer inaperçu, même s'il essaie parfois de passer outre dans ses relations avec Lois Lane, sa vraie personnalité est Superman. D'ailleurs dans le 3eme film, on voit clairement la personnalité de Superman qui essaie de s'affirmer chez Clark Kent quand il revient à Smallville. Quand on saisit cette nuance, on apprécie nettement plus les subtilités du jeu de Reeve.

En tout cas, merci pour les retours, mais je vous encourage également à participer pour enrichir la discussion, les films de Super-Héros (quand ils sont bien faits ) sont un sujet extrêmement intéressant, ils représentent une véritable emphase de la psyché humaine, car au-delà du costume et des pouvoirs, il y a des hommes et des femmes qui cherchent un sens à leur vie et le bonheur comme n'importe quelle personne lambda.



Cette remarque me fait penser à la prodigieuse tirade de Bill à la fin de Kill Bill, vol.2. Si vous vous rappelez, il défend cette thèse : quand Peter Parker se lève le matin, il met un masque et devient Spiderman. Quand Bruce Wayne se lève le matin, il met un masque et devient Batman.

Mais quand Superman se lève le matin, il est Superman ; et il met un masque pour devenir Clark Kent.

J'avais adoré cette façon de présenter les choses. Il est vrai qu'il y a beaucoup à dire sur le mythe du Super-Héros, et j'avais lu un certain nombre d'études universitaires sur la question, notamment les relations que les super-héros entretiennent avec l'Übermensch Nieztschéen. Pour fermer la parenthèse, je dirai qu'il s'agit là du mythe moderne que j'apprécie le plus, et qui en révèle pas mal sur la manière dont on conçoit la société d'aujourd'hui. Voilà, fin de la parenthèse

À mon tour de parler de quelques films de Super-Héros...

-Hancock - C'est vrai, si le film parle d'un super-héros, il n'est pas adapté directement d'un comic. De fait, il n'y avait pas réellement de mythologie à conserver, ce qui permettait, théoriquement, de saisir la substantifique moëlle du personnage du Super-Héros et d'en montrer ses limites.

La première partie du film, vraiment jusqu'au casse de la banque, est une prouesse magnifique, avec un Will Smith bluffant en héros sociopathe et alcoolique, et une opinion populaire retournée contre lui. On retrouve un peu des Indestructibles et des Watchmen (dont je vais parlais ci-après) dans ce postulat de départ, celui d'une société ne désirant pas/plus des superhéros pour assurer sa sécurité. C'est d'ailleurs une problématique que l'on trouve parfois dans Batman et Superman : à quoi bon d'avoir un super-héros si les bienfaits sont inférieurs aux méfaits ? Dans ces deux derniers, c'est la venue de Super-Méchants qui continuent, à la manière d'une balance des pouvoirs, à mettre en péril la sécurité mondiale, dans Hancock c'est le héros lui-même, inadapté à la société, qui crée des ravages. Toute la scène de réinsertion en prison est également très bien touchée, ainsi que sa métamorphose, et j'ai eu de vrais fous rires tant le personnage est attachant.

La deuxième moitié du film avec (SPOILER!) son ancienne femme est en revanche navet-esque, on jurerait qu'il y a eu changement de directeur en route. Le background construit est inintéressant, les explications sont données à grands coups de pied de train et ne tiennent pas la route, on perd toute sympathie pour les personnages. Même les scènes de combat sont énervantes : vraiment, rien ne parvient à sauver la fin du film, et c'est dommage. Il y aurait pu y avoir tant de choses, notamment des scènes à la Superman où Hancock ne parvient plus à maîtriser sa force et à redevenir une menace, un complot militaro-scientifique à la Hulk, etc. Mais non... vraiment dommage. On dit qu'une suite est en projet, j'espère qu'elle parviendra à réhausser le niveau.


----------------------------------------------


-The Watchmen - Les gardiens

Il y a déjà eu un large topic sur la bd, sur le film, et sur la comparaison entre film et bd. Je connais les deux, et ai lu le comic avant de voir l'adaptation : je peux donc parler en connaissance de cause. Comme j'ai eu à le dire dans le sujet consacré au cinéma, je suis globalement ravi de cette adaptation et les choix du réalisateur de changer certains éléments de la bande dessinée passent assez bien je pense : le meurtre du comédien, la fin du film bien entendu, etc. Surtout, j'admire la manière dont tout le background, raconté dans la BD dans les inter-chapitres, est habilement introduit : le générique est exemplaire, beau et chargé de sens (ah ! ce meurtre de JFK ! sans doute la façon la plus habile de présenter le comédien !), le livre du Hibou 1, l'interview d'Ozymandias etc. Je suis également très fan de la bande originale, qui colle toujours (et j'appuie ici, toujours) à l'action, selon mon humble avis.

On avait dit en effet que les Watchmen, le comic, est avant tout un comic qui parle des comics. On trouve une dimension "film qui parle des films" dans l'adaptation ce me semble : la scène du Vietman à la Apocalypse Now, un peu de Docteur Strangelove quand on voit Nixon dans son bunker. Et je suis sûr, mais là je n'ai pas de titre précis en tête, que l'on peut trouver des hommages à d'autres films dans les scènes de la prison, celle de l'immeuble en feu faisant écho à pas mal de films de super-héros etc. Bref, j'ai vraiment trouvé qu'il y avait une dimension intertextuelle dans ce film, passant par d'autres procédés, cinématographiques de fait, que ceux présents dans le comic. Il me faudrait trouver une étude plan par plan du film : car de la façon dont les films de Tarentino sont un hommage au cinéma (une étude très précise, dont j'ai oublié le titre par ailleurs, et qui étudie Pulp Fiction et les 2 Kill Bill, prouve que chaque plan, sans exception, est une copie d'un plan existant dans un film antérieur), Watchmen est un hommage au cinéma en général, et au genre des super-héros en particulier et cela, on peut le pressentir. Dès lors, les contes du vaisseaux pirates, disparus lors des cuts en salle, ont moins de saveurs pour l'adaptation.

Bref, un film que je juge très intelligent, qui ne pervertit aucunement le matériel de base, et que je défendrai contre vents et marées

  Voir le site web de MTF
Volkor
Pixel imposant


Score au grosquiz
0028294 pts.

Inscrit : Oct 28, 2008
Messages : 944

Hors ligne
Posté le: 2010-01-27 11:32
Perso, j'ai un peu plus de problème avec la BO du film watchmen.

La scène de Doc Manhattan au vietnam sur fond de wagner, honnetement, j'ai toujours pas saisi l'intérêt. S'il s'agissait d'un clin d'oeil à Apocalypse now (et ça ne peut être que ça), c'est lourdingue au possible comme référence...


Mais sinon en ce moment je lis la BD de Watchmen et paradoxalement, je trouve qu'un film comme Les indestructibles arrive beaucoup mieux à retranscrire le background de watchmen que le film Watchmen lui-même...

Laurent
Commissaire politique


Joue à Celeste (PC)

Inscrit : Mar 06, 2002
Messages : 22258
De : Borgo, là ou l'ADSL n'évolue plus.

Hors ligne
Posté le: 2010-01-27 20:19
Citation :
Le 2010-01-26 23:54, Yoshiki a écrit :
Alors bien sur, ce film doit beaucoup à Singer, et aux épisodes précédents, qui ont su développer le background nécessaire mais il réussit là où les autres avaient échouer, c'est-à-dire montrer les X-Men en action sur un grand écran!

Ayant vu les trois X-Men, je suis d'accord avec ça, mais d'un autre côté il est très difficile de rendre crédibles à l'écran de tels personnages, et si ça fonctionne -mieux que dans la majeure partie des films de super-héros- c'est probablement parce que Bryan Singer les a traités séparément, en prenant son temps. Dans le troisième volet j'ai trouvé que les acteurs jouaient moins bien, qu'ils n'avaient pas l'air d'y croire. Les scènes d'action où ils sont tous là flirtent dangereusement avec le canaval D'ailleurs si plusieurs d'entre eux meurent, c'est peut-être parce que les acteurs ont refusé de signer pour un autre film.

Par contre, je n'ai pas accroché au Superman de Singer. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser qu'il était inutile de refaire ce classique qu'est la version Donner. Ils auraient du partir dans une autre direction, ne pas prendre un clone de Christopher Reeves, modifier le costume et changer de scénario.

Je développerai un peu plus par la suite. Pour moi il y a très peu d'adaptions filmiques de super-héros qui parviennent à exister en tant que film. Il y en a, mais très peu.
_________________

Image


  Voir le site web de Laurent
Yoshiki
Gros pixel

Score au grosquiz
0000228 pts.

Joue à Unchardted Drake's Fortune, Uncharted 2 Among Thieves

Inscrit : Sep 10, 2005
Messages : 1828
De : Ile-de-France

Hors ligne
Posté le: 2010-01-30 11:25
Citation :
Le 2010-01-27 10:34, MTF a écrit :

Cette remarque me fait penser à la prodigieuse tirade de Bill à la fin de Kill Bill, vol.2. Si vous vous rappelez, il défend cette thèse : quand Peter Parker se lève le matin, il met un masque et devient Spiderman. Quand Bruce Wayne se lève le matin, il met un masque et devient Batman.

Mais quand Superman se lève le matin, il est Superman ; et il met un masque pour devenir Clark Kent.



Autant Quentin a raison concernant la vraie personnalité de Superman, autant, je pense qu'il se trompe concernant Batman, Bruce Wayne, à l'instar de Clark Kent est l'identité de façade, l'authentique Bruce Wayne, c'est Batman, le milliardaire play-boy, avec ses voitures de luxes et son train de vie de Jet Setter, c'est pour éloigner les soupçons tout comme Clark Kent. Superman et Batman partage l'absence de vie privée à cause de leur nature (Même si dans le comics, Clark Kent et Lois Lane forment un couple, ce n'est pas le cas dans les films et cette condition est très bien traitée).

Par contre, il y a une chose que je n'adhère pas du tout au discours de Tarantino, c'est quand il dit que Clark Kent est la vision qu'a Superman à propos des humains. Cette vision des choses est complètement à l'opposé du personnage, Superman n'a pas cette arrogance de voir les humains en tant qu'être lâche, maladroit et incapable, c'est le contraire de l'éducation qu'il a reçu de ses parents terriens.

Il y a pas mal de personnes qui sont vraiment rebuté par le personnage de Superman en tant que héros parfait, invincible, lisse et sans intérêt, alors qu'au contraire, c'est le plus intéressant, car il parle de la notion de héros à l'état pur, il est le héros ultime, il est l'équivalent d'un dieu dont toute l'humanité s'en remet en cas de dernier recours, il est le modèle à atteindre pour tout une civilisation. Hors, le paradoxe est qu'il est également un humain, il a été élevé dans une famille du Kansas, a grandi normalement, et via Clark Kent, mène une vie normale. C'est là que ça devient intéressant, car en tant que humain, il a des désirs, des besoins, il a envie d'être avec la femme qu'il aime, avoir une famille comme tout le monde, mais de l'autre côté, il est considéré comme un dieu, il n'a pas le droit de se montrer égoïste et autoritaire. C'est cet aspect contradictoire de sa psyché qui en fait l'allégorie parfaite de l'héroïsme, et au-delà de ça, le super-héroïsme dans ce cas là. Et je trouve que Superman Returns exploite excellemment ce thème, on y voit un Superman qui a renoncé à son bonheur humain et en même temps développe une jalousie de dépit amoureux (le fiancé de Lois Lane est un Superman humain, il est l'homme parfait, et en plus il sait voler!), et tente de faire le deuil de son bonheur personnel jusqu'à l'apparition d'une éventuelle paternité. Le film se situe vraiment dans la parfaite continuité de l'évolution du personnage je trouve.


_________________


Image


  Voir le site web de Yoshiki
Yoshiki
Gros pixel

Score au grosquiz
0000228 pts.

Joue à Unchardted Drake's Fortune, Uncharted 2 Among Thieves

Inscrit : Sep 10, 2005
Messages : 1828
De : Ile-de-France

Hors ligne
Posté le: 2010-02-13 23:46
Je continue avec les Spider-Man de Sam Raimi.

Spider-Man.
Sam Raimi applique la formule de Richard Donner, ce ne sera pas difficile puisqu'il est un grand fan du matériel d'origine. Il reste donc très fidèle au comics, il aborde le sujet avec sérieux et au 1er degré, il n'a pas de d'opinion à faire passer dans son film, il veut juste retranscrire les émotions qu'ils avaient quand il lisait les premiers numéros du tisseur. Et c'est une vraie réussite, on retrouve l'esprit du comics dans presque toutes les scènes du film, les personnages de Peter, MJ, Harry, Oncle Ben et Tante May prennent vie à l'écran, et l'approche teen-movie de la première partie du film marche à fond, on s'identifie aisément dans cet adolescent timide amoureux de la plus belle fille de sa classe, et qui se retrouve avec des pouvoirs incroyables qui vont lui permettre de lui donner enfin une certaine assurance non sans avoir appris une grande leçon sur la vie. La 2eme partie avec Spider-Man à New York est plus classique mais ça reste quand même exemplaire tout au long du film. L'apport de Sam Raimi intervient surtout dans la mise en scène, et on reconnait immédiatement le réalisateur d'Evil Dead derrière la caméra, toutes les scènes d'action avec un Spidey virevoltant dans les airs, avec cette caméra hyper-dynamique qui le suit à ma 3eme personne donne vie à Spider-Man, on a l'impression de voir les pages du comics s'animer à l'écran. Spider-Man est un classique instantané du genre.

Spider-Man 2.
Sam Raimi revient cette fois avec une séquelle presque parfait à mes yeux. Après la genèse du héros, il aborde dans celui-ci l'aspect humain, c'est-à-dire le Peter Parker qui cherche à mener une vie avec sa bien-aimée et qui sera confronté avec la difficulté de mener une vie de super-héros et de vivre une histoire d'amour avec MJ. Spider-Man 2 est avant tout une histoire d'amour qui s'intègre parfaitement aux thèmes classiques des super-héros. Le film est un chef d'œuvre à mes yeux parce qu'il va au bout de ses idées et de ses thèmes, Raimi ne fait pas que les évoquer, il va au bout de sa réflexion. Je pense notamment à la scène où Peter tente d'avouer sa culpabilité dans la mort de son oncle, mais qui n'y arrive pas, ou la scène ou par dépit et désespoir, il confie son secret dans le vide quand tout semble lui tombé sur la tête. Il y a également la séquence désormais mythique du métro se conclue par la véritable naissance de Spider-Man aux yeux des New Yorkais, il s'y livre totalement et intensément au sens propre comme au sens figuré, le fait qu'il le fasse à visage découvert n'est pas anodin, cela tisse un lien intime avec la population, il est le héros du peuple. Enfin la scène où MJ découvre le vrai visage de Peter Parker, c'est le point culminant de la série à mes yeux, l'alchimie entre Tobey Maguire et Kirsten Dunst à ce moment là est totale, la manière dont la belle découvre le véritable intérieur de Peter donne une profondeur incroyable à leur relation. Et en plus le film réussi a parsemer son intrigue d'une touche d'humour qui fonctionne à merveille (la scène d'intro avec les pizzas, la scène de l'ascenseur, son passage chez le docteur). J'aurais juste un petit bémol concernant un script assez bavard et manquant parfois de finesse et de nuance. Vous l'aurez compris, ce Spider-Man 2 est un must, il atteint à mes yeux l'excellence des premiers Superman et Batman qui sont des modèles du genre.

Spider-Man 3.
Après un 2eme volet de très très haute qualité, j'avais peur que Raimi ait du mal à maintenir le niveau. Et c'est malheureusement le cas à mes yeux, je trouve le scénario nettement bâclé, la manière dont Peter Parker attrape la grosse tête est vraiment simpliste, le méchant Venom a été imposé par la studio ce qui fait que tout son arc est mal fichu, ça tombe comme un cheveu dans la soupe, le film s'éparpille sur plusieurs intrigues (le Sandman, Venom, le retour du Bouffon, le délaissement de MJ) et a du mal à imposer une véritable ligne conductrice. Et niveau action, le syndrome bigger and louder a frapper dans le mauvaise sens du terme, l'abus de rythme effréné et de SFX tend à l'indigestion, les doublures numériques ne sont pas parfaitement réussies (bon on reste quand même loin d'un Star Wars Episode 2 ou 3), les scènes d'action sont à la limite du lisible alors que c'est pourtant un domaine où Sam Raimi maitrise parfaitement. Le film n'est pas si mauvais en soi, c'est juste que c'est la déception qui prime après l'éclatante réussite du précédent. L'une des chose que j'apprécie le plus dans le film reste les relations entre Peter Parker et Harry Osborn, leur amitié retrouvée en écho avec leur relation du premier film marche parfaitement.
_________________


Image


  Voir le site web de Yoshiki
Rudolf-der-Erste
Pixel visible depuis la Lune


Score au grosquiz
0003990 pts.

Inscrit : Mar 05, 2006
Messages : 5185
De : Strasbourg

Hors ligne
Posté le: 2010-02-14 00:36
Est-ce qu'on pourra parler sur ce topic des dessins animés et séries animées de super héros? Par exemple, je pense qu'il y a pas mal de choses à dire sur les séries animées de l'univers DC. D'ailleurs en ce moment, je revois "Batman la série animée" pour la première fois depuis au moins 10 ans (la première emblématique, diffusée vers 1993).
_________________

"Quand le sage montre la Lune, l'idiot regarde le doigt." Proverbe chinois


  Voir le site web de Rudolf-der-Erste
Yoshiki
Gros pixel

Score au grosquiz
0000228 pts.

Joue à Unchardted Drake's Fortune, Uncharted 2 Among Thieves

Inscrit : Sep 10, 2005
Messages : 1828
De : Ile-de-France

Hors ligne
Posté le: 2010-02-14 00:40
Fais-toi plaisir Rudolf!
_________________


Image


  Voir le site web de Yoshiki
Rudolf-der-Erste
Pixel visible depuis la Lune


Score au grosquiz
0003990 pts.

Inscrit : Mar 05, 2006
Messages : 5185
De : Strasbourg

Hors ligne
Posté le: 2010-02-15 15:25
(attention, post fleuve)

Bon, j'ai regardé les 33 premiers épisodes de la série Batman, soit la moitié de la première saison en gros. C'est le moment d'écrire un premier avis.



Pour bien situer les choses, je mets ici la liste de tous les épisodes de la série:

Citation :

Première saison (Batman, la série animée)

1 (1-01) : Le Duel (On Leather Wings)
2 (1-02) : Joyeux Noël, Batman (Christmas With The Joker)
3 (1-03) : Épouvantable Épouvantail (Nothing to Fear)
4 (1-04) : Morts de rire (The Last Laugh)
5 (1-05) : Poison d’amour (Pretty Poison)
6 (1-06) : Les Enfants de la nuit (The Underdwellers)
7 (1-07) : Version originale (P.O.V.)
8 (1-08) : Les Oubliés du Nouveau Monde (The Forgotten)
9 (1-09) : Fugue en Sol Joker (Be a Clown)
10 (1-10) : Double Jeu - Partie 1 (Two-Face - Part 1)
11 (1-11) : Double Jeu - Partie 2 (Two-Face - Part 2)
12 (1-12) : Il n’est jamais trop tard (It’s Never Too Late)
13 (1-13) : L’Œuf du Pingouin (I’ve Got Batman in My Basement)
14 (1-14) : Amour on Ice (Heart of Ice)
15 (1-15) : Le Chat et la Souris (The Cat and the Claw - Part 1)
16 (1-16) : Le Chat et la Souris (The Cat and the Claw - Part 2)
17 (1-17) : L’Homme invisible ou Les Lois de la Nature (See No Evil)
18 (1-18) : Le Plastiqueur fou (Beware the Gray Ghost)
19 (1-19) : La Prophétie du Dôme (Prophecy of Doom)
20 (1-20) : Bas les masques (Feat of Clay - Part 1)
21 (1-21) : Bas les masques (Feat of Clay - Part 2)
22 (1-22) : Chantage à crédit (Joker’s Favor)
23 (1-23) : Vendetta (Vendetta)
24 (1-24) : Le Maître de l'épouvante (Fear of Victory)
25 (1-25) : Le Roi du temps (The Clock King)
26 (1-26) : Rendez-vous dans la rue du Crime (Appointment in Crime Alley)
27 (1-27) : Le Pays des Merveilles (Mad as a Hatter)
28 (1-28) : Sombres Hallucinations (Dreams in Darkness)
29 (1-29) : Éternelle Jeunesse (Eternal Youth)
30 (1-30) : Rêve ou Réalité ? (Perchance to Dream)
31 (1-31) : Conspiration (The Cape and Cowl Conspiracy)
32 (1-32) : Robin se rebiffe (1ère partie)(Robin’s Reckoning)
33 (1-33) : Robin se rebiffe (2ème partie)(Robin’s Reckoning)
34 (1-34) : Heureux comme un poisson dans l’eau (The Laughing Fish)
35 (1-35) : La Nuit du Ninja (Night of the Ninja)
36 (1-36) : La Fièvre des chats (Cat Scratch Fever)
37 (1-37) : L’Étrange Machine du Docteur Strange (The Strange Secret of Bruce Wayne)
38 (1-38) : Cœur d’acier (Heart of Steel)
39 (1-39) : Cœur d’acier (Heart of Steel)
40 (1-40) : L’Énigme du Minotaure (If You're So Smart, Why Aren't You Rich ?)
41 (1-41) : Le Joker fou (Joker’s Wild)
42 (1-42) : Le Tigre de la nuit (Tyger, Tyger)
43 (1-43) : Le Loup-Garou ou Pleine Lune (Moon of the Wolf)
44 (1-44) : Le Jour du Samouraï (Day of the Samurai)
45 (1-45) : Terreur dans le ciel (Terror in the Sky)
46 (1-46) : Il s'en est fallu de peu (Almost Got’ Im)
47 (1-47) : Monsieur Pingouin (Birds of a Feather)
48 (1-48) : Réalité virtuelle (What is Reality ?)
49 (1-49) : Remords (I Am the Night)
50 (1-50) : L’Effet Vertigo (Off Balance)
51 (1-51) : L’Homme qui tua Batman (The Man Who Killed Batman)
52 (1-52) : Bain de boue (Mudslide)
53 (1-53) : Dr Jekyll, le retour (Paging the Crime Doctor)
54 (1-54) : Zatanna (Zatanna)
55 (1-55) : Le Super Mécanicien (The Mechanic)
56 (1-56) : Harley & Ivy (Harley and Ivy)
57 (1-57) : Jeux d'ombres (Shadow af the Bat)
58 (1-58) : Jeux d'ombres (Shadow af the Bat)
59 (1-59) : Ombres et Ténèbres (Blind as a Bat)
60 (1-60) : La Quête du démon (The Demon's Quest)
61 (1-61) : La Quête du démon (The Demon's Quest)
62 (1-62) : Une âme de silicone (His Silicon Soul)
63 (1-63) : Les Foudres de l'Olympe (Fire from Olympus)
64 (1-64) : Le ventriloque (Read My Lips)
65 (1-65) : Les Poupée mayas (The Worry Men)


Deuxième saison (Les Aventures de Batman et Robin)

66 (2-01) : Le Cirque infernal (Sideshow)
67 (2-02) : Qui veut la peau de Bullock ? (A Bullet For Bullock)
68 (2-03) : Procès (Trial)
69 (2-04) : Le Tombeau de la Reine (Avatar)
70 (2-05) : Le Jardin d’enfants (House and Garden)
71 (2-06) : Le Trio infernal (The Terrible Trio)
72 (2-07) : Harlequinade (Harlequinade)
73 (2-08) : Ô Temps, suspends ton vol ... (Time Out of Joint)
74 (2-09) : À pas de velours (Catwalk)
75 (2-10) : Bane (Bane)
76 (2-11) : Baby-Doll (Baby-Doll)
77 (2-12) : Le Lion et la Licorne (The Lion and the Unicorn)
78 (2-13) : Révélation ou Souvenirs, souvenirs (Showdown)
79 (2-14) : La Réinsertion de l'Homme Mystère (Riddler’s Reform)
80 (2-15) : La Seconde Chance (Second Chance)
81 (2-16) : La Journée d'Harley (Harley's Holiday)
82 (2-17) : Double Tour (Lock-Up)
83 (2-18) : Crise de rire ou Fête-moi rire (Make ‘Em Laugh)
84 (2-19) : La Cité congelée (Deep Freeze)
85 (2-20) : Le Retour de Batgirl (Batgirl Returns)


Donc Batman, c'est une série animée que je n'avais plus revue depuis au moins dix ans et dont je gardais d'excellents souvenirs. J'ai revu 33 épisodes (jusqu'à "Robin se Rebiffe" partie 2) et c'est vraiment bien. J'adore ce côté rétro et art déco dans les décors et les vêtements (style années 40 pour les policiers, ça rappelle les vieux films), excellente ambiance, le doublage vf est excellent, les histoires bien écrites ainsi que les personnages (les méchants comme Double Face ou Mr Freeze ont des destins assez tragiques). Dans pas mal d'épisodes, on est vraiment dans une ambiance polar, ça n'a pas grand chose à voir avec du super héros.
Cette série animée avait un ton adulte qui tranchait beaucoup par rapport aux autres séries animées pour enfants et elle était pourtant diffusée dans l'après-midi avec les autres dessins animés pour enfants. Cela dit, il n'y a pas de sang et on ne voit jamais de morts (à chaque fois qu'on voit par exemple des accidents, la personne est éjectée au dernier moment ou mise en sûreté). L'autre aspect qui m'avait marqué concernait les personnages féminins, et effectivement c'est un point fort de la série: il y a pas mal de femmes qui imposent bien leur personnalité, tantôt fatale (Poison Ivy), tantôt sensuelle et féline (Catwoman/Selina Kyle), tantôt déjantée (Harley Quinn).

Je vais entrer maintenant un peu plus dans le détail des épisodes que j'ai vus. Au départ, les scénaristes ne se sont pas trop souciés de la progression chronologique (j'ai vu les épisodes dans l'ordre). Dès le premier épisode, Batman est Batman depuis des années, on n'assiste pas à ses débuts. Ensuite, au deuxième épisode, quelle surprise de voir Robin! Après, on voit très rarement Robin, on ne sait pas pourquoi il est là de temps en temps et absent à d'autres moments, et il faut attendre le double épisode Robin se Rebiffe pour connaître ses origines (et je crois que c'est à partir de là qu'on le verra plus souvent). On a aussi l'épouvantail qui va changer de masque d'un épisode d'un autre (j'estime quand même que le deuxième masque est nettement mieux que le premier masque). Je n'ai jamais non plus compris pourquoi le chef de bande Thorne s'en sort toujours et n'est jamais en taule alors qu'il y a plusieurs épisodes où les personnages l'ont complètement compromis avec preuves à la clé (il y a peut-être quelque chose que j'ai mal compris). On voit que les gens tatonnaient un peu au début de la série, il y avait quand même des bizarreries (mais pas forcément de grosses incohérences). Sans oublier le fait que l'asile d'Arkham est une vraie passoire, les criminels n'arrêtent pas de s'y évader sans savoir comment.

Abordons les méchants de la série.

- Le premier qu'on voit, c'est le Joker dans le deuxième épisode (Joyeux Noël). Bon, on ne parle pas du tout de son passé et de ses origines, mais évidemment sa personnalité déjantée et sadique fait son effet (par contre, l'épisode avec le bateau à ordure libérant du gaz hilarant n'était pas terrible). Jusqu'à maintenant, l'épisode que j'ai préféré avec lui, c'est Chantage à crédit (épisode 22), où apparaît Harley Quinn. C'est un épisode rigolo comme tout, qui débute par un homme maladroit rentrant de chez lui en voiture mais insultant un automobiliste qui lui a fait une queue de poisson avant de voir qu'il avait insulté le joker! Tout un chantage va être mis en place, et deux ans plus tard le Joker fera appel à lui pour "un service". La fin de l'épisode est très drôle avec le mec qui craque et parvient à rouler le Joker, avant de pouvoir enfin rentrer chez lui tout content.

- Après, il y a l'épouvantail. Je ne me souvenais pas du tout de lui, c'est comme si je le découvrais pour la première fois. Sa personnalité n'est pas spécialement intéressante, mais j'aime beaucoup l'idée autour de la peur qui constitue son arme principale. Dans l'épisode 3, Batman est confronté à ses démons enfouis, avec ses parents morts et il a peur de leur faire honte. L'épisode 28 "Sombres Hallucinations" comporte un début déconcertant avec Batman enfermé à l'asile d'Arkham, dans une camisole de force, subissant des hallucinations dues à un gaz fait par l'épouvantail. Bref, j'aime beaucoup l'idée qu'il y a autour de l'épouvantail et la peur, mais je me dis qu'on pourrait vraiment faire un truc super avec lui, par exemple dans un long métrage le mettant en vedette et creusant davantage sa personnalité (en essayant de le rendre vraiment effrayant) et le thème de la peur: je ne sais pas si ça a déjà été fait, mais déjà il n'y a aucun film Batman (de Burton, schumacher ou Nolan) qui met l'Epouvantail en vedette. Je me dis donc que ce personnage n'a pas encore livré tout son potentiel (mais ça a peut-être été fait, je ne connais pas du tout les comics et les autres épisodes dessin animé). J'ai tout de même cru comprendre que l'Epouvantail est particulièrement marquant dans le jeu vidéo Batman Arkham Asylum.

- Dès l'épisode 5, on voit Poison Ivy, ou l'Empoisonneuse. Je me souviens bien d'elle, cette femme fatale avec ses luttes écologiques virant au terrorisme et ses armes chimiques à base de plantes. C'est une méchante qui ne laisse pas indifférent. Par contre, le thème de l'écologie reste un peu superficiel (même s'il a le mérite d'être abordé de temps en temps) et sa psychologie n'est pas vraiment poussée. A voir par la suite quand j'aurai vu d'autres épisodes.

- J'aborde l'épisode double intitulé "Double Jeu", mettant en scène Double Face. Ah, je me souviens très bien de lui, c'est l'un des méchants les plus emblématiques de la série. Au départ, c'est un procureur intègre s'appelant Harvey Dent. On le voit dans les premiers épisodes en tant que procureur et ami de Bruce Wayne (alias Batman mais il ne le sait pas). Il s'était fait d'ailleurs empoisonner par Ivy. Dans "Double Jeu", c'est là qu'il va plonger dans la schizophrénie, avec sa deuxième personnalité violente qui ressurgit peu à peu et qui fait écho à ce qu'il avait fait quand il était enfant (ne voulant plus avoir d'accès de colère). Il plonge pour de bon dans la folie quand il se fait à moitié défigurer à cause du chef de la pègre Thorne, et il se livre à une vendetta pour se venger de Thorne qui a ruiné sa vie. Je me souvenais bien que c'était un épisode très sombre, ça m'avait beaucoup marqué, on ressent de la peine pour ce personnage qui ne compte désormais plus que sur le hasard (avec sa pièce), tout comme Batman regrette amèrement de ne pas avoir pu aider son ami (et repense encore à ses parents morts).

- C'est dans l'épisode 13 qu'on voit apparaît le Pingouin. Là malheureusement, le personnage est très décevant, on n'aborde pas du tout son passé, c'est juste un simple truand sans personnalité intéressante. La comparaison fait mal par rapport au Pingouin du film Batman le défi de Tim Burton.

- L'épisode 14 intitulé Heart of Ice est l'un des plus emblématiques de la série et marque l'entrée en scène de Mr Freeze. Alors là, je me souviens très vaguement du personnage, mais je n'avais jamais vu cet épisode. Maintenant, je comprends pourquoi cet épisode a beaucoup marqué les gens. Ca a été pour moi une totale découverte du personnage Mr Freeze (je retenais de lui uniquement le fait qu'il jouait dans Batman 4 de Schumacher, considéré comme une bouse et le personnage avait l'air grotesque). Ce savant a eu un destin tragique en essayant de sauver sa femme atteinte d'une maladie incurable, en la congelant pour la conserver le temps de trouver un moyen de la guérir, mais son supérieur a interrompu l'expérience et un incident a fait de lui ce qu'il est maintenant: un être froid dans tous les sens du terme, incapable de vivre en dessous de zéro degré (il est protégé d'une sorte de scaphandre), ne pouvant plus ressentir la douce chaleur d'un contact humain ni le contact avec la nature (vent, soleil, etc).

- L'épisode double Le Chat et la Souris met en scène Catwoman. Je me souviens bien de cet épisode et bien entendu de ce personnage. Une femme très "féline", sensuelle, voleuse la nuit et militante pour la cause animale (en particulier celle des félins) le jour. Amoureuse de Batman la nuit en tant que Catwoman, et sortant avec Bruce Wayne le jour en tant que Selina Kyle. Il est aussi question d'un mystérieux chef de bande se faisant appeler Griffe Rouge et fomentant quelque complôt, qui va croiser la route de Batman et de Catwoman. J'aime beaucoup en tout cas la personnalité de Selina Kyle, avec ses yeux verts et sa voix assez particulière (en VF, je ne connais pas la VO). Un très bon épisode double en tout cas.

- L'épisode double Bas les Masques introduit Gueule d'Argile. Si l'épisoe en lui-même est bon, j'ai été assez déçu par Matt Hagen (alias Gueule d'Argile). Il s'agit d'un acteur ayant subi un accident qui a défiguré son visage, mais qui prend quotidiennement un maquillage remodelant son visage selon sa volonté, ce qui a donné un bond à sa carrière d'acteur. Malheureusement, il n'a plus de maquillage, et la société louche qui lui en fournissait en échange de services louches (dont un compromettant Bruce Wayne dont l'identité a été usurpée par Matt Hagen) se débarrasse de lui en lui faisant boire ce maquillage, ce qui le transforme en une masse informe et boueuse capable désormais de changer de forme par la pensée (au prix de gros efforts). Ce qui gêne dans cet épisode, c'est que Matt Hagen est complètement antipathique dans le mauvais sens du terme: il est hystérique, il pique des crises, il traite son ami comme de la merde alors qu'il esssaie de l'aider. Du coup, on ne s'apitoie absolument pas sur son sort, ce qui est dommage étant donné que l'idée était bonne (un homme défiguré qui a trouvé une seconde chance mais qui se retrouve déchu et essaie de jouer le plus grand rôle de sa carrière, en étant confronté à ses anciens rôles à la fin).

- L'épisode Vendetta (23) introduit Croc. Bon, ce personnage est inintéressant à mon goût et je ne souviens pas vraiment de lui, mais l'épisode est très bon en tant que polar, avec le flic Bullock soupçonné de meurtre et d'enlèvement. C'est bien fichu, bien raconté, et j'ai bien aimé la fin avec Batman (croyant au début qu'il était coupable) disant qu'ils ont deux des méthodes différentes de rendre la justice.

- L'épisode intitulé Le Pays des Merveilles introduit le Chapelier Fou, un savant complètement fan d'Alice au Pays des Merveilles, épris de sa secrétaire Alice, travaillant sur le contrôle du cerveau et jouant le rôle du chapelier. Hmm, bizarre, je n'ai pas trop accroché à ce personnage qui ne m'a pas intéressé. Faudrait voir par la suite si d'autres épisodes le mettant en scène me font changer d'avis.

- Enfin, j'aborde le Roi Horloge dans l'épisode Roi du Temps. Alors là, je ne connais pas du tout ce personnage-là. Très bizarre, mais j'ai beaucoup aimé cet épisode. Le début est assez savoureux en présentant un homme d'affaire complètement obsédé par le temps, la ponctualité et l'emploi du temps, prenant chaque jour le métro en étant toujours en face de la même personne qui lui conseille pour une fois de faire une pause et de boire son café un peu plus tard pour se calmer à cause de son procès qui a lieu plus tard dans la journée. Pour une fois, l'homme en question rompt son train-train habituel pour faire une pause d'un quart d'heure dans un parc, et catastrophe: des gamins font tomber ses papiers avec leur ballon, les documents importants pour le procès s'envolent, il se fait pousser dans l'eau d'une fontaine par un chien, et il arrive complètement en retard à son procès qu'il a automatiquement perdu (devant payer un million de dollars). Sept ans plus tard, il veut se venger contre la personne qui lui a conseillé de prendre une pause et qui veut se faire réélire maire, en chamboulant complètement son programme, avec des méthodes relevanant de l'horlogerie (il a tout prévu, tout calculé pour que ça marche, piégeant aussi Batman). Un épisode très spécial, une sorte d'OVNI dans la série, mais j'ai beaucoup apprécié.


Bien, j'ai fait à peu près le tour des méchants que j'ai pu voir. Pour aborder d'autres épisodes, j'ai beaucoup aimé certains qui sont très orientés polar. Par exemple, l'épisode Version Originale (VOD) est un excellent polar, avec trois policiers racontant au début leur version des faits (Bullock, Montoya et un flic débutant) et doivent rendre leur insigne, puis on continue avec la femme officier Montoya qui livre sa propre enquête et retrouve Batman tout en l'aidant. L'épisode avec Double Face était aussi un polar. J'ai également beaucoup aimé l'épisode Il n'est jamais trop tard, mettant en scène un chef de bande sur le déclin qui trouve peu à peu la rédemption en voyant tout le mal qu'il a pu faire autour de lui (avec son fils qui se retrouve dans le coma en ayant consommé de la drogue vendue par ses propres hommes). Il trouvera peu à peu le pardon et la rédemption grâce à Batman et à un curé qui le connaît depuis longtemps.

Il y a aussi des épisodes qui comportent un sous-texte social, et ça je ne m'en souvenais pas du tout. Déjà, il y a les Enfants de la Nuit qui traitent de l'esclavage des enfants par un tyran. Ce qui est dommage, c'est que le tyran en question (le roi des égoûts) est complètement ridicule (avec ses crocodiles), mais il est intéressant de voir ce thème abordé, avec un Batman qui est complètement écoeuré par une telle engeance et qui, complètement furieux en retrouvant le roi des égoûts, dit en gros "il y a des moments où j'ai vraiment envie de faire justice moi-même" (c'est la première fois qu'on voit un Batman aussi énervé et désireux de punir quelqu'un). Il y a aussi l'épisode Les Oubliés du Nouveau Monde qui est exotique, où il est question de chomeurs et de bénévoles aidant les plus démunis qui disparaissent. Bruce Wayne se fait passer pour un chômeur afin de trouver les auteurs des enlèvements, mais se fait enlever et perd la mémoire, puis est emmené dans un pénitencier hors de Gotham City. C'est un épisode assez exotique, avec une ambiance et des musiques (style un peu Far West) qui n'ont rien à voir avec ce qu'on connaît de la série, mais je l'ai beaucoup apprécié. Il y a aussi comme je l'ai dit le Il n'est jamais trop tard où on aborde un peu les problèmes de la drogue. Enfin, on a également "Rendez-vous dans la rue du Crime" où il est question de miséreux vivant dans un quartier insalubre dont une société veut démolir illégalement les bâtiments (par la force, en chassant les gens n'ayant nulle part où aller quitte à les tuer) pour reconstruire. C'est aussi l'occasion de renouer un peu avec le passé de Bruce Wayne vu que c'est dans ce quartier que ses parents ont été tués (il a rendez-vous avec une femme qui l'avait consolé à l'époque).

Enfin, dernièrement, j'ai vu l'épisode double Robin se Rebiffe, dont je me souvenais très bien, avec les origines tragiques de Robin (la mort de ses parents) et le responsable qui ressurgit. Habituellement, je n'aime pas trop Robin, mais j'ai beaucoup aimé ces deux épisodes qui sont très bien écrits, alternant avec des flash-backs.

Voilà, voilà. Désolé, ça fait un gros pavé, mais j'avais pas mal de choses à dire. C'est une série vraiment excellente, avec quelques défauts et peu d'épisodes à jeter. Et encore, je n'ai pas vu la moitié de la série, donc je continuerai d'en parler quand j'aurai vu suffisamment d'épisodes supplémentaires.
_________________

"Quand le sage montre la Lune, l'idiot regarde le doigt." Proverbe chinois


  Voir le site web de Rudolf-der-Erste
IsKor
Camarade grospixelien


Joue à C&C Remastered - Hitman - World of Warships

Inscrit : Mar 28, 2002
Messages : 13288
De : Vallauris, 06.

Hors ligne
Posté le: 2010-02-15 15:53
Quel pavé!

C'est vrai qu'étant plus jeune, je ne loupais pas un seul des épisodes de Batman... J'ai toujours trouvé cette adaptation très flatteuse. A partir du changement de dessin (je ne sais pas exactement quand), j'ai moins accroché (car je préfère toujours le 1er dessin), mais les histoires étaient toujours aussi bonnes

gregoire01
Pixel visible depuis la Lune



Inscrit : Oct 23, 2005
Messages : 5933

Hors ligne
Posté le: 2010-02-15 16:17
Citation :
- Le premier qu'on voit, c'est le Joker dans le deuxième épisode (Joyeux Noël). Bon, on ne parle pas du tout de son passé et de ses origines,


En fait, le Joker de la série animé est le même que celui du film, donc Jack Napier. Les auteurs étant parti du principe qu'il n'avait pas été tué dans le film. Ceci dit ce n'est pas dit dans la série mais c'est clairement sous entendu dans le Batman la relève : Le retour du Joker



Citation :
C'est dans l'épisode 13 qu'on voit apparaît le Pingouin. Là malheureusement, le personnage est très décevant, on n'aborde pas du tout son passé, c'est juste un simple truand sans personnalité intéressante.



C'est ce qu'il est dans le comic de base. Burton a pris beaucoup de libertés pour le film.



Citation :
Enfin, j'aborde le Roi Horloge dans l'épisode Roi du Temps. Alors là, je ne connais pas du tout ce personnage-là.


Je me demande si c'est pas une création de la série.
Ce personnage m'avait vraiment impressionné, le type calcul tout, a la moindre second, même le temps que met Batman a donner un coup de poing.

Dzeuss
Pixel imposant


Inscrit : Jul 20, 2006
Messages : 691

Hors ligne
Posté le: 2010-02-15 21:22
Citation :
je ne sais pas si ça a déjà été fait, mais déjà il n'y a aucun film Batman (de Burton, schumacher ou Nolan) qui met l'Epouvantail en vedette.


Peut être pas en vedette (et encore ça peut se discuter) mais l'épouvantail est tout de même le méchant qui domine toute la seconde moitiée de Batman Begins.

Citation :
Jusqu'à maintenant, l'épisode que j'ai préféré avec lui, c'est Chantage à crédit (épisode 22), où apparaît Harley Quinn. C'est un épisode rigolo comme tout, qui débute par un homme maladroit rentrant de chez lui en voiture mais insultant un automobiliste qui lui a fait une queue de poisson avant de voir qu'il avait insulté le joker!


Je me souviens que cet épisode est le tout premier que j'ai vu à l'époque où canal + à diffusé pour la première fois la série.
J'ai jamais eu la curiosité de me repasser la série depuis mais ton post fleuve a fait remonter quelques souvenirs.

Sinon j'apprécie plutôt le Pingouin dans cette série.
C'est vrai qu'il fait un peu Joker-bis avec ses manières désinvoltes et un peu barrées, sa façon de tenir physiquement tête à Batman malgré un physique que l'on n'imagine pas taillé pour l'action.
Mais là où le Joker correspond trop à la caricature du criminel de comic déterminé à mettre le monde à feu et à sang, le Pingouin lui apparait plus comme un "simple" voleur et les épisodes le mettant en scènes sont plutôt réjouissants dans la confrontation Pingouin/Batman et ne s'embarrassent pas de plan machiavéliques à déjouer et autre menace planant sur la ville.


Index du Forum » » Hors-sujet » » Super héros au cinéma

1014 messages • page
1234 ... 51




Forum phpBB modifié par www.grospixels.com (© 2011 Grospixels)