les forums de Grospixels
 
Bienvenue sur le forum de Grospixels : [ S'Enregistrer ]
Déjà inscrit ? [ Connexion ]
 
retour sur le site
rechercher

Poster un message
Autorisation :Tous les membres Enregistrés peuvent poster de nouveaux sujets et des réponses sur ce forum
Nom d'Utilisateur :
Mot de Passe :
J'ai perdu mon mot de passe!
Corps du Message :

HTML est: Activé
BBcode est: Activé
[img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img]
Options : Désactiver HTML sur ce Message
Désactiver BBcode sur ce Message
Désactiver Smilies sur ce Message
Montrer la signature (Ceci peut être modifié ou ajouté à votre profil)
 -   - 

Rappel des 10 derniers messages du topic (les plus récents en haut)
Kimuji
Pixel monstrueux
Citation :
Le 2010-08-02 14:43, Sebinjapan a écrit :
Citation :
Bref, si il a envie de faire de l'argent avec le casual, je n'ai rien contre ça, mais qu'en pensent ses salariés, ceux qui touchent 2000+-x € par mois à bosser là-dessus?
S'épanouissent-ils à produire ce genre de jeux? Seraient-ils prêts à y jouer eux-même?
Perso, je bosse sur du AAA, c'est pas toujours la fête, mais j'y ai quand même quelques satisfactions (techniques en ce qui me concerne, car je suis dev).

Je pense qu'il y a un débat intéressant autour de ça ...
Sans rentrer dans de la politique ou un débat sur la société? Ça va être compliqué. Ça sera surement intéressant mais c'est également un sujet à risque.

Le débat sur les jeux de guerre est moins miné par contre, je suis assez d'accord avec l'analyse de Chahi, je pense qu'une partie des développeurs se foutent un peu du fond du moment qu'ils peuvent se plonger dans leur domaine de compétence (programmation, graphismes, son etc.). Ils ont un peu abandonné l'idée de pouvoir faire des jeux qui leur ressemblent et se sont fait à leur condition d'exécutants. Mais à moins d'être un fana des jeux de guerre je pense qu'il est difficile de s'accommoder de ce genre de situation sur le long terme. L'idée que ce sont le marketing et la rentabilité qui désignent la ligne directrice s'est imposée et il ne reste plus beaucoup de place pour les jeux dont le designer soit le vrai maitre à bord. Être exécutant dans un projet dont les contours sont dictés par les contraintes d'un marché c'est pas la même chose qu'être exécutant au service d'un créateur qui a un projet dans lequel il s'implique personnellement, dans le premier cas on fait de l'alimentaire et dans le second on a l'impression de contribuer à quelque chose qui a un sens et la condition d'exécutant n'est plus du tout la même, on s'approprie une partie du projet. []

Sebinjapan
Camarade grospixelien
Merci d'avoir rapporté l'interview Thezis (je n'ai pas accès à Chro' depuis le boulot).
Des propos interessants et son point de vue sur l'éternel débat "le jeu est-il un art" est pertinant. J'aime bien la métaphore sur Space Invaders citée à la fin

C'est marrant qu'il n'ait pas réalisé l'impact émotionnel créé par le lien entre les 2 héros de Another World : je pensais que c'était un point qu'il avait volontairement beaucoup travaillé.

Son avis sur les devs qui bossent sur "les jeux de guerre" est interessant :
Citation :
Et puis je pense qu'il y en a que ça ne dérange pas de bosser sur ce genre de jeu. Le programmeur se dit que de toutes façons ce qui l'intéresse c'est le code, le graphiste qu'il fait des animations sympa… Je caricature un peu mais il y a sans doute de ça. On peut y trouver son compte au niveau de la création. Mais dans l'ensemble, ce qui est généré au final n'est pas très beau.

Et ça me fait penser à une remarque faite ce matin même par Tramboi dans le topic Didier Chanfray/Casual gaming :
Citation :
Bref, si il a envie de faire de l'argent avec le casual, je n'ai rien contre ça, mais qu'en pensent ses salariés, ceux qui touchent 2000+-x € par mois à bosser là-dessus?
S'épanouissent-ils à produire ce genre de jeux? Seraient-ils prêts à y jouer eux-même?
Perso, je bosse sur du AAA, c'est pas toujours la fête, mais j'y ai quand même quelques satisfactions (techniques en ce qui me concerne, car je suis dev).

Je pense qu'il y a un débat interessant autour de ça ...

Thezis
Pixel visible depuis la Lune
Une intéressante interview du monsieur sur Chronicart : http://www.chronicart.com/webmag/article.php?page=1&id=1381

Son premier succès, prémonitoire, se nommait "Les Voyageurs du temps", car en effet, depuis la sortie d'Another world il y a quinze ans, le créateur de jeux vidéo Eric Chahi voyage dans un autre espace temps. Six ans pour accoucher du houleux jeu suivant Heart of darkness et, depuis 1998, plus un mot. Pourtant, quand on lui demande à l'occasion de la réédition anniversaire en version HD d'"Another world" s'il travaille encore dans le jeu vidéo, il répond naturellement oui et qu'il prépare un projet, comme si les huit dernières années de silence ne comptaient pas. En tous cas pas selon son horloge.

Chronic'art : Est-ce que le fait d'avoir conçu un jeu aussi marquant qu'Another world à l'âge de 24 ans, au point d'occulter le reste de tes réalisations, n'est pas finalement une malédiction ? Le poids de la notoriété et de son héritage n'empêchent-ils pas d'avancer ?

Eric Chahi : Another world n'a pas changé grand chose en fait. J'étais un peu connu pour Les Voyageurs du temps, puis pour Heart of darkness et évidemment Another world qui m'a vraiment fait connaître. Il n'y a pas longtemps que j'ai réalisé qu'il a survécu au passage du temps, au moins dans les mémoires. Ce n'était pas du tout clair au moment de sa création. A cause de la nature même du jeu, son aspect immersif, son contenu, il a marqué les gens. ça me fait super plaisir. Je vois bien qu'il y a une attente d'autre chose. On me demande, oui mais qu'est-ce que tu prépares Eric ? Mais c'est plus un moteur qu'un frein, ça ne m'empêche pas d'avancer. Il y un côté stimulant.

Pourquoi la fausse traduction du titre Another world en "Out of this world" aux Etats-Unis ?

Parce qu'aux Etats-Unis, il existe un soap opera assez populaire daté de la fin des années 60 (diffusé de 1964 à 1999 sur NBC, ndlr) qui porte le même nom. L'éditeur Interplay a estimé que ce n'était pas judicieux de garder le titre original et a imposé "Out of this world". Je pouvais difficilement dire grand chose. Il aurait fallu argumenter. Au niveau culturel, je ne connaissais pas suffisamment les Etats-Unis, et je n'avais pas une maîtrise suffisante de la langue anglaise pour savoir si le titre était pertinent pour un américain. J'ai laissé faire et puis voilà. Je ne pense pas que cela ait eu d'incidence. Les titres résonnent un peu pareil. Au Japon, le jeu s'intitule "Outer world", contracté probablement pour des raisons de prononciations.

Tu as dessiné la fameuse illustration de couverture de la boite ainsi que tous les graphismes du jeu et, plus tard, tu as fait de la peinture abstraite. Ta première envie d'un jeu est picturale ?

C'est plus compliqué que ça. J'ai un parcours assez sinueux. Le jeu vidéo est le tronc principal depuis le début mais j'ai eu d'autres pôles d'attractions. Des centres gravitationnels comme l'illustration, l'animation, le cinéma qui ont fait que tout en restant dans le jeu vidéo je me suis parfois spécialisé dans des domaines bien précis. Quand j'ai commencé sur Oric en 1983, les graphismes étaient très sommaires, programmer ces jeux là était bien plus simple. J'ai évolué avec la progression technologique. Au début je réalisais tout. J'étais très attiré par les jeux d'arcade que je recréais. Et puis petit à petit je me suis découvert une passion pour l'illustration, l'image, la peinture, et quand il y a eu la période Atari, Amiga, j'ai commencé à buter en programmation. Je me sentais un peu largué, je me suis retrouvé dans une situation où je ne pouvais plus tout créer. Il fallait que je prenne une décision : m'orienter vers la programmation ou vers l'image. Et je me suis orienté vers l'image. C'est comme ça que je suis devenu graphiste pendant un certain temps. Et quand j'ai suffisamment dominé le sujet, à l'époque des Voyageurs du temps, je me suis remis à la programmation. Another world est ainsi né d'un ensemble de compétences. Il y a eu une synergie de l'ensemble des passions qui m'avaient traversé depuis que je m'étais intéressé au jeu vidéo. Illustration, animation, le cinéma, le montage se sont cristallisés dans Another world.

Another world avait un feeling cinématographique bien en avance sur son temps. A quel point était-ce volontaire ?

C'est vrai que le cinéma est très présent avec le montage de l'introduction, mais en réalité -malgré les quelques changements de plans ponctuels- cette sensation perdure pendant le jeu parce qu'il a une structure cinématographique. Il a un rythme, des rebondissements, une mise en scène dans le jeu sans forcément des changement de plans. ça caractérise vraiment Another world. Si on enlève la séquence d'introduction, je trouve qu'il garde son essence cinématographique. Même s'il a aussi été fait d'improvisations, quand j'ai programmé les premières scènes sans savoir comment le jeu allait se terminer, j'ai structuré la manière dont les choses sont révélées au joueur. C'était voulu. Il y a bien quelques gros plans et recadrages mais ce sont d'avantage des ponctuations qui ne cassent pas l'interactivité. Dans Heart of darkness, justement, les séquences de type cinématographiques étaient fluides mais trop longues et nuisaient à l'interactivité du jeu. Je ne suis pas un fan des cinématiques dans les jeux je trouve que c'est chercher à imiter le cinéma au détriment de l'interaction qui définit vraiment le jeu vidéo. En tant que joueur je ne suis pas trop fan des jeux avec des longues séquences où on ne fait rien du tout. Sur Another world j'ai énormément travaillé sur le ressenti. Je prenais du recul par rapport à la création du jeu et j'essayais de le vivre comme quelque chose de neuf et après j'écoutais ce que ça donnait par rapport à ce que je voulais communiquer. C'était un peu schizophrène comme approche, être à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du jeu.

La notion de coopération, un mot devenu marketing, où deux personnes dans le jeu s'entraident pour faire des choses, descend aussi d'Another world, non ?

Dans les jeux de guerre ? Je ne crois pas. La coopération entre les deux personnages d'Another world est assez émotionnelle. Alors que les jeux de guerre héritent de l'aspect sportif. N'importe quel jeu d'équipe a plus d'influence sur ces jeux qu'Another world. Quand j'ai créé Another world, je n'avais aucune idée du succès qu'il allait rencontrer (400 000 exemplaires vendus environ). Mais par contre j'étais bien conscient qu'il y avait des éléments nouveaux : il n'y avait aucun score à l'écran, alors que la plupart des jeux affichaient le nombre de vies, les points, les jauges d'énergie, etc

Et il y avait l'aspect cinématographique, le côté mise en scène. C'était les deux points dont j'étais conscient. La relation entre Lester et l'ami extra-terrestre c'est faite en revanche un peu spontanément. Pendant longtemps, cet aspect là ne m'a pas semblé très novateur ni important. Avec le recul, c'est vrai que c'est une des caractéristiques du jeu qui apporte beaucoup de sens à l'ensemble de l'expérience. Je me suis rendu aussi compte qu'Another world avait marqué des joueurs mais aussi des développeurs. Mais j'ai un regard critique, il a marqué mais je ne l'encense pas. Il a ses qualités mais aussi ses défauts.

Pourquoi privilégier un remixe d'Another world à une suite que tu aurais pu même déléguer ?

Je n'ai jamais pousser derrière. Je ne suis pas quelqu'un qui aime les suites. Je préfère des créations originales. Quitte à construire un projet je préfère que ce soit neuf.

Déjà téléchargeable sur Internet, la version retravaillée en haute résolution sort sur PC-CD Rom pour les quinze ans anniversaire de sa première sortie mais le jeu ne pourrait-il pas être disponible aussi en téléchargement sur le Xbox Live Arcade ou la Console Virtuelle de la Wii ?

Oui, si je lance un développement là-dessus ce serait possible. Il n'y a rien qui m'en empêche. Ce serait plus compliqué pour diffuser la version SuperNintendo sur Wii, je parle de la ROM originale. Il y aurait sans doute un accord à trouver avec Interplay qui avait développé le code à l'époque. J'ai tous les droits de la propriété intellectuelle sur le jeu mais je n'ai pas le code source des versions consoles (SuperNintendo, Megadrive et 3DO).

Est-ce que tu vois des descendants à Another world ?

On m'a souvent posé cette question... Flashback (1992, Amiga) évidemment. Dans le domaine de l'évidence, et reconnu par son auteur Fumito Ueda, il y a Ico (2001, PS2). ça se ressent un peu. Mais je ne cherche pas trop…

Après plusieurs années de travail et de réflexion solo, Frédéric Raynal (créateur français de jeu vidéo, Alone in the dark…) a expliqué que ce qui lui manquait le plus dans la réalisation d'un jeu était le travail d'équipe. Ce n'est pas ton cas…

Le travail d'équipe sur Heart of darkness m'avait un petit peu refroidi et vacciné. C'est une des raisons pour lesquelles je n'avais pas spécialement envie de repartir sur un projet. Mais avec le recul je réalise que ce n'est pas mal, voire même très bien. Ça permet de travailler plus vite et d'échanger des idées.

Ton prochain projet ne peut plus être, à notre époque, un jeu "garage". Qu'as-tu en tête ? Aura-t-il une influence cinématographique comme Another world ou Heart of darkness ?

Il y a encore tout de même quelques jeux faits maison mais ce que j'envisage ne peut pas être créé tout seul en effet. Il me faudra une équipe, pas petite mais pas aussi grosse que celles des projets next-gen non plus. Et non, il n'y aura pas cette dimension cinématographique.

Que fais-tu depuis Heart of darkness finalement ? Des choses qui ont rapport avec le jeu vidéo ?

Heart of darkness a été une sacré tranche de vie, un peu trop longue, qui m'a poussé à prendre un peu de recul. J'étais quand même assez exténué. Je ne me voyais plus travailler dans ce milieu là pendant un certain temps. Et puis c'était le début de la 3D, l'évolution de l'industrie, des grosses équipes, des grosses prods, je ne me sentais pas trop à l'aise. En plus ce n'était pas très structuré à l'époque. Ça ne me correspondait plus, en sus de la fatigue et du raz le bol accumulé sur Heart of darkness. C'est vrai que cette période de recul a duré à peu près autant que le développement du jeu (plus de six ans) (rires). Mais je crée des jeux depuis très longtemps, depuis 1983. Et surtout, entre Les Voyageurs du temps (1989), Another world (1991) et Heart of darkness (1998) il n'y a pas eu vraiment de temps mort. J'avais vraiment besoin de reprendre mon souffle et de me ressourcer. Donc j'ai fait des choses qui n'ont rien à voir avec le jeu vidéo. J'ai créé un outil pour manipuler de la synthèse sonore. Un truc fait pour moi pas tout à fait finalisé ni évident à utiliser qui s'appelle Sympheo et que j'ai mis à disposition sur Internet. Dans le domaine du créatif, j'ai fait de la peinture abstraite… J'ai pas mal voyagé et je me suis découvert une passion pour les volcans. J'ai assisté à des éruptions, j'ai vu de la lave en fusion. La photo m'a toujours intéressé et là je me suis exprimé. Je cherchais à créer des images susceptibles de retranscrire au mieux ces activités.

Travaux photographiques et peinture abstraite ont-il un rapport ?

Dans mes peintures il y a un certain dynamisme que l'on peut retrouver dans les photos de volcans. Et je cherche à cadrer les volcans pour capter une certaine esthétique dans le mouvement, l'énergie. Il y a des points communs entre les deux, oui.

Comment es-tu passé d'une activité assise comme la création de jeu vidéo à une activité aussi physique ?

C'est vrai que pour approcher les volcans il faut crapahuter, avec un gros sac à dos. Les volcans m'ont toujours attiré mais je n'avais aucune idée que c'était accessible. Je pensais qu'il n'y avait que les scientifiques qui pouvaient y aller. Et puis j'ai découvert qu'il y avait une agence qui organisaient des voyages sur les volcans actifs. Je me suis inscrit et ça a commencé par là. J'y suis allé ensuite en autonomie avec des amis aussi passionnés de volcans rencontrés sur l'Etna. J'ai été dans des endroits assez reculés, il fallait le vouloir. Quand on est en milieu volcanique, proche d'une éruption, il faut faire gaffe, trouver la distance limite à ne pas franchir. Ma passion est née de la rencontre physique avec les volcans. Elle s'est pleinement révélée suite à une confrontation physique où j'ai pu voir de très près un volcan exploser avec de l'incandescence, de la lave en fusion et des choses comme ça.

Tu as ressenti le danger quand c'est arrivé ?

Je me suis retrouvé dans une situation limite où j'ai eu très peur en effet. C'était au sommet du Lopevi au Vanuatu. Des bombes incandescentes sont tombées autour de nous à dix-vingt mètres, c'est super impressionnant. Je me suis dis : je suis foutu, je vais mourir (rire). J'étais en voyage organisé à ce moment là. Quand j'y vais seul je suis plus prudent désormais. Mais on n'est jamais à l'abri d'une explosion plus forte. C'est arrivé avec un volcan de type strombolien, des blocs incandescents éjectés sont éjectés en l'air régulièrement. Une explosion a été projetée vers nous. On début on voit des blocs très denses qui partent en l'air et on se dit qu'ils vont nous tomber dessus et qu'on est mort. En fait, les blocs s'écartent, ce qui est normal, en se rapprochant, mais c'est très impressionnant. On se demande quel bloc est pour soi. Dans ces cas là il ne faut surtout pas paniquer, ne pas courir dans tous les sens. Il faut rester et immobile et observer. On bouge uniquement s'il y a un projectile qui arrive sur nous, sur soi. Je n'ai pas eu à bouger. Mais quel stress ! Là j'ai décidé de ne plus revenir sur un volcan. Et j'y retourne quand même (rires).

C'est ce rush là qui t'as rendu accroc ? Comme les sportifs ou les gens qui font des trucs extrêmes ?

Il y a une espèce de montée d'adrénaline c'est vrai. Ce fut une expérience assez extraordinaire pour moi. Je l'assimile à un traumatisme, mais un traumatisme positif. On angoisse complètement mais ce qu'on voit est tellement incroyable que l'on en retient un sentiment positif, même si au fond on n'a pas envie de le réitérer. Je ne fais rien pour me retrouver dans une telle situation. Quand je vais sur un volcan, je fais très attention et je reste beaucoup plus loin que cette première expérience volcanique.

Tu as accumulé, semble-t-il, de véritables expériences sensorielles et même, en t'écoutant, du gameplay qui peuvent te servir à ton prochain projet de jeu, n'est-ce pas ?

(rires) Je ne peux rien dire mais tout vient nourrir. Comme je le disais tout à l'heure à propos de mon parcours en zigzag, quand on crée du jeu vidéo il ne faut pas s'intéresser qu'au jeu vidéo. Si on se nourrit de jeu vidéo pour créer du jeu vidéo on tourne en rond. Et on sort des jeux comme il en sort aujourd'hui à la pelle. Il faut s'intéresser à tout pour créer des jeux vidéo.

N'y a-t-il pas un rapport entre le monde désolé alien et très rocheux d'Another world et celui des flancs de volcans ?

Complètement. Je suis passionné de désert aussi. J'aime les milieux arides, inhospitaliers… On retrouve des points communs entre le monde virtuel, par exemple d'Another world, et ce qui m'attire dans le monde réel.

Est-ce que tu suis ce qui se passe en jeux vidéo ?

Oui, mais pas grand chose m'attire. J'aime bien les jeux originaux qui apportent quelque chose. Il y a des jeux que je commence sans les finir et il y ceux que je termine. Même si ça commence à dater, le dernier jeu que j'ai fini c'est Katamari damacy justement. Un jeu original que j'adore, un jeu qui parle. Qui m'a parlé. Je regarde ce qui sort comme consoles. J'ai joué à Half life 2, j'essaie des classiques sortis il y a quelques années que je n'avais jamais joué comme Civilization. Mais je ne suis pas forcément attaché à l'actualité du jeu vidéo. Je m'y intéresse sans suivre absolument au quotidien. Ça ne m'est pas indispensable. Je suis néanmoins très intéressé par la Wii. Je n'en n'ai pas encore mais je suis vraiment curieux de voir ce que donnent les jeux. J'ai une DS qui me plaît avec un certain nombre de jeux.

Tu as une opinion sur ce qu'est devenu le jeu vidéo d'aujourd'hui ?

L'époque que j'ai connue était encore artisanale, aujourd'hui c'est une industrie. L'artisanat émerge encore avec un mouvement indépendant comme les développeurs de Darwinia ou de Chronic logic qui ont développé le jeu Gish (du même studio, Wik & the fable of souls est disponible sur le Xbox Live Arcade, ndlr). Mais du côté de l'industrie on sent la pression marketing. Les budgets des jeux sont tellement énormes, ont un tel besoin de rentabilité, que ce ne sont pas les créatifs qui dirigent ou orientent le contenu des jeux mais le marketing, l'aspect business. Ça conduit à refaire les mêmes recettes, les mêmes FPS ou jeux de voiture. Mais ça évolue un peu quand même. Tout est tellement marketing qu'il y a un mouvement de fond indépendant qui s'est élargi depuis deux trois ans qui cherche à créer des jeux sans prétention, plus conceptuels et un peu plus originaux que les autres, que les gros budgets tout du moins. Il faudrait aussi évoquer la responsabilité des éditeurs, des créateurs de jeux quand sort le énième jeu de guerre qui met en action sans retenu des GI dans la guerre du Golf. Il n'y aucun regard critique. Je trouve ça très dérangeant et je n'ai pas le sentiment que les éditeurs ou même les créateurs de ces jeux se posent des vraies questions de fond.

Comment expliquer que tous ces créatifs du jeu vidéo acceptent et supportent de passer des jours, des mois, des années à recréer des situations de guerre avec les sons, les armes, les agonies ?

Peut-être que l'envie de travailler dans le jeu vidéo est plus forte que le problème éthique du contenu des jeux. Ils ont toujours espoir de se dire qu'après avoir commencé par ça ils travailleront sur un autre jeu. Et puis je pense qu'il y en a que ça ne dérange pas de bosser sur ce genre de jeu. Le programmeur se dit que de toutes façons ce qui l'intéresse c'est le code, le graphiste qu'il fait des animations sympa… Je caricature un peu mais il y a sans doute de ça. On peut y trouver son compte au niveau de la création. Mais dans l'ensemble, ce qui est généré au final n'est pas très beau. Quand on écoute les interviews de certains producteurs on remarque qu'apparemment ça leur plaît. La machine commerciale pressurise toutes ces personnes derrière. Il faudrait vraiment discuter avec les gens qui travaillent sur ces projets là pour avoir un regard plus éclairé. Je sais qu'il y a en France pas mal de développeurs qui en ont marre des jeux de guerre.

Est-ce que tu es sollicité par de jeunes créateurs de jeu vidéo ? Maintenant que tu fais presque partie des vétérans...

Des jeunes game designers me demandent des stages, mais je ne peux pas donner suite. Comme j'ai des idées assez claire sur ce que je veux faire, je fais attention à ne pas me laisser embarquer, je reste focalisé sur mon truc. Il y a un an j'ai donné une conférence à Supinfogame (école de game design à Valenciennes, ndlr) où j'ai présenté des repères sur l'évolution du jeu vidéo à travers mon parcours. C'était très intéressant parce que, c'est évident, de futurs bon game designers sortent de cette école spécialisée.

Qu'est-ce que tu penses de la scène du jeu vidéo française ? La "French touch" ça existe encore ?

(Rires) Tu me poses une colle. Le terme French Touch m'a toujours un petit peu agacé. C'était déjà cataloguer la création française et ça a fini par devenir péjoratif, synonyme de beaux jeux sans gameplay, sans contenu. Je n'aime pas trop le catalogage. Aujourd'hui il y a bien une scène française du jeu vidéo même si, dans les années 2000, elle s'est prise une grosse claque. J'ai le sentiment qu'elle est en train de se restructurer. Même si il y a pas mal de développeurs expatriés à Montréal et aux Etats-Unis... Je crois au renouveau. Il y a pas mal de petits studios. Ce qui manque le plus finalement c'est l'autonomie créative. Tu es obligé de dépendre d'un éditeur pour créer des jeux. Sur le contenu, c'est dommage.

Le débat est sans fin, mais à ton avis, le jeu vidéo est-il de l'art ou pas ?

Ça dépend ce qu'on appelle de l'art. C'est un regard sur quelque chose dans un contexte culturel… Est-ce que l'esthétique c'est de l'art, par exemple ? Est-ce que le simple fait d'avoir quelque chose d'esthétique, c'est de l'art ? Ce n'est pas évident. J'ai une définition assez imprécise de l'art. J'aurais tendance à dire qu'une œuvre d'art vient enrichir la personne qui la regarde, que l'art c'est communiquer une vision personnelle sur le monde. Le jeu vidéo, au minimum, est culturel, une forme d'expression. Je pense que c'est une forme d'art qui n'a pas atteint sa maturité mais comme il y a des choses qui s'y sont exprimées, j'aurais plutôt tendance à dire que, oui c'est de l'art. Dans certains jeux (rires).

Aucun jeu ne réunit les critères que tu évoques comme semblant appartenir à l'art ?

Il y en a qui ont ces qualités, même si elles n'ont pas été consciemment voulues par leurs concepteurs. Katamari damacy est pour moi une oeuvre d'art. Et son créateur (Keita Takahashi) dit le contraire ! Le jeu a un sens contextuellement, il n'est absolument pas neutre par rapport à notre monde. C'est une sorte de métaphore du pouvoir. Il a un écho avec la société de consommation, Il ne s'agit pas simplement de faire grossir une petite boule. Il y a plus que ça.

Tu ne cites justement pas des jeux plus plastiques...

Comme Shadow of the colossus ? Oui ce jeu là aussi. Il se rapproche plus d'une œuvre d'art… Il travaille sur le ressenti, sur l'émotion. En même temps ce n'est pas l'émotion qui fait une oeuvre d'art. A l'opposé, le terme divertissement pour qualifier le jeu vidéo est dégradant. Ce n'est pas suffisant. Aucun jeu n'est totalement neutre, il se place dans un contexte culturel. Sim city, Civilization, ou un jeu de guerre se positionnent. Ils délivrent une certaine vision du monde qui sera celle donnée volontairement ou non par les designers. Certains jeux ne sont évidemment que du divertissement mais il faudrait un peu plus de recul pour bien saisir tout ça. Dans une vingtaine d'années on se rendra peut-être un peu plus compte.

Ne peut-on pas trouver dans les pixels des premiers jeux d'il y a vingt ou vingt-cinq ans des éléments qui, par exemple, pourraient relever de l'art contemporain comme semblait le montrer l'exposition Game On ?

Quand des images et des symboles du jeu vidéo s'infiltrent dans l'art contemporain, est-ce que ça implique que le jeu vidéo c'est de l'art ? Pas forcément. La comparaison est violente, c'est un questionnement : Coca Cola aussi est réutilisé dans l'art contemporain. Il y a des œuvres qui vont puiser dans la manne publicitaire, mais comme matière, comme vecteur d'expression. Coca Cola ne devient pas pour autant une oeuvre d'art. Donc il ne faut pas faire un amalgame entre les icônes du jeu vidéo récupérées dans l'art contemporain et le jeu vidéo lui-même. Les pixels colorés, les bruitages très primaires des tous premiers jeux d'arcade évoquent quelque chose, mais je ne saurais pas dire quoi… Entre les lignes du divertissement il y a peut-être des choses qui sont communiquées. Et peut-être que la qualité artistique d'un jeu vidéo ne réside pas dans le visuel mais dans ses interactions. C'est quand même ce qui caractérise le plus et différencie vraiment le jeu vidéo des autres médias.

Dans l'art contemporain on croise des installations à l'interactivité rudimentaire bien inférieure à ce que propose depuis longtemps le jeu vidéo, et pourtant elles sont qualifiées d'oeuvre d'art…

L'important dans ces installations ce n'est peut-être pas la qualité des interactions mais le sens, le sens de l'oeuvre, le sens artistique de l'oeuvre. C'est peut-être ce qui lui confère un statut d'art.

Donc ça veut dire que même les premiers jeux vidéo sont vides de sens ?

Un game designer de l'époque du nom de Chris Crawford (auteur du livre The Art of computer game design, organisateur à domicile des tous premiers GDC, ndlr) avait écrit que si Space Invaders avait eu autant de succès parmi tous les autres jeux du même genre, c'était parce qu'on pouvait y projeter ce qu'on peut ressentir dans la vie quotidienne, par exemple confronté à des grosses administrations, aux rouleaux compresseurs de la société. Il avait une lecture métaphorique en terme de ressenti pour y lire dans les jeux autre chose que le premier degré du pur divertissement. Il y trouvait un écho avec le réel. Cela me semple assez pertinent.

Propos recueillis par François B. de la Boissière []

Erhynn Megid
Pixel intergalactique
J'ai essayé de lire le "test" de Diablo II, entre trois quatre "hateful" et "World of WarCraft" et "StarCraft", il semble que le testeur est soit complètement débile, soit incompétent.

Le test de Diablo II semble faire 12 pages (au moins), tout ça pour lui mettre un ZERO pointé, le testeur parlant surtout de Blizzard, de StarCraft et de World of WarCraft (mais allo, le sujet c'est Diablo II !). Faut qu'ils arrêtent la drogue sur Action Button.net. Ah et les captures d'écrans en noir et blanc façon Spectrum / CPC en mode 2, arrrrgh mes yeux...

Désolé pour le HS mais je n'ai même pas eu envie de lire leur truc sur Another World tellement le reste du site fait tout pour donner envie de partir. []

Thezis
Pixel visible depuis la Lune
up ! Pas moyen de trouver la date de naissance d'Eric Chahi, une sorte de secret sur tout le net. de cette interview sur Chronic Art http://www.chronicart.com/webmag/article.php?id=1381 , je déduis que Another World à 24 ans en 1991, date de naissance = 1967 mais bon, c'est peut-être 66 comme 68. Mystère... []

Kimuji
Pixel monstrueux
Mouais en même temps ça sent les règlements de comptes certains tests, genre FFVII et God of war 2 parmi les rares jeux testés à se taper la note de zéro, Bioshock juste la moyenne... la même note qu'Altered Beast.
Alors que des titres bien plus discutables se tapent la note maximale et rentrent dans le top 25 (Secret of Evermore par exemple) ou encore Spartan lui aussi note maxi et présent dans le top.

Laurent
Commissaire politique
---------------------
Up
---------------------

Deux raisons de remonter ce topic :

D'abord, certains ne savent peut-être pas qu'on avait eu la viste d'Eric Chahi sur le forum, ça s'était passé ici.

Ensuite, je ne sais pas si vous connaissez le site Action Button (http://www.actionbutton.net). C'est un site regroupant des articles extrêmement longs, détaillés et assez engagés sur des jeux de toutes époques mais plutôt récents dans l'ensemble. Beaucoup de ces articles sont écrits par Tim Rogers, dont le nom me dit quelque chose mais je n'arrive pas à situer d'où je le connaissais (cela dit je crois qu'il écrit aussi sur le site Insert Credit). J'ai beaucoup lu le contenu de ce site, et même si je ne suis pas toujours d'accord avec ce qu'écrit le monsieur (il a par exemple laminé Bioshock avec acharnement), ses articles sont tellement intéressants, vivants et argumentés que je m'en régale.

Or, Action Button a publié une liste subjective des 25 meilleurs jeux de tous les temps, présentée comme un "manifeste". J'ai eu la surprise d'y trouver Another World à la première place, devant Shadow of the Colossus, devant Super Mario Bros 3, devant Gears of War, Half-life² ou encore Panzer Dragoon Zwei.

L'article-fleuve concernant le jeu se trouve ici :
http://www.actionbutton.net/?p=431

Et je vous conseille vivement de jeter un oeil au reste du site (si vous arrivez à vous dépatouiller de l'anglais, bien sûr).


Odysseus
Pixel intergalactique
"Now, years later, Chahi is working at a measured pace to make a return to games (...)".

Interview complète disponible à l'adresse suivante: http://www.edge-online.co.uk/archives/2005/12/faq_eric_chahi_1.php

PS: merci à G_G et à son blog sans lesquels je serai complètement passé à côté. []

CHAZumaru
Pixel monstrueux
C'est à dire que la plupart de ceux qui ne le savaient pas l'ont appris dans l'interview concernée par ce topic.

TITAN
Gros pixel
Salut,

Saviez-vous qu'il était sorti, sur Sega Mega-CD, une suite d'Another World ?

Je ne parle pas de Flashback, mais bel et bien de la VRAIE suite d'Another World qui débute son histire là ou s'était termiée celle d'Another World. On y incarne l'extra-terrestre, ami du héro dans Another World.

Le jeu se nomme "Heart of the Alien"

L'ISO est dispo ici : http://www.mondemul.net/isos.php?type=mcd&jeu=39

Je l'ai essayé et c'est vraiment pas mal pour le Fan d'Another World (que je suis également, héhé... ).

Par contre, triste fin : http://www.vgmuseum.com/end/scd/a/hota_2.htm

[]




Forum phpBB modifié par www.grospixels.com (© 2011 Grospixels)