les forums de Grospixels
 
Bienvenue sur le forum de Grospixels : [ S'Enregistrer ]
Déjà inscrit ? [ Connexion ]
 
retour sur le site
rechercher

Poster un message
Autorisation :Tous les membres Enregistrés peuvent poster de nouveaux sujets et des réponses sur ce forum
Nom d'Utilisateur :
Mot de Passe :
J'ai perdu mon mot de passe!
Corps du Message :

HTML est: Activé
BBcode est: Activé
[img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img] [img]
Options : Désactiver HTML sur ce Message
Désactiver BBcode sur ce Message
Désactiver Smilies sur ce Message
Montrer la signature (Ceci peut être modifié ou ajouté à votre profil)
 -   - 

Rappel des 10 derniers messages du topic (les plus récents en haut)
Simbabbad
Pixel visible depuis la Lune
Mon évaluation de GoNNER, après avoir pris du recul:

Image

GoNNER a tout pour être un excellent jeu (et d'un certain point de vue il l'est), mais il semble chercher à tout prix à se rendre artificiellement rébarbatif. Si on aborde mal ce jeu, il peut provoquer un rejet immédiat, ce qui est dommage puisque j'y ai personnellement passé un excellent moment.

Contrairement à ce qu'on peut lire ici ou là, GoNNER n'est pas un Rogue-lite, c'est un jeu typé "arcade" assez classique qui comporte quatre mondes linéaires (plus un monde intercalé par DLC gratuit), ces mondes comportant eux-mêmes quatre niveaux et un boss. L'objectif du jeu est tout simplement d'arriver au bout en évitant ou en tuant les ennemis croisés en route: à cette fin, on peut leur sauter dessus, ou leur tirer dessus avec une arme choisie en début de partie. On ne peut tirer qu'horizontalement, à la Mega Man. On dispose aussi d'un double saut et d'un saut mural.
Les niveaux de GoNNER sont générés aléatoirement, mais c'est une génération à la Berzerk, le jeu d'arcade de 1980, à savoir qu'elle ne change pas grand-chose (la géométrie des décors est basique, presque sans obstacles), l'aléatoire ne servant qu'à nous empêcher d'apprendre le jeu par cœur. Notamment, toutes les zones secrètes du jeu restent en gros aux mêmes endroits d'une partie à l'autre, ces zones permettant de débloquer plus d'équipement pour nos parties ultérieures.
Le jeu a un système de combo, important pour le score et pour gagner de l'argent (argent qui permet de continuer à jouer après sa mort, et de se soigner et changer d'équipement grâce à des magasins situés avant les boss): si on détruit cinq ennemis à la suite, on gagne un glyphe (l'unité monétaire), et si on en détruit plus à la suite, on gagne beaucoup plus de score.

Les schémas de déplacement et d'attaque des ennemis sont bien pensés, chercher à faire des combos est intéressant et stimulant, le style graphique du jeu est bien lisible et a une forte personnalité, l'ambiance sonore est originale, l'équipement est varié et le débloquer petit à petit est très amusant (c'est ce qui m'a surtout motivé dans le jeu)...

Malheureusement, GoNNER présente des particularités qui gâchent l'expérience. D'abord, rien n'est expliqué, dont le système de combo déjà cité et qui est pourtant vital, et l'équipement n'est jamais décrit - je vous recommande de consulter un guide. De même, on ne nous dit jamais que l'on saute plus haut en allant vers le haut pendant un saut: ça n'a l'air de rien, mais ça change radicalement la maniabilité.
Surtout, GoNNER a une bizarrerie: quand on se fait toucher par un ennemi, par défaut, on ne se contente pas de perdre un cœur, notre héros (Ikk, une sorte de goutte d'eau vivante) se décompose littéralement, redevenant une goutte d'eau et perdant tout son équipement, qui tombe alors à terre. Si on se fait toucher dans cet état, c'est le Game Over direct, il faut donc très vite récupérer sa tête (Ikk n'a forme humaine qu'en "empruntant" un crâne) qui porte ses points de vie restants, puis récupérer son arme et son pouvoir spécial choisi au début du jeu (activable grâce à un bouton dédié et crucial contre les boss, les pouvoirs permettent de figer les ennemis pendant quelques secondes, sauter très haut, etc.). Si on perd son équipement (dans le vide, par exemple), il faudra continuer sans, jusqu'à ce que le jeu laisse aléatoirement traîner de l'équipement pour nous dépanner.

En pratique, cette dernière caractéristique fait que l'on perd souvent en un coup: quand Ikk se décompose, tout devient très confus, et on se fait généralement retoucher immédiatement si on ne maîtrise pas le jeu. Heureusement, une tête précise, la "tête de brique" (qui se débloque dès le premier monde), permet de ne pas se décomposer au moindre contact: cela résout le problème, mais implique que les autres têtes ne serviront à rien pour la grande majorité des joueurs (joueurs qui ne sont par ailleurs pas censés connaître l'existence de cette tête, et qui peuvent donc beaucoup s'agacer lors de leur premier contact avec le jeu).

De plus, les armes sont assez mal équilibrées: le jeu est très dur, mais à partir du moment où j'ai débloqué la faux, j'ai pu gagner le jeu et tout débloquer sans beaucoup de problème - on va incroyablement plus vite avec la faux et il est incroyablement plus facile de faire de longs combos, que je suis incapable de faire avec une autre arme. Après avoir "imposé" une tête, le jeu "impose" donc une arme...
Il y a d'autre problèmes dans GoNNER: par exemple, quand le combo est long, les couleurs deviennent psychédéliques et la lisibilité régresse d'un coup, et quand le combo s'achève, les couleurs restent bloquées et heurtent la lisibilité pour le reste de la partie... le nouveau niveau ajouté par DLC est peu palpitant et rallonge trop le jeu... les ennemis ont une apparence qui n'est pas forcément intuitive (on peut sauter sur les ennemis à cornes ou sur les hérissons)... il faut lire un guide pour savoir que la baleine Sally nous octroie un cœur supplémentaire si on se presse contre elle en appuyant de façon répétée sur le bouton de feu...

J'aime tout de même beaucoup GoNNER et je le recommande, puisque j'ai pris du plaisir en le gagnant, en débloquant tout son équipement, et en obtenant presque tous ses succès, mais il est rageant de se dire que le jeu aurait pu être bien meilleur, plus accessible et plus agréable si certaines mauvais décisions n'avaient pas été prises... dommage.

Kaede
Pixel monstrueux
Auquel s'ajoute Lego The Hobbit chez Humble (sur la page d'accueil).

Youpla
Pixel monstrueux
Full Throttle Remastered gratuit en ce moment sur GOG
https://www.gog.com/game/full_throttle_remastered

François
Pixel imposant
Initiative sympa qui met bien dans l'ambiance de Noël (quoique la tendance de cette année "décorez votre sapin avec un gilet jaune" n'est pas mal non plus )


Merci pour le lien

Kollembole
Pixel monstrueux
Ah, un petit évènement sympa, organisé par la rubrique Pixel du journal "Le Monde", sous forme d'un calendrier de l'avent :

https://www.lemonde.fr/pixels/visuel/2018/12/03/un-jour-un-jeu-gratuit-a-telecharger-le-calendrier-de-l-avent-pixels_5392135_4408996.html#home

( Quelques classiques, mais pas que... )


Simbabbad
Pixel visible depuis la Lune
Je viens de boucler un petit jeu de puzzles que j'ai adoré sur Steam, Hiding Spot.

https://store.steampowered.com/app/950140/Hiding_Spot/



Hiding Spot est un jeu indépendant du même auteur que Pipe Push Paradise, un jeu à la Sokoban qui était de bonne qualité mais à mon avis bien moins bon que des jeux comme Stephen's Sausage Roll (évidemment), Sokobond ou A Good Snowman Is Hard To Build, son problème étant que ses puzzles étaient trop chargés et laborieux, pas assez "malins".

À comparer de Pipe Push Paradise, Hiding Spot a trois choses pour lui:

1) Son principe est à la fois original, humoristique, touchant et dans l'air du temps: on joue un gars qui est en train d'avoir une crise de panique et qui cherche à s'isoler complètement en s'environnant de tous les murs et les meubles qu'il a sous la main. L'ambiance et les décors sont assortis à ce thème.

2) Un principe de base de Sokoban et des jeux associés, c'est que l'on ne peut pas tirer les objets et qu'il n'y a pas de bouton d'action. Ici, on peut tirer les objets, et passer d'une position debout à une position accroupie et inversement. Les puzzles sont ainsi plus resserrés (comme on peut tirer les objets, on a besoin de moins d'espace) et ils sont à penser en 3D, ce qui est rafraîchissant.

3) Le jeu est très dense. Pipe Push Paradise avait 64 puzzles en tout et Hiding Spot en a pour l'instant 55, mais le jeu est en réalité beaucoup plus court et bien moins cher, tous les temps morts sont coupés. Chaque puzzle est ainsi minimaliste et va à l'essentiel, et a cette qualité que j'adore dans le genre, c'est-à-dire qu'on les croit à priori insolubles jusqu'à ce que l'on trouve leur "truc". Les diverses pièces de mobilier rencontrées ont chacune une logique bien distincte (tables que l'on peut renverser, tiroirs que l'on peut tirer) et renouvellent agréablement le jeu, bien plus varié que Pipe Push Paradise. Il y a des puzzles vraiment incroyablement élégants dans ce jeu.

Pour le prix misérable de 1.59 euros, je le recommande énormément, d'autant plus que ce développeur n'est pas très connu et a besoin d'un coup de pouce (qu'il mérite à mon avis).

IsKor
Camarade grospixelien
J'ai longtemps gardé un oeil intrigué sur Obra Dinn, et j'ai hâte d'y jouer

Simbabbad
Pixel visible depuis la Lune
L'atmosphère "vieux jeu d'aventure textuel" me conquiert énormément, et le principe d'enquête à la Cluedo également (au fait, Kaede, j'ai pris The Sexy Brutale sur ta recommandation).

Kaede
Pixel monstrueux
Le parti pris graphique est intrigant.
Sinon, les évaluations sur Steam sont ultra-positives, également.

Manuel
Pixel monstrueux
Ho sérieux 1€ le test !
GK part en vrille ces derniers temps, autant je suis d'accord pour le premium avec des articles de fond, des reportages etc mais là c'est abusé.

Déjà que le passage de l'émission hebdo en payant me faisait tiquer.




Forum phpBB modifié par www.grospixels.com (© 2011 Grospixels)